Ron CARLSON (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ron CARLSON (Etats-Unis)

Message  Aurore le Mer 2 Mar 2011 - 22:53

Le signal - Ron Carlson
(Gallmeister, 2010, 222 p.)



Mack et Vonnie partent camper dans les montagnes du Wyoming. Ce n'est pas la première fois (c'est même la dixième) mais c'est sans doute la dernière. En effet, le couple vient de divorcer après de nombreux écarts de Mack qui est allé d'affaires louches en traquenards sans queue ni tête.
Vonnie s'est éloignée et a pris la décision de le quitter. Elle est maintenant avec un riche avocat nommé Kent. Quant à Mack, il sort de prison et est bien décidé à renouer avec cette femme qu'il a laissé partir. L'occasion de cette randonnée annuelle est donc parfaite pour évoquer le passé et faire de nouveau la route ensemble par l'avenir. Sauf que Mack n'a pas complétement laissé derrière lui ses vieux démons. En effet, il profite de la randonnée pour remplir une dernière mission : trouver une balise égarée lors d'un survol de la région. C'est un signal qui doit le guider jusqu'à celle-ci et ce signal, d'abord faible, va s'intensifier.
Le bandeau d'accroche nous annonce un "suspense à couper le souffle" dans ce récit en pleine nature. Je suis désolée d'être rabbat-joie mais pour moi le suspense n'a pas été au rendez-vous. La première partie de l'histoire est une découverte des deux personnages : l'un, bourru et qui a fait des erreurs, l'autre compréhensive et qui ne laisse pas le premier en marge de la société. Il faut dire que Mack est un acharné, un passionné : il souhaite garder le ranch de ses parents et cherche par tous les moyens le bon coup qui lui permettra de s'affranchir de ses dettes.
Puis la narration s'emballe quand la mission de Mack prend le dessus sur l'aventure personnelle et de couple. On sent l'homme comme un animal, à la fois effrayé et instinctif dans ses réflexes.
Je ne vous ai pas parlé de l'autre grand personnage de l'histoire. Il s'agit de la nature qui enveloppe les deux êtres dans un paysage changeant, à la fois merveilleux et sauvage.


Crédit : Snake River, Grand Teton du Wyoming

Car bien plus qu'une histoire à tiroirs dont la finalité est une énième escroquerie, c'est surtout la beauté de ces jours en pleine montagne qui nous tient en haleine. On est projetés dans un Wyoming à la fois désert et dangereux où affluent braconniers et bêtes à quatre pattes.
Et rien que pour ça, on redemanderait bien quelques pages de plus !

4/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ron CARLSON (Etats-Unis)

Message  noemiejardine le Jeu 17 Mar 2011 - 15:26

le signal

Aurore a fort bien résumé ce roman, n'y reviendrait pas.
Mark tente de renouer avec Vonnie.....et pour ce faire, il lui propose de faire comme chaque année une excursion dans leurs coins de pêche favoris....

C'est un beau nature writing.....
le Wyoming avant l'hiver...c'est cela qui est à couper le souffle...

ai vraiment aimé.
qu'il n'y ait pas eu le suspense promis par la bande d'appel...c'est quasi tant mieux!

4.5/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ron CARLSON (Etats-Unis)

Message  isaluca le Mar 24 Mai 2011 - 18:53

bonsoir

comme quoi les gouts et les couleurs!!moi je n'ai pas tres adherée à ce type de roman

c'est un peu plat mais effectivement les descriptions sont agreables et on s'y croirait mais ca s'arrete la

je n'essaierais pas de decouvrir d'autres livres de cet auteur
avatar
isaluca

Nombre de messages : 76
Age : 44
Location : lyon
Date d'inscription : 02/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Ron Carlson biographie

Message  petitemartine le Mer 29 Juin 2011 - 8:48

Biographie de Ron CARLSON


Ron Carlson le revendique : il est un "western writer", un écrivain
du grand Ouest Américain. Né dans l’Utah en 1947, il a grandi à Salt
Lake City dont il explore dès sa prime enfance les environs, campant et
pêchant en compagnie de son père. L’écrivain a gardé de ces escapades de
jeunesse un attachement profond pour la lumière, la faune et les
montagnes de son Ouest natal.

Aujourd’hui professeur de littérature à l’Université de Californie à
Irvine, Ron Carlson est venu à l’écriture par la nouvelle : les plus
grandes revues américaines ont publié ses textes mettant en scène des
personnages masculins, souvent empêtrés dans des soucis domestiques.
En 2007, il publie un roman Five Skies, salué par la critique aux
Etats-Unis, comme le sera en 2009, Le signal, aujourd’hui
traduit en français.

Ces romans s’incrivent tout deux dans la veine très américaine du "Nature
Writing
", une littérature "du dehors", consacrée aux grands
espaces, que les éditions Gallmeister ont décidé d’importer sur le vieux
continent. Le signal que son auteur qualifie volontiers de
"livre de randonnée" ("backpacking book") met ainsi en scène ses
personnages à l’ombre des montagnes immenses du Wyoming. Mais Ron
Carlson mêle le polar au road-movie et rythme la marche de son couple de
héros en instance de divorce d’un suspens électrique.
( source : Etonnants-Voyageurs )
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2416
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le signal

Message  petitemartine le Mer 29 Juin 2011 - 9:25

L'histoire :
Mack sort de prison, il espère prendre un nouveau départ. Il veut devenir un homme bien, c'est un grand amoureux de la nature et de la pêche. Son ex femme Vonnie lui avait promis de partir pour une ultime randonnée avec lui à sa sortie de prison. Et elle est au rendez-vous au pied du chemin en cette belle soirée de septembre.
Mack est heureux de retrouver la femme qu'il aime toujours secrètement, Vonnie -elle- est plus sur la réserve, elle a déjà tourné la page.
Nous voici donc partis pendant six jours ( six chapitres ) sur les chemins de randonnées que Mack- en grand amoureux de la nature- connait par coeur. La nature est vraiment omniprésente tout au long du roman,c'est un véritable personnage. Le style narratif de l'auteur est très visuel : on se rappelle nos propre randonnées, on a l'impression d'accompagner Mack et Vonnie le long du chemin, on pique-nique avec eux, on se réchauffe tranquillement au coin du feu,on pêche dans des lacs sublimes, on croise un élan, on déguste ces truites toutes fraiches et délicieuses, ces pancakes, ces "pattes d'ours".... Le premier jour de randonnée est paisible, intime, l'amour de la pêche réunit le couple comme avant - ou presque - Mack se remémore intérieurement son enfance, sa rencontre avec Vonnie, puis sa descente aux enfers et ses conneries qui l'ont menées tout droit en prison.
Et puis il y a cette histoire de signal mystérieux d'une balise perdue que Mack cherche à trouver à l'insu de Vonnie. Le lecteur est intrigué par cette histoire qu'on découvre petit à petit : un dernier coup de Mack ?
Et puis il y a aussi ces horribles braconniers que les randonneurs vont malheureusement croiser avec des cerfs ensanglantés...
Vous l'aurez compris, cette randonnée ne va pas se passer comme prévu, elle sera semée d'embûche. L'affection de Mack pour sa femme sera le moteur du livre, il sera prêt à tout pour sauver Vonnie et peut-être son couple.

Le signal est un très bon roman de nature writing qui mêle à la fois les
splendides paysages des grands espaces américains du Wyoming, la fin
d'une histoire d'amour entre deux êtres blessés et attachants et une histoire noire
qui nous tient en haleine. On s'y croirait, la petite randonneuse que je suis est conquise ! Pour moi, il mérite autant de succés - voire plus- que Sukkwan Island ( que j'avais d'ailleurs bien apprécié malgré son côté glauque que l'on ne retrouve pas ici ) les amoureux de la nature y trouveront vraiment leur compte.

Ma note : 4,5/5
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2416
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ron CARLSON (Etats-Unis)

Message  Aurore le Ven 9 Nov 2012 - 12:10



Cinq ciels - Ron Carlson
(Gallmeister, 2012, 257 p., coll. Nature writing)




Ils sont trois et c'est au cœur de l'Idaho et des montagnes Rocheuses, qu'ils vont apprendre à se connaître. Le premier, Darwin Gallegos, est contremaître d'un chantier colossal qui consiste à construire une rampe de lancement au-dessus d'un canyon pour un show télévisé. Il engage pour mener l'ouvrage un colosse taciturne, Arthur Key, ainsi qu'un petit nerveux nommé Ronnie Panelli. Ceux-ci sont motivés pour trouver du travail et le projet est une aubaine pour eux tous qui bringuebalaient dans une vie mal rangée. Tous sont hantés par leurs petits drames personnels : la perte d'un être aimé, les menus larcins, la solitude. Et c'est en effet trois solitudes qui se rencontrent bien au hasard puisque les deux ouvriers ont été embauchés au détour d'une rencontre. C'est dans une nature comme cadre à la fois impressionnant et imperturbable que les trois hommes vont cohabiter, se familiariser les uns aux autres, se raconter pour surmonter les épreuves passées. Le livre s'inscrit parfaitement dans le nature writing rondement mené car la nature est ici le vecteur d'une (re)construction à la fois matérielle et morale.

Les personnages d'Arthur et Ronnie m'ont fait penser aux emblématiques héros de Des souris et des hommes de Steinbeck (Lennie le colosse bourru et George le compagnon fidèle). Cette histoire d'amitié toute masculine m'a plue car elle prend naissance, en même temps que les fondations, sur des remparts fragiles. Car de parfaits inconnus appelés à vivre ensemble en continu est quelque part risqué. Leurs secrets ne pourraient-ils pas nuire au projet commun? Quelle est véritablement l'implication des trois dans les drames traversés?
Je le répète, car ça me semble nécessaire, la nature est le point d'ancrage de ces relations privilégiées qui se tissent au fil des deux mois qu'ils passeront à l'ouvrage. Le temps passe et la description du grand œuvre prend toute sa place. On suit la progression non seulement du chantier mais aussi des liens et de l'environnement incroyable qui est un décor de choix digne du grand rêve américain. Le style est assez masculin avec une écriture pudique, toute en retenue mais à la fois très concrète : pas de monologues ni d'arrière-pensées, ces gens-là dialoguent et extériorisent. Ils sont alertes et pleins de bonne volonté, c'est donc bien normalement qu'une fine équipe se constitue.

Darwin toucha la tasse de Key avec la sienne et but une gorgée. Les deux hommes restèrent dans les ténèbres muettes. La rivière n'était plus qu'un murmure et le ciel continuait à se peupler d'étoiles. Silencieux sur la mesa embaumant la sauge, ils sentaient la chaleur du whisky dans leur gorge, et pour Key, le silence paraissait une sorte d'équilibre entre une chose et la suivante, un pivot en quelque sorte, aussi solide et important que le poids qui l'accablait. Dans tous les coins du ciel nocturne rempli d'illusions, des satellites fusaient et d'autres lumières se déplaçaient par intermittence. (p. 176)

A travers la trame de la construction, il nous est aussi donné de découvrir les histoires individuelles des uns et des autres à travers les discussions mais aussi les rencontres extérieures. En dehors du chantier colossal, c'est la convergence de leurs opinions mais aussi la richesse de leurs expériences qui rend ce roman intéressant. L'entrelacement nature versus humains rend bien la dynamique d'un effort de conciliation de ce qui est inébranlable et de ce qui pourrait être teinté d'une magie éphémère (la rampe pour le show).
Très bon roman qui ne devrait pas décevoir les lecteurs du Signal.


4,5/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ron CARLSON (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Ven 9 Nov 2012 - 13:31

Merci!

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ron CARLSON (Etats-Unis)

Message  Chantal le Lun 16 Fév 2015 - 15:13

CINQ CIELS :
Gallmeister Editions - 258 pages.


Je viens de lire l'avis d'Aurore, et je n'ai vraiment pas grand chose à ajouter, vu que je suis en complète symbiose avec ce qu'elle nous dit.  Very Happy. Superbe écriture eh oui très masculine mais  ô combien plaisante, superbes descriptions de la nature, très belle analyse de trois personnages meurtris par la vie qui vont se lier d'amitié sur un projet de deux mois en pleine nature au bord d'un canyon. Une très belle lecture. (juste les descriptions des travaux quelquefois un peu longues à mon avis)


4,5/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2249
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ron CARLSON (Etats-Unis)

Message  dodie le Ven 20 Mai 2016 - 11:44

Le signal


Mack et sa femme Vonnie partent camper dans les montagnes du Wyoming juste avant l'arrivée de l'hiver. Cette randonnée est une véritable tradition pour eux: c'es la dixième année qu'ils la font mais ce sera la dernière. Mack, ayant hérité du ranch de son père il y a quelques années,  a tout fait pour pouvoir le garder et renflouer les dettes qui s'accumulent de plus en plus. Pour cela il n'a pas hésité à tremper dans des affaires louches. Le couple n'a pas résisté et Vonnie l'a quitté. Dès lors Mack sombre dans la boisson, la drogue et la déchéance et finit même derrière les barreaux. 
A sa sortie de prison, Vonnie lui propose de faire "leur randonnée" pour la dernière fois afin de soutenir moralement Mack. Celui-ci compte bien profiter de l'occasion pour reconquérir Vonnie mais il lui cache qu'il a aussi une mission à remplir dans les montagnes pour un intermédiaire douteux: retrouver une balise  égarée......

Mon avis est assez mitigé: d'une part c'est un très beau roman de Nature Writing: tout comme les héros nous partons en randonnée au milieu d'un paysage magnifique. Par contre "le suspens haletant" promis par l'éditeur n'est pas du tout au rendez-vous. J'ai d'ailleurs trouvé l'histoire de la balise tirée par les cheveux et elle nuit vraiment au reste du récit. J'ai beaucoup apprécié le début du roman mettant en scène Mack et Vonnie, l'histoire de leur couple, mais la fin m'a déçue...Dommage!

Ma note 3,5/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4539
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Signal

Message  nauticus45 le Sam 4 Nov 2017 - 17:10



[*]Broché: 222 pages
[*]Editeur : Editions Gallmeister (5 janvier 2011)
[*]Collection : Nature Writing
[*]Langue : Français
[*]ISBN-10: 2351780396
[*]ISBN-13: 978-2351780398
[*]Dimensions du produit: 20,6 x 2 x 14 cm
[*]
L'année écoulé a été difficile pour Mack. Afin de trouver de l'argent pour sauver le ranch de son père il est devenu convoyeur de drogue et a enchaîné les mauvais coups et les cuites pour les oublier. Rattrapé par la justice pour un acte mineur, il vient de passer plusieurs semaines en prison et retrouve la liberté en faisant une randonnée de plusieurs jours dans les montagnes du Wyoming. Vonnie, son ex femme, lui a proposé cette randonnée car ils ont effectué la même durant dix ans et à la même période, celle-ci sera la dernière mais ce sera pour elle une bonne façon de remettre Mack sur le droit chemin et de se dire au revoir correctement. Pour Mack les choses sont plus compliquées, il n'a pas complètement renoncé à Vonnie même s'il sait qu'elle vit désormais avec un avocat aisé, et n'est pas tout à fait prêt à retrouver le droit chemin.....

Outre les descriptions très réussies des montagnes du Wyoming, de la nature et de l'atmosphère de ces lieux, ce roman m'a beaucoup plu par sa manière de passer des retrouvailles d'un couple à une véritable course poursuite dans les montagnes. On bascule en effet du roman psychologique au suspense d'un roman policier sans avoir le temps de souffler et la quête de soi-même de chacun des personnages vire à une quête de survie vraiment effrénée. Cela donne un roman atypique mais très intense et réussi.

4,5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1558
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ron CARLSON (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum