Christine ANGOT (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Christine ANGOT (France)

Message  Réaliste-romantique le Mar 16 Oct 2012 - 23:16


1959-

« Il y a eu un jour où j'ai écrit. Écrit vraiment. Ce fut quelque chose de très important. Claude [son mari à l'époque] et moi étions allés à Amsterdam, mais le séjour ne s'est pas bien passé et nous sommes repartis aussitôt. Nous avons pris un hôtel au Touquet. J'étais très énervée. Je n'acceptais pas la réalité de ce week-end gâché. Je me souviens que nous avions acheté une tablette de chocolat. J'ai pris son papier d'emballage et j'ai commencé à écrire ce qui s'était passé durant le week-end. J'ai demandé du papier à l'hôtel pour continuer. Puis j'ai fait lire ce que j'avais écrit à Claude : “C'est bien !” J'ai pris peur alors : “Ne me redis pas ça, je suis capable de tout laisser pour écrire.” »

Experte de l’autofiction. Lorsqu’elle ne se trouve pas au centre de l’œuvre, elle utilise la vie de ses proches.

Romans et récits (de wikipédia)
▪ Vu du ciel, Gallimard, coll. « L'Arpenteur », 1990.
▪ Not to Be, Gallimard, coll « L'Arpenteur », 1991.
▪ Léonore, toujours, Gallimard, coll. « L'Arpenteur », 1994.
▪ Interview, Fayard, 1995.
▪ Les Autres, Fayard, 1997.
▪ Sujet Angot, Fayard, 1998.
▪ L'Inceste, Stock, 1999.
▪ Quitter la ville, Stock, 2000.
▪ Normalement suivi de La Peur du lendemain, Stock, 2001.
▪ Pourquoi le Brésil ?, Stock, 2002.
▪ Peau d'âne, Stock, 2003.
▪ Les Désaxés, Stock, 2004.
▪ Une partie du cœur, avec Jérôme Beaujour, Stock, 2004.
▪ Rendez-vous, Flammarion, 2006. Prix de Flore
▪ Le Marché des amants, Seuil, 2008.
▪ Les Petits, Flammarion, 2011.
▪ Une semaine de vacances, Flammarion, 2012.


Les Petits
2011
Récit d’une séparation qui tourne au cauchemar. L’homme, père attentionné, se retrouve accusé de négligence et de violence. Il doit se battre (juridiquement) pour faire avoir droit à ses quelques visites permises. C’est le récit d’une descente en flamme, de contrôle qui tourne à l’abus, de l’horreur que peut devenir une relation de couple.

J’étais d’abord captivé par cette lecture, d’une relation passionnée, avec quelques indices, ignorés, d’abus, qui part en vrille. La dame est ignoble, fabulant et mentant pour piéger le père de ses enfants. Les scènes d’appels aux flics à chaque visite m’ont rappelé Madame Ex d’Hervé Bazin. La principale faiblesse du livre est l’interruption de l’auteur-narratrice vers le milieu. Elle se met en couple avec le père, donc elle peut maintenant donner son point de vue et raconter ce qui lui arrive…même si cela n’a pas grand chose à voir avec l’histoire (son opinion de chroniquer culturel démagogue et cynique). Je crois que l’autofiction est le pain et le beurre de cette auteure, mais ici elle aurait dû rester dans les coulisses.

Et ce qui dérange est qu’ici on ne peut parler d’autofiction, car elle a repris presque telle quelle l’histoire de couple vécue par son partenaire. Malgré un livre précédant qui lui a valu une amende de 10 000 euros pour trop de ressemblance, Angot récidive avec un livre-vampire encore plus incisif et qui étale tous les détails de la vie de ce couple. Ceci n’a pas influencé ma note, mais crée néanmoins un malaise.

3,5/5

le réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1860
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Christine ANGOT (France)

Message  Réaliste-romantique le Mar 29 Déc 2015 - 17:03

Un amour impossible
2015


Christine Angot raconte son père : lui et sa mère étaient amoureux, mais son père n’a jamais voulu la marier et il a même à peine reconnu sa fille. Le père avance des raisons de valeurs morales, mais en fait cela semble être plutôt une question de classes sociales. À l’adolescence, Christine renoue avec son père, mais ceci mènera à une liaison impossible.
 
L’écriture de Angot est sèche, ce qui crée une distance avec les personnages, je ne m’y suis pas attaché. J’ai néanmoins trouvé intéressant la peinture de l’époque et la vie difficile d’une femme marginale, mère célibataire d’un enfant non sans père. Les parents sont toutefois les deux déplorables, pour différentes raisons.
 

3,5/5

RR

_________________
Lectures en cours :   Austerlitz (Sebald), Sam (François Blais)
De la bibliothèque :   Le carnet d'or (Doris Lessing) Ada (Nabokov) Demain sera sans rêves (Jean-Simon Desroches) Le livre d'Hanna (Geraldine Brooks)
Commentaire en attente : La servante écarlate (Margaret Attwood) 5/5
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1860
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum