Richard FORD (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Richard FORD (Etats-Unis)

Message  gallo le Lun 3 Nov 2008 - 16:44

De : louisemyheart (Message d'origine) Envoyé : 16/06/2005 15:23
PECHES INNOMBRABLES - Richard FORD

Dans ce receuil de nouvelles, Richard Ford fait ce qu'il sait le mieux faire:sonder les blessures superficielles de la vie amoureuse pour en déchiffrer le sens caché.
C'est dans le sens du détail que l'indicible devient leçon de littérature, à travers des personnages qui ne savent plus où ils se dirigent; à la longue, on en a le coeur qui se serre car tous ces gens ce sont nous même, avec nos fêlures secrètes, le poids de notre destin.
Richard FORd prouve une fois de plus, après son prix Pulitzer "indépendance", qu'il demeure un des plus grands auteurs contemporains, à l'égal style d'un Faulkner.

4/5

De : Mousseliine Envoyé : 21/04/2006 06:43
Richard FORD - Indépendance
(Seuil/Points, 1996, 573 pages)

Il n'y a pas plus américain que ce roman. La vie dans l'Amérique contemporaine dans tout ce qu'elle a de bon et de moins bon.

Notre héros, Frank Bascombe... divorcé, père de deux adolescents qui vivent avec leur mère dans le Connecticut, lui-même vit à Haddam New Jersey où les habitants sont plutôt bien nantis. Il est agent immobilier, une nouvelle carrière après un divorce difficile. Il a une petite amie, Sally, qui veut plus que ce qu'il est prêt à donner. Le tout se passe l'instant d'un week-end, celui de la fête de l'Indépendance. Et la signification de cette fête revêt un grande importance.

Il ne se passe pas vraiment grand chose ce week-end là pourtant Richard Ford nous tient durant près de 600 pages : D'abord on suit Frank dans son boulot, il fait visiter une maison à un couple désirant changer de vie, un couple du Vermont. Et là on a bien droit à 75 pages du récit de cette visite. Mais aucune longueur, on est bien accroché, car Richard Ford raconte des tas de choses passionnantes. Puis une visite éclair à son partenaire avec lequel il est propriétaire d'un petit casse-croûte comme il ne s'en fait plus, là où l'on trouve de la rootbeer et des hot-dogs, suivie d'une soirée passée avec Sally. Et le trajet pour aller prendre son fils de 15 ans, ils passent le week-end ensemble, histoire de se retrouver, en visitant les Hall of Fame consacrés l'un au football, l'autre au baseball.

D'une écriture intense, dense et touffue, Richard Ford va jusqu'au fond des choses dans les thèmes qu'il traite. Entre autres, les relations père-fils, relations d'un père divorcé avec un fils qui vit chez la mère et qui connaît une adolescence difficile. Les échanges entre les deux sont extrêmement intéressants, Richard Ford est un auteur qui détaille à souhait alors tout ça est très palpable et d'un réalisme effrayant. Puis c'est aussi la vie d'un homme divorcé dans la quarantaine mais là ce n'est surtout pas la crise de la remise en question comme dans tant d'autres romans où le personnage principal est souvent un faiblard, ici c'est déjà passé cette période de l'existence pour Frank Bascombe, on est dans l'après. Et encore plein de choses : ces couples et la maison de leurs rêves avec les illusions et désillusions, les villes de banlieue et ainsi de suite, c'est l'Amérique quoi!

Un incontournable pour tout amateur de très bonne littérature états-unienne. Pour ma part j'ai beaucoup, beaucoup aimé.

Un extrait : "Mais finalement, ce que le regret a de pire, c'est qu'il vous pousse à fuir le risque d'en endurer de nouveaux, tout en entrevoyant que rien ne vaut la peine d'être entrepris si cela n'est pas de taille à vous foutre la vie en l'air."

Note : 5/5
--------------------------------------------------------------------------------
Richard Ford est né en 1944 à Jackson (Mississippi). Il vit dans le Maine. D'abord classé - à tort - parmi les "faulknériens", puis aux côtés de Jim Harrison et de Thomas McGuane, Richard Ford ne cesse d'affirmer sa singularité. Avec "Un week-end dans le Michigan" et "Indépendance" (Prix Pulitzer 1996), il est devenu le chroniqueur intime d'une Amérique blanche en quête de son identité.


Réponse
De : melodie74 Envoyé : 18/09/2006 13:42
Je suis bien désolée d'être passée à côté de ta critique Mousseline, car elle est bien tentante. Je viens de lire un extrait du nouveau livre de Ford, The Lay of the Land (la suite) et l'histoire, l'auteur me disaient quelque chose alors je suis venue fouiller dans ma source de littérature préférée En tout cas, d'après ma lecture aujourd'hui et d'après ta critique, je pense que je vais aimer.

Mélo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

un week-end dans la Michigan

Message  noemiejardine le Ven 26 Mar 2010 - 11:59

Un week-end dans le Michigan

résumé: Présentation de l'éditeur
Franck Bascombe est journaliste sportif.
Divorcé, il vit seul dans une banlieue cossue de la côté est des Etats-Unis.
Pourquoi, après des débuts prometteurs, a-t-il renoncé à l'écriture ? Quel drame a bien pu détruire son mariage ?
Les flashs-back qui parsèment ce roman, dont l'action se déroule sur trois jours, apportent des éléments de réponse.
Mais aucune de ces explications ne vient à bout du mystère qui enveloppe le narrateur.

Après les exploits pyrotechniques de ses débuts, Richard Ford commence ici un nouveau cycle romanesque centré sur l'intimité, le secret, et le deuil d'une jeunesse à jamais perdue.

Poche: 490 pages
Editeur : Seuil (21 septembre 2002)
Collection : Points
ISBN-10: 2020564890
ISBN-13: 978-2020564892

On retrouve Frank Bascombe, chroniqueur sportif, fraîchement divorcé, père de deux enfants pré-adolescents.
L'écriture est dense, touffue, pleine de digressions, de retours en arrière mais aussi d'élucubrations sur les alternatives possibles...

Le narrateur analyse de façon quasi obsessionnelle ses sensations, ses sentiments comme les idées qui lui traversent l'esprit, et elles sont légions et si contradictoires!
Surtout, il reste fasciné des conséquences innombrables qu'une infime variation dans la façon de s'exprimer ou même simplement d'être pourrait avoir sur le cours des choses
et donc de sa vie.

Me suis surprise m'attacher à ce Frank Bascombe déboussolé et en recherche d'une femme avec laquelle il puisse nouer une relation durable et sincère.

ma note 4/5

avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  dodie le Ven 26 Mar 2010 - 16:18

J'ai lu ce livre il y a quelques temps et j'avoue que j'avais été déçue. Je n'avais pas du tout été emballée par son écriture et avais trouvé qu'il y avait trop de longueurs. Je pense que je devrais essayer un autre titre de cet auteur très apprécié des français....
avatar
dodie

Nombre de messages : 4550
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Lun 24 Juin 2013 - 20:04

Une saison ardente de Richard Ford
Points Signature / 212 pages




"A l'automne de 1960, alors que j'avais seize ans et que mon père était momentanément sans emploi, ma mère rencontra un homme du noir de Warren Miller et tomba amoureuse de lui. C'était à Great Falls, Montana..." Depuis que son père est parti combattre le incendies de forêts qui ravagent la région, Joé doit faire face à la soudaine désinvolture de sa mère et à la découverte de sa propre solitude.


Dès les premières pages, je suis tombée sous le charme de cet auteur de son histoire et de ses personnages. Une saison ardente est un roman sur l'enfance avec en toile fond le Montana en proie à des incendies de forêt. Joe est un petit garçon qui grandit en solitaire, sa famille se désagrège entre son père qui a fui pour aller combattre les incendies qui ravage la région sans avoir la moindre expérience du feu et sa mère qui semble l' oublier, Richard Ford nous plonge dans un roman oppressant, sensible et touchant. L' écriture est simple, précise, l' histoire nous est raconté avec un certain détachement. Alors certes de temps à autre Joe nous semble être un petit garçon aux réflexions bien trop mature pour son âge mais ce n'est pas le plus important dans l' histoire.    
Un auteur que je relirai avec bonheur.

4/5

Lieu : Montana

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Awara le Lun 24 Juin 2013 - 21:22

Je le note pour le Montana!

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 4032
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Ven 13 Déc 2013 - 2:03

Canada


Dell, adolescent de 15 ans, vit dans une famille plus que moyenne, mais il le supporte quand même bien. Jusqu'au jour où, surprise, ses parents commettent un braquage de banque. Étant amateurs dans le banditisme, comme dans tout le reste de leurs vies, ils se font capturer rapidement. Sauf que dans le Montana des années 50, la protection de la jeunesse tarde à venir prendre la relève des parents incarcérés. Dell passe d’abord une journée avec sa sœur jumelle, puis il part avec une collègue de sa mère qui l’emmène clandestinement au Canada, chez son frère qu’elle ne voit presque jamais. La mère de Dell préférait le confier à un inconnu plutôt que l’imaginer dans un orphelinat. Mais Dell se retrouve sous la garde d’un homme marginal, habitant une ruine de maison, dans un village fantôme de la Saskatchewan. Ce n’est pas une place pour un garçon de 15 ans…
 
Je ne suis pas du tout en accord avec le jury du prix Femina. Le texte est long, tourne en rond, traine en longueur. Il ne se produit en fait que deux événements importants dans le livre, mais ça dure quand même plus de 400 pages (j’ai lu la version anglaise). On sait dès la première page que les parents vont voler une banque, mais ça n’arrive qu’après plus de cent cinquante pages. On n’arrive au Canada qu’à la moitié du livre. L’auteur joue à titiller son lecteur en parlant un peu de quelque chose, changeant trop rapidement de sujet, puis y revenant plus tard. À force de répétition, ça use le lecteur. J’ai trouvé cet exercice lassant plutôt que stimulant mon intérêt.
 
Il y a aussi beaucoup de discussions de comparaisons entre les Canadiens et les Américains : de la pure caricature grossière. Les différences entre des Canadiens de différents coins du pays sont beaucoup plus fortes qu’un d’un côté et de l’autre de la frontière Montana-Saskatchewan. Et les contrastes entre Américains de différents états sont encore plus grands.
 
Louvoiements ennuyants.
 

2,5/5

réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1985
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  noemiejardine le Ven 13 Déc 2013 - 10:08

réaliste-romantique, que je suis heureuse de te lire.....
ne comprenais pas pourquoi je traînais tant dans ce bouquin....mais c'est qu'il est diablement ennuyeux!
OUF, ne suis pas la seule...en était à me dire, bon, un de plus pour les "lectures abandonnées"
c'est que jusqu'ici, n'avais lu que des critiques enthousiastes...
et me demandais ce qui m'arrivait....tellement de peine à lire parfois....
OUF, après t'avoir lu, laisserai ce Canada dans la pile des bouquins commencés et difficiles à finir....
ces temps, ai fait pas mal de "mauvaises pioches" de ce genre dans mes achats....Bah, c'est la Noël et c'est souvent une période assez chaotique.
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Ven 13 Déc 2013 - 12:53

De mon côté, j'ai la règle des 50 pages : c'est le moment où je me pose la question si je continue ou non. Là, je n'ai pas respecté ma règle et persévéré, car le livre servira dans mon challenge des états américain. Montana: réglé.

J'ai eu un petit regain d'intérêt lors de l'arrivée au Canada, mais ça n'a pas durée longtemps.
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1985
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Mandarine le Ven 13 Déc 2013 - 14:17

Ah mince!  Shocked J'en attendais beaucoup, moi, de ce bouquin!
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2149
Age : 32
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Chantal le Ven 13 Déc 2013 - 23:05

J'ai failli l'acheter mais finalement j'ai choisi le dernier "Kingsolver". Bien, je crois que j'ai bien fait... Smile 
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2260
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Ven 13 Déc 2013 - 23:52

Empruntez-le plutôt à votre bibliothèque.  Wink
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1985
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Mandarine le Sam 14 Déc 2013 - 17:15

Oui, je ne renonce pas à le lire! Mais en effet, peut-être que je vais plutôt l'emprunter  Wink 

Je suis curieuse!
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2149
Age : 32
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Aurore le Mer 8 Jan 2014 - 18:49

Canada - Richard Ford
(Éd. de l'Olivier, 2013, 477 p.)

Je crois que je vais aller à contre-courant des précédents commentaires qui évoquent un livre ennuyeux et plein de stéréotypes. Le fait d'habiter loin du Canada me l'a fait ressentir différemment car j'y ai au contraire trouvé beaucoup de dépaysement.

Great Falls, Montana dans les années 60. Dell a 15 ans et a une sœur jumelle prénommée Berner. Leurs parents sont très mal assortis : l'un est un fameux gaillard un peu rustre, l'autre est une Polonaise plutôt malingre tombée enceinte beaucoup trop tôt. Ils emménagent ensemble contre l'avis de tous. Pour donner raison à tous, Bev (le père) traficote dans des larcins impliquant des Indiens et voués à être découvert. Un jour, une idée folle leur traverse l'esprit : commettre un hold-up dans une banque du Dakota du Nord pour rembourser des dettes.
Ils sont tous deux rattrapés et envoyés en prison, laissant deux enfants promis à l'Assistance sociale. Berner fuit et Dell, grâce à la complicité d'une voisine, se réfugie au Canada chez un proche (...de la voisine).
La première partie se déroule aux États-Unis, quant à la seconde, elle suit le séjour chez Arthur Remlinger, propriétaire bienfaiteur qui l'a pris sous son aile. Il travaille, copine avec Charley Quarters l'assistant du boss et essaie de survivre sans se faire repérer.
Après le drame de la séparation infligée par l'emprisonnement des deux parents, intervient un autre drame qui secouera d'autant plus le jeune homme.

C'est un roman ponctué de grands désordres, de petites tragédies jalonnés de divers affrontements. Les adultes semblent prendre des décisions d'enfants (rester entre eux malgré l'entourage, le hold-up) quand les enfants eux-mêmes sont mis en position d'adultes (se débrouiller seuls, fuir, penser au futur).
Richard Ford nous livre un portrait de famille brillant car, bien que soudée, les frontières spatiales séparent ceux qui s'aiment presque bien plus que la prison qui retient les parents.

[...] je crois que, quand on meurt, c'est qu'on y consent. On cesse de lutter. C'est comme de rêver. Ca fait du bien. Vous n'imaginez pas que ça puisse en faire ? De céder, tout simplement. De plus lutter, lutter, lutter. L'inquiétude viendra à la fin, avec le regret. (p. 475)

J'ai pris volontairement un passage situé à la toute fin du livre car c'est vraiment celui qui m'a le plus bouleversée. Cette écriture parcellaire, toute en délicatesse clôt le livre à merveille et m'a laissé une impression d'achèvement tant stylistique que fictionnel.
Cette rentrée littéraire de septembre recèle bien des trésors... en littérature française et surtout dans le domaine étranger !

4,5/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Fabienne le Dim 2 Mar 2014 - 16:56

Canada de Richard Ford



Nous sommes dans le Montana dans les années 60. Nous découvrons une famille et leurs deux enfants, Dell 15 ans et sa soeur jumelle Berner.
Un jour, pour rembourser leurs dettes, les parents décident de braquer une banque. Arrêtés et mis en prison, les deux enfants se retrouvent seuls. Berner fuit et Dell se réfugie au Canada.


Critique :
C'est long. Très long, trop long !!!
La première partie du livre, par exemple, avant le braquage de la banque, décortique les parents et notamment leur physique. L'un est grand et rustre, l'autre petite et plus cultivée. A plusieurs reprises, l'auteur revient sur ces descriptions. A la longue, cela devient lassant d'autant qu'il ne se passe pas grand chose.
Il faut attendre le braquage pour que les choses bougent enfin et encore...
Etant donné qu'il s'agit du prix Fémina Etranger de 2013, j'ai du passer à côté de quelque chose.
J'ai lu la dernière partie en diagonale. Déçue.


Ma note : 2.5/5

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 52
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Dim 2 Mar 2014 - 21:02

C'est surprenant comment les avis sont radicalement opposés, c'est l'ennui ou l'encensement.

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), Les sabliers des solitudes (Jean-Simon Desrochers)
En attente : 
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1985
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Fabienne le Dim 2 Mar 2014 - 21:22

C'est sûr, où on l'aime ou on l'aime pas. Pas de juste milieu !!!

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 52
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

CANADA de R.FORD

Message  DKOIS le Sam 17 Jan 2015 - 16:56

J'ai refermé ce livre cette semaine.

Pour résumé ma lecture.
- Passionnant : NON
- Ennuyeux : NON

  Quand il y a hold-up et meurtre, on peut s'attendre à une écriture plus vive, c'est vrai !!! Effectivement le rythme est plutôt "monocorde". Par exemple ( et sans divulguer les points d'intérêt de l'histoire) la scène d'un meurtre de 2 hommes, de sang froid et devant les yeux d'un adolescent est décrit avec une banalité étonnante, sans vague.
Me concernant, le style précis, détaillé, crédible... de R.FORD m'a tenu attentif du début à la fin. C'est presque cette écriture banale pour une histoire qui ne l'est pas qui est déroutant et qui m'a plu.

Le bémol : C'est le lien entre les 2° parties de l'histoire. Une rupture brutale se produit comme si on recommencer un autre bouquin. La 3° partie tente de faire ce lien, mais de manière trop rapide et succincte. Peut-être manque-t-il 2/300 pages à ce livre ...

Ma note 3,5 / 5

Bonne lecture à tous.

DKOIS

Nombre de messages : 62
Age : 54
Location : Nord France
Date d'inscription : 10/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Jeu 3 Déc 2015 - 12:06

Un week-end dans le Michigan de Richard Ford
Franck Bascombe T1
Points / 512 pages



Journaliste sportif accompli mais écrivain raté, Frank Bascombe vivote en solitaire dans une banlieue chic du New Jersey, d'où il observe son voisinage avec une ironie débonnaire. Ce matin, comme chaque année, il se rend avec son ex-femme sur la tombe de leur fils. Regagnant sa banlieue, par cette journée presque ordinaire, Bascombe se prend à réfléchir, à rêver d'un destin différent...


Une lecture que j’avais commencé puis mis de côté il y a quelques années, impossible d’entrer dedans, je n’aimais pas cette écriture très dense et descriptive, l’histoire, qui je trouvais, s’étirait en des longueurs interminables.
Puis j’ai écouté il y a quelques jours une émission de radio où Richard Ford était invité pour son dernier livre en date, le dernier de la Série de Franck Bascombe, En toute franchise.  
J’ ai ressortit Un week-end dans le Michigan, le premier Franck Bascombe de mes étagères relu le début et cette fois j’ ai été complétement transporté dans son monde.
C’est une histoire d’ illusions déçus, de rêves perdus, la vie du narrateur Franck Bascombe a basculé le jour où il a perdu son fils ainé, son mariage a volé en éclat, ses deux autres enfants grandissent sans lui, son avenir de romancier prometteur a disparus depuis bien longtemps.
Tout semble lui échapper, pourtant il s’accroche à tout ce qu’ il croise sur son parcours aux hommes plus malheureux que lui, à ses conquêtes successives et nombreuses, à ses rencontres de journalistes, ses enfants, son ex-femme qu'il aime toujours.
C’est dense, sensible, il y a beaucoup d’ironie et d’humour, je me suis régalée.
J’ ai hâte de retrouver l’ univers de cet auteur.


4,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Sam 9 Jan 2016 - 14:09

Indépendance de Richard Ford
Franck Bascombe n°2, Prix Pulitzer 1996
Points / 608 pages

Quatrième de couverture :
Frank Bascombe est inquiet. Il doit passer le 4 juillet avec son fils âgé de quinze ans. A la veille de la fête nationale, il fait le bilan de sa vie. Agent immobilier, divorcé, séparé de ses deux enfants, il a renoncé à toute ambition et n'aspire plus qu'à une seule chose : l'indépendance. Mais par sa faute, son fils va frôler la mort et faire voler en éclats toutes ses certitudes.


Une petite dizaine d’année ont passé depuis « Un week-end dans le Michigan » on retrouve Franck Bascombe désormais agent immobilier, très bien implanté dans sa petite ville Haddam. De plus en plus désabusé et avec une bonne dose de cynisme il nous raconte son quotidien. À la différence de nombreux lecteurs, j’ai préféré « Un week-end dans le Michigan », dans celui-ci quelques passages m’ ont paru interminables, certains propos ou idées revenaient presque mots pour mots une centaine de page plus loin et puis les thèmes me parlaient et m’ intéressaient beaucoup moins.
Quand à l’accident qui sert d’accroche dans la quatrième de couverture, il ne survient qu’ à la toute fin du livre, c’est un point culminant dans le récit et non un rebondissement spectaculaire.
Une découverte à poursuivre.

4,25/5


Ce livre a été publié pour la première fois en 1995 aux États-Unis et l' on voit déjà poindre à l' horizon dans le récit la récente crise des subprimes (2007/2008).

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Sam 9 Jan 2016 - 15:30

J'ai arrêté la lecture de En toute franchise vers la page 45. Je trouvais qu'il ne s'y passait rien et je n'avais pas d'intérêt pour les réflexions du personnages. Je n'avais pas aimé Canada et j'avais aussi arrêté la lecture, en anglais, du premier volume de avec Franck B. Donc je crois que cet auteur n'est pas pour moi.

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), Les sabliers des solitudes (Jean-Simon Desrochers)
En attente : 
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1985
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  noemiejardine le Mar 10 Oct 2017 - 14:25

Entre eux

J’ai lu ces deux récits qui retracent la vie de ses parents.
L’ai lu en v.o.
J’ai trouvé très émouvant.
On a beau avoir connu ses parents, on les connaît peu somme toute.

L’ai rien lu d’autre de ce Richard Ford....
Les posts existants ne m’y incitent guère....
On verra bien.

Ma note pour celui ci 4/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Richard FORD (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum