Michela MURGIA (Italie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Michela MURGIA (Italie)

Message  Lacazavent le Ven 28 Oct 2011 - 15:54

Accabadora de Michela Murgia
Roman Seuil / 212 pages





Dans un petit village sarde des années cinquante, la vieille couturière, Tzia Bonaria, décide d'accueillir chez elle Maria, quatrième fille d’une veuve d’humbles origines. Ce sera sa « fille d’âme », à laquelle elle va apprendre son métier, offrir un avenir, tout en l’obligeant à s’appliquer à l’école, ce qui n'est guère courant pour une fille à l'époque. Maria grandit donc entourée de soins et de tendresse; mais certains aspects de la vie de la couturière la troublent, en particulier ses mystérieuses absences nocturnes. En réalité, Maria est la seule du village à ignorer la fonction de Tzia Bonaria, qui consiste à abréger la vie des mourants. La découverte de ce secret ne sera pas sans conséquence et il faudra bien des années pour que la fille d'âme arrive enfin à pardonner à sa mère adoptive.



C'est une histoire qui commence doucement, nous sommes dans un mouvement lent, l'écriture est simple et extrêmement fluide. Elle distille les sentiments, la tendresse, l'amour des personnages. Le poids des croyances se fait mystère dans cette société sarde rurale encore très isolées des grandes villes et de la modernité.
Maria est une petite fille seule, un peu triste, négligé par sa mère dont elle est la quatrième fille, pour elle est celle de trop. Confié au bon soin de Tzia Banaria, une vieille femme que l'on pense couturière, devenue aux yeux des villageois fill'e anima, elle va grandir entourée d'amour et découvrir le secret de la vie, de la mort.
Accabadora est un roman fascinant qui oscille au frontière du rêve et de la légende, on découvre un monde marqué de croyance. Michela Murgia joue des sentiments, ils sont partout sous toute forme sans qu' on ne se dise jamais qu' elle en fait un peu trop. Elle reste dans la justesse et ne tombe pas dans un pathos excessif. L'équilibre est juste même si parfois j'aurais aimé que certains passages fussent plus développé, un flou volontaire mais qui pour moi m'aura parfois gênée.
Un roman que l'on a beaucoup de mal à reposer

4,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michela MURGIA (Italie)

Message  Elfe le Sam 19 Nov 2011 - 13:46

Accabadora

Maria est vendue par sa mère à Tzia
Bonaria, une vieille couturière qui lui offre une vie d'études et de
"confort". Maria se sent bien auprès de la vieille femme. Mais peu à
peu, elle se rend compte que Tzia Bonaria lui cache quelquechose qui
lorsqu'elle le découvrira sera difficile à accepter...
Je n'ose en dévoiler plus tant cela
risquerait de gacher votre plaisir de lecture. Nous sommes plongée au
coeur des légendes sardes. C'est avec beaucoup de poésie que l'auteur
nous dépeint les us et coutumes de ce pays et la force du lien qui unit
les deux femmes. C'est un roman tendre, sensible et merveilleusement
bien écrit qu'il vous faut découvrir au plus vite si ce n'est déjà fait.


Ma note: 5/5
avatar
Elfe

Nombre de messages : 1781
Age : 37
Date d'inscription : 07/01/2009

http://elfique2.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michela MURGIA (Italie)

Message  Lyreek le Lun 1 Mai 2017 - 14:08



Accabadora - Michela Murgia
Le Seuil - 216 pages

Quatrième de couverture

Dans un petit village sarde, la vieille couturière, Tzia Bonaria, accueille chez elle Maria, » cédée » bien volontiers par une veuve d’humbles origines. Elle offrira à sa » fille d’âme » son métier et des études, choix audacieux pour une femme dans cette Sardaigne des années cinquante.

Maria grandit entourée de soins et de tendresse; mais certains aspects de la vie de Tzia Bonaria la troublent, en particulier ses mystérieuses absences nocturnes. Elle ignore en effet que la vieille couturière est, pour tous ses concitoyens, l’ accabadora, la » dernière mère « . Le jour où ce secret lui sera dévoilé, sa vie sera définitivement bouleversée et il faudra bien des années pour que la » fille d’âme » arrive enfin à pardonner à sa mère adoptive.

Mon avis


Bof, je ne sais pas trop quoi dire de cette lecture. Je n’ai pas détesté mais je n’ai pas non plus été emballée.

L’écriture est belle mais j’ai eu l’impression d’être tenue à distance, d’avoir observé de loin les personnages de cette histoire sans jamais vraiment les toucher du doigt et les comprendre. Surement parce que l’auteur garde elle-même une part de distance et de mystère avec ses personnages. Ainsi, le lecteur doit deviner ce que fait Tzia Bonaria lorsqu’elle sort la nuit, l’auteur ne le dit jamais clairement et reste dans le vague.

Résultat ? Une semaine après avoir terminé ma lecture, je n’ai déjà quasiment plus aucun souvenir. Seulement celui d’un agréable voyage en Sardaigne porté par une jolie écriture mais qui aurait mérité d’être plus développé et qui me laisse un gout d’inachevé.

Dommage…

3/5

_________________
Lecture en cours : Le fils de Philipp Meyer

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2298
Age : 36
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Michela MURGIA (Italie)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum