Max GALLO (France)

Aller en bas

Max GALLO (France)

Message  Mariselya le Mer 5 Nov 2008 - 10:34

De : lobadetolosa Envoyé : 29/10/2006 13:09

Le manteau du soldat de Max Gallo

Résumé : Dans sa nouvelle fresque historique, Max Gallo raconte la naissance de la France chrétienne à travers trois hautes figures : Martin, le premier évangélisateur des Gaules ; Clovis, barbare converti, premier roi chrétien, qui unifia la Gaule ; Bernard, le grand fondateur cistercien qui prêcha la deuxième croisade. Dans le premier volet de ce triptyque, Julius et Antonius Galvinius, un tribun et son fils, se déchirent: tenants de deux mondes qui s'affrontent, ils tentent de se convertir l'un l'autre, le premier à la tradition antique, le second à la foi nouvelle. Partagé lui aussi entre deux conceptions du monde, Martin a choisi de se consacrer à son Dieu. Élu évêque de Tours, il est appelé à convertir les païens et à détruire leur culte. Sa discipline, la pauvreté de sa subsistance, les miracles qu'il accomplit attirent autour de lui une communauté de plus en plus nombreuse, qui le reconnaît bientôt comme le premier grand maître chrétien (4° de couv)

Mon avis : bon je vais pas vous le cacher mais je suis très déçue!!! Je pensais que ce serait vraiment plus biographique sur la vie de St Martin de Tours et surtout son influence sur la Gaule romaine que ce soit dans les villes mais surtout dans les campagnes où son culte fut pour beaucoup dans l'évangélisation des ruraux!
Or gallo se sert de ce saint pour mettre en place une joute verbale entre un père et son fils!
Le père est un ancien tribun militaire romain, qui ne vit que pour les orgies et surtout le sexe avec ses esclaves ; alors que le fils est converti à la religion chrétienne!! Il prend son père pour le diable, aime s'allonger sous la pluie pour prier, se mortifie les chairs...
Je n'aime pas qd on nous donne des personnages tout blanc ou tout noir!! Ici c'est trop caricatural : le romain est un sale sanguinaire, assoifé de sang et de sexe, pervers et l'incarnation du mal ; le chrétien est une femmelette, qui aime souffrir....
On aborde St martin de très loin, le fils prenant sa vie en exemple pour tenter de convertir son père!!!
Je pense que l'auteur n'était pas obligé de tomber dans cet excès d'aprioris!!! dommage!!
de plus, j'ai trouvé l'écriture vraiment lourde, ce qui ne m'a pas aidée!! lol
Bien sûr, la fin est prévisible, je vous raconte pas lol SPOILER le fils devient moine à Noirmoutiers, le père est kidnappé par les wisigoths qui sont très méchants, car j'ai oublié de dire que les barabares sont des vilains, pas beaux et qui puent dans le livre. le fils prend la place du père mais les wisigoths le crucifie. le père a une révélation, devient chrétien et demande à être enterré à côté de st martin avec aussi le nom de son fils FIN la fin est comment dire...un peu niaise à mon gout

Ma note : 1/5



De : Profgéo Envoyé : 6/04/2007 20:03

Les Chrétiens: Le Manteau du soldat, Max Gallo, 367 pages

Je ne refais pas le résumé, il a déjà été très bien fait.

Mon opinion
: Si ce livre n'avait pas été pour mon challenge, pas sûre que je l'aurais lu jusqu'au bout. L'histoire se passe quelque part au moment de la chute de l'empire romain, un peu avant vraisemblablement. Max Gallo prend prétexte d'un défi lancé entre un père tribun, attaché à l'ordre impérial romain et un fils chrétien, qui se réfugie uniquement dans sa foi et la prière pour raconter la vie de St-Martin de Tours, un des premiers saints français. Le père est un riche propriétaire terrien qui vit entouré de ses esclavEs, qui se permet des orgies sans plu finir, qui jouit de la vie sous toutes ses formes. Il est un érudit, un homme savant, qui sait tout de la religion chrétienne, mais qui la rejette en utilisant la logique des Grecs, un peu comme le fond certains savants de nos jours. On le trouve con, imbu de lui-même, uniquement préoccupé parce ce qui lui pend entre les jambes, mais en même temps profondément intelligent. Il ne veut pas se faire avoir par le culte du Christ, même s'il le connait bien, En ce sens, il est à la fois fornicateur et illuminateur: il dénonce l'église et ses exagérations, celles qui avaient déjà eu lieu à cette époque et trouve des explications logiques aux miracles de St-Martin, refuse de croire sans comprendre et accuse son fils de naïeveté.

Le fils de son côté est totalement imbu de sa fois, elle le porte, le soutient. Il est porté à l'auto-mutilation, à la souffrance, refuse la sexualité et la voie comme l'incarnation du démon. Il se garde pur, mais il exagère et il croit tout se que dise les gens de l'Église disent sur les miracles de Martin. Il espère convertir son père, le sortir de ses errements. Il ne voit pas les défauts de son propre clan, que ceux des autres. Il voit Martin et les autres comme meilleurs qu'ils sont, voit dans les joies simples de l'existence l'influence de Satan dont il cherche à se protéger par la prière et la souffrance volontaire. On a presque pitié de lui, tellement il est perdu, il est malade à force de vouloir se prouver sa foi à lui-même et de convertir son père. Aussi fou que son père, mais pour d'autres raisons, ils sont aux antipodes l'un de l'autre, entre la luxure et l'ascétisme, entre la connaissance et la foi, entre le monde des hommes et celui de Dieu.

Cette confrontation permet à l'auteur de montrer la vie de St-Martin, mais on voit à quel point celui-ci, bien que bon et croyant a pu être la cause de biens des errements. Il refuse aux femmes, même les plus croyantes et les plus pures de mener une vie de moniales parce que selon lui, si elles ne peuvent prendre place sur un champs de bataille, elles ne peuvent devenir des soldats du christ et répandre sa foi. Il condamne la sexualité et prône une vie de souffrance, alors même qu'il affirme que Dieu est un Dieu d'amour. Étranges contradictions dans la vie de cet homme qu'au final on ne connaîtra que très peu, parce qu'on parle davantage de ses crises spirituelles que de ses actes. L'auteur mentionne d'ailleurs en avant-propos que c'est pour montrer les racines de la chrétienneté en France qu'il a écrit cette trilogie. Ode à la foi ou dénonciation des excès de l'Église des premiers temps, c'est difficile de le dire, mais une chose est sûre, c'est que la lecture de ce livre reste pénible.

Ma note: 2.5/5
avatar
Mariselya

Nombre de messages : 173
Age : 51
Location : Belgique
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Max GALLO (France)

Message  DM29 le Dim 30 Aoû 2009 - 13:12

Max GALLO, NERON LE REGNE DE L'ANTECHRIST

résumé (de la couverture):
Néron ? Qui était vraiment ce jeune empereur qui s'exhibait en acteur, en chanteur, en conducteur de char, en poète devant la plèbe de Rome ? Comment pouvait-il, lui qui avait ordonné les meurtres de sa mère Agrippine, de son frère Britannicus, de son épouse - et de tant d'autres ! -, avoir pour conseillers le philosophe Sénèque, le lettré Pétrone ? Etait-il cet Antéchrist qui, après l'incendie de Rome, désigna les chrétiens comme coupables et fit brûler ces martyrs pour éclairer une de ses fêtes impériales ? Max Gallo fait revivre un témoin de la Rome de Néron. Nous sommes aux côtés de l'Empereur et de Sénèque. Nous voyons Néron
s'enfoncer dans la débauche, la lubricité, la cruauté. Il craint les
complots. Il fait torturer et tuer ses rivaux. Puis il récite, il
chante, il joue. La plèbe l'acclame dans les amphithéâtres. Max Gallo,
historien et romancier, fait surgir ces temps légendaires. Dans cette
puissante évocation, Néron devient l'incarnation maléfique et folle du
pouvoir le plus absolu qu'un homme ait exercé.

ma critique:
je l'ai lu pour en découvrir un peu plus sur Néron, c'est chose faite. Le livre se lit vite (malgré les 400 pages), on rentre bien dans l'histoire, dans l'époque, on se croit à Rome, pourtant vu le portrait fait par Néron, je n'ai rien ressenti alors que toutes les 2 ou 3 pages, on nous décrit des scènes de viols, de tortures, des meutres ... Il a fait assassiner son demi frère, sa mère, sa demi soeur qui lui sert de femme, sa seconde épouse, ses amis, Sénèque (c'est pas rien quand même !)...
Pour relativiser, on peut dire que sa mère (Agrippine) n'est pas une sainte, non plus, elle a fait empoisonné Claude (son oncle, qui est devenu son mari), elle a entretenue une relation incestueuse avec son fils et la future femme de son fils...
Sènèque, ce grand philosophe, m'a agacé tout au long du livre, par sa passivité à servir cet empereur.
L'auteur, n'est pas mieux, il assiste à tout sans broncher et profite même de certains avantages ...
Je suis assez décue par la fin, puisqu'on on assiste à la naissance de Néron, toute sa vie défile devant nous, et l'auteur ne nous permet pas de savoir comment cela finit, il fuit avant , quel est l'intérêt ??? (j'ai fait des recherches par la suite et si vous voulez savoir Néron finit par se suicider). de plus l'écriture est très simple, mais on se croirait dans un manuel d'histoire ...
Je ne suis pas fan de cette époque, ni des livres historiques, ni des films type Ben Hur. C'est mon premier livre de Gallo, peut etre pas mon dernier (on ne peut jamais savoir), en tout cas, ce n'est pas un coup de coeur.

note : 2/5
avatar
DM29

Nombre de messages : 675
Age : 31
Location : Breizh
Date d'inscription : 21/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Max Gallo

Message  Garanemsa le Dim 29 Aoû 2010 - 12:08

UNE AFFAIRE INTIME

Max Gallo

(ou au cinéma Boulevard des assassins)



4ème de couverture

Lorsque Daniel Salmon quitte sa jeune femme Laure, il n’imagine pas que son existence va basculer. Il s’installe dans une ville du sud de la France, au bord de la Méditerranée

Scénariste, il veut y travailler

Rien ne trouble l’apparence tranquille de cette ville de plaisir

Pourtant il y a eu un crime

Salmon a cette acuité du regard que donne le désespoir, cette disponibilité qu’offre la solitude, cette curiosité d’étranger

Il vit sa double passion : celle de l’homme qui perd une femme, celle du témoin qui veut connaître et dire la vérité

Il menace sans le savoir l’équilibre de la ville

Il donne à tous des armes contre lui

Dans cette ville dont il perce le secret, il joue sa vie



Je ne me souviens pas du film, mais en lisant le livre, je pense qu’il doit être bien différent car comment faire un film avec ce livre

Le protagoniste raconte la situation, mais chaque fois qu’un événement se produit, il le voit avec les yeux d’un homme malheureux, il revoit à chaque fois des moments qu’il a eut avec son épouse ; il ne transpose pas, mais chaque chose le reporte à sa vie passée et la façon de mettre les choses au point

C’est un superbe thriller, bien entendu l’auteur est très connu et son écriture est très belle

Tant pour le fond que pour la forme pour moi ce sera un gros 5/5
avatar
Garanemsa

Nombre de messages : 445
Age : 73
Location : Belgique/Liège
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Max GALLO (France)

Message  Fabienne le Ven 25 Fév 2011 - 21:57

LE ROMAN DES ROIS de Max GALLO

Edition J'ai lu. 511 pages




Résumé /Critique :

La chronique de trois rois Capétiens (Philippe Auguste, Saint Louis et Philippe le Bel) racontée à travers la lignée des Thorenc.
C'est un roman bien documenté sur le moyen âge et bien écrit. Les chapitres sont assez courts et faciles à lire même si l'on est pas féru d'histoire.
Max GALLO nous renseigne sur les faits, l'histoire de ces trois grands rois et les traces qu'ils ont laissé encore aujourd'hui dont notamment le Louvre et la Sainte Chapelle pour Saint Louis.
Nous assistons aux croisades en terre sainte,à celle des Albigeois ("Dieu reconnaîtra les siens"), à l'édification des cathédrales, à la construction du royaume de France, à l'extermination des Templiers...
Ces rois ont eu une vie bien remplie et passionnante à lire.
Ce qui m'a le plus gêné, dans ce livre, c'est la partie consacrée à la lignée des Thorenc. C'est le fil conducteur pour raconter ce roman mais ils sont trop présents ou bien trop souvent évoqués, ce qui n'est pas l'intérêt premier de ce livre.

Ma note : 3.5/5

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 53
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Max GALLO (France)

Message  Lacazavent le Mer 29 Fév 2012 - 22:24

Jeanne d'Arc, Jeune fille de France brûlée vive de Max Gallo
XO! Éditions / 362 pages





« Souvenons-nous toujours, Français, que la patrie chez nous est née du cœur d' une femme, de sa tendresse et de ses larmes, du sang qu' elle a donné pour nous. » Jules Michelet

La guerre de Cent Ans fait rage. Le royaume coupé en deux, promis à l Angleterre, se déchire. Au coeur de cette France meurtrie, une voix émerge, celle de Jeanne. Jeune fille pieuse, elle entend les saintes l appeler à être cette Pucelle dont les prophéties font état, celle qui mènera le dauphin Charles au couronnement. Jeanne sacrifie tout à sa foi et entraîne derrière elle quelques paysans, des seigneurs, puis une armée et enfin le « gentil Dauphin » lui-même.
Pour nous conter l' incroyable épopée de cette jeune fille de France, Max Gallo prête sa plume à l un des compagnons de route de Jeanne. Tour à tour attendri, sceptique, médusé, cet écuyer assiste à la mue d une « vachère » en prophétesse aux convictions inébranlables. C est sous son regard que Jeanne, guidée par sa seule foi, convainc les puissants et conduit le dauphin Charles au sacre. C' est auprès d elle que nous croupissons en prison, c est sous nos yeux qu elle est brûlée vive.
Dans ce récit exceptionnel, le jeune écuyer saisit le miracle de Jeanne, la pucelle qui a incarné l' espérance, celle qui, au cœur de la guerre de Cent Ans, a redonné foi au roi et à son peuple.



Que ce livre est fade, plat, lent et long ! Un roman historique qui plutôt que de rechercher dans l' Histoire colle parfaitement au mythe de la jeune Jeanne d'Arc, Pucelle de France. Non seulement, Max Gallo évite soigneusement toutes polémiques, tout questionnement et recherche d'historien, mais il prend bien garde à aucun prétexte s'éloigner de l' histoire telle qu' on pouvait nous la raconter en primaire. On apprend absolument rien si ce n'est peut-être un rappel sur l'ordre de certaines batailles et encore il est parvenue à me rendre cette chevauchée terriblement ennuyeuse.
Aurait-il pris du recul sur son texte en le présentant pourquoi pas comme la vie de Jeanne d'Arc telle que l' Histoire l'avait retenue au fil des siècles, des régimes, et tel qu' elle avait pu être enseignées aux enfants. Je ne m'attendais vraiment pas à ça de la part d' un agrégé d'histoire.

Une lecture sans grand intérêt.


2,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Max GALLO (France)

Message  Raphaël le Sam 1 Sep 2018 - 10:12

Henri IV, un roi français de Max GALLO Publié en septembre 2016  244 pages

Max Gallo est un auteur à succès mais ponctuellement il déçoit. C'est le cas ici. Cette biographie d'un roi de France qui a marqué l'histoire religieuse de la France, d'un personnage passionnant, est malheureusement bâclée. Il manque ici tout l'intérêt d'un roman historique car nous sommes plus face à un cours d'histoire plutôt que dans un vrai récit qui nous fait entrer dans la psychologie du personnage et nous permet de découvrir le contexte des événements historiques de l'époque. Ce qui fait que le récit est à plusieurs reprises confus et qu'on a l'impression de ne pas  toujours comprendre l'enchaînement des événements. En fait il manque 150 pages à ce roman pour en faire un vrai roman historique. Je ressors frustré et déçu de ma lecture.  2.5/5

Raphaël

Nombre de messages : 60
Age : 49
Location : Boulogne-Billancourt
Date d'inscription : 28/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Max GALLO (France)

Message  DKOIS le Sam 1 Sep 2018 - 10:23

Je suis loin d'être un féru d'histoire et n'ai jamais été tenté de la découvrir par ce genre d'auteur qui semble la vulgariser dans un but purement commercial.

C'est un préjugé, je l'avoue...

DKOIS

Nombre de messages : 269
Age : 55
Location : Nord France
Date d'inscription : 10/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Max GALLO (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum