Stanley PAYNE (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Stanley PAYNE (Etats-Unis)

Message  géromino le Mar 3 Juil 2012 - 7:04

Stanley Payne est né en 1934 à Denton, Texas. Il est d'abord attiré par la littérature et la culture russes. Mais à l'Université de Claremont, un historien de l'Amérique Latine lui suggère un sujet: désormais sa thèse de maîtrise sera consacrée à "José Antonio Primero de Rivera et les débuts de la Phalange espagnole". Il vient de faire le premier pas sur l'histoire du phalangisme et du franquisme. En 1960 il soutient sa thèse devant un jury de la Columbia University. Son livre publié, la version française (1965) s'intitulera "Phalange. Histoire du fascisme espagnol". Dès lors, il va enseigner l'histoire dans plusieurs université américaines.

Chargé de rédiger un livre sur la révolution espagnole (1970) et une histoire générale sur l'Espagne et le Portugal (1973), ses recherches marquent un tournant dans sa conception de la vie politique espagnole: "J'avais été éduqué en acceptant l'interprètation habituelle et politiquement correcte de l'Espagne contemporaine selon laquelle la droite était intègre, réactionnaire, autoritaire, alors que la gauche (malgré quelques excès lamentables) était fondamentalement progressiste et démocratique. Mes recherches sur le processus révolutionnaire en Espagne me conduisirent à des conclusions sensiblement différentes, mettant en lumière que la gauche n'était pas nécessairement progressiste et encore moins démocratique, mais qu'en réalité, au cours des années 1930, elle avait causé un recul de la démocratie relativement libérale instaurée en 1931 et 1932".

Depuis, il a écrit bon nombre d'ouvrages sur l'Espagne et le fascisme, dont "La guerre d'Espagne -L'Espagne face à la confusion mémorielle", (présenté plus loin). Historien prestigieux, reconnu internationalement comme l'un des meilleurs sinon le plus grand dans sa spécialité, il a consacré sa vie à la recherche et à l'enseignement de ce sujet. Il a enseigné au Hunter Collège de la City University of New-York et à la University of California Los Angeles, puis à la University of Winsconsin-Madison. Il est membre de l'American Academy of Arts and Sciences et co-éditeur de la revue Journal of Contemporary History.

(Largement inspiré de la préface d'Arnaud Imatz -docteur d'Etat en sciences politiques)

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2691
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stanley PAYNE (Etats-Unis)

Message  géromino le Mer 4 Juil 2012 - 10:48

"La guerre d'Espagne -L'histoire face à la confusion mémorielle" éd. Cerf politique 2011 615 pages

Quelques repères: Juillet 1936, un soulèvement militaire mené par plusieurs généraux (dont Franco, qui sera désigné Généralissime) s'oppose par les armes, au gouvernement républicain de gauche élu en février de la même année. La guerre civile va ravager le pays trois années durant, fera 150.000 morts parmi les militaires des deux camps et 120.000 dans les éxécutions, les assassinats, perpétrés autant à gauche qu'à droite, ajoutez à cela les milliers de décès dûs à la famine qui sévit par endroits pendant et après le conflit, vous aurez une idée de l'ampleur du désastre humain.

La guerre finie, Franco instaura un état totalitaire fasciste de droite, menant une répression sans pitié envers les dirigeants et sympathisants de gauche. Ce régime autoritaire, qui relâchera son étau répressif au fil des années, durera jusquà la mort du "Caudillo" en 1975.

Dans l'esprit collectif, l'idée généralement admise présente une vision plutôt manichéenne de la Guerre d'Espagne: les bons républicains de gauche, ce sont des socialistes, communistes, anarchistes; ils se battent contre le fascisme international. Ils ont été popularisés par la propagande des pays socialistes et aussi -surtout- par des écrivains tels que Hemingway, Malraux, Koestler etc... dans leurs romans ou témoignages. On pense aux légendaires et héroïques "Brigades internationales" dont les membres venaient de tous les pays combattre le fascisme. On pense aussi au célèbre tableau de Picasso: "Guernica". Staline leur fournira de l'aide matérielle et financière.

Contre les Républicains se rebelle la Droite (qui se revendique elle aussi Républicaine), réunissant des libéraux, des Nationaux (pas forcément Nationalistes, d'ailleurs), des Royalistes, des catholiques et une partie négligeable de Phalangistes (fascismes d'extrème-droite). Son bras armé: une soldatesque arrivant du Maroc, brutale et répressive, bien organisée, soutenue en matériel et en hommes par Hitler et Mussolini. Elle sera plus efficace sur le terrain que l'armée républicaine, déstructurée, incapable de tirer partie des avantages qui lui seront offerts.

A y regarder de plus près, il semble que les Républicains (gauche) aient plus ou moins "volé" leur élection au gouvernement en février 1936, que les exactions commises envers le clergé (assassinats de prêtres, incendies d'églises, etc..) qui ont eu lieu pendant leur mandat ont été ignorées par la justice, voire même, les meurtriers bénéficié d'impunité; que le régime alors était tout sauf une démocratie. Des choses qu'il ne fait pas bon exposer encore de nos jours à la population qui a été victime de la sévère répression Franquiste. Ce qui peut se comprendre, d'ailleurs; mais dont on doit tenir compte si on recherche la vérité.



Depuis plusieurs années, on voit en Espagne ressurgir les vieilles querelles. Les hommes politiques, afin d'argumenter leur idéologie et flatter leur électorat n'hésitent pas à ressortir de l'ombre les méfaits du parti "d'en face", attisant les polémiques anciennes, ravivant les meurtrissures jamais complètement effacées. Des lois pour le moins douteuses au point de vue impartialité voient le jour sous le gouvernement socialiste de Zapatero. Arnaud Imatz dans sa préface parle d'une loi "qui exalte les victimes et les assassins, les innocents et les coupables, lorsqu'ils sont dans le camp du Front Populaire et uniquement parce qu'ils sont de gauche. Elle confond les morts en actions de guerre et les victimes de la répression. Elle jette le voile de l'oubli sur toutes les victimes républicaines qui moururent aux mains de leurs frères ennemis de gauche".

On voit bien que cette tragédie alimente encore les pensées idéologiques et les discours politiques plus d'un demi-siècle après. Dans ce livre, j'ai trouvé de quoi répondre largement à mon désir d'éclaircissement sur cette période troublée. L'ouvrage a cette particularité que chaque chapître fait l'objet d'une question posée en titre et Payne y répond en exposant le fruit de ses recherches. Malgré la complexité de l'Histoire politique (il m'arrivait de m'y perdre...) l'ensemble est clairement expliqué pour qu'on comprenne ceci: Il n'y a pas eu de "bons" d'un côté et des "méchants" de l'autre, comme voudrait trop souvent le faire croire l'histoire populaire. Et les "bons" n'étaient pas forcément ceux que l'on croyait.

Un fois de plus je vous renvoie à un livre qui a été à l'origine de mes interrogations: "Le temps de Franco" de Michel Del Castillo.

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2691
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum