John GREEN (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

John GREEN (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Dim 4 Déc 2011 - 6:59


John Green est né le 24 août 1977 à Indianapolis, Indiana. Il a fréquenté un pensionnat d'Alabama assez semblable à celui de Culver Creek. À l'issue de ses études universitaires qui se sont achevées en 2000, il s'est installé à Chicago. Il est aujourd'hui présentateur de l'émission All Things Considered sur NPR, la radio publique nationale, ainsi qu'à WBEZ, une station soeur de NPR.
Qui es-tu Alaska? est son premier roman mais depuis il en a écrit d'autres.





Pour adolescents (et aussi pour les grandes personnes)
Michael L. Printz Award en 2006

La première phrase : "La semaine qui a précédé mon départ de Floride, où je laissais ma famille et ma petite vie insignifiante pour aller en pension dans l'Alabama, ma mère n'a eu de cesse de m'organiser une fête d'adieu."

Miles Halter a décidé de poursuivre ses études dans un pensionnat en Alabama. Sa vie en Floride est monotone, il n'a pas d'amis. Il part alors en quête d'un Grand Peut-Être. La spécialité de Miles c'est les dernières paroles. Il lit plein de biographies de gens connus. François Rabelais a dit sur son lit de mort : "Je pars en quête d'un Grand Peut-Être".

À Culver Creek, il rencontre l'amitié et même l'amour. Il rencontre aussi Alaska la fille la plus sexy du monde mais aussi la plus insaisissable.

Le pensionnat ça m'a plu car ça m'a rappelé des tas de souvenirs - les coups pendables bien sûr et tous les interdits. Mais les personnages de "Qui es-tu Alaska?" sont aussi confrontés à ce qu'il y a peut-être de plus atroce...

John Green est cultivé, j'ai aimé qu'il parle de plein d'auteurs. Le labyrinthe sur la page de couverture c'est pour les dernières paroles de Simon Bolivar : "Comment vais-je sortir de ce labyrinthe?" qu'on retrouve dans Le Général dans son labyrinthe, Gabriel Garcia Marquez. Le livre culte d'Alaska.

J'ai aimé mais pas autant que je l'aurais crû. Je trouve que ça manque de dynamisme, ce n'est pas toujours palpitant. Les commentaires sont tellement élogieux sur le net que je m'attendais à un chef-d'oeuvre, ce n'est pas un chef-d'oeuvre mais un très bon livre qui vaut la peine d'être lu.

Et puis les jeunes fument dans roman - ce n'est plus "cool" de fumer chez les adolescents en Amérique du Nord, loin de là. L'alcool, le sexe oui mais la cigarette ça ne colle pas avec la réalité.

Mais l'important est que mon adolescent a adoré. C'est l'un de ses coups de coeur.

"- C'est vrai que tu as lu tous les livres qui sont dans ta chambre ?
Elle a ri.
- Grand Dieu, non! J'ai dû en lire un tiers. Mais je compte bien les lire tous. Je les appelle la Bibliothèque de ma vie. Tous les étés, depuis que je suis toute petite, je hante les vide-grenier à la recherche de livres intéressants. Comme ça, j'ai toujours quelque chose à lire."

"Dans l'Etat d'Alabama, on peut se marier à dix-huit ans (quatorze avec la permission de papa et maman), mais pour fumer il faut attendre d'en avoir dix-neuf."


Note : 4/5

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  anna44 le Dim 4 Déc 2011 - 15:53

Ce bouquin me plait bien, je le note ! Smile

_________________
Mes lectures en cours : Quitter le monde, Douglas Kennedy
avatar
anna44

Nombre de messages : 1601
Age : 35
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Ven 14 Déc 2012 - 12:32

Le théorème des Katherine de John Green
(Nathan, 288 pages)




Colin vient de se faire largué par sa dernière Katherine. Il est sorti avec dix-neuf Katherine et il s'est fait larguer dix-neuf fois. Très chagriné, il part voyager sans but précis avec son ami Hassan. Jeune homme surdoué mais peu sûr de lui, il pense à un théorème des Katherine...

Ah, voici un roman jeunesse plein de charme, on parle d'amour, d'amitié et ... de mathématiques avec beaucoup d'humour. La partie mathématiques est drôle mais ça n'est pas celle qui m'a le plus passionné. Les notes de bas de page de l'auteur, différentes de celles de Pratchett, m'ont bien fait rire. Une lecture très plaisante qui se déroule dans la cambrousse du Tennessee et fait découvrir plein de choses intéressantes. Je crois bien que je relirai du John Green, il a une plume sensible, un peu déjantée et pleine d'humour.
Note : 4/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7281
Age : 33
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Ven 14 Déc 2012 - 16:12

Mon fiston no 2 vient de lire Alaska.......... il a adoooooooooooooré. cheers

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Ven 14 Fév 2014 - 21:40

Nos étoiles contraires de John Green



Hazel Grace Lancester a treize ans quand elle se fait diagnostiquer un cancer de la thyroïde. A seize, sa mère la convainc de fréquenter un groupe de soutien avec d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle va rencontrer Augustus…
J’avais un peu peur de me lancer dans ce roman avec le thème de la maladie mais la description de tous les cancers possibles et imaginables est contrebalancée par l’humour infernal de John Green. Les jeunes malades sont très espiègles sur leurs états et on arrive à oublier la gravité de leurs pathologies. Derrière tout ça, il y a une histoire d’amour qui nait entre ces deux jeunes et la maturité de ces amoureux m’a vraiment touchée. L’histoire avec l’auteur de son livre préféré m’a semblé prendre trop de place mais ça n’est qu’un détail dans ce livre tellement étonnant. 
J’ai aimé le titre par sa signification poétique, j’ai aimé cet amour intense mais ça n’a empêché pas les émotions de me prendre à la gorge. Ce roman fait réfléchir sur la vie, sur l’amour, sur la mort, sur le rire, sur l’amitié ! John Green, un auteur talentueux !

Note : 4.5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7281
Age : 33
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Aurore le Mer 8 Oct 2014 - 14:20

Nos étoiles contraires - John Green
(Nathan, 2014, 330 p.)

C'est suite au film que j'ai emprunté le livre qui avait l'air d'avoir fait un sacré buzz déjà au moment de sa parution. Mais il a suscité des réactions contrastées : certaines (car oui le lectorat ciblé est clairement féminin) l'ont adoré, d'autres ont trouvé que l'auteur chargeait la bête en pathos. Quant à moi, je fais partie de celles qui se sont laissées couler dans cette relation de petit couple malade.

Hazel Grace et Augustus vivent à Indianapolis et ne se seraient sans doute pas rencontré s'ils n'avaient pas tous deux été malades. Fréquentant un groupe de soutien, l'une a un cancer des poumons, quant à l'autre, il a déjà été amputé d'une jambe et est en rémission. Même si leur vie est un calvaire, cette rencontre bouleverse leurs habitudes et les oriente vers une grande relation d'amitié/amour.

C'est très beau de voir évoluer leur relation, de l'attirance à la tendre complicité puis à l'appréhension d'une fin qui s'annonce prématurée et pour l'un et pour l'autre. Alors, lorsque le futur est un vrai point d'interrogation, tous les jours prennent une saveur particulière et lorsqu'ils sont en plus agrémentées d'un nouveau sentiment, cette vie-là devient plus supportable et, oserais-je le dire, carrément excitante.

[...] ça faisait des siècles, comme si on avait déjà vécu une éternité ensemble, brève mais toujours infinie. Certains infinis sont plus vastes que d'autres. (p. 244)

Alors certes les situations sont sans doute édulcorées étant donné la gravité de la maladie : comment envisager un séjour à Amsterdam alors que le corps défaille déjà lorsqu'on monte un escalier ? Mais quelque part on a envie de croire en tout ça et le couple n'en parait que plus posté sur son petit nuage. Pour ceux qui l'ont lu/vu, j'ai juste envie de dire "ok" ce à quoi j'attends un autre "ok" de soupir extasié.
4,75/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Aurore le Mer 19 Nov 2014 - 16:24

Le théorème des Katherine - John Green
(Nathan, 2012, 283 p.)

Colin est tombé amoureux dix-neuf fois et chaque jeune fille s'appelait Katherine. Largué une nouvelle fois, il décide de partir dans le Tennessee avec son ami Hassan pour prendre du recul sur sa récente rupture. Le voilà débarqué à Gutshot, sur les traces de l'archiduc François-Ferdinand. Et dans son sillage, c'est Lindsey et sa mère Hollis qui leur proposent du boulot pour tout à fait se changer les idées.

Les voilà ainsi en paysage inconnu (après leur Chicago natal), embringués pour un mois de folie où Colin aura tout le loisir de potasser un hypothétique théorème qui expliquerait les relations amoureuses vécues avec toutes ses Katherine. Pourra-t-il ainsi prévoir à l'avenir lequel des deux partenaires sera le largué et lequel le largueur ? En tout cas il se donne les moyens d'établir la courbe parfaite intégrant tous les paramètres de couple.

Mais il suffit à Colin des quelques Katherine suivantes pour repenser avec nostalgie à la Grande Katherine comme à la porte-parole du Phénomène Katherine. Leur relation de trois minutes en était la quintessence même. L'immuable tango entre le Largueur et le Largué : veni vidi vici, et retour à la maison. (p. 90)

J'aime beaucoup les histoires de John Green qui sont une sorte de dépaysement entre adolescents qui se soucient du monde et des relations dans toute leur globalité. C'est une vraie bouffée d'air frais et, en plus, c'est chargé d'humour alors que demander de plus ?
4/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Aurore le Jeu 11 Déc 2014 - 15:57

La face cachée de Margo - John Green
(Gallimard, 2009, 389 p., coll. Scripto)



J'aurais pu assister à une pluie de grenouilles, marcher sur Mars, être mangé par une baleine, épouser la reine d'Angleterre ou survivre plusieurs mois en mer. Mais mon miracle fut différent. De toutes les maisons de tous les lotissements de Floride, il se trouve que j'ai atterri dans celle voisine de chez Margo Roth Spiegelman. (p. 5)

Ainsi commence ce roman qui nous glisse dans la tête de Quentin, un adolescent un brin renfermé mais qui est secrètement amoureux de sa voisine, Margo. Ils évoluent sur deux planètes : Margo est fantasque, populaire et démonstrative tandis que Quentin est un geek accro aux jeux vidéos et timide, notamment avec les filles. Même s'ils ont grandi ensemble, ils n'ont pas véritablement lié d'amitié mais sont curieux l'un de l'autre.
Une nuit, Margo s'invite chez Quentin afin de manigancer une vengeance durant la nuit : aller faire un tour chez tout ceux qui l'ont déçue, trahie. Et dans son équipée, elle emmène notre héros qui n'attendait que ce prétexte pour enfin se rapprocher de sa belle. Pendant toute la tournée ils ne sont qu'à deux et c'est donc une esquisse de petit couple qui s'ébauche dès les premières pages.
Le lendemain Quentin croit que leur relation va évoluer, qu'au lycée ils pourront enfin discuter à bâtons rompus. Sauf que Margo ne se présente pas à l'établissement, ni le jour d'après et Quentin apprend finalement qu'elle est partie, qu'elle a fugué de son domicile. C'est que la relation était tendue avec ses parents et que la "trahison" de ses amis a dû quand même précipiter son départ. Mais où est-elle allée ? Pourquoi ne s'est-elle pas confiée à lui, la veille ?

Commence alors un jeu de pistes grâce à un faisceau d'indices semés par Margo et qui semblent tous viser Quentin. Et cette quête très spéciale le conduit dans des endroits qu'elle a fréquenté, autour de grandes symboliques qui ont marqué sa vie. La course contre la montre est bien lancée et Quentin (Q pour les intimes) commence d'abord sa recherche seul avant d’entraîner à sa suite leurs amis (à lui et à elle). C'est une vraie mission solidaire qui s'organise afin de mettre la main sur la fugueuse et énigmatique Margo. Je dois dire que la dernière partie du livre m'a d'ailleurs tenue en haleine car le lecteur se demande fortement s'il retrouvera la facétieuse Margo du début. Et si, comme Quentin, il n'aura pas qu'affaire au vent.

Mais qu'elle est prenante la plume de John Green ! Il distille sur le ton de l'humour de grandes thématiques qui préoccupent sans doute de nombreux ados : la liberté, l'amitié et bien sûr l'amour. Le duo Quentin/Margo est charmant car tout les oppose et, à cet âge-là, cela parait bien insurmontable. Mais Q chamboule son quotidien, remue ciel et terre pour avoir le moindre signe de vie de Margo et c'en est bouleversant. Alors, êtes-vous prêt à plonger dans une histoire émouvante qui pourrait bien faire couler quelques larmes ?
4/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Mcchipie le Jeu 15 Jan 2015 - 8:32

Pour ma part, je n'ai lu que "Nos étoiles contraires" :

Un roman sans pitié. On ne nous épargne pas la tristesse dû à la maladie, au fait d'être mourant, de tomber sur des êtres odieux, séniles et cruels. Mais un roman qui ne nous laisse pas nous apitoyer sur le chagrin que nous réserve l'histoire. Une belle histoire entre adolescents, qui ont eu, qui ont toujours la vie dure. Le fait que l'histoire se passe avec des adolescents, donne à l'histoire un goût acide, une tendance piquante. Juste ce qu'il faut pour apprécier la lecture, malgré ce qu'elle raconte.
J'ai aimé ce roman, grâce à ce coté "rapeux". Roman rapidement avalé.

Note : 4/5
avatar
Mcchipie

Nombre de messages : 37
Age : 40
Date d'inscription : 02/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Lyreek le Dim 29 Mar 2015 - 17:43



Nos étoiles contraires - John Green
Nathan - 330 pages

Résumé

Hazel a 16 ans. A 13 ans, on lui a diagnostiqué un cancer de la thyroïde.
Trois ans plus tard, les métastases ont envahi ses poumons, elle ne peut plus vivre sans trimbaler partout derrière elle sa bonbonne d’oxygène.
A un groupe de soutien des malades du cancer, elle rencontre Augustus, dix-sept ans, amputé d’une jambe à la suite d’un ostéosarcome, maintenant en rémission.

Mon avis

Un roman très touchant, forcément au vu de son sujet difficile, mais tout en pudeur. Évidemment, c’est triste, on le lit la gorge serrée, mais c’est aussi bourré d’humour, et malgré la gravité de la situation, on ne peut s’empêcher de sourire et même de rire parfois.

Les personnages sont super attachants, dès le début j’ai beaucoup aimé Hazel qui refuse d’être réduite à sa maladie. Cette jeune fille est d’une sagesse et d’une lucidité étonnante. Sa relation avec ses parents est très touchante.

La maladie est certes très présente mais les ados restent des ados lambda avec les mêmes questions et les mêmes rêves. Des ados qui jouent aux jeux vidéo, sortent au cinéma, tombent amoureux, du moins tant que le crabe leur en laisse le répit…

Et bien sur, c’est une très jolie histoire d’amour également, pas du tout mièvre. Les sentiments s’installent en douceur en commençant par une belle amitié, puis évoluent. Là encore, les deux jeunes gens font preuve d’une grande maturité. C’est très émouvant.

En grande amoureuse des livres, j’ai bien évidemment adoré l’histoire autour du livre Une impériale affliction, le roman préféré d’Hazel qui s’arrête brutalement au beau milieu d’une phrase et l’obsession d’Hazel de connaitre le destin des personnages au point d’aller à Amsterdam questionner l’auteur en personne.

Bref, un livre qui touche au cœur, plein d’humour et très bien écrit, un livre qui nous invite à vivre notre vie pleinement, à accepter la réalité mais à poursuivre ses rêves.


4.75/5

_________________
Lecture en cours : La mémoire d'Abraham de Marek Halter

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2228
Age : 35
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  kattylou le Mar 31 Mar 2015 - 19:25

Tu m'as donné envie de le lire Lyreek
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3126
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Mcchipie le Lun 11 Mai 2015 - 13:13

Le théorème des Katherine - John Green



Lecture moins addictive que Nos étoiles contraires ou Qui es tu Alaska?.

L'histoire est originale, mais les personnages ne sont pas attachants. Entre Hassan qui a de grands principes, mais qui sonne creux, Colin qui est plus que nombrilo-egocentrique. Il n'y a que le personnage de Lindsey qui m'a intéressé, et aussi celui de Hollis.

Le lieu du récit est par contre assez ubuesque : une usine où on produit des cordons pour tampons hygiéniques.

Le tout avec en filigrane la recherche d'une formule mathématique qui pourrait prédire la fin de toute relation amoureuse, quelle horreur!

Bref, pas terrible.

3/5
avatar
Mcchipie

Nombre de messages : 37
Age : 40
Date d'inscription : 02/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Patience Aujourd'hui à 7:54

LA FACE CACHEE DE MARGO
Gallimard - Scripto 386 pages


Ma note : 4/5


Quatrième de couverture : Mar-go-Roth-Spie-gel-man, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours. Alors forcément, quand elle s'introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l'entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit. Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo ne se présente pas au lycée, elle a disparu. Quentin saura-t-il décrypter les indices qu'elle lui a laissés pour la retrouver ? Plus il s'en approche, plus Margo semble lui échapper...


Mon avis : Ce livre est le genre qui se dévore. On met le nez dedans, on se prend au jeu et on mène l'enquête avec Quentin. L'histoire est farfelue mais les personnages sont attachants. J'ai aimé le décalage entre Quentin et Margo, c'est cliché, mais c'est comme ça chez les ados, les différents groupes qui se forment en fonction de la popularité. Le style d'écriture est agréable, facile à lire. C'est une bonne lecture détente.

_________________
Lecture en cours : Méchamment Dimanche de Pierre Pelot
PAL : 283
Livres lus depuis le début de l'année : 27 (9681 pages)
avatar
Patience

Nombre de messages : 959
Age : 34
Location : Lorraine
Date d'inscription : 12/01/2011

http://quarte-editions.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: John GREEN (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum