Joël DICKER (Suisse)

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Joël DICKER (Suisse)

Message  noemiejardine le Lun 15 Oct 2012 - 14:12

a vérité sur l'affaire Harry Quebert



  • Broché: 670 pages
  • Editeur : DE FALLOIS (19 septembre 2012)
  • Collection : LITTERATURE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2877068161
  • ISBN-13: 978-2877068161
Extrait:
Au début de l'année 2008, soit environ un an et demi après être devenu,
grâce à mon premier roman, la nouvelle coqueluche des lettres
américaines, je fus frappé d'une terrible crise de page blanche,
syndrome qui, paraît-il, n'est pas rare chez les écrivains ayant connu
un succès immédiat et fracassant. La maladie n'était pas venue d'un coup
: elle s'était installée en moi lentement. C'était comme si mon
cerveau, atteint, s'était figé peu à peu. A l'apparition des premiers
symptômes, je n'avais pas voulu y prêter attention : je m'étais dit que
l'inspiration reviendrait le lendemain, ou le jour d'après, ou le
suivant peut-être. Mais les jours, les semaines et les mois avaient
passé et l'inspiration n'était jamais revenue.
Ma descente aux
enfers s'était décomposée en trois phases. La première, indispensable à
toute bonne chute vertigineuse, avait été une ascension fulgurante : mon
premier roman s'était vendu à deux millions d'exemplaires, me
propulsant, à l'âge de vingt-huit ans, au rang d'écrivain à succès.
C'était l'automne 2006 et en quelques semaines mon nom devint un nom :
on me vit partout, à la télévision, dans les journaux, en couverture des
magazines. Mon visage s'affichait sur d'immenses panneaux publicitaires
dans les stations de métro. Les critiques les plus sévères des grands
quotidiens de la côte Est étaient unanimes : le jeune Marcus Goldman
allait devenir un très grand écrivain.
Un livre, un seul, et je me
voyais désormais ouvrir les portes d'une nouvelle vie : celle des jeunes
vedettes millionnaires. Je déménageai de chez mes parents à Newark pour
m'installer dans un appartement cossu du Village, je troquai ma Ford de
troisième main pour une Range Rover noire flambant neuve aux vitres
teintées, je me mis à fréquenter les restaurants huppés, je m'attachai
les services d'un agent littéraire qui gérait mon emploi du temps et
venait regarder le base-ball sur un écran géant dans mon nouveau
chez-moi. Je louai, à deux pas de Central Park, un bureau dans lequel
une secrétaire un peu amoureuse et prénommée Denise triait mon courrier,
préparait mon café et classait mes documents importants.
Durant les
six premiers mois qui suivirent la sortie du livre, je m'étais contenté
de profiter de la douceur de ma nouvelle existence. Le matin, je
passais à mon bureau pour parcourir les éventuels articles à mon sujet
et lire les dizaines de lettres d'admirateurs que je recevais
quotidiennement et que Denise rangeait ensuite dans des grands
classeurs. Puis, content de moi-même et jugeant que j'avais assez
travaillé, je m'en allais flâner dans les rues de Manhattan, où les
passants bruissaient à mon passage. Je consacrais le reste de mes
journées à profiter des nouveaux droits que la célébrité m'octroyait :
droit de m'acheter tout ce dont j'avais envie, droit aux loges VIP du
Madison Square Garden pour suivre les matchs des Rangers, droit de
marcher sur des tapis rouges avec des stars de la musique dont j'avais,
plus jeune, acheté tous les disques, droit de sortir avec Lydia Gloor,
l'actrice principale de la série télé du moment et que tout le monde
s'arrachait. J'étais un écrivain célèbre j j'avais l'impression
d'exercer le plus beau métier au monde. Et, certain que mon succès
durerait toujours, je ne m'étais pas soucié des premiers avertissements
de mon agent et de mon éditeur qui me pressaient de me remettre au
travail et de commencer à écrire mon second roman.



Revue de presse:
Si vous mettez le nez dans ce gros roman, vous êtes fichu. Vous ne
pourrez pas vous empêcher de courir jusqu'à la six centième page. Vous
serez manipulé, dérouté, sidéré, agacé, passionné par une histoire aux
multiples rebondissements, fausses pistes et coups de théâtre. Et vous
vous direz qu'il n'y a qu'un Américain capable d'écrire un thriller
aussi américain - lieux : New York, New Hampshire, Alabama -, aussi
efficace, aussi aventureux, aussi fou...
Joël Dicker n'aurait pas pu
écrire ce roman sans un long séjour en Amérique. Avec sa description du
village d'Aurora, il prouve qu'il n'est pas seulement un spectaculaire
artificier du roman noir. Il sait aussi faire vivre les petites gens :
l'énigmatique pasteur, sa méchante épouse, le policier timide et
bafouilleur...
La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert deviendra-t-il
un best-seller ? En tout cas, comme Marcus Goldman, qui a
scrupuleusement suivi les 31 conseils du "grand écrivain" américain
Harry Quebert, Joël Dicker, à son tour, les a mis en pratique avec une
application digne d'éloge. Et un humour pince-sans-rire. (Bernard Pivot -
Le Journal du Dimanche du 16 septembre 2012 )

C'est rare, mais
quand cela arrive, rien ne peut couper court à l'excitation. Jeune ou
moins jeune, lecteur difficile ou facile, femme ou homme, on lira sans
discontinuer jusqu'au bout le roman français de Joël Dicker, La Vérité
sur l'affaire Harry ­Quebert. On n'en sortira qu'épuisé et ravi par le
jet continu d'adrénaline littéraire que le narrateur n'a cessé
d'injecter dans vos veines. Roman noir, oui, roman policier sans doute,
mais tout aussi bien roman psychologique à retournements haletants ou
hilares, et roman de moeurs d'une actualité et d'une justesse
saisissantes sur cette Amérique profonde qui se cache si bien et qui
évolue de façon si déconcertante derrière les dentures parfaites que lui
garantissent ses stomatologistes d'avant-garde. (Marc Fumaroli, de
l'Académie française - Le Figaro du 20 septembre 2012 )

Un coup
de maître ! Avant même que La Vérité sur l'affaire Harry Quebert, le
roman en question, ne sorte en librairie, il figure dans la première
liste du jury Goncourt, publiée le 4 septembre ! En lieu et place
d'Olivier Adam ou encore de Philippe Djian ! Stupéfaction ! Seuls les
rares lecteurs des Derniers Jours de nos pères, création autour de
l'armée secrète de Churchill, ont entendu parler de ce Genevois de 27
ans à la gueule d'ange. Les autres, pour en savoir plus sur ce diplômé
de droit qui, adolescent, passa toutes ses vacances d'été aux
Etats-Unis, liront son roman "américain". Car c'est bien de cela qu'il
s'agit avec La Vérité sur l'affaire Harry Quebert..., sorte de thriller
au long cours avec une histoire, ou plutôt des histoires, du rythme, des
rebondissements, des mises en abyme littéraires qui, telles les poupées
russes, s'emboîtent habilement...
En maestro, Dicker alterne les
époques, les écrits (rapport de police, retranscription d'entretien,
extrait de roman), explore l'Amérique de tous les excès - médiatiques,
littéraires, religieux -, s'interroge sur la fonction de l'écrivain...
Au final, on aura passé quelques journées outre-Atlantique, rivés devant
ses pages. (Marianne Payot - L'Express, septembre 2012 )



Ben, quoi vous dire d'autre les razerates? cela se lit d'une traite et c'est tout à fait exact: une fois commencé, vous ne pouvez plus rien faire d'autre....il vous faut aller jusqu'au bout.
Il y tant de thèmes aobrdés dans ce bouquin qu'on comprend qu'il aligne 670 pages.
Mais l'on ne s'ennuie jamais...un vrai bijou!

5/5

le jeune talent a un site:
http://joeldicker.com/
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  zeta le Lun 15 Oct 2012 - 14:52

Et dire que je n'en avais même pas entendu parler ! Je vis où moi ? Sur la planète Mars ???? Shocked Embarassed
C'est alléchant tout ce qu'ils en disent, mais le plus important pour moi c'est qu'une rate le recommande, ajouté à l'extrait qui est très "parlant" on a bien envie de se précipiter pour l'acheter.
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  noemiejardine le Lun 15 Oct 2012 - 15:13

zeta, tu ne le regretteras pas!
moi suis actuellement en...panne... de lecture!
après avoir lu ça, on doit faire comme un deuil,
sûr que ce sera difficile de retrurver un pavé qui me tienne en haleine comme celui-là
et pas seulement pour l'intrigue,
mais pour les pensées sur l'écriture, sur l'amour, sur la vie, sur les relations entre voisins, mais aussi les êtres formidables que l'on croise parfois.
j'en ai entendu parler dans un supplément littéraire, et samedi soir, un copain m'a avoué qu'il avait peu dormi la nuit précédente, à cause de ce bouquin!
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Mandarine le Lun 15 Oct 2012 - 15:24

Oh oui, ça a l'air bien ce livre!! Très tentant, merci Noémie!
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2129
Age : 32
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  zeta le Lun 15 Oct 2012 - 15:39

Et l'auteur (mignon comme tout) est né en 1985 !!!! 27 ans !
au sujet de l'extrait, je dois dire que moi j'adore les proses directes, écrites sobrement mais sans pauvreté, sans facilité, des phrases fluides imagées et équilibrées qu'on est pas obligé de lire deux ou trois fois pour les comprendre.
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  catimini le Lun 15 Oct 2012 - 15:39

Je le note aussi. Merci Noemie.

_________________
Lecture en coursLa chambre des curiosités de Douglas Preston et Lincoln Child
avatar
catimini

Nombre de messages : 503
Age : 43
Location : isère
Date d'inscription : 08/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Ladybug le Lun 15 Oct 2012 - 18:43

Les critiques sont alléchantes, moi qui ne suis pas trop Policier, je vais quand même me laisser tenter. Merci Noémie.

_________________
Je lis

avatar
Ladybug

Nombre de messages : 1970
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Mandarine le Lun 15 Oct 2012 - 20:27

Cool, il a mon âge Razz. Sauf que moi je ne me sens pas du tout capable d'écrire un livre Rolling Eyes
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2129
Age : 32
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Mousseline le Lun 15 Oct 2012 - 22:32

Merci Noemie - c'est maintenant confirmé je veux lire ce livre. Very Happy

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  dodie le Mar 16 Oct 2012 - 14:40

La vérité sur l'affaire Harry Quebert

Noémie vous a donné envie de le lire? Alors n'hésitez pas!!!!!!
Si j'osais je ferais une critique tenant en trois mots: lisez-le, lisez-le, lisez-le!!

Voilà un roman formidable. Ma libraire m'avait prévenu: une fois commencé vous ne pourrez le lâcher! C'est vrai que j'ai été happée dès le départ mais curieusement ce n'était pas l'intrigue en elle-même qui a retenu mon attention au début. C'est plutôt l'écriture, la construction du roman avec des retours en arrière expliquant l'histoire mais tellement bien faits que le lecteur n'est jamais perdu.
Je pense que le fait que le héros soit un écrivain joue aussi un rôle important dans l'intérêt qu'il suscite.

Puis petit à petit l'histoire s'emballe, les révélations fusent, on croit que le mystère s'éclaircit alors qu'il ne s'agit que d'une fausse piste. Les cent dernières pages sont épuisantes pour le lecteur jusqu'au final qui est une trouvaille formidable.

Ce roman n'est pas un polar classique: bien sûr il y a une intrigue, une enquête menée de front par la police et notre écrivain. Mais il contient beaucoup plus que cela. L'auteur nous brosse le portrait d'une petite ville de l'Amérique d'aujourd'hui. Et surtout il nous fait part de ses réflexions sur le métier d'écrivain, sur l'influence que sa vie personnelle peut avoir sur le roman en cours d'écriture et inversement.

Pour conclure je dirais que, sachant que l'auteur n'a que 27 ans......, ce roman est une véritable pépite. J'ai lu qu'il était sélectionné pour un certain nombre de prix littéraires. Je le lui souhaite ardemment ne serait-ce que pour qu'il soit lu par le plus grand nombre car il ne faut pas passer à côté d'une telle merveille!!!!!!

Ma note évidemment 5/5 coeur coeur coeur coeur

avatar
dodie

Nombre de messages : 4539
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Lacazavent le Mar 16 Oct 2012 - 15:44

Après vos deux avis Noémie et Dodie, je suis vraiment contente d'avoir utilisé une carte cadeau pour me l'offrir Very Happy

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Mousseline le Mer 17 Oct 2012 - 14:06

Superbe critique Dodie!!! beaucoup de passion.

Il est dans mon panier chez Amazon.ca pour un prochain achat - à moins que d'ici là il soit supplanté par un autre. Le Home de Toni Morrison est aussi drôlement tentant mais bon j'ai toute l'année pour lire les nouveautés de l'automne 2012.... alors je devrais trouver le temps pour les deux...

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

La vérité sur l'affaire Harry Quebert - 4/5

Message  zeta le Mer 24 Oct 2012 - 12:35

La vérité c’est que je vais avoir beaucoup de difficultés à écrire une critique qui tienne la route sur ce roman épatant. Je crois qu’en disant « épatant », j’ai trouvé un mot assez juste. Parce qu’il y a de quoi être épaté par ce roman assez foisonnant, particulièrement bien raconté et bien construit par un auteur d’un âge si tendre. Mais mon commentaire ne sera pas exclusivement élogieux. Parce que je ne vais pas me refaire, et que, pendant et après lecture, je ne peux pas m’empêcher d’étudier ce que je ressens et dans la plus grande part de mes lectures de noter les quelques réserves qui se mêlent à ma satisfaction.
Je voulais finir « la vérité … » avant de voir l’émission littéraire où cet écrivain est invité pour en parler, pour en en faire une lecture « vierge » et impartiale. Et je dois dire que globalement, j’ai beaucoup aimé ce roman.
Je le trouve très fort parce que malgré de nombreux retours en arrière, des détails importants, des complications et extrapolations nombreuses, il ne nous perd pas un instant …. L’auteur avance dans son intrigue avec aisance, et fait monter la pression en ce qui concerne l’enquête sur la mort de la jeune Nola avec beaucoup d’habileté et de maîtrise. Aucune digression de l'intrigue principale : par exemple, sur le caractère du jeune héros Marcus Goldman, sur ses difficultés en tant qu’écrivain, sur ses années de formation dans sa ville natale, ne sont fortuites ou incongrues. Tout s’équilibre parfaitement avec son présent et nous éclaire peu à peu, de façon très heureuse sur les raisons qui poussent Marcus à faire cette enquête.
J’ai particulièrement aimé la façon dont est décrite sa période Marcus « le formidable», alors même que pourtant cela nous le rend moins sympathique…. Parce que ce passage est indispensable pour bien appréhender non seulement le jeune homme mais aussi son mentor Harry Quebert.
Et vraiment sur tout cet aspect de l’histoire, je ne trouve rien à dire.
J’ai également énormément apprécié ce qu’écrit l’auteur sur le monde de l’édition, sur l’univers de l’écrivain, sur les affres de l’auteur qui cherche à renouveler un succès littéraire. Sur la passion de l’écriture et la façon dont ses héros envisagent la littérature.
J’ai aimé l’humour qu’il démontre dans ce roman, et j’ai trouvé très drôle et originale sa dernière page de « remerciements ». et le compte à rebours des chapitres (avec les conseils de Harry)

Alors quels sont les points sur lesquels je n’ai pas été complètement conquise.
Et bien ce que je peux en dire de plus méchant (et finalement ce n’est pas très méchant), c’est que ce roman m’a paru à certains moments bien «juvénile».

J’ai trouvé parfois que ses dialogues ne sonnaient pas complètement juste, qu’il leur manquait une certaine maturité.
A un moment Marcus fait à à Harry Québert, une déclaration un peu grandiloquente, quelque chose comme : « je suis venu pour laver votre honneur » qui parle encore comme cela ?
La mère de Marcus Goldman, qui ne fait d’ailleurs que de brèves apparitions téléphoniques, est un personnage tellement caricatural, archétype de la mère juive, que pour en être comique il est un peu ridicule et inutile.
J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de vérité dans l’environnement américain de l’auteur (suisse ou français), il connaît parfaitement et sait le rendre vivant ce paysage du New Hampshire. Mais pour appuyer cette connaissance des Etats-Unis, l’auteur utilise parfois pléthores de références aux symboles américains qui rendent l’atmosphère un peu artificielle. Un auteur américain ne parle pas autant (il me semble) de toutes ces marques et références pour situer concrètement le lieu de l’action et le rendre crédible.
Enfin, il y a des trous dans la psychologie de certains personnages, des absences ou des incohérences, qui nous interrogent sur les liens qu’ils ont tissé entre eux.
Avec beaucoup de pudeur il ne parle pas du tout par exemple de l’amour physique qui existe entre deux de ses personnages principaux, nous épargnant ainsi les scènes de sexe « obligatoires » pour vendre (comme le lui rappelle l’éditeur dans le roman). Mais là, ce silence complet sur l’emprise amoureuse de deux êtres si dissemblables nous gêne pour croire à la relation d’amour passionnel qui lie ces amants impossibles. Il aurait fallu au moins aborder discrètement cet aspect.

Je pense que Joël Dicker a tout pour faire un grand écrivain s’il se débarrasse de son envie d’être trop ambitieux dans ses histoires (contrairement à ce que lui a dit son éditeur (le vrai). Il lui faut explorer avec plus d'acuité l’intime, le tréfond des êtres, avec autant de rigueur et d’aisance qu’il sait en démontrer pour les côtés plus brillants, plus superficiels, ce que je pourrai appeler le « glaçage sur le gâteau », mais ne boudons pas notre plaisir le gâteau a de la saveur et de la consistance …. Il est juste peut-être un peu trop « frais » (comme son patissier).


Dernière édition par zeta le Mer 24 Oct 2012 - 15:44, édité 1 fois
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Chantal le Mer 24 Oct 2012 - 12:41

Déjà lu !!! Shocked
Bon ben moi je vais attendre l'émission littéraire de demain pour me décider....ou pas. Very Happy
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2249
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  dodie le Mer 24 Oct 2012 - 12:55

Waouh!!!! Quelle belle critique zeta.......
Comme toi je me suis demandée pourquoi l'auteur n'avait pas abordé ni même suggéré l'aspect physique des relations de Harry et Nola. Peut-être ne voulait-il simplement pas tomber dans le piège des détails croustillants . Et je pense qu'il a eu raison car j'ai lu à maintes reprises dans des critiques que son roman pouvait être comparé à Lolita de Nabokov. Or ce n'est pas du tout le cas à mon avis même si dans les deux cas un homme adulte tombe amoureux d'une toute jeune fille la comparaison s'arrête là.
J'avoue que j'ai été tellement emballée par ce roman que j'ai vite oublié les petits "oui, mais ......" que je me disais en le lisant! Une vraie groupie en quelque sorte Embarassed
avatar
dodie

Nombre de messages : 4539
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  zeta le Mer 24 Oct 2012 - 13:23

Ben oui Chantal, depuis que je l'ai ouvert (hier) je n'ai fait à peu près que ça. Je ne suis pas certaine qu'il te plairait complètement Chantal. Peut-être trouveras-tu l'aspect "polar" trop important ?

Dodie, je ne suis jamais tout à fait indulgente ou alors faut que l'ensemble me paraisse presque parfait. Je te dis en spoiler ce qui me semble un peu léger pour ne pas déflorer le plaisir des futurs lecteurs.
Spoiler:
en fait la petite Nola est bien mignonne : jolie, gentille, .... mais sans cet aspect charnel de leur relation elle parait un peu trop simplette pour attirer et retenir un homme "fait" surout un intellectuel. Tous ses dialogues sont assez gnangnan et "ado ordinaire".
Je dois dire que les lettres qu'échangent Harry et Nola (reprises dans le roman qui est censé être un super bestseller) pour moi sont un peu "culcul" par exemple. Et je suis d'accord avec toi, rien à voir avec ce sommet de la littérature (choquant mais magnifique) qu'est "Lolita".
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Cyrielle le Mer 24 Oct 2012 - 13:48

Encore un livre à mettre dans ma LAL.
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7349
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Malorie le Mer 24 Oct 2012 - 13:54

Depuis que je suis parmi vous, ma liste d'envies lectures ne cesse d'augmenter.
Zeta, j'aime beaucoup ta chronique. Bravo !
avatar
Malorie

Nombre de messages : 21
Age : 33
Date d'inscription : 11/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  noemiejardine le Lun 29 Oct 2012 - 19:31

Les derniers jours de nos pères



  • Broché: 332 pages
  • Editeur : Editions de Fallois (18 janvier 2012)
  • Collection : LITTERATURE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2877067815
  • ISBN-13: 978-2877067812
quatrième de couverture:


Londres, 1940. Soucieux de pallier l’anéantissement de
l’armée britannique à Dunkerque, Winston Churchill a une idée qui va
changer le cours de la guerre : créer une branche noire des services
secrets, le Special Operation Executive (SOE), chargée de mener des
actions de sabotage et de renseignement à l’intérieur des lignes
ennemies et dont les membres seraient issus des populations locales
pour être insoupçonnables. Du jamais vu jusqu’alors.

Quelques mois plus tard, le jeune Paul-Émile quitte Paris pour
Londres dans l’espoir de rejoindre la Résistance. Rapidement recruté
par le SOE, il est intégré à un groupe de Français qui deviendront ses
compagnons de coeur et d’armes. Entraînés et formés de façon intense
aux quatre coins de l’Angleterre, ceux qui passeront la sélection se
verront bientôt renvoyés en France occupée pour contribuer à la
formation des réseaux de résistance. Mais sur le continent, le
contre-espionnage allemand est en état d’alerte…

L’existence même du SOE a été longtemps tenue secrète.
Soixante-cinq ans après les faits, Les Derniers Jours de nos pères est
un des premiers romans à en évoquer la création et à revenir sur les
véritables relations entre la Résistance et l’Angleterre de Churchill.


J'avais vraiment aimé "la vérité sur Harry Québert", alors me suis rapidement commandé le premier Dicker....
ne suis pas déçue du tout! ne connaissais rien du SOE qui a vraiment existé....
les personnages sont vraiment attachants et tellement vrais....

Dire que cet auteur n'a que 27 ans...me réjouis de le suivre, je sens qu'il va vraiment m'épater encore..

5/5

un avis positif:
http://www.liberation.fr/livres/01012381822-soe-l-armee-secrete-de-churchill
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  nauticus45 le Lun 29 Oct 2012 - 20:25

Je l'ajoute à ma LAL, il est vraiment tentant ce roman! Merci!
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1558
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Awara le Lun 29 Oct 2012 - 21:33

Il faut que je fasse un tour à la bibliothèque! Mais pour son dernier livre, je vais certainement être sur une file d'attente!

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3998
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  kattylou le Mer 31 Oct 2012 - 19:47

J'ai prévu de l'acheter avec mes chèques lire et j'ai résisté mardi en me disant non David Coperfield avant ! Que de tentations !!!!!!

_________________
Un vieux chêne en Bretagne - Louis Pouliquen
Toni Morisson - Sula 
Challenge US Plus que 5 Etats !
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3394
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Chantal le Jeu 1 Nov 2012 - 9:32

Joel Dicker est l'invité de François Busnel dans "Le grand entretien" sur France Inter (17 h)
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2249
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Fabienne le Lun 12 Nov 2012 - 20:09

La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël DICKER
Editions de Fallois



Résumé :
Marcus Goldman est un jeune écrivain dont le premier livre s'est révélé être un best seller. Lorsqu'il veut se remettre à écrire, il s'aperçoit qu'il est victime du syndrome de la page blanche. Désespéré, il contacte son vieil ami et mentor, Harry Quebert. Entre temps, ce dernier est accusé d'avoir eu une liaison avec une adolescente de 15 ans et de l'avoir tué au cours de l'été 1975. Marcus décide de partir aider son ami et d'enquêter afin de savoir ce qui s'est réellement passé durant cet été 75.

Critique :
L'auteur entretient un suspense tout au long de son livre. Sa façon de raconter les évènements est également original. En fait, il fait de nombreux retours dans le temps mais de manière fluide et naturelle qui ne gêne en rien à la compréhension, au contraire.
Il multiplie les fausses pistes. Je crois qu'au fil du livre, j'ai dû soupçonner la moitié des habitants d'Aurora, petite ville de la Nouvelle Angleterre, où se passe le récit.
Certains passages sont plutôt comiques et permettent de détendre un peu l'atmosphère. Sa rencontre avec le sergent Gahalowood, chargé de l'affaire, est savoureuse :

"- Je vous déteste, l'écrivain, tenez-vous le pour dit. Ma femme a lu votre bouquin : elle vous trouve beau et intelligent. Votre tête, à l'arrière de votre livre, a trôné sur sa table de nuit pendant des semaines. Vous avez habité dans notre chambre à coucher ! Vous avez dormi avec nous ! Vous avez dîné avec nous ! Vous êtes parti en vacances avec nous ! Vous avez pris des bains avec ma femme ! Vous avez fait glousser toutes ses amies ! Vous avez pourri ma vie !

- Vous êtes marié, sergent ? C'est fou, vous êtes si désagréable que j'aurais juré que vous n'aviez pas de famille."


La relation entre Nola et Harry Quebert me laisse un peu songeuse (difficile à croire) mais au vu de tout le reste, je ne chipote pas et lui met facilement un 5/5

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 52
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  odilette84 le Mer 14 Nov 2012 - 16:37

c'est à peu près le seul livre dont j'ai vraiment entendu parler par mes collègues pour cette rentrée
ton commentaire m'inspire

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Joël DICKER (Suisse)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum