Henrik IBSEN (Norvège)

Aller en bas

Henrik IBSEN (Norvège)

Message  Lacazavent le Mar 4 Nov 2008 - 13:24

De : Sahkti1 (Message d'origine) Envoyé : 19/02/2006 22:04
Henrik IBSEN- Une maison de poupée
Editions Garnier Flammarion, ISBN 2080707922
Littérature scandinave

Nora est une jeune femme dépensière, mariée à un homme pour lequel l'honnêteté est une valeur idéale, qu'il convient de coupler avec l'épargne et le fait de ne jamais rien devoir à personne. Amoureux de sa femme, il cède volontiers à ses caprices. C'est sans doute pour lui un moyen efficace de la conserver auprès de lui et qu fil des années, Nora est devenue complètement dépendante de son époux, esclave de sa condition de femme mariée. Elle possède cependant un grand secret, une dette autrefois contractée, avec laquelel elle estime tenir son époux. Elle joue de cette manigance, la gardant en réserve au cas où, jusqu'au jour dramatique où son mari découvre le pot aux roses. Ce que Nora pensait être une arme fabuleuse en est réellement une, qui se retourne cependant contre elle...

J'ai toujours éprouvé quelques difficultés à penser que Nora était infantilisée par son mari, même si c'est l'analyse qui revient le plus fréquemment quand on évoque ce texte.
Elle m'apparaît au contraire comme une jeune femme complètement esclave du confort offert par son mari, tributaire de celui-ci pour mener la vie qu'elle entend mais consciente de la chose et profitant de celle-ci. Sans doute est-ce d'ailleurs pour cela qu'elle voue une telle importance à se secret qu'elle conserve jalousement, croyant qu'elle tient de la sorte son mari à sa merci. Nora me semble davantage calculatrice qu'asservie, elle arrive à profiter de la situation et ce qui paraît la déranger est, à mes yeux, plus le fait de ne pouvoir jouer à sa guise que celui de dépendre financièrement de son époux.
Sur ce point, Ibsen réalise une prouesse en inversant complètement le processus à la fin de sa pièce. Alors que beaucoup voient dans ce terme la libération de Nora, quittant mari et enfants, il ne semble pourtant n'y voir qu'emprisonnement. Nora est la victime de sa machination. Ce qu'on prend pour un acte de courage est une fuite, une résignation, le départ vers une autre vie qui pourrait être belle mais semble à première vue moins facile et plus dure que celle qu'elle abandonne.
De là, on peut évidemment longuement disserter sur la condition féminine et le fait de savoir si il vaut mieux perdre son confort et prendre la poudre d'escampette plutôt qu'aliéner son âme dans une union qui ne satisfait plus. Je reste persuadée que ce n'est pas le propos d'Ibsen, que celui-ci a d'abord et essentiellement voulu aborder la question du mensonge, de la confiance, de la trahison et de "l'arroseur arrosé".

Ma note: 3/5
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henrik IBSEN (Norvège)

Message  ligouchka le Lun 2 Aoû 2010 - 14:07

Henrik IBSEN, Une maison de poupée

Ce texte est une pièce de théâtre. Il a déjà été résumé. Je n'ai pas exactement eu la même vision de cette pièce que Sahkti1. Je vais donc donner quelques précisions qui sont en lien avec ma critique.

C'est une pièce en trois actes. L'action débute la veille de Noël. En quelques jours, tout va changer.
Les deux personnages principaux sont Helmer, un avocat qui est sur le point d'être promu directeur de banque, et Nora, sa femme, qui semble être frivole et dépensière. D'autres personnages gravitent autour d'eux: le docteur Rank, Krisitine Linde et Krogstad.

Les relations entre tous ces personnages sont complexes et beaucoup moins lisibles qu'il y parait de prime abord. Pour moi, à la fin de la pièce, Nora a pris conscience de sa servilité auprès de son père puis de son mari. Elle quitte sa condition de "poupée", abandonnant mari et enfants. Elle désire se libérer de son carcan familial.

J'ai beaucoup aimé cette pièce car tout est subtil, tout est esquissé. C'est au lecteur de faire le reste.
Sans savoir pourquoi, j'appréhendais cet auteur. A ma grande surprise, je l'ai lu très facilement et très rapidement. Je lirai probablement d'autres pièces.

Ma note: 4/5
avatar
ligouchka

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 14/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henrik IBSEN (Norvège)

Message  Parch le Sam 12 Fév 2011 - 16:53


Henrik IBSEN, Les prétendants à la couronne, 1863


La pièce constitue un drame historique particulièrement vivant : en Norvège au XIIIe siècle, Hakon devient roi mais Skul son jarl (gouverneur) veut le pouvoir pour lui seul et s'oppose à lui. La pièce raconte la lutte entre les deux hommes. La prise de pouvoir à Skul et la contre-attaque de Hakon. Des intrigues secondaires interviennent également : Hakon épouse la fille de son rival pour apaisé les tensions, Skul découvre qu'il a un fils illégitime qui devient son plus fidèle partisan, à la limite du fanatisme.

La force de la pièce est de réussir à rendre vivante une guerre civile de plusieurs années avec des retournements de situation, avec seulement quelques personnages. A la lecture on imagine les combats entre partisans des deux rois dans les rues de la ville.

Le sujet est tiré de la véritable histoire de la Norvège : la notice de la pièce indique qu'elle n'a jamais été représentée en rance du fait des connaissances précises sur l'histoire de la Norvège que sa lecture nécessite... Toujours est-il qu'elle a déjà été jouée avec succès en Allemagne et bien évidemment en Norvège.

Je ne sais pas si cet argument est vraiment valable. A la lecture, on imagine très bien la pièce adaptée en France. J'ai même eu l'impression de voir un spectacle du genre le Roi Lion ou Aladin de Walt Disney (une lutte de pouvoir entre le bon roi et le méchant gouverneur qui s'aperçoit au dernier moment des malheurs qu'il a causé à son peuple en le plongeant dans la guerre civile).

Ma note : 4/5

_________________
Accomplissement du challenge 2011 : 69 %, du challenge 2012 : 79 %, du challenge 2013 : 110 %
Accomplissement du challenge 2014 : ...
avatar
Parch

Nombre de messages : 619
Age : 33
Location : Aix-en-Provence, France
Date d'inscription : 25/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henrik IBSEN (Norvège)

Message  Liza_lou le Sam 12 Mar 2011 - 18:23

Une maison de poupée
(Le livre de poche, 156 pages)

Pour sauver son mari Helmer gravement malade, Nora a emprunté en secret une forte somme d'argent auprès du sinistre avoué Krogstad. Les années ont passé et sans rien avouer à Helmer, Nora a économisé sur le budget du ménage pour rembourser sa dette petit à petit. Mais peu avant Noël, Krogstad menace de faire chanter Nora si celle-ci n'intercède pas auprès de son époux pour que celui-ci ne le licencie pas du poste qu'il occupe à la banque. Que faire?

Dans cette pièce parue pour la première fois en Norvège en 1879, Ibsen se fait le chantre et le défenseur des femmes de l'époque. Autant dire que la publication d'Une maison de poupée fit scandale dans toute l'Europe! C'est que pour la première fois, Ibsen décrivait l'itinéraire d'une femme, épouse et mère, osant défier la tutelle de son époux et réclamant une liberté de pensée et d'action impensable à l'époque.

Pourtant les premières pages de la pièce nous décrivent une Nora insouciante, dépensière et volage, mangeant en secret des macarons et jouant à cache cache avec ses enfants. Et c'est presque avec le sourire qu'on entend Holmer l'appeler son petit rossignol, et la traiter, en réalité, presque comme un enfant qui ne saurait se débrouiller seul dans le monde qui l'entoure. Or, lorsque Nora dévoile son secret à Mme Linde, la perception que nous avons d'elle change du tout au tout : brusquement elle nous apparait comme quelqu'un de courageux et c'est presque avec mépris et dédain, voire avec gène que l'on suit alors les réactions d'Helmer à son égard. Car pour Helmer, Nora n'est que sa chose, son bien dont il est fier et qu'il aime exhiber devant tout le monde (ne veut-il pas qu'elle danse la farandole?). Oui, Nora est sa petite poupée qu'il se plait à façonner et traiter comme il aime. Alors lorsque Helmer apprend que Nora lui a menti, pire qu'elle a osé prendre une initiative qu'il juge complètement écervelée, sa fureur est immense. Et Nora de comprendre brusquement qu'elle n'a jamais été que rien pour son mari et que ce dernier n'a jamais cherché à la comprendre...

Si certaines scènes peuvent avoir vieilli - l'histoire ressemble quand même un peu à un vaudeville - les thèmes décrits par Ibsen restent malgré tout terriblement actuels. Certes, les conditions de la femme n'ont rien à voir avec celles de la pièce mais la perception, même inconsciente, que les hommes ont de la gente féminine a t-elle tant changé que cela? Une pièce, entrée dans le Panthéon de la littérature mondiale, à lire et relire et surtout, à méditer.

Ma note : 5/5
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 35
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henrik IBSEN (Norvège)

Message  Le petit montagnard le Mar 29 Mar 2011 - 20:09

Maison de poupées



Nora est prise par son mari Helmer, un gentil bourgeois, pour une femme superficielle.
Suite une urgence, Nora réalise un jour un faux en écriture pour pouvoir débloquer des fonds.
Le scandale gronde à la porte du bourgeois, mais l’affaire sera finalement étouffée.
Nora réalise cependant qe pour la première fois elle a es clefs de sa vie entre ses mains et elle a décide d’abandonner son mari pour vivre et dévouvrir la vie, ce qui jusqu’à présent lui avait été empeché par son pere puis par son mari.


Pièce de théâtre de 1879 qui a suscité des scandales à sa sortie. Depuis la morale a bien changé et rien ne parait plus choquant de nos jours. Mais on l’époque, si les bourgeois pouvaient aller au bordel, le mariage était lui sacré.

4/5

Le petit montagnard

Nombre de messages : 132
Location : Toulouse - France
Date d'inscription : 13/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henrik IBSEN (Norvège)

Message  Parch le Lun 25 Juil 2011 - 9:01

Henrik Ibsen, Hedda Gabler, 1890

Résumé wikipédia :
Hedda Gabler, fille du général Gabler, s’est récemment mariée avec Jørgen Tesman, un homme un peu falot qui aspire à un poste de professeur à l’université. Au retour de son voyage de noces, Hedda apprend qu’un de ses anciens amants, Ejlert Løvborg, est en passe de devenir célèbre. Jadis noceur et bohème, Løvborg s’est considérablement assagi sous l’influence d’une camarade de pension de Hedda, Thea Elvsted, que Hedda n’a jamais appréciée. Déçue de son mariage et irritée de l'influence de Théa sur son ancien amant, Hedda entreprend d’arracher Løvborg à Thea.

Mon avis :
J'ai vraiment du mal à lire du théâtre, je n'arrive pas à accrocher, je ne parviens à lire que quelques pages à la suite... Les personnages sont assez caricaturaux, il y a peu d'action. J'ai bien aimé l'aspect concurrence/admiration universitaire entre les deux personnages masculins. C'est vraiment un autre genre dans lequel j'ai du mal à entrer. La fin de la pièce pimente un peu l'affaire... Hedda est au centre de ces retournements de situation, je n'en dis pas plus.

Ma note : 3,5/5

_________________
Accomplissement du challenge 2011 : 69 %, du challenge 2012 : 79 %, du challenge 2013 : 110 %
Accomplissement du challenge 2014 : ...
avatar
Parch

Nombre de messages : 619
Age : 33
Location : Aix-en-Provence, France
Date d'inscription : 25/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henrik IBSEN (Norvège)

Message  Réaliste-romantique le Sam 25 Jan 2014 - 21:37

Une maison de poupée

Une lecture d’une pièce est toujours une lecture un peu étrange, comme regarder un documentaire de tournage (making of) d’un film ou lire les instructions de fonctionnement d’un appareil. Mais depuis longtemps, je voulais connaître Ibsen, surtout après avoir lu In One Person de John Irving, dans lequel les pièces d’Ibsen occupent une place importante.
 
Pour Une maison de poupée, le début m’apparaissait du babillage, les personnages ne semblaient que se préoccuper du bal et de leurs nouveaux postes. Mais c’est pour mieux ensuite faire surgir le drame, exacerbé par un rigorisme moral que l’on associe souvent aux Scandinaves. Et la puissance du drame augmente jusqu’à la fin, car alors que je croyais que le tout se règlerait finalement d’une manière prévisible, l’auteur réussit à allumer un autre feu, et le personnage de Nora se lève enfin debout. L’action de la pièce ne se déroule que sur deux jours, et Nora passe d’une poupée amusante à un être humain affirmé qui revendique son existence.

4/5

le réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : Ariane (Myriam Leroy)
En attente :   Laisser courir (Philip Roth)
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 2153
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henrik IBSEN (Norvège)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum