Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Message  Shan_Ze le Sam 11 Juin 2011 - 22:05

Samarcande d'Amin Maalouf

Samarcande est la lecture commune de ce mois de juin. En ce dimanche 12 juin, vous pouvez commencer à poser vos critiques sur ce livre. Pour la petite histoire, je n'avais jamais lu Amin Maalouf et c'est en rencontrant un vendeur du marché aux livres qui m'en a grandement vanté l'histoire que, quelques semaines plus tard, lors de la rencontre des rats de Lyon de l'an dernier (déjà !), il s'est retrouvé dans ma PAL.

Je viens de finir ma précédente lecture (Racines), j'entame tout juste Samarcande et mon avis viendra un peu en retard (désolée !) mais j'espère que vous avez apprécié cette lecture pour ceux et celles qui l'ont lu.
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7333
Age : 33
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Message  dodie le Lun 13 Juin 2011 - 5:00

SAMARCANDE- Amin Maalouf

Quatrième de couverture: Samarcande, c'est la Perse d'Omar Khayyam, poète du vin, libre-penseur, astronome de génie, mais aussi celle de Hassan Sabbah, fondateur de l'ordre des Assassins, la secte la plus redoutable de l'Histoire.
Samarcande, c'est l'Orient du XIXème siècle et du début du XXème, le voyage dans un univers où les rêves de liberté ont toujours su défier les fanatismes. Samarcande, c'est l'aventure d'un manuscritqui, né au XIème siècle, égaré lors des invasions mongoles, est retrouvé des siècles plus tard. Amin Maalouf nous conduit sur la route de la soie à travers les plus envoûtantes cités d'Asie et nous ravit par son extraordinaire talent de conteur.

Mon avis: La première partie de ce livre qui se déroule au XIème siècle m' a beaucoup plu: l'impression de se promener dans un conte des Milles et une nuits. Tout y était: les personnages, les intrigues amoureuses, les trahisons..... Par contre la suite m'a paru très très longue et m'a presque ennuyé...Ce qui ne m'empêche pas de trouver à Amin Maalouf un grand talent d'écriture.
Une lecture donc mitigée pour moi: 3/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4435
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Message  lalyre le Lun 13 Juin 2011 - 7:08

Mon avis
Voici un roman historique ou j’ai appris beaucoup, tout d’abord je ne connaissais pas ce poète persan, Omar Khayyam, il est aussi question de son recueil de quatrains que l’on nomme “ Les rubaïyats “. Un autre monde aussi ou nous emmène Amin Maalouf, dans la Perse du Xle siècle, d'Ispahan, Bagdad et Samarcande , toujours sur les traces du poète qui est né vers 1050. De la fiction mais aussi de l’Histoire car le contexte historique et politique de cette époque est réel et les personnages tels que Nissan el- Molk, le grand vizir du sultan Malik Shah ou encore Hassan ibn al-Sabbah, fondateur de l’ordre des Assassins sans oublier Omar Khayyam, le poète, qu’ Amin Maalouf nous fait connaître ont tous existés. Quelques quatrains apparaissent au fil de la narration de l’Orient. Un roman ou j’ai dû m’accrocher car beaucoup de personnages avec des noms difficiles à mémoriser, une histoire mouvementée ou je me suis souvent perdue, obligée de reprendre ma lecture à quelques pages précédentes.ce n’est pas le premier livre que je lis de cet écrivain mais c’est le plus difficile à lire.......4/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4115
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Message  Liza_lou le Lun 13 Juin 2011 - 10:03

Samarcande
(Le livre de Poche, 376 pages)

Plus qu'une histoire, plus qu'un roman historique, Samarcande est une invitation au voyage, dans le Perse merveilleuse et onirique d'Omar Khayyam, poète et astronome de génie du milieu du XIème siècle. Le fil directeur du récit est le livre qu'écrivit Omar durant toute sa vie et où il y inscrivit ses célèbres Robbayat, ses quatrains sur la vie, le vin et les femmes. Perdu lors des invasions mongoles, ce recueil est retrouvé à la fin du XIXème siècle par Benjamin, un Américain parti alors dans un Orient en proie aux convoitises occidentales. Que reste t-il donc de la Perse d'Omar?

En suivant les traces de ce manuscrit, Amin Maalouf nous entraine donc dans cette civilisation subjugante qu'est la Perse, du XIème siècle (temps de sa magnificence) au début du XXème siècle, période pendant laquelle certains se sont élevés face à la domination étrangère et ont tenté de moderniser le royaume du Shah. Joyau du monde musulman voire du monde tout court au XIème siècle, la Perse d'alors est la civilisation la plus en avance sur son temps et cela, dans tous les domaines. Omar Khayyam en est une de ses figures de proue et dans cet empire qui s'étend de Samarcande à Bagdad, nous le suivons dans son périple où les guerres, les luttes pour le pouvoir sont légion. Mais c'est aussi une époque où de nombreuses découvertes et inventions font la gloire et la renommée persane.

Véritable cours d'histoire, Samarcande est un récit passionnant où le lecteur ne peut être que subjugué par la narration évocatrice d'Amin Maalouf, jamais ennuyeuse ou surfaite. Au coté d'Omar Khayyam, mais aussi d'Hassan Ibn Al-Sabbah, le fondateur de l'ordre Ismaélien des Assassins, de Nissan el-Molk, grand vizir du sultan Malik Shah mais aussi de Benjamin ou encore de Chirine, belle princesse musulmane, le lecteur part à la découverte d'un monde merveilleux mais aussi d'un art de vivre et d'une mentalité subtile et mélodieuse. Un livre magnifique où poésie, aventure et véracité historique se mélangent à merveille.

Ma note : 5/5
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Message  Philcabzi le Lun 13 Juin 2011 - 10:55

Samarcande
Ed. JCLattès, 1988, 376 pages

Ma note: 4/5

Mon avis:
Étrangement mon avis est tout à fait l'inverse de celui de Dodie! J'ai particulièrement aimé la deuxième partie du livre alors que la première ma laissé plutôt indifférente. Je pense que c'est l'abscence de repère qui m'a le plus dérangé. Je ne connais pas ou très peu de l'histoire ancienne de cette région du monde, je devient facilement embrouillée avec les différents titres et la potilique. Mais dans la deuxième partie je m'y suis retrouvée, j'ai suivi avec un grand intérêt les boulversements de la Perse. Le talent de conteur d'Amin Maalouf est indéniable, il sait retenir l'attention de ses lecteurs. Ce fut une très belle découverte tout de même, je vais certainement lire d'autres titres de cet auteur.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Message  cookie610 le Ven 17 Juin 2011 - 8:52

SAMARCANDE

Note : 3/5


Critique : Comme Phil (et donc contrairement à Dodie) personnellement,
ce sont les deux dernières parties que j’ai préférées. Même si j’ai bien aimé
les premières avec cette ambiance d’Orient du XIème siècle, j’ai eu plus de mal
à lire cette partie alors qu’à la fin, les pages défilaient toutes seules. Amin
Maalouf raconte vraiment très bien cette
histoire incroyable du manuscrit. Ce n’est pas vraiment le genre de livre que
je lis d’habitude et je suis contente de l’avoir lu parce que j’ai appris pas
mal de chose.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4649
Age : 26
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Message  Shan_Ze le Sam 18 Juin 2011 - 20:33

Samarcande d'Amin Maalouf
(Le livre de poche, 376 pages)

Quand j'ai commencé Samarcande, je ne pensais pas qu'une partie de l'histoire soit plus récente. Les deux premières parties se passent au XIè siècle et les deux dernières au début du XXè siècle. J'ai mis du temps à comprendre comment fonctionnaient les gens d'époque, comment délimiter chaque "camp". Mais j'ai bien compris que ce qui animait la plupart d'entre eux, c'était le pouvoir, la richesse. Et ça, quelque soit l'époque. J'ai bien aimé les deux premières parties, dommage que le temps passe si vite. J'ai eu un peu de mal à me mettre et à comprendre les secondes mais finalement, j'ai aussi aimé mais d'une façon différente. Samarcande, c'est un peu comme un conte qui nous montre le véritable visage des hommes à travers l'histoire.

C'est un roman qui j'ai envie de relire plus calmement, simplement pour mieux comprendre certains passages qui me sont restés un peu obscurs parfois.

Note : 3.75/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7333
Age : 33
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Message  Awara le Mar 21 Juin 2011 - 10:20

Comme beaucoup, j’ai été gênée par le lien à faire entre ces deux faces du roman.



Ce roman en deux parties tient son nom d’une ville de l’Ouzbékistan actuel, Samarcande, célèbre pour avoir été le lieu d’une riche vie culturelle. Elle fut proclamée par l’UNESCO, en 2001, carrefour de cultures et site du patrimoine mondial.



La première concerne Omar Khayyam, poète et savant qui y séjourna à la fin du 11ème siècle. Il fut élève d’Avicenne. Omar Khayyam est célèbre lorsqu’il est arrivé à Samarcande pour ses poèmes, les Robaïyat ; il est adulé pour ses connaissances en mathématiques, astronomie mais aussi menacé parce qu’accusé d’impiété. C’est un homme qui protège avant tout sa liberté, liberté d’écrire, liberté de penser, liberté religieuse, son indépendance face aux puissants.

Le cadi, c’est à dire le juge musulman, de Samarcande, Abou-Taher le sauve de fanatiques religieux, lui donne un cahier pour y rédiger ce qui lui tient à cœur, mais il devra le tenir secret.

C’est ce manuscrit qui est en fait le héros du roman. Le manuscrit parcourt la Perse avec Omar. Les poèmes qui y sont transcrits sont enrichis de superbes enluminures. Il croise la route de Hassan Sabbah qui fonde la secte des Assassins.

A Ispahan, il est accueilli par le sultan et son puissant Vizir, Nizam-el-Molk.

Dérobé à Khayyam, le manuscrit passe de mains en mains.

Cette première partie du récit laisse entrevoir les intrigues de cour, les tensions religieuses entre les différentes sectes, la corruption toujours présente.



Dans la deuxième partie, nous nous retrouvons, toujours en quête de ce manuscrit, à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème. Benjamin O. Lesage à la recherche de ce manuscrit nous introduit dans le monde riche et fragile de la Perse. Pays où la corruption est toujours présente et où l’inconséquence de ses dirigeants livre ce pays aux mains des grandes puissances, Russie et Angleterre en particulier, qui imposent une forme de colonialisme. Pourtant des hommes aspirent à rompre avec l’absolutisme et cherchent à instaurer une constitution. Dans cette partie, le roman d’Amin Maalouf raconte les enjeux politiques qui ont façonné cette région du monde.

A la poursuite de ce manuscrit, nous parcourons deux époques importantes qui ont façonné la Perse et l’Iran actuel et ont des conséquences dont nous entendons parler tous les jours, même s’il est souvent difficile dans le roman de démêler la réalité historique et la fiction romanesque.



Plonger du 11ème siècle où l’auteur décrit la beauté des paysages et des villes orientales au 20ème siècle dont le propos est essentiellement de nous faire prendre conscience d’un drame qui s’est joué hier et se poursuit aujourd’hui m’a déstabilisé dans ma lecture.



De fait le fil rouge qui traverse ce roman du 11ème au 20ème siècle est la violence qui règne dans cette partie du monde, que ce soit avec les intrigues de cour et les luttes entre différents chefs, avec les dominations russes et anglaises, les assassinats, le fanatisme religieux,… Quelle attitude tenir face à cette violence qui semble toujours présente dans cette région du monde ? Omar Khayyam refuse les charges politiques qui lui sont proposées et se tourne vers l’étude des étoiles, l’écriture de ses poèmes ou cherche l’oubli dans le vin. Benjamin Lesage refusera lui aussi la charge qui lui sera proposée. Ceux qui voudront aider ce pays dans son émancipation échoueront, parfois y perdront la vie. Quelle attitude avoir face aux dictatures et aux privations de liberté ?



Si ce n’est ce qui m’a semblé un certain déséquilibre dans l’écriture qui fait le lien entre les deux parties (j’ai failli interrompre ma lecture), j’ai été très séduite et intéressée par ce roman qui m’a fait découvrir Omar Khayyam dont je ne connaissais pas l’existence. D’autre part, j’avais lu un livre sur la secte des Assassins. C’est un autre éclairage que nous donne Amin Maalouf.

J’ai été très intéressée parce que ce roman nous permet d’appréhender l’implication des riches puissances qui se sont entendues pour asservir des gouvernements corrompus dans cette partie du monde et on peut réfléchir sur les responsabilités dans des régimes peu démocratiques, prêts à exploser..



Note : 4, 5/5

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3848
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Message  géromino le Sam 25 Juin 2011 - 11:20

"Samarcande" Le livre de Poche 2007 313 pages

C'est un livre qui m'a conquis dès les premières pages.
J'ai complètement plongé dans cet Orient mythique des Califes et Vizirs des 11 et 12e siècles, en découvrant ce glorieux et riche passé, ces villes prestigieuses, ces trésors de civilisation que l'Occident ne connaissait pas encore, à l'époque où les Turcs imposaient leur autorité sur la moitié du monde, avant que les hordes mongoles ne dévastent murs et population. Découvrir cet univers a été pour moi un réel bonheur de lecture: la plume d'Amin Maalouf fait merveille pour raconter l'Histoire et y intéresser le lecteur sans jamais le lasser.

La deuxième partie est bien loin des légendes, des riches cités et de cette société arabo-persane qui était synonyme de raffinement, de culture, de richesses. Ici c'est la réalité brute de la Perse, pas encore appelée Iran, déchirée entre les grandes puissances que sont la Russie et l'Angleterre: autres temps, autres conquérants. Cette période plus proche de nous paraît morne et sans relief. Sans doute, le charme oriental du temps passé n'agit plus, et pour cause: il est loin et bel et bien révolu. Reste l'Histoire contemporaine, que j'ai trouvée très instructive et très clairement expliquée.

Deux aspects, donc, dans ce livre, reliés par un habile fil conducteur: le Manuscrit de Kayyam. Kayyam, poète, astronome et libre penseur: l'évocation de sa vie à elle seule vaut déjà le détour.

Note: 4.5/5

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2691
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Juin 2011 : Samarcande d'Amin Maalouf

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum