Dominique EDDE (Liban)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dominique EDDE (Liban)

Message  lalyre le Mer 20 Juin 2012 - 17:00

Kamal Jann
Dominique Eddé
Albin Michel janvier 2012
455 pages
Quatrième de couverture
Été 2010. C'est la guerre au sein de la famille Jann. Avocat d'affaires à Manhattan, Kamal a une revanche à prendre sur son oncle, le chef des services de renseignements syriens qui fit tuer ses parents, trente ans plus tôt, lors des massacres de Hama. Il est condamné, en même temps, à pactiser avec la CIA pour sauver son jeune frère islamiste sur le point de commettre un attentat. Manipulés, de bout en bout, par les services secrets arabes et occidentaux, tous les membres du clan sont piégés, dont les femmes qui dans l'ombre jouent un rôle décisif et sans pitié.
Mosaïque impressionnante de lieux et de personnages, Kamal Jann est la chorégraphie puissamment orchestrée du cynisme, de la violence et de la trahison. Sans doute le premier roman du Moyen-Orient à mettre en scène de façon implacable les rouages de la répression et la relation toute-puissante entre familles et pouvoir. La descendance maudite des Jann est condamnée, tels les Atrides, à tuer et s'entretuer, tandis que le peuple, écrasé, commence à rêver de liberté.

Mon avis
Au début du roman, on se trouve à Damas, c’est là que les évènements les plus marquants ont lieu. Le titre du livre est le nom du personnage central de l’histoire, avocat d’affaires qui rêve de se venger de son oncle Sayf Eddine Jann, mais bien d’autres vont lui tenir compagnie au fil des pages. Car la famille Jann semble maudite dans ce roman tentaculaire réunissant tous les personnages que ce soit au Liban, la Syrie, Israël, Etats-Unis et la France. Sayf Eddine est un homme monstrueux, cynique, cruel et manipulateur tenant le pays sous sa botte et ne reculant devant rien, il est craint par les notables et les opposants par ses méthodes brutales que ce soient meurtres, inceste, torture ou empoisonnement, trahison envers le clan des Jann. Il y a aussi les femmes orientales de trois générations offrant ou vendant leur charme comme armes. D’autres protagonistes tels les apparatchiks corrompus ( membre d’un parti politique, particulièrement communiste ou syndicale ) les militants islamistes dont fait partie le jeune frère de Kamal, les agents secrets de toutes les nationalités. Que dire de plus sans trop dévoiler sinon qu’on évolue dans un monde d’espionnage, je peux aussi dire que j’ai lu ce roman comme un thriller politique ou la puissante famille Jann, en grande partie alliée au pouvoir ou presque tous se déchirent, se trahissent et s’entretuent à force de coups bas et de crimes, tout cela sur fond impressionnant des services secrets arabes et occidentaux. A vrai dire j’étais contente de sortir de ce roman qui m’a paru dur et cela m’est très difficile d’y mettre une note….J’ai aimé la dernière phrase du livre… Dans la mesure ou la mort est une solution, pourquoi ne pas essayer de vivre entre-temps. 4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4094
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum