Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Aller en bas

Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  gallo le Lun 3 Nov 2008 - 11:08

De : Houppelande (Message d'origine) Envoyé : 28/02/2008 01:14
Jonathan Safran Foer (né en 1977) est un écrivain des États-Unis bien connu pour son roman Tout est illuminé paru en 2002. Il habite Brooklyn avec sa femme, la romancière Nicole Krausss et leur fils Sasha.
-------------------------------------------------------------------------------------

Extrêmement fort et incroyablement près - Jonathan Safran FOER

Ce livre raconte l'histoire de Oskar Schnell, un garçon de neuf ans qui est surdoué. Il est très vif, invente des tas de choses, lit un livre de Stephen Hawkings et aime faire des expériences scientifiques.
La vie de Oskar a basculé quand son père est décédé dans les attentats du 11 septembre. Oskar se sent abandonné, lui qui avait une relation beaucoup plus proche avec son père qu'avec sa mère. Un jour, alors qu'il fouille dans le garde-robe de son père, il découvre un clé dans une enveloppe, dans un vase bleu. Oskar décide d'aller à la recherche de la serrure qu'ouvre cette clé.
Aussi, on retrouve des chapitres écrits par les grands-parents de Oskar, qui racontent une histoire tout à fait différente, commençant en Allemagne durant le guerre, et continuant à New York.

Je trouve très difficile de faire un résumé de ce livre tellement il s'y passe de choses. Je trouve que de tout simplement énoncer la quête de Oskar avec la clé ne présente absolument pas toute la richesse de ce roman.

Car je dois dire que je l'ai commencé à reculons, ce roman. Avec deux amies, nous avons un mini club de lecture et ce livre a été choisi (pas par moi comme vous pouvez vous en douter). J'étais réticente, habituellement les histoires d'enfants surdoués me tapent sur les nerfs, je n'arrive pas à m'identifier à ces enfants qui sont tellement plus savants que la plupart des adultes. Mais Oskar n'est pas juste très intelligent, il a aussi des émotions, des émotions terribles, presques dépressives, qui traduisent toute l'horreur de la mort d'un parent pour un enfant de cet âge, surtout de cette façon si incroyable, si surprenante et si ridicule. Et le personnage de la mère est très juste, très brillament décrit.

Évidemment, l'histoire d'Oskar est un peu "arrangée avec le gars des vues" (en fait j'imagine bien ce livre devenir un film), des gens si magnifiques et si originaux se retrouvent sur son chemin. Mais on est tellement happé par l'histoire qu'on s'en fout éperdument!

Et l'histoire des grands-parents n'est pas de trop, elle est passionnante et elle s'entremêle très bien au récit principal.

De plus, il faut mentionner la présentation du livre. Le texte est entrecoupé de photos, il y a des pages qui sont corrigées au marqueur rouge (du moins dans l'édition originale, dans le format de poche les couleurs disparaissent) etc. Ce qui fait de ce livre un récit très vivant mais aussi un livre très vivant.

Donc voilà, je vous le conseille vivement, ce fut une très belle et agréable surprise pour moi!

4.8/5


De : zeta-b Envoyé : 26/03/2008 11:10
"Extrêmement fort et incroyablement près" - Jonathan Safran FOER

En ayant pris un peu de recul et parce que ce livre mérite vraiment qu'on en parle,

Je vais encore vous pondre une critique fleuve dont j’ai le regrettable secret. Difficile d’expédier un commentaire sur ce roman en quelques phrases, sans le résumé qui a été bien fait par Houppelande, mais seulement avec les sentiments et les interrogations qu’il a suscités.

Il m’est difficile de décortiquer ce livre et de différencier ce qui m’a plu et ce que j’ai moins aimé, de parler de l’écriture, d’aborder des problèmes de compréhension et de style avec tant de souffrance contenue dans l’histoire.

Et c’est là que je m’interroge un peu sur le rôle de ma critique. Depuis quelques temps je lis des livres lourds de significations et dont les thèmes dérangeants s’imposent encore à moi, une fois la lecture achevée. Dans ce cas dois-je me contenter de dire si j’ai aimé ou non et parler uniquement de l’histoire et de la valeur littéraire de l’ouvrage ?

Ce roman m’a ramenée quelques années en arrière, il aborde en effet la tragédie du 11 septembre 2001. Evénement que j’ai suivi en direct, comme beaucoup d’entre nous je suppose.

Je dois dire que je ne suis pas quelqu’un qui affectionne les drames. Pas du genre à ralentir sur les routes pour bien observer quand un accident vient d’avoir lieu, je fuis "le choc des photos" et tout ce qui se rapporte de près ou de loin à du voyeurisme.

Mais le 11 septembre 2001 et les jours qui ont suivi, je n’ai pour ainsi dire pas quitté mon écran de télévision.

Ce que j’ai ressenti dans son intensité extrême n’a rien d’unique, je pense. En cette occasion il me semblait que l’indécence aurait été de vaquer à ma vie ordinaire, en faisant comme si de rien n’était. Alors, tétanisée, le cœur au bord des lèvres, je ne décollais pas de ces images qui passaient en boucle.

J’ai déjà lu sur ce qui s’est passé au Japon en 1945 (des témoignages plus édulcorés).Je ne savais rien par contre de ce qui s’est passé à Dresdes la même année (je n’étais pas née) et, là encore, les pages écrites ne sont pas de celles qu’on oubliera facilement ;

Sur le plan uniquement appréciation du livre en lui-même, dois-je dire, que j’en ai un peu assez de ces enfants surdoués dont la littérature fait ses choux gras en ce moment ? Dois-je dire que même très intelligents je n’ai jamais entendu un enfant parler de cette façon et réagir ainsi (les garçons de 8/9 ans je les côtoie et les vois vivre) ?

Dois-je remarquer que "la clef " est un procédé qui paraît artificiel et la résolution du problème assez improbable ?

Est-ce dans ce roman le primordial ou l’essentiel ? Il y a dans ce livre des pages, des phrases, des mots qui se gravent profondément en nous. Ce qui enrobe ce fait là n’a, au fond, pas énormément d’importance.


Réponse
De : Mousseliine Envoyé : 29/03/2008 19:11
Voilà encore une superbe critique Zeta! très émotive... mais finalement tu es contente de l'avoir lu ou pas, tu le recommandes ou pas?
Je ne sais pas si c'est vraiment une mode les enfants doués en littérature? je n'ai pas spécialement remarqué.
Je n'ai pas lu ce livre... mais effectivement il y a des enfants vraiment "surdoués".... il y a des écoles pour eux.


Réponse
De : zeta-b Envoyé : 29/03/2008 23:39
Et bien voilà Mousseline tu poses les bonnes questions, mais le problème c'est que justement je ne sais pas y répondre. Ce roman remue, chavire le coeur, fait mal. C'est ce que j'essayais d'expliquer. Trop de tragédies pour y trouver vraiment du plaisir mais quand on peut faire abstraction de ces éléments là, on peut trouver de l'intérêt à apprendre des événements de la dernière guerre mondiale et à suivre cet enfant dans ses recherches. Ce n'est pas un mauvais livre, il y a juste quelques aspects un peu superficiels. L'auteur avait un message à délivrer je pense, et cela il le fait très bien. Le reste c'est la couche de sucre extérieure qui cache l'amertume du coeur, à mon avis.


De : Hortense808 Envoyé : 31/03/2008 09:03
Extrêmement fort et incroyablement près, Jonathan Safran Foer 3.5/5

Intéressant mais des longueurs surtout dans la partie centrale. Surement parce que j'ai mis du temps à lire ce livre et que tous ces personnages s'appelant "Black" dans le roman m'ont un peu semée. J'ai bien aimé la fin, le concept de remonter le temps traduit sur le papier en mots et en image. Cependant l'histoire du vase m'a laissée un peu sur ma "faim"... une intrigue qui devenait tout à coup intéressante a tout à coup disparu de l'histoire.


De : odilette84 Envoyé : 11/04/2008 12:42
Extrêmement fort, incroyablement près - Jonathan Safran Foer

Un petit garçon, certes très intelligent, mais aussi très malheureux, part pour une quête difficile et pénible.
Son père était dans une des tours ce terrible 11 septembre 2001.
En cherchant dans les affaires du disparu, il trouve une clé…
Persuadé que son père lui a laissé quelque chose, il part à la recherche de la serrure que cette clé ouvrira.
Il découvrira sans le vouloir, l’histoire de sa famille…
Ce livre est l’occasion de traverser New York de part en part. Il est aussi l’occasion de découvrir d’une autre manière le traumatisme qu’a été le 11 septembre pour la population New-Yorkaise.
Cet événement médiatisé à outrance a presque fait oublier pour nous spectateurs lointains et impuissants que le commun des mortels y a perdu un membre de sa famille et par exemple, un papa adoré…
On s’est souvent attaché à dénombrer les disparus mais le réel traumatisme est pour ceux qui restent ;
Ce livre est très joliment écrit, émaillé de passages touchants, de photos, de pages tapées de manières originales pour mieux nous attacher au contexte.

Les histoires développées sont attachantes, originales, émouvantes.
Ce petit garçon, est à l’image de beaucoup d‘autres enfants, traumatisés, que personne ne doit oublier car eux…n’oublieront pas …
Je souhaite dés à présent lire d’autres livres sur ce thème, mais avant tout, des ouvrages sans larmoiement ni apitoiement sur son sort, à l’image de celui-ci
Ce livre donne envie de vivre et de profiter de chaque instant, car rien n’est acquis, tout est éphémère…surtout la vie
Ma note : 4,5/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Ven 5 Déc 2008 - 12:39

De : supermartine Envoyé : 2008-11-14 16:25

Extrêment fort et incroyablement près

J'ai eu un véritable coup de ceur pour ce livre.

A travers les yeux d'Oskar, enfant surdoué, inventif, spontané et attachant, l'auteur réussi un roman original sur l'après 11/9 , sur la perte d'un être cher...
Ce livre est très riche, aussi bien dans le fond que dans la forme !
On suit à la fois Oskar à la recherche d'une serrure au quatre coins de New York qui pourrait ouvrir une fameuse clé qu'il a retrouvée dans les affaires de son papa ; mais aussi l'histoire de ses grands parents lors de la seconde guerre mondiale entre Dresde et New York ; sa relation avec son papa, leurs jeux, les derniers messages avant l'effondrement des deux tours, sa maman plus présente qu'elle n'en a l'air, sa grand mère qui habite à côté et qui a tricoté une écharpe sans fin "le pire jour" etc...
Il m'a fallu du temps pour lire ce livre, difficile parfois de s'y retrouver car Oskar, comme beaucoup d'enfants, passe souvent du cocq à l'âne ! Petit à petit, le dernier jour de son papa est dévoilé jusqu'à ses dernières paroles au téléphone...

La recherche de la clé est donc entremélée de chapître sur l'histoire de ses grands parents, de souvenirs de soirées passée avec le papa à "corriger les fautes d'orthographes du time ! ", à raconter des histoires avant de s'endormir etc... à imaginer des inventions parfois amusantes, délirantes ! Par exemple, un matelas avec des trous pour mettre ce bras qui nous gêne tant lorsqu'on se met sur le côté !!

Le livre est aussi l'occasion de se promener dans les 5 ( ou 6 ! ) districts de New York, on rencontre plein de personnages originaux et attachants qui ont chacun une histoire ! J'ai particulièrement appréciée Mme Black qui nous raconte avec passion l'histoire de l'Empire State Building d'où elle ne veut plus descendre !
Bien sûr Oskar est une invention, il ne s'habille qu'en blanc, son livre préféré est "la brève histoire du temps" ( heureusement, il trouve certains passages un peu difficile ! ), un grand fan de Stephen Hawking à qui il écrit régulièrement ! Mais quelle importance si cet enfant est une pure fiction issue de l'imagination débordante de JS Foer ? Cet enfant aux "semelles de plomb", qui "se fait des bleus", qui a des insomnies a perdu son papa , il est inconsolable et recherche partout la présence de ce père adoré.
Comment faire face à la perte d'un être cher ? Comment vivre au mileu des étrangers après le 11/9 ? Reprendre le métro ? L'ascenseur ?

Tout comme Hortense, j'ai beaucoup apprécié la fin du roman, ce rembobinage en arrière à la fois par l'écrit et par l'image. Très belle fin.

Comme beaucoup, je me rappelle du 11/09/2001, je suis restée scotchée devant mon écran de télévision ce pire jour... Tout comme toi Zeta !
J'ai travaillé qq années à New York ( avant 2000) , j'y suis retournée cette année et c'est toujours impressionnant de voir cet espace vide et le peuple américain qui vient se recueillir au milieu des grues. Je pense que ces quelques années dans la Big Apple sont aussi la cause de l'émotion suscitée par ce livre !
Est-ce aussi parce qu'ils sont voisins mais j'ai retrouvé parfois une même atmosphère que dans les livres de Paul Auster ??

Bref, vous l'aurez compris, j'ai tout aimé dans ce livre à la fois joyeux et triste.
Merci de m'avoir lue et supportée jusqu'au bout !

Note : 5/5
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Sam 7 Fév 2009 - 19:41

C'était un plaisir de te lire supermartine, ta critique est plus que convaincante.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Lun 27 Avr 2009 - 11:38

Tout est illuminé de Jonathan Safran Foer
Points / 405 pages


Un jeune écrivain américain juif, ''Jonathan Safran Foer'', retourne sur les traces de sa famille en Ukraine. Il est guidé dans ses recherches par un jeune semi-illétrée mais qui parle un peu l'anglais, son grand-père -un aveugle qui conduit-, et Sammy Davis Jr. un chien officiel.l. Les aventures vont se succéder alors qu'ils parcourent la région à la recherche des vestiges d’un mystérieux village détruit par les Nazis en 1941.
Et puis, il y a aussi la chronique d’un shtetl appelé Trachimbrod dans les années 1791.


Un avis mitigé …
pour ce récit épique, décousu, parfois déjanté, décomposé en trois parties qui ne se rejoignent que très difficilement à mon goût.
C'est un livre qui m'a posé de nombreuses difficultés dans les cents premières pages tellement ce texte dégage une impression brouillonne et ''bordélique ''. J'ai été dérouté également par l'approximation voulu et recherché dans le vocabulaire, dérouté puis agacé malgré tout je m'y suis finalement habitué rétablissant de moi même les variations dans les mots.
J'ai véritablement commencé à apprécié une fois la moitié passé. Certains disent que cette écriture approximative, les phrases haché font de ce livre un véritable chef d'œuvre et de cet écrivain un presque génie. Moi ça a rendu difficile ma lecture, et je ne ai toujours pas perçu d'attrait particulier à ce style. De plus, j'ai trouvé l'idée d'écrire de cette manière presque trop forcé et sans aucun naturel. C'est un livre un peu trop éloigné de ce que je préfère dans mes lectures.
Pour conclure, je vous direz donc que ce fut une lecture pas mal sans plus et sans être une véritable révélation il a attisé ma curiosité c'est déjà pas mal… 3/5







Remarque : Ce livre a fait l'objet d'une adaptation au cinéma par Liev Schreiber ; il est sotie dans les salles en France en décembre 2005.
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 32
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  Lyreek le Dim 7 Fév 2010 - 17:52


Extrêmement fort et incroyablement près - Jonathan Safran Foer
Editions de l'Olivier - 424 pages

Oskar, 9 ans, est un enfant surdoué. Un an après la mort de son père dans les attentats du 11 septembre, il trouve une enveloppe avec le nom "Black" inscrit. Dans l'enveloppe, une clé, sans aucune autre indication.
Oskar se lance alors à la recherche du mystérieux Black et de la serrure qu'ouvre la clé, parcourant les différents quartiers de New York en espérant trouver une réponse à l'inexplicable.

Poignant et émouvant, ce roman est également très prenant.
D'abord grace à sa structure narrative, qui intègre des images, comme un journal intime auquel on ajouterait des coupures de presse, des courriers, etc... Ensuite grâce à l'alternance entre l'enquête d'Oskar et l'histoire de ses grands-parents. Enfin parce que ce livre parle de l'enfance et du deuil d'une manière touchante. Comment accepter une mort aussi injuste? Comment continuer à vivre après un tel drame? Et que peut comprendre un enfant de cet évènement qui a tout bouleversé?
D'une façon ou d'une autre, nous avons tous été profondément marqué par le "pire jour". Personne ne peut oublier ces images terribles et le désespoir de ceux qui ont perdu un être cher dans cette tragédie.
Plonger dans le roman, c'est plonger "extrêmement fort et incroyablement près" du drame, alors forcément on n'en sort pas indemne.
Mais malgré la gravité du sujet, Jonathan Safran Foer a réussi à écrire une histoire pleine de sensibilité sans aucune sensiblerie, une histoire qui touche au cœur parce que profondément humaine, tout simplement.

5/5 coeur

_________________
Lecture en cours : Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs
"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2410
Age : 36
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  DM29 le Dim 7 Fév 2010 - 19:01

Contente de voir que tu as aimé ce livre, un de mes coups de coeur de 2009.
As tu déjà lu des livres d' Auster ? Parce que certaines situations de ce livre sont typiquement austérienne. J'avais vu une interview de Safran foer où il disait qu' Auster était un de ses auteurs préférés et ça se ressent dans le livre.

_________________
study livres lus PAL : 10/47
avatar
DM29

Nombre de messages : 675
Age : 31
Location : Breizh
Date d'inscription : 21/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  lejeez le Lun 7 Mar 2011 - 18:18

Faut-il manger des animaux ?

(2010, Editions de l'Olivier, 360 p.)

L'écrivain américain réputé pour les deux romans critiqués ci-dessus a rédigé un essai critiquant l'élevage industriel.
Foer se place en citoyen lambda qui se demande simplement ce qu'il y a dans son assiette. Là où il se distingue du citoyen lambda, c'est qu'il ne va pas seulement se poser la question. Il va chercher, et trouver la réponse.
La question de la nourriture est éminemment complexe. Foer restreint le problème aux aspects éthiques, sociétaux et économiques mais évoque l'écologie, la santé, et la politique. Son livre est très bien documenté, et donne ses sources, accessibles pour la plupart sur internet. Ainsi, le livre permet à tout un chacun de se faire une idée et de découvrir quelques éléments de l'élevage industriel, un univers qui est on-ne-peut-plus secret et opaque (inutile de demander pourquoi...)

Si, dans un monde sans élevage industriel, la question du régime alimentaire peut faire l'objet d'une controverse légitime ; dans un monde où existe l'élevage industriel (environ cinquante milliards d'animaux abattus par an, après avoir subis une vie de souffrances permanentes), le végétarisme, ou tout du moins, un régime omnivore tourné vers l'élevage traditionnel (1 % de l"élevage), relève du devoir éthique.

Ce livre confortera les végétariens, comme moi, dans leurs convictions. Pour les omnivores qui ne seraient pas convaincus, ce livre leur apprendra, outre la manière dont la viande est produite, mais aussi ce qu'elle contient.

"Nous ne pouvons pas plaider l'ignorance, seulement l'indifférence. Les générations d'aujourd'hui sont celles qui ont appris. Nous avons la charge, mais aussi la chance de vivre au moment où les critiques à l'encontre de l'élevage industriel se sont frayé un chemin dans la conscience populaire. C'est à nous que l'on pourra demander, à bon droit : "Qu'est ce que vous avez fait quand vous avez su la vérité sur le fait de manger des animaux ?"



avatar
lejeez

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 28/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  catherine le Mer 29 Fév 2012 - 2:34

Extremely loud and incredibly close
Éditions Mariner Books
326 pages


Ça a été une lecture plutôt inégale pour moi. J'ai commencé le livre en étant mélangé lors des chapitres des grands-parents, j'avais de la difficulté à discerner qui était le narrateur. Le fait que le père et le grand-père s'appellent tout deux Thomas n'a pas aidé... ensuite, le style d'écriture me déplaisait par moments, c'est un style qui reflète beaucoup la pensée - en répétant certaines idées, en mentionnant des idées sans lien direct pour le lecteur. Le niveau de langage était plutôt faible et aurait pu évoluer davantage entre les chapitres du garçon et des grands-parents.

Les particularités du livre - photos, mise en page m'ont parfois fait sourire, parfois dérangé (le texte encerclé de rouge, surtout) mais je ne suis pas vendue au concept.

Ceci dit, j'ai apprécié l'histoire, j'ai même versé des larmes à la fin. Il y a plusieurs moments très forts et le deuil est très bien traité, on comprend les différent sentiments des personnages et chacun est sympathique à sa manière. Un peu surréel en raison de l'intelligence du garçon, mais on aime y croire... un peu de magie pour se sortir des malheurs de la vie ne fait pas de mal à personne. C'est d'ailleurs ce qui arrive à plusieurs des personnages de l'histoire, qui change le cours de leur vie au contact de ce garçon spécial. Et certaines répliques d'Oskar m'ont fait rire à voix haute! Un roman agréable avec une touche d'originalité, j'ai bien apprécié ma lecture somme toute!

Et bien entendu, j'ai eu la chance de lire le livre dans le cadre d'une lecture commune, qui a rendu le tout très agréable!

3.5/5 pour moi

_________________



Lectures en cours:
The strange case of Dr Jekyll and Mr Hyde and other tales of terror de Robert Louis Stevenson
avatar
catherine

Nombre de messages : 611
Age : 41
Location : Montréal
Date d'inscription : 07/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  Cyrielle le Ven 2 Mar 2012 - 10:23

EXTREMEMENT FORT ET INCROYABLEMENT PRES



Présentation de l'éditeur
Oskar Schell est inventeur, entomologiste, épistolier, francophile, pacifiste, consultant en informatique, végétalien, origamiste, percussionniste, astronome, collectionneur de pierres semi-précieuses, de papillons morts de mort naturelle, de cactées miniatures et de souvenirs des Beatles. Il a neuf ans. Un an après la mort de son père dans les attentats du 11 septembre, Oskar trouve une clé. Persuadé qu'elle résoudra le mystère de la disparition de son père, il part à la recherche de la serrure qui lui correspond. Sa quête le mènera aux quatre coins de New York, à la rencontre d'inconnus qui lui révéleront l'histoire de sa famille. Après le choc de Tout est illuminé, cet étonnant objet littéraire et typographique explore à nouveau, mais sur un autre registre, les chemins d'une mémoire à jamais perdue. Quand tout a été oublié, il ne reste plus qu'à inventer.

Ma note: 4/5
Un roman touchant et très émouvant sur la perte d'un proche.
Le style est extrêmement original mais l'histoire vaut la peine de s'accrocher. En fait, il y a deux histoires en parallèle, celle d'Oskar qui part à la recherche d'une mystérieuse serrure, et l'histoire d'amour particulière entre ses grands parents.
Dans ce livre, les personnages secondaires sont aussi très attachants comme M. BLACK, le voisin centenaire ou encore la mère d'Oskar qui essaie de cacher sa souffrance à son fils.
Un roman très riche qui monte en puissance plus on avance dans la lecture.
J'ai hâte de voir l'adaptation ciné qui a été faite.
avatar
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 7750
Age : 31
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  Aurore le Ven 2 Mar 2012 - 15:36


Extrêmement fort et incroyablement près - Jonathan Safran Foer
(Points, 2007, 460 p.)


Oskar Schell est un petit gars d'à peine 9 ans qui a plein de passions, de loisirs, de rêves. Son père est pour lui u modèle car il est attentif et inventif. Ce sont d'ailleurs des qualités qu'on retrouve chez le fils, devenu sensible à son environnement mais aussi curieux de tout le reste. Un jour terrible, le 11 septembre, son père bijoutier a rendez-vous dans une des tours du World Trade Center. Le téléphone retentit et c'est le répondeur qui au bout. Des messages affluent où la voix du père est lointaine, entrecoupée par la catastrophe qui se joue.
Peu de temps après, Oskar, en fouillant les affaires de son père tombe sur un vase qui contient une enveloppe. Et dans l'enveloppe il y a une clé. Qu'ouvre-t-elle? Quelle est son mystère? Commence pour Oskar une aventure passionnante à travers tout New York à la recherche de la serrure adéquate qui lui apportera la réponse. Car la clé est forcément un indice laissé par le père à son fils et Oskar est bien décidé à trouver des réponses, quitte à y passer du temps.

Je ne peux que remercier Petitemartine pour ce cadeau lors de la rencontre des rats à Nantes. Merci également à la sortie du film qui aura eu le mérite de précipiter cette lecture dans mes priorités. J'ai été quelquefois perplexe par la mise en page : parfois un texte très dense puis quelques mots échoués sur une page blanche, parfois des chiffres, des caractères d'imprimerie noircis pour ne former qu'un fond obscur. C'est osé, y a pas à dire et ça m'a plu ! Je peux adresser le même appréciation aux images qui ponctuent le texte, en particulier les serrures qui demeurent désespérément verrouillées. On encouragerait presque le jeune Oskar et, s'il existait, on voudrait bien lui prêter main forte. Heureusement, il n'est pas seul et les adultes qui le côtoient sont bienveillants et pleins de philosophie.
C'est un très bon moment de lecture qui émeut ! Maintenant place au film qui me promet lui aussi un bon moment !


4/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2141
Age : 31
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  Parch le Dim 4 Mar 2012 - 10:27

Jonathan Safren Foer, Extrêmement fort et incroyablement près

Très belle histoire : l'auteur a réussi l'exercice difficile de produire un roman atypique sur le 11 septembre, rendant pleinement hommage aux victimes sans utiliser les ressorts classiques de ce genre de littérature.

La lecture est une peu difficile du fait de narrations multiples qu'on a un peu de mal à identifier au début mais l'histoire est très belle.

A noter également l'adaptation cinématographique.

Ma note : 3/5 (la note serait je pense supérieure si je le relisais maintenant à la lumière du film).

Mot-clés : 11 septembre 2001, relation père-fils, deuil, enfant surdoué, enquête, New York

_________________
Accomplissement du challenge 2011 : 69 %, du challenge 2012 : 79 %, du challenge 2013 : 110 %
Accomplissement du challenge 2014 : ...
avatar
Parch

Nombre de messages : 619
Age : 33
Location : Aix-en-Provence, France
Date d'inscription : 25/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  anna44 le Mer 7 Mar 2012 - 14:53

Extrêmement fort et incroyablement près, Jonathan Safran Foer

Mon résumé : Nous suivons le petit Oskar, 9 ans, qui se débat intérieurement, et parfois extérieurement avec le choc qu'il vient de subir : celui du décès tragique de son papa lors des attentats du 11/09/2011.
Oskar est intelligent, voire surdoué, et tente de comprendre pourquoi son père l'a laissé, comment faire pour continuer à vivre avec cet énorme poids, "les semelles de plomb" comme il les nomme. Afin de mieux comprendre son papa, et peut-être tenter de rester avec lui encore un peu, il va mener une enquête afin de savoir quelle serrure ouvre une clé qu'il a trouvé dans les affaires de son père.
En parallèle, nous suivons la vie de sa grand-mère et de son grand-père, qui ont passé leur vie à se chercher et à s'échapper, entre l'Allemagne et les Etats-Unis.

Mon avis : Je dirais que ce roman se divise en deux parties : d'une part, les parties concernant le petit Oskar, sa quête de vérité, et surtout son travail de deuil avec lequel il tente de se débrouiller comme il peut, avec son âge, ses émotions, son intelligence etc... ; et d'autre part, l'histoire de ses grands-parents, une histoire d'amour pas comme les autres, très émouvante.

La narration relative à Oskar nous plonge dans un univers d'émotivité. Outre les circonstances dramatiques du décès de son papa, c'est avant tout le débat intérieur, le contrôle des émotions du petit garçon qui sont au centre du roman. Oskar fait preuve d'une sensibilité exacerbée dont il ne sait que faire. Cette sensibilité est troublante. D'un côté son langage est celui d'un petit garçon de cet âge, très léger, bien qu'employant un vocabulaire bien plus étendu que l'on pourrait s'y attendre. Et d'un autre côté, Oskar flirte avec la dépression, une tristesse infinie et une immense solitude. Oskar trouvera son salut dans la quête de la serrure. Il n'a que peu d'indices et va devoir user d'une grande patience et de beaucoup de volonté pour réussir à résoudre cette énigme, et par la même, trouver la réponse à toutes ses questions.

Quand on passe aux chapitres relatifs aux grands-parents, l'univers change du tout au tout. Les circonstances sont en partie celles de la 2e Guerre Mondiale. La relation amoureuse entretenue par les grands-parents est spéciale, presque invisible et en même temps très profonde. Ils vont passer leur vie à se chercher, à se trouver et à se quitter. Dans ces pages, le langage est plutôt en retenue. J. Safran Foer utilise d'ailleurs en grand nombre la forme épistolaire afin de laisser transparaître au mieux les émotions des protagonistes.

En résumé, une belle lecture, pleine d'émotions aussi fortes que diverses, un peu dérangeante à certains égards mais assez profonde.

Ma note : 3,75/5
avatar
anna44

Nombre de messages : 1634
Age : 36
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Mer 23 Mai 2012 - 21:35

Extrêmement fort et incroyablement près de Jonathan Safran Foer


Oskar, 9 ans a perdu son père lors des attentats du 11 septembre 2001. Il essaye de comprendre pourquoi son père lui a laissé une clé. Il mène son enquête pour savoir quelle serrure ouvre sa clé. En parallèle, on suit l'histoire de ses grand-parents qui ont vécu leur histoire d'amour un peu particulière pendant le Seconde Guerre Mondiale...

J'ai mis du temps avant de faire cette critique, j'espère me souvenir de ce qui m'avait déranger dans ce roman. L'histoire se lit assez vite mais quand arrivent les parties sur le grand-père, j'ai souvent été déstabilisée, suis-je sûre d'avoir bien compris ? J'ai tout de même apprécié cette lecture qui m'a divertie par le côté enquête et la débrouillardise d'Oskar et mais aussi émue avec les moments d'Oskar avec son père et sa mère.
Note : 3.5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7793
Age : 35
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  Lyreek le Mar 26 Juin 2012 - 18:43


Tout est illuminé - Jonathan Safran Foer
Points - 416 pages

Présentation de l'éditeur

Situé de nos jours, en Ukraine, ce livre raconte les aventures d’un jeune écrivain juif américain – « Jonathan Safran Foer » – en quête de ses origines. Guidé par un adolescent semi-illettré, Alex, par un vieillard et un chien, il sillonne la région à la recherche des vestiges d’un mystérieux village détruit par les Nazis.
Mais soudain le récit bascule, et nous voici projetés dans un autre monde : du 18 mars 1791 au 18 mars 1942, c’est la chronique terrible et fabuleuse d’un shtetl appelé Trachimbrod qui se déroule sous nos yeux – un shtetl qui n’est peut-être que la version légendaire du mystérieux village... Peuplé d’enfants trouvés, de rabbins kabbalistes, d’amoureux en proie à la fureur érotique, cet admirable roman s’inscrit dans une tradition où la bouffonnerie est souvent l’ultime expression du sacré. Mais c’est aussi un tour de force littéraire d’une stupéfiante modernité.

Hum... que dire de ce roman ? Qu'il m'a posé bien des difficultés d'abord, très décousu, sautant d'une époque à une autre, d'une histoire à une autre, sans que les liens entre chaque histoire n'apparaissent clairement.
Le style est déroutant au premier abord, lorsque Alex s'exprime dans un mauvais anglais (traduit bien sur en mauvais français, assez spécial) mais on s'habitue et certaines tournures pretent à sourire.
Non, ce qui est le plus genant dans ce livre, c'est que j'ai eu bien du mal à suivre l'intrigue et c'est dommage parce qu'il y avait à mon avis matière à faire une belle histoire. Cette quete des origines, du passé du grand-père et l'histoire du shetl, aurait pu être bien plus intéressante, sans ce côté morcelé et tous ces effets de style.
Du coup, j'ai un peu perdu le fil et j'ai été plutôt contente d'en voir le bout. Après mon coup de coeur pour Extrêmement fort et incroyablement près, Tout est illuminé est donc une petite déception.

3/5

_________________
Lecture en cours : Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs
"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2410
Age : 36
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Me Voici de Jonathan Safran Foer

Message  petitemartine le Mer 10 Jan 2018 - 15:29

Me Voici de Jonathan Safran Foer


Résumé ( éditions de l'Olivier ) :
« Sam sentit que tout allait exploser, mais il ignorait précisément quand et comment. »
À la veille de sa bar-mitsva, Sam le fils de Jacob et Julia Bloch est soupçonné d’être l’auteur d’injures racistes, ce qui lui vaut son renvoi du lycée. Pendant ce temps, Julia trouve sur le téléphone de son mari une série de textos pornographiques.
On pense aux Scènes de la vie conjugale de Bergman revues par Philip Roth. À une fable délirante à la Mel Brooks. Ou aux deux à la fois. Car dans le monde de Jonathan Safran Foer, tout peut arriver, le meilleur comme le pire. Dans ce roman dont les dialogues crépitent comme des balles, on découvre que la grande et la petite histoire ne font qu’un. On passe ainsi sans crier gare du sacrifice d’Abraham à une théorie de la masturbation, d’un portrait d’Oliver Sacks à une analyse de la situation au Proche-Orient, de l’éloge du désir à la nostalgie du bonheur familial.
Brillant, féroce, déchirant, désopilant, Me voici est l’œuvre la plus aboutie d’un écrivain dont le talent ne connaît plus de limites.

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé ce nouveau roman de Jonathan Safran Foer même si je dois l'avouer je suis restée un peu sur ma faim et je me suis parfois un peu ennuyée ou perdue  dans les décombres du Moyen Orient au cours de ces 740 pages.
Ce livre est très riche, foisonnant , il mêle la petite et la grande histoire, la vie quotidienne d'une grande et ma foi encombrante mais sympathique famille juive et la grande histoire du peuple juif. C'est un livre sur la judéité, sur ce que signifie " être juif", mais aussi sur l'amour, le désir, la fidélité, l'usure du couple, l'appartenance à une religion, à un peuple.
Jacob Bloch cherche pendant presque tout le livre un équilibre, un sens à sa vie : être père ? être amant ? être mari ? être juif israélien ? être juif américain ? être écrivain ? rester scénariste ?
Et alors qu'il se pose toutes ces questions un terrible tremblement de terre ravage le Moyen Orient et  Israël , la guerre semble imminente ? Le premier ministre ordonne à tous les juifs de rentrer en Israël ... Encore des choix à faire ...
Et pendant ce même temps, le chien Argos ( un personnage important du roman auquel on s'attache beaucoup et qui vaudra des scènes très touchantes  ) vieillit... Encore des choix à faire...

Bref, vous l'aurez compris, c'est très très riche, c'est très bavard, très touchant, parfois rude, parfois pudique parfois cru... l'enfant est toujours au centre du roman ,la famille , la morale également.  Dans ce livre, on rit, on pleure, on sourit, on s'identifie, on est nostalgique, on se pose plein de questions, on se perd, on s'ennuie parfois... On accompagne Jacob et Julia dans leur vie, leur évolution. J'ai beaucoup apprécié de vieillir avec eux... où on les retrouve ensuite plus ou moins apaisés ...
J'aime beaucoup le mélange des styles : de longues discussions, des rires, des flash backs, des pages de SMS, de chat entre ados... Un style foisonnant !

Même si j'ai un peu moins apprécié que " extrêmement fort et incroyablement près " à cause de quelques passages où je me suis ennuyée , c'est un livre à lire ! Un livre qu'on n'oublie pas ! Un livre où on s'attache à cette famille compliquée et même au chien !

Ma note : un gros 4/5
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2616
Age : 47
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  DKOIS le Lun 5 Fév 2018 - 18:02

Extrêmement fort et incroyablement près 


Mon avis : Je ne partage pas les avis précédents plutôt élogieux. Il y a des romans qu'on lit rapidement, pressé de connaitre le dénouement, d'autre pour vite passer à autre chose !!! Celui-ci fait parti de cette seconde catégorie.

L'improbabilité du scénario, le mélange de 2 histoires dont je n'ai jamais compris le lien, le rôle surjoué (pour employé un terme théâtrale) du petit garçon, une sorte de chasse au trésor qui accouche d'une souris... sont tant d'éléments qui m'ont rapidement fait décroché. Il y a quelques dialogues émouvants, soit, mais globalement c'est superficiel. 

En résumé, c'est un roman ambitieux qui n'atteint pas son objectif malgré son originalité. 

2,5 / 5

DKOIS

Nombre de messages : 199
Age : 55
Location : Nord France
Date d'inscription : 10/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jonathan Safran FOER (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum