Joseph PEYRE (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Joseph PEYRE (France)

Message  Chiwi le Jeu 24 Jan 2013 - 19:55

Eléments biographiques :
Joseph Peyré est un écrivain français, né le 13 mars 1892 à Aydie (Pyrénées-Atlantiques), mort le 26 décembre 1968 à Cannes.

Trois thèmes se retrouvent dans l'œuvre de Peyré

  • le désert et les méharées à travers le sable, du cycle saharien qui compte notamment L'Escadron blanc , Le Chef à l'étoile d'argent , La Légende du goumier Saïd ;
  • l' Espagne, qui revit dans [Sang et Lumières[/url] ou Guadalquivir ; les deux ouvrages ont pour sujet la corrida et la tauromachie
  • la haute montagne, avec Matterhorn , Mont Everest et Mallory et son dieu.
Joseph Peyré a aussi consacré plusieurs livres à son Béarn[ natal, Le Puits et la Maison, De mon Béarn à la mer basque, et au Pays basque : Jean le Basque , Le Pont des sorts.
avatar
Chiwi

Nombre de messages : 186
Age : 32
Location : Extrême nord de la France
Date d'inscription : 29/08/2010

http://lecturesdechiwi.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Croix du Sud, Joseph Peyré

Message  Chiwi le Jeu 24 Jan 2013 - 19:57

L'histoire : Brécourt, officier de l'armée française, s'ennuie en ville. Il décide de rejoindre son peloton de Touaregs en plein Sahara. Il va y retrouver une vie et un lieu auxquels il a décidé de se consacrer.

Ce que j'en pense
: Croix du Sud est le récit d'un homme qui est tombé amoureux du désert. Celui-ci préfère une vie en solitaire, comme nomade, à une vie en ville où il doit côtoyer des bavards, des arrivistes, des gens qui ne comprennent pas sa fascination pour le désert.

Une jeune femme tente de s'intéresser à lui, elle semble le comprendre. Mais une fois qu'il est reparti dans le désert, il n'y a plus que celui-ci, avec sa vie particulière, avec sa solitude, qui compte. Brécourt représente un corps qui a vocation à disparaitre : les méharistes. Face à la mécanisation et l'arrivée de camions en plein Sahara, les caravanes de méharis vivent leurs derniers jours. C'est un corps qui pour Brécourt représente une certaine excellence. Il refuse que certains officiers en portent l'uniforme car il estime qu'ils ne le méritent pas.

Le style de Peyré est assez lapidaire. Il est un peu déroutant au début mais le rythme du roman permet de faire oublier ça. Peyré préfère l'évocation à la description. Lorsqu'un lieu, une ambiance, un personnage sont décrits, cela est fait brièvement par quelques mots juste mis les uns à côté des autres. Ce qui donne une sécheresse au récit. Sécheresse qui colle à l'ambiance du désert et au style de vie économe des Touaregs. Mais le style sec m'a déçu quant à la fin. Une fois arrivé au terme du récit je n'ai pas su à quoi m'en tenir, ça m'a donné l'impression d'être un peu bâclé, fini un peu trop vite.

3,5/5
avatar
Chiwi

Nombre de messages : 186
Age : 32
Location : Extrême nord de la France
Date d'inscription : 29/08/2010

http://lecturesdechiwi.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum