Philip ROTH - Pastorale américaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Philip ROTH - Pastorale américaine

Message  dodie le Mer 24 Aoû 2011 - 15:59

Pastorale américaine

Nathan Zuckerman, écrivain reconnu rencontre trente-six ans après l'idole de tout son lycée, de tout son quartier Seymour Levov dit Le suédois. Il a gardé toute la prestance et le charisme de sa jeunesse mais Zuckerman décèle que derrière cette belle façade se cache une tragédie. A sa mort, quelques jours plus tard, il décide de se mettre dans la peau de Seymour et imagine quelle a pu être sa vie.

Seymour Levov représente tout ce que l'Américain rêve d'être. Au lycée il est vénéré pour ses talents sportifs. Il n'hésite pas à s'enrôler dans les Marines pour défendre son grand pays qu'est l'Amérique. Devenu adulte, il refuse une carrière de sportif international pour reprendre l'affaire familiale: une fabrique de gants. Il épouse Miss New-Jersey et de leur union naît une petite fille: Merry. Bref une affaire qui marche bien, une belle maison, une vie de famille parfaite: le rêve américain est accompli!

Mais voilà l'Amérique dans les années soixante est confrontée à de réels bouleversements: les émeutes urbaines sont violentes. L'Amérique se déchire à cause de la guerre au Vietnam...... Les enfants se rebellent et refusent l'image que leurs parents se font de la vie, à commencer par la propre fille de Seymour, Merry, qui va finir par commettre l'irréparable.

Pour Le suédois, tout s'écroule et cet homme qui a toujours agi pour le bien de tous, qui a toujours évité les vagues revient sur le déroulement de sa vie pour trouver l'élément déclencheur du drame.

A travers ce roman, Philip Roth nous dépeint un pan récent de l'histoire américaine à travers les yeux d'un patriote convaincu. Mais il y a bien d'autres choses dans ce roman: les rapports parents-enfants, les relations au sein du couple, les difficultés du dialogue entre juifs et catholiques.......Tout ceci d'une écriture foisonnante et sans longueur.

Une très belle découverte 4,5/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4520
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philip ROTH - Pastorale américaine

Message  Lulu le Jeu 25 Aoû 2011 - 13:08

Super! Je l'ai emprunté hier. J'ai lu ta critique en diagonale pour ne pas me gâcher la lecture!
avatar
Lulu

Nombre de messages : 1229
Age : 36
Location : Cholet, Maine et Loire
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philip ROTH - Pastorale américaine

Message  Réaliste-romantique le Sam 17 Sep 2011 - 18:09

American Pastoral (Pastorale américaine)

Nathan Zuckerman retrouve l’idole de sa jeunesse, le grand frère d’un camarade de classe, meneur de toutes les équipes sportives, charmant, modèle, qui brilla dans l’armée, puis dans sa vie professionnelle, et maria même Miss New Jersey. Alors que Zuckerman le croyait l’incarnation du rêve américain, il apprend qu’un événement dramatique a créé une fracture dans le personnage et l’a toujours hanté.

Excellente peinture de l’Amérique des années soixante, de comment l’Histoire pouvait rattraper ceux qui s’y croyaient le plus à l’abri. J’ai quand même trouvé quelques longueurs. C’est un de ces livres où Roth aime fouiller en détails certains éléments. Ici, je crois que j’en ai appris plus que j’en voulais sur la fabrication de gants et l’histoire du New Jersey.

4/5

le réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1942
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Pastorale américaine

Message  anna44 le Sam 17 Sep 2011 - 20:53

Pastorale Américaine, Philip Roth

Mon résumé : Zuckerman, écrivain aujourd'hui mais ancien lycéen, retrouve après de nombreuses années celui qu'il a toujours considéré comme son idole, Seymour Levov dit "Le Suédois". Le Suédois était une sorte d'emblème durant ses années lycée, un personnage symbolisé en quelque sorte par la "Force tranquille", fascinant, mystérieux, déroutant...
Le début du roman est écrit sous la plume et surtout à travers le regard et les souvenirs de Zuckerman puis progressivement, c'est Levov lui-même qui va s'accaparer la plume et se raconter : sa rencontre avec Dawn, une catholique irlandaise, sa vie dans la société de son père spécialisée dans la fabrication de gants en cuir, ses relations avec ce père un rien "castrateur", avec un frère rebelle et surtout sa fille : Merry qui va basculer dans l'extrêmisme et le terrorisme. Pourquoi, Comment ? C'est ce que Seymour va tenter de comprendre tout au long de ces pages.

Mon avis : J'ai véritablement eu la sensation de lire deux romans différents dans ce livre. Bien que la transition entre les deux narrateurs se fasse tout en douceur, la partie "Zuckerman" et la partie "Levov" ne font pas appel à la même profondeur, au même registre.
La première partie semble centrée sur les souvenirs d'un homme qui a mené une vie plutôt tranquille, qui a gardé son âme d'adolescent et qui s'exprime avec des étoiles dans les yeux.
J'ai cependant trouvé cette partie assez ennuyeuse, notamment en ce qu'elle manque de profondeur tant dans le style que dans le fond de l'histoire.
On retrouve cette grande profondeur de sentiments dès que Levov s'empare des mots : on ressent la grande détresse d'un père, son incompréhension du monde et des personnes qui l'entourent, en particulier sa fille qu'il aimerait retrouver mais qu'il ne reconnait plus.
L'oppression qui enserre son coeur transparaît dans le style de l'auteur, à tel point qu'on aimerait pouvoir l'aider à reprendre sa vie en main et à retrouver une certaine sérénité.
L'histoire de ce père détruit est inscrit dans l'Histoire de l'Amérique avec une évolution flagrante du contexte social, avec la guerre de Vietnam partie prenante du roman, éléments qui sont très bien distillés dans le roman.
En ce sens, j'y ai retrouvé les mêmes sensations que j'avais eues à ma première lecture de Jonathan Coe dans "Bienvenue au Club", qui m'avait quelque peu déroutée mais pour lequel un attachement est né !
En sera-t-il de même pour Philip Roth ?
Suite au prochain épisode...

Ma note : 4.25/5

_________________
Mes lectures en cours : Quitter le monde, Douglas Kennedy
avatar
anna44

Nombre de messages : 1601
Age : 35
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philip ROTH - Pastorale américaine

Message  Lulu le Dim 18 Sep 2011 - 13:18

La pastorale américaine

Le roman ouvre sur le portrait du Suédois, ancien camarade de Nathan Zuckerman au lycée. Véritable icone de son lycée, admiré de tous le Suédois n'est plus le même; sa fille Merry a posé une bombe en protestation à la guerre du Vietnam tuant une personne. Le Suédois cherche à comprendre ce qui a pu la pousser à un tel acte.

Même si j'aime beaucoup Philip Roth je suis un peu moins enthousiaste que mes prédécesseurs. J'ai trouvé quelques longueurs dans ce livre et la construction un peu bancale. On fait sans cesse des sauts dans le temps j'ai eu un peu du mal à suivre!

Par contre j'ai adoré le personnage du Suédois, une vraie force de la nature: un homme que tout le monde admire tellement. C'est bien ce qui le rend d'autant plus touchant dans son malheur, il n'arrive pas à gérer les crises avec sa fille. Il ressent toujours le besoin de sauver les apparences en société comme lors de son déjeuner avec Nathan Zuckerman.

Comme Anna, suite au prochain épisode je vais lire J'ai épousé un communiste.

Ma note: 3,5/5
avatar
Lulu

Nombre de messages : 1229
Age : 36
Location : Cholet, Maine et Loire
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philip ROTH - Pastorale américaine

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum