Marie-Hélène LAFON (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Calepin le Mar 4 Nov 2008 - 21:29

De : Claarabel --- Envoyé : 2005-03-10 09:04

Sur la photo, de Marie Hélène Lafon
147 pages

Il y a deux portraits en parallèle dans le deuxième roman de Marie-Hélène Lafon : d'abord une maison silencieuse, grande, aux pièces envahies par le vide et la poussière, les bruits d'un passé qui peine à ressusciter cette demeure, et en chassé-croisé il y a Rémi, sa femme Isabelle et leur fille Louise, dans leur maison porte de Bagnolet, où souvent se joint Renaud, le meilleur ami.

Au fil des paragraphes, les choses sont décrites de manière tatillonne et hésitante presque. On passe d'un instant à l'autre, le portrait d'une famille ordinaire, les souvenirs d'enfance d'un garçon solitaire, entouré de ses deux soeurs, dans une ferme en Auvergne. Parfois on a le sentiment de lire un devoir scolaire, tant l'histoire paraît commune et familière. Mais le style de Marie-Hélène Lafon empêche de se laisse embrigader ou étiquetter. L'auteur a un coup de griffe en forme de plume, sous ses apparences banales elle dissimule une force étourdissante. Son écriture marque, son univers touche. A la fois sensible et juste, ce roman rattrape la déception des nouvelles du recueil Liturgie et prend le pas au Soir du chien, premier roman épatant !

Note : 4 / 5



De : Claarabel --- Envoyé : 2005-03-10 12:45

Je copie/colle l'avis d'un autre, car je trouve qu'il parle très bien du tout premier livre de l'auteur, Le soir du chien (livre que j'ai vu et beaucoup apprécié !!!) Urbuz.com

Le soir du chien

Un homme parle d'une femme. Celle qu'il a aimée et qu'il va désormais tenter d'oublier. Comme pour mieux s'en détacher il remonte le fil de ses souvenirs, de cette rencontre inattendue qui tourna vite à la passion amoureuse jusqu'au moment de la séparation, soudaine, un soir d'avril. Une rupture qui ne peut être comprise qu'à l'aune d'un déploiement complet de sentiments et de sensations. Quand Laurent rencontre Marlène, ils s'installent très vite dans la maison de famille de celui-ci. Mais dans ce petit village au cœur de la campagne française, le couple dissone. Elle, trop belle, parlant peu, n'allant en ville que pour emprunter des livres au biblio-bus. Lui, fou d'elle, abandonnant même un moment son métier d'électricien pour rester à ses côtés. Dans ce quotidien où tous s'inscrivent dans une fonction sociale déterminée, eux n'affichent que leur amour, dans une tranquillité vite suspecte aux yeux du village. Et puis, sans aucun signe avant-coureur, dans cette campagne trop paisible, Marlène se fait "happer" par un autre homme.

Si Laurent reste tout au long du livre le narrateur principal, les voix de ceux que cette rupture touche de près ou de loin, en amont ou en aval, viennent se greffer sur la sienne. Petits récits en italique glissés entre les mots de Laurent, elles s'imposent comme autant de pensées parasites mais cependant essentielles, comme des voix du dedans qui ne s'exposent pas en public. De la grand-mère de Marlène qui observe la situation avec dépit au voisin solitaire qui se prend d'affection pour le couple jusqu'à la voix de Marlène enfant, toutes prennent un singulier écho dans cette histoire d'amour et de désamour aussi banale que singulière. Sur fond de paysage rural en désaffection, Marie-Hélène Lafon donne la parole à toutes ces existences modestes qui ne laissent jamais rien paraître de leur fêlure intérieure. Le talent avec lequel l'auteur réussit à faire parler les gens qui s'aiment (et les autres) fait de ce premier roman un profond moment d'humanité.

Note : 4/5




De : Claarabel --- Envoyé : 2005-08-21 09:23

Mo

Mo est un fils à maman, du moins il vit auprès de sa mère, désormais veuve, il a trente-trois ans, célibataire, il s'occupe de tout dans le petit appartement. Même aux yeux de sa mère, c'est presque une honte de voir un homme s'occuper des tâches ménagères comme il fait ! Pourtant, Mo s'applique, il aime récurer, ranger, soigner les pieds de la mère, laquelle souffre et se plaint tout le temps. Elle a perdu un fils aîné, Mohammed, et a souhaité nommer le dernier né de la même façon, pour pallier le manque, mais selon ses dires, Mo n'est pas à la hauteur. C'est un homme solitaire, taciturne ou renfrogné. Il travaille au centre où il rencontre Maria, vendeuse à la ronde des pains. Fasciné par la jeune femme, il l'épie, la guette, s'émerveille et rêve à de belles histoires. Mais en réalité, les jours sont pluvieux, les gens se querellent et la famille est oppressante.

C'est un peu le thème du roman de Marie-Hélène Lafon : la famille, les liens noueux et les rapports haine/amour entre les membres. A un moment, un personnage déclare : "les mères voulaient faire pitié aux enfants pour les garder avec elles, elles n'avaient pas le droit, les enfants n'avaient rien demandé aux mères, eux". Les liens entre le fils et la mère sont complexes, l'auteur rode autour de l'idée, n'entre pas dans les détails à coup de références psychologiques mais sa façon feutrée, pudique et également crue rend le portrait réaliste et poignant. Mo est le personnage central, difficilement attachant mais non plus haïssable. Il a sa vie à lui, rythmée comme sur du papier à musique. Sa vision à lui est carrée, et il semble difficile pour Mo d'encaisser les colères. Il en a trop bavé et a trop contenu ses sentiments. Au final, cette lecture touche droit au coeur, elle est loin d'être mièvre ou misérable, mais elle est sensible à sa manière et la fin est saisissante ! A lire.

Note : 4/5
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'annonce de Marie-Hélène Lafon

Message  flop-itude le Lun 5 Oct 2009 - 20:36




L'histoire est celle d'un agriculteur de 46 ans qui décide de ne pas rester célibataire dans sa ferme entre sa soeur Nicole et ses deux oncles de 80 ans. Il passe donc une petite annonce à l'insu de tous et Annette, une fille du Nord mère d'un jeune garçon Sébastien va venir s'installer à Fridières dans le Cantal: "il s'agissait de faire sa vie là, de commencer de recommencer là." Les premières pages du livre racontent Annette et cette nuit qui monte autour d'elle dans une vision magnifique. Cette nature, qu'il va falloir apprivoiser comme les lieux et les personnages de cette nouvelle vie, l'écrase et l'enveloppe dans une évocation d'une grande maîtrise. Les mots sont forts, puissants pour décrire aussi l'orage, le printemps. De la même façon, les personnages prennent chair, subtilement, dans une belle écriture qui sait glisser d'hier à aujourd'hui, enrichir le présent des histoires d'un passé lourd. Paul et Annette sont tout deux victime d'un destin qu'ils n'avaient pas choisis et l'annonce leur permet de sortir de la spirale. Paul met Annette sur cette terre un peu comme il sème avec patience, sans heurt et Annette prend racine s'accomodant du terrain un peu miné par la soeur qui voit en elle une usurpatrice. "Résolu à cela, à cela seulement, il aurait une femme à Fridières, une femme avec lui, à son côté pour les jours et les nuits pour vivre et durer. Il était Paul, on ne l'empêcherait pas ; on, les autres, personne ne l'empêcherait. Cette femme, Annette, de Bailleul, du Nord, écoutait ; elle était pour lui." p61.
Les vieux oncles ne prennent pas la parole dans ce livre, l'auteur nous les décrit simplement et de là on sait ce qu'ils pensent.
On est loin du conte de fée; c'est un livre d'une grande profondeur beau et triste sur la solitude vécue puis rompue par une annonce. Je relis encore des passages, étonnée à chaque fois de ce que l'auteur arrive à faire passer d'humanité, de réalité dans ses personnages et les descriptions de paysage rural.

J'ai trouvé un lien sur internet concernant Marie-Hélène Lafon, elle me plait de plus en plus.
http://ecrivains.lectura.fr/index.php?post/2009/02/09/Marie-Helene-Lafon
avatar
flop-itude

Nombre de messages : 236
Age : 53
Location : Aveyron France
Date d'inscription : 15/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  nitou le Lun 30 Nov 2009 - 18:57

" l'annonce " de Marie-Hélène Lafon
éd : Buchet-Chastel
196 p

Résumé :

"l'annonce" raconte l'histoire, somme toute assez banale,d'un agriculteur de 46 ans, célibataire qui fait passer une petite annonce de rencontre dans un journal.
Il correspondra , puis rencontrera ainsi une femme du Nord, Annette et son fils qui bientôt s'installeront chez lui.
Mais Paul ne vit pas seul.Ses deux vieux oncles et sa soeur Nicole , habitent également la ferme familiale. Les oncles sont de vieux gars, et sa soeur aigrie par le regret de n'avoir pas eu d'enfant n' aideront en rien "ses étrangers" à se faire une place dans la famille.

Mon avis
Je n'avais jamais lu auparavant de livres de cette auteure. J'ai failli passer à côté de ce chef-d'oeuvre d'écriture. Le livre n'est pas très gros, je pensais le lire rapidement, mais il faut prendre son temps pour savourer l'écriture de M-H Lafon.Chaque mot, chaque adjectif est minutieusement choisi. Le langage est riche mais pas indigeste:c'est un vrai régal !

Ma note : 5/5
avatar
nitou

Nombre de messages : 467
Age : 44
Location : nantes
Date d'inscription : 18/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Lacazavent le Mer 20 Jan 2010 - 8:31

L'annonce de Marie-Hélène Lafon
Buchet Chastel/ 196 pages





Homme agriculteur, 46 ans recherche une personne désirant partager sa solitude. La petite annonce de Paul paraît dans un journal, bien vite il reçoit une réponse d'Annette. Elle vit loin à l'autre bout de la France dans le Nord, 37 ans et un enfant né d'une relation qui lui pèse encore. Elle a vu dans cette annonce une solution de s' arracher elle et son fils Eric aux souvenirs. Ils se sont vus, ils se sont plus, ils vivront désormais ensemble.




L'annonce ou la fuite face à la solitude...
Dès le début de ma lecture je me suis laissée séduire par la musicalité de l' écriture de Marie-Hélène Lafon, extrêmement travaillé son style distille dans des phrases toutes en retenues les émotions de ses personnages. C'est un livre de portrait, portrait de deux solitudes, portrait d'une relation naissante, portrait de gens de rien. Il y a Paul et Annette, les personnages principaux et puis il y a Éric, l'enfant et c'est lorsqu' elle parle de lui que la plume de
Marie-Hélène Lafon se fait la plus sensible, ce furent pour moi les passages les plus touchant, ceux dont je garderai un souvenir ému.

Les émotions imprègnent les pages, elle nous plonge dans une sorte d'état second, une sorte de mélancolie béate pas désagréable, un rêve éveillé. Elle a su insuffler à son texte un souffle sous nos mains le roman s'anime et prend vit. Est-ce dû à la forme même du texte, absence de dialogue et jeux sur les ponctuation ? Ou est-ce plus subtil, une drôle d'alchimie où chaque mot aurait sa propre
place inchangeable ?

Mais au delà de ce style suranné, il y a l'intrigue qui est hélas bien bien maigre comme effacée par le travail même de l'écriture. Les événements sont aplatis, elle parle d'une rencontre comme elle parle d'une ballade dans la campagne, comme elle parle de l'absence de la grand-mère et du manque que ressent Éric...etc
Malgré ce bémol, c'est donc un très beau roman, émouvant et touchant. Chose curieuse en lisant L'annonce j'ai pensé aux romans de Sylvie Germain. J'en ressort dans le même état à la dernière page le rêve éveillé prend fin et l' on revient petit à petit à la réalité...4,5/5


avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  noemiejardine le Ven 9 Avr 2010 - 18:39

l'annonce

je ne reviens pas sur le résumé, l'histoire est simplissime et a déjà été bien racontée par flop-itude et nitou.
très belle critique lavazavent
Dès le début de ma lecture je me suis laissée séduire par la musicalité de l' écriture de Marie-Hélène Lafon, extrêmement travaillé son style distille dans des phrases toutes en retenues les émotions de ses personnages. C'est un livre de portrait, portrait de deux solitudes, portrait d'une relation naissante, portrait de gens de rien. Il y a Paul et Annette, les personnages principaux et puis il y a Éric, l'enfant et c'est lorsqu' elle parle de lui que la plume de Marie-Hélène Lafon se fait la plus sensible, ce furent pour moi les passages les plus touchant, ceux dont je garderai un souvenir ému.
moi aussi j'ai bien aimé ce texte et lui donne un 4/5
vais tenter un autre ouvrage de M.-H. Lafon, elle écrit vraiment bien et son style est tout en nuances...
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Ysla le Ven 10 Sep 2010 - 16:17

L'ANNONCE

Résumé : voir plus haut.

Mon avis : Apparemment, ce livre plaît beaucoup mais alors moi, je me suis ennuyée ! Je n'ai pas apprécié l'écriture de Marie-Hélène Lafon : des phrases très longues, sans virgules sur certaines portions et affublées de mots inconnus en veux-tu, en voilà. J'en reconnais les qualités : l'auteure dépeint bien les situations, ce que ressentent les personnages, le texte suscite des images précises et on retrouve pas mal de choses quand on connaît bien ce milieu, d'autres peuvent sembler exagérées mais je ne connais pas spécifiquement ce monde-là dans le département du Cantal, alors difficile de juger...
Cette histoire m'a tout de suite rappelé le film de Raymond Depardon "La vie moderne", elle en est sans doute inspirée, mais je préfère de loin le film sur ce sujet que ce roman.
Ce qui me gêne aussi, c'est que finalement, il ne se passe pas grand chose. C'est surtout la description d'une situation et des antécédents de celle-ci. C'est bien construit, avec des aller-retours entre passé proche et passé lointain, on peut comprendre progressivement la chronologie de la rencontre entre Annette et Paul, mais ce n'est pas très palpitant et j'ai souvent compté les pages qui me restaient avant d'arriver au bout.
Je pense donc que ce n'est pas une littérature qui me convient, bien que je lui reconnaisse toutes ses qualités. Pour moi, ce n'est pas assez simplement raconté, trop précis dans le choix des mots, et le scénario est trop mince. Dommage, car le sujet me plaît.

Ma note (forcément injuste pour l'auteure, je le reconnais) : 2/5
avatar
Ysla

Nombre de messages : 1800
Location : Grenoble / France
Date d'inscription : 23/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Lacazavent le Sam 11 Sep 2010 - 6:23

ça n'a pas été une belle lecture pour toi Ysla, mais je comprends tout à fait ce qui t'a gênée et je pense que c'est justement ce qui m'avait tant plu comme quoi les goût et les couleurs !
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Ysla le Sam 11 Sep 2010 - 10:03

Eh oui ! De la même façon, je comprends très bien qu'on aime beaucoup ce roman. Mais je n'ai pas accroché... C'est comme ça . Mais je ne regrette pas de l'avoir lu car je voulais vraiment le découvrir et puis ne pas accrocher sur un roman de temps en temps, c'est tout à fait normal et ça permet de mieux cerner ses goûts .
avatar
Ysla

Nombre de messages : 1800
Location : Grenoble / France
Date d'inscription : 23/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'annonce - folio - 3/5

Message  zeta le Mar 31 Mai 2011 - 6:07

L'amour est dans le pré version intello !
L'annonce est passée par Paul, agriculteur, 46 ans, pour trouver une compagne. Annette, 37 ans, un fils, au lourd passé de femme malheureuse en tant que ex-compagne d'un alcoolique, y répond. Ils décident de vivre ensemble dans la ferme de Paul avec les deux oncles et la soeur du paysan.
On peut tout faire avec une tel thème, une histoire légère et drôle, un drame poigant de vérité, une bluette sentimentale. L'auteur choisit d'y faire une démonstration de beau langage, de termes recherchés, de sentiments expurgés, sublimés ..... à force de phrases ampoulées qui alourdissent inutilement le récit, on se perd, on s'agace ; on = je. Même son humour tombe à plat, noyé par les circonvolutions et les mots rares. Mais on peut aussi trouver cela magnifique (les descriptions sont très réussies). J'ai trouvé que malgré cette belle écriture, un peu trop "précieuse", MH Lafon avait repris tous les poncifs sur le monde agricole et le monde ouvrier (son ouvrier alcoolique et polonais ! Waouh ! cliché quand même) .... Un peu de simplicité, pour moi, aurait été bienvenu. Et l'histoire tourne court, elle s'arrête trop brusquement, sans qu'il s'y soit passé grand chose, et l'on se prend quand même à avoir envie d'une fin plus classique avec un épilogue qui réconcilie tout le monde et nous donne l'image d'un bonheur bûcolique autour d'une naissance, enfin : on = toujours moi, dans "l'amour est dans le pré", ça finit comme ça quoi !
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  noemiejardine le Dim 16 Déc 2012 - 11:42

les pays




  • Poche: 208 pages
  • Editeur : BUCHET CHASTEL (6 septembre 2012)
  • Collection : LITT FRANCAISE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2283024773
  • ISBN-13: 978-2283024775
présentation de l'éditeur:
Claire, fille de paysans du Cantal, est née dans un monde qui disparaît.
Son père le dit et le répète depuis son enfance ils sont les derniers.
Très tôt, elle comprend que le salut viendra des études et des livres.
Elle s'engage donc dans ce travail avec énergie et acharnement. Elle
doit être la meilleure. Grâce à la bourse obtenue, elle monte à Paris,
étudie en Sorbonne et découvre un univers inconnu. Elle n'oubliera rien
du pays premier, et apprendra la ville où elle fera sa vie. Les Pays
raconte ces années de passage.



c'est un texte vraiment finement ciselé.
le style est lent, paysan somme toute.Bien des tournures m'ont plus juste parce qu'elles sont celles d'un monde qui disparaît.
J'ai longtemps attendu qu'il se passe quelque chose...mais non, rien.
C'est un livre atmosphère. Il décrit la vie de Claire, fille de paysan qui monte à Parie faire des études de lettres....! à la Sorbonne....
sa vie entière semble se dérouler comme dans un rêve où elle tente de construire un pont entre 2 mondes, le paysan et celui de la ville....
la vie passe, et tout reste immuable, la jonction ne se fera pas....Claire reste comme inachevée....


une critique assez acerbe:
http://chroniquesdelarentreelitteraire.com/2012/09/romans-francais/les-pays-de-marie-helene-lafon
d'autres, plus empathiques:
http://www.babelio.com/livres/Lafon-Les-pays/413405


perso, j'ai aimé...c'est lent, plein de nostalgie et l'écriture très recherchée, morcelée ne m'a pas vraiment dérangée, lui ai trouvé une certaine poésie et comme une couleur de désenchantement.
4/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  noemiejardine le Sam 19 Jan 2013 - 9:57

sur la photo


quatrième de couverture:
C’est l’histoire d’un homme, Rémi, qui s’en va. Son absence est le sujet
du livre ; une absence au monde sous l’épaisseur douce et têtue des
présences mêlées.
Rémi habite Paris, porte de Bagnolet, une petite
maison refuge. Là, il enseigne l’histoire et la géographie et vit avec
Isabelle. Leur fille s’appelle Louise ; l’ami le plus proche, Renaud.
Depuis des années, Rémi collectionne les photos et écrit sur leurs
versos. Avant, petit garçon, Rémi vit à l’ombre de ses deux sœurs. Ils
habitent une grande maison. Les deux fenêtres de sa chambre donnent sur
la cour, le jardin et, plus loin, les prés. Là, on entend une rivière.
C’est une enfance muette, solitaire. La ville la plus proche est à
quarante cinq kilomètres.
Un jour, la sœur cadette meurt, écrasée par un autocar.
Un jour, sa fille Louise vient de fêter ses dix ans, Rémi disparaît.
Sur
la photo est un roman d’une grande maîtrise qui confirme le talent et
les obsessions de Marie-Hélène Lafon : l’enfance dure toujours et le
présent de l’homme fait est impossible.

Bon, commence un peu à me lasser de Marie-Helène Lafon, me faut une pause sérieuse...
j'ai aimé l'écriture lors de mes premières lectures,
c'est lent, musical et donne à voir les choses dites, une écriture pour scenariste en quelque sorte....
mais le film risquerait bien d'être ennuyeux!

à force, cette façon d'écrire devient lassante, comme une ritournelle qui trotte dans la tête et finit par énerver....
l'ambiance générale est plaisante, Rémi plaît et touche au premier abord, après, on comprend qu'il vaut mieux qu'il disparaisse, tant il a peu l'air de vivre vraiment ou ailleurs quand dans ses souvenirs...
Je garde toutefois une impression que Lafon est assez fortiche et sait mieux que d'autres faire revivre les odeurs...

3.5/5

avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  noemiejardine le Ven 15 Fév 2013 - 9:25

MO

Clarabel a déjà donné un très joli résumé:
Mo est un fils à maman, du moins il vit auprès de sa mère, désormais
veuve, il a trente-trois ans, célibataire, il s'occupe de tout dans le
petit appartement. Même aux yeux de sa mère, c'est presque une honte de
voir un homme s'occuper des tâches ménagères comme il fait ! Pourtant,
Mo s'applique, il aime récurer, ranger, soigner les pieds de la mère,
laquelle souffre et se plaint tout le temps. Elle a perdu un fils aîné,
Mohammed, et a souhaité nommer le dernier né de la même façon, pour
pallier le manque, mais selon ses dires, Mo n'est pas à la hauteur.
C'est un homme solitaire, taciturne ou renfrogné. Il travaille au centre
où il rencontre Maria, vendeuse à la ronde des pains. Fasciné par la
jeune femme, il l'épie, la guette, s'émerveille et rêve à de belles
histoires. Mais en réalité, les jours sont pluvieux, les gens se
querellent et la famille est oppressante.

j'ai aimé ce récit très simple, d'un fils solitaire, un peu lent, perdu dans ses pensées et dont on apprend qu'il rencontre des femmes, des femmes fatiguées et un peu tristes,
il est doux, attentionné et tout bascule parce qu'une jeune femme lui renvoie en pleine figure et en riant l'image d'un type pas très malin.....

4/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Réaliste-romantique le Mer 17 Avr 2013 - 16:55

L'annonce

Dans un village isolé de France, un agriculteur se met en ménage avec une femme et garçon venus du Nord. Mais sur le domaine vivent aussi la sœur et les deux oncles, qui regardent les étrangers avec suspicions. L'arrivée dérange les routines établies depuis des lustres. Les nouveaux venus espèrent de ce changement : ils ont fuit un passé, d'anciennes relations, mais est-ce que la cassure n'est pas trop forte?

Moi aussi je me serais cru dans un film de Raymond Depardon! Toutefois, ne pas avoir vu ses films justement, j'aurais cru que les personnages du livre étaient trop caricaturaux. Mais ils existent. J'ai bien aimé l'ambiance de la campagne à la fois reposante et oppressante, selon les saisons et l'humeur de celui qui la contemple. L'auteur ne cherche pas à faire une histoire à l'eau de rose, ni une critique ou une caricature. Parfois le lecteur se demande où le livre s'en va, mais le livre offre une fenêtre ouverte sur un peu de la vie de ses personnages, sans juger. Il y avait un avant, il y aura un après, mais sans gros bouleversement; la vie ordinaire.

3,5/5

le réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 2013
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Réaliste-romantique le Mar 29 Juil 2014 - 14:03

Les derniers Indiens

Jean et Marie sont les derniers représentants d’une vieille lignée de paysans auvergnats qui s’éteindra avec eux. Marie maintient les habitudes et les règles édictées par sa mère, basées sur les convenances et la tradition, mais elle ne peut s’empêcher de questionner en même temps leur bien fondée. Elle considère toutefois qu’il est trop tard pour essayer de changer, elle continue dans la tradition. La différence est particulièrement marquée avec les « voisins », des gens qui vivent sans convenance, presque sans dignité, hautement méprisés par la mère. Cela, malgré que cette famille réussie à développer sa production de St-Nectaire, ils deviennent les plus gros producteurs du département, réussit à prendre le virage gite de France, en aménageant certains bâtiments pour les touristes, et les jeunes de la famille s’amusent, vivent et quittent la région pour s’épanouir en ville.
 
Les valeurs et les jugements de la mère sont fascinants : elle n’origine pas d’une famille de nobles, mais seulement d’une famille établie dans la région depuis plus longtemps que celle des voisins. Toute classe sociale peut avoir son snobisme… L’attachement, délétère pour la famille, aux vieilles manières prime sur tout. La rigidité est telle que la mère étouffe ses enfants au point d’éteindre la lignée. Le livre n’est pas nostalgique, mais offre d’excellentes réflexions sur le passage à la modernité et le chambardement des traditions. Toute nouveauté est un défi pour cette famille. À chaque fois, ils sont un peu plus ébranlés et se replient un peu plus sur eux-mêmes.
  
p.150 « ...que rien ne change, jamais, ne devienne nouveau et étranger. »
   
5/5

le réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours :Sodome et Gomorrhe II (Marcel Proust), Une vie (Gut de Maupassant), Des gens comme les autres (Alison Lurie)
En attente : 
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 2013
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  noemiejardine le Dim 7 Sep 2014 - 13:31



  • Broché: 144 pages
  • Editeur : BUCHET CHASTEL (28 août 2014)
  • Collection : LITT FRANCAISE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 228302644X
  • ISBN-13: 978-2283026441

Présentation de l'éditeur:
Joseph est ouvrier agricole, dans une ferme du Cantal. Il a bientôt soixante ans. Il connaît les fermes de son pays, et leurs histoires. Il est doux, silencieux. Il a aimé Sylvie, un été, il avait trente ans. Elle n'était pas d'ici et avait beaucoup souffert, avec et par les hommes. Elle pensait se consoler avec lui, mais Joseph a payé pour tous. Sylvie est partie au milieu de l'hiver avec un autre. Joseph s'est alors mis à boire, comme on tombe dans un trou.
Joseph a un frère, marié, plus beau et entreprenant, qui est allé faire sa vie ailleurs et qui, à la mort du père, a emmené la mère vivre dans sa maison. Joseph reste seul et finira seul. Il est un témoin, un voyeur de la vie des autres.
Joseph est le nouvel opus de Marie-Hélène Lafon.

c'est la manière de dire qui fait le charme de ce récit.
une vie, une vie agricole, un monde qui s'en va, Joseph est probablement le dernier de son genre....
sympa.
4/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  dodie le Dim 7 Déc 2014 - 19:06

Les pays

 L'auteur nous livre ici un court roman à caractère très autobiographique. Claire est une fille d'agriculteur. Elève brillante, elle quitte la ferme familiale et son petit village auvergnat pour poursuivre ses études à la Sorbonne. 
Elle a du mal à s'acclimater à la ville et à s'intégrer à ses camarades citadins et souvent fortunés. Elle se sent toujours en décalage, n'osant que très rarement expliquer d'où elle vient  et pourtant elle sait bien qu'elle n'a plus sa place non plus au pays. D'ailleurs une fois diplômée elle restera à Paris.
Elle nous parle avec beaucoup de tendresse de son père qui vient la voir quelques jours par an et qui ne comprendra jamais la vie qu'elle a décidé de mener. Parfois on sent qu'elle est à la limite de ressentir une certaine honte comme lorsqu'il essaie d'engager une conversation avec des inconnus dans le métro mais elle nous parle de lui avec une certaine fierté malgré tout pour la vie difficile qu'il a menée.
Ils font partie de deux mondes qui ne se comprendront jamais.
Le style de l'auteur est très recherché mais ce roman se lit très facilement.
Une belle découverte.
Ma note 4/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4562
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  kattylou le Lun 8 Déc 2014 - 20:44

Chaque passage de Marie Hélène Lafon à la grande librairie me donne envie de découvrir son oeuvre .
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3496
Age : 53
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Chantal le Dim 1 Fév 2015 - 21:22

LES PAYS :
Buchet-Chastel - 203 pages


    Moi aussi, j'ai vu plusieurs fois Marie Hélène Lafon à La Grande Librairie et j'étais curieuse de lire un de ses livres. J'ai donc emprunté le dernier sorti à la bibliothèque. Eh bien, je rejoins beaucoup l'avis d'Ysla et de Zéta : J'ai beaucoup de mal avec l'écriture de cette auteure, très "ampoulée" comme dit Zéta, qui recherche un certain côté intellectuel, de très longues phrases, à sa décharge, très lisibles, mais tellement sans épaisseur, sans "âme". Et d'après ce que j'en ai vu et ressenti, ce style correspond très bien à la personnalité de la personne. J'avais l'impression de lire un texte travaillé et retravaillé, donnant un résultat de récit très "professeur" et manquant beaucoup de sensibilité, très froid. Et puis le récit n'est pas linéaire, passant du coq à l'âne dans un même paragraphe et parfois, dans une même phrase…. très curieux. Heureusement qu'il est court et se lit rapidement. Mais je suis sortie assez déçue de ma lecture.


  C'est le récit de la confrontation entre le monde rural, celui du Cantal, et le monde de la ville, celui de Paris. 


Dans le même genre, Annie Ernaux est d'un niveau bien supérieur...


   3/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2267
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Réaliste-romantique le Lun 8 Fév 2016 - 18:59

Liturgie

Recueil de quelques portraits d’habitants d’une région rurale, le pays habituel de Marie-Hélène Lafon. Les portraits ne sont pas liés, mais les mêmes thèmes les traversent : l’importance du non-dit, du quand-dira-t-on, de la tradition, des rôles assignés et du refoulement…
 
Les portraits sont courts mais nous mettent rapidement dans l’atmosphère du milieu des personnages. Les récits ne se passent pas toujours sur des fermes isolées, Jeanne se déroule même dans une petite ville, ce qui amène de la variété dans les expériences racontées. J’ai beaucoup aimé ce livre.
   
4,5/5

RR

_________________
Lectures en cours :Sodome et Gomorrhe II (Marcel Proust), Une vie (Gut de Maupassant), Des gens comme les autres (Alison Lurie)
En attente : 
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 2013
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Awara le Lun 8 Fév 2016 - 21:45

Plusieurs nouvelles de Marie-Hélène Lafon viennent être rassemblées dans un  recueil, Histoires. La première s'intitule Liturgie est très belle et cependant glaçante. Elle raconte la toilette d'un père de famille... L'oeil de l'auteur est implacable et d'une redoutable précision dans les détails mentionnés.

R.R. tu as Jeanne qui se trouve dans ton recueil; je l'ai aussi.

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 4064
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Réaliste-romantique le Dim 23 Avr 2017 - 14:09

Le soir du chien

Lors des vacances estivales en Normandie, Laurent, électricien vieux-garçon, s’éprend de Marlène, jeune femme rousse plus jeune que lui, et la ramène au sud de l’Auvergne. Ils s’établissent dans l’ancienne maison familiale qui était abandonnée. Malgré la réticence des gens du Pays face aux étrangers, Marlène est acceptée dans la famille : elle connaît la pâtisserie, a la main avec les enfants et ne regarde pas les maris des femmes. Un soir, le soir du chien, elle croise toutefois la route du vétérinaire et c’est le coup de foudre réciproque. Cette rencontre va perturber tout l’écosystème du village.

Marie-Hélène Lafon ne décrit pas qu’un couple, mais tout un réseau. On découvre trois générations de la famille de Marlène, de Laurent et du vétérinaire, dans un livre de moins de 150 pages. Les portraits sont rapidement esquissés, mais les personnages ne tombent pas dans la caricature. Lafon a une écriture simple mais belle. La narration est à voix multiples, j’ai eu quelques moments de confusion. J’étais aussi parfois confus entre tous les personnages mentionnés, mais ceci rejoint la forme lorsqu’on intègre une famille ou une communauté : on parle de l’oncle d’un tel qui a marié la voisine de l’autre, en présumant que vous savez de qui est-ce qu’on parle. Et ces éléments ne posent pas problème au point de bloquer la lecture. Il s’agit du premier roman de Marie-Hélène Lafon, jusqu’à maintenant j’aime tout ce que j’ai lu d’elle, et on retrouve déjà sa description de l’Auvergne rural.

« Pour lui, Marlène n’était pas partie parce qu’elle avait rencontré un autre homme, mais parce qu’on ne s’habituait pas à ce pays. On ne l’apprivoisait pas. À moins d’être né ici, on ne pouvait vivre et vieillir ici. »

4/5

RR

_________________
Lectures en cours :Sodome et Gomorrhe II (Marcel Proust), Une vie (Gut de Maupassant), Des gens comme les autres (Alison Lurie)
En attente : 
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 2013
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Réaliste-romantique le Dim 7 Jan 2018 - 14:19

Nos vies

La narratrice est une femme célibataire dans la soixantaine habitant Paris depuis plusieurs décennies. Elle observe son entourage, en particulier un homme, Horacio, qui va chez Francprix tous les vendredis à la même heure. Et il choisi de toujours passer à la caisse de Gordana, une émigrante de l’Est. La narratrice raconte ou invente, on ne sait pas, leur vie, ainsi que celle des membres de sa familles et d’autres voisins.

Lafon dépeint encore une panoplie de personnages en quelques coups de brosse. On retrouve encore le contraste entre la ville et la campagne, les difficultés d’adaptation (le père de la narratrice refuse de rencontrer son conjoint arabe, même après des années), la fugacité des relations en ville et les ragots de la vie dans les petits villages. Lorsqu’elle décrit un personnage, son style s’adapte au « parler » de la personne, ce qui donne l’impression d’être aussi là à écouter le personnage et offre parfois des expressions vieillottes et savoureuses.

4/5

RR

_________________
Lectures en cours :Sodome et Gomorrhe II (Marcel Proust), Une vie (Gut de Maupassant), Des gens comme les autres (Alison Lurie)
En attente : 
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 2013
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Hélène LAFON (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum