David GEMMELL (Royaume-uni)

Aller en bas

David GEMMELL (Royaume-uni)

Message  nanet le Sam 28 Aoû 2010 - 13:17

David Gemmel est né en août 1948 à Londres et est décédé en 2006.

Tout d'abord videur puis journaliste, il est devenu auteur de best-sellers après le succès de Légende (1984).

Il est actuellement reconnu comme le maître de l'Heroic Fantasy en Grande-Bretagne.


Waylander de David Gemmel



" - Il fut un temps où j'étais un agneau qui jouait dans une prairie. Puis les loups sont venus. Aujourd'hui, je suis un aigle, je vole dans un univers différent.
- Et aujourd'hui vous tuez les agneaux ? l'avait accusé Dardalion.
- Non, prêtre. On ne paie pas pour des agneaux."
David Gemmel (P311)
Le résumé officiel

Le Roi de Drenaï a été assassiné. Une armée d’envahisseurs déferle sur le pays, avec pour ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Mais tout espoir n’est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander. Seul, il va s’aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté. Mais peut-on faire confiance à ce Waylander ? Après tout, c’est lui qui a assassiné le roi.


Édition des 10 ans de Bragelonne (2010) - 358 pages - ISBN-13: 978-2352943921

La série

Ce livre peut être lu seul. Mais deux autres livres parlent du même personage :

- Drenaï - Waylander II - Dans le royaume du loup.
- Drenaï - Waylander III - Le Héros dans l'ombre.

De plus, de nombreux ouvrages de David Gemmel sont axés sur Drenaï... (Légende parle déjà de cet univers).

L'histoire

Faire d'un assassin un héros ! voilà le défi. Voilà ce que nous raconte David Gemmel. Comme un homme devient un tueur, redouté, et comment il rendra sa force et sa gloire à une nation, un peuple.

Le défi est ardu. L'histoire est belle. Le tout donne un livre que je voulais lire depuis assez longtemps, le sachant très bon, et collant à ce style que j'aime : L'Héroïc-fantasy.

Car bien sûr, avec cet auteur, il fallait s'en douter, l'homme devra affronter la magie, belle ou néfaste. Des hommes aux pouvoirs dévastateurs vont l'attaquer, le poursuivre, l'acculer et quasiment le tuer. Il luttera, combattra, digne chevalier sans armure, héros au cœur lourd, aussi prompt qu'un elfe mais restant un simple humain. Souffrant, aimant, luttant. Avec cette indicible espoir qui nait en notre cœur lorsque sa vie est en danger...

Mais, car il y a un mais, cette aventure est aussi celle d'autres personnages que nous suivons tout au long du livre. C'est au travers toutes ces histoires que nous apprendrons le devenir d'une nation. Certains sont bons, d'autres un peu moins. Certains seraient bons s'ils n'étaient pas dans le camps opposé... D'autres doutent d'être réellement si bons. C'est admirablement pensé. C'est traité avec une justesse simple et efficace.

Sans oublier la petite part de romance, qui donne à cette belle épopée un brin de douceur, avec une demoiselle au caractère bien trempé !

Alors, certes, comme dans tous les livres de ce genre, il y a une épopée, une cause à défendre par le pas vraiment preux chevalier, qui se voit obligé de tuer maints méchants-barbares-affreux-pas-gentils avant de parvenir au prix de bien des dangers à achever sa mission, et donc le livre. J'adore ! David Gemmel a su donner à ces méchants une aura particulière. Ils ne sont pas uniquement des brutes épaisses que notre héros peut éliminer en un jet de couteau. Non, il leur a donné un charisme fou et Waylander va devoir mouiller un pu la tunique. C'est brillant.

Je regrette juste un petit point, l'ensemble est cohérent, mais j'avoue avoir tout de même un peu de mal à saisir pourquoi cet assassin accepte si aisément la mission pacifique voire mortelle qui lui est confiée. Certes il a été touché par la magie... mais je crois que j'aurais accentué sur les doutes, au lieu de le voir accepter, presque tête baissée. D'autres diront qu'il est un peu suicidaire, par certains comportements et que cette mission étant quasiment impossible, il n'a choisi de la mener à bien que pour mieux mourir ! Je ne sais trop qu'en penser à cette heure. Peut-être qu'avec le temps ?

Enfin, je parle souvent des auteurs qui font gagner le bien à la fin, et donnent à leurs héros trop de chance. Lisez et vous comprendrez pourquoi je tiens à ce que les héros "défaillent.".. l'opposition du bien et du mal est un concept que transcrit l'auteur de façon assez sournoise. Est-ce que l'on peut être bon en étant un assassin ?

Le style.

Les mots sont d'une simplicité effarante. Les scènes s'enchainent, rapidement, avec quelques descriptions sommaires soit des hommes que nous rencontrons, soit des lieux. C'est rustique, sans enluminures inutiles. Sobre. Admirable dans les moments vifs avec des phrases courtes. Peu de répétitions, et toujours une petite annotation clarifiant la situation, même si elle était limpide et comprise par la mise en place.

L'alternance de courts passages avec des dialogues, parfois assez long, donne un rythme soutenu. Enfin, l'humour quelquefois sarcastique dont use l'auteur dans certains dialogues est tout simplement croustillant et fabuleux !

Le narrateur est extérieur et nous montre tout à tour les différents personnages, et donc lieux, de cette épopée. Il nous raconte les évènements mais approfondis aussi les sentiments, les questionnements... le tout sans perdre le rythme. Bravo.

Les personnages sont attachants et superbement décrits. Quelques mots lorsque nous les croisons la première fois, puis, des détails qui s'ajoutent, peu à peu, lors des dialogues, lors des nouvelles rencontres. Au final, ils sont tous un peu plus connus, un peu plus appréciés, ou haïs... J'ai beaucoup aimé Dardalion, bien sûr, mais Jonat aussi, farouche et sombre. Sans oublier Kay ! admirable personnage que l'on ne s'attend absolument pas à croiser.

Le temps est précisé tout au long de l'histoire, qui se déroule sur quelques mois. Pas d'illogisme, le chevalier met plusieurs jours pour parcourir plusieurs miles. Et la faim est là... la mort aussi.

Au final

Un très bon livre d'Héroïc-fantasy ! Tout ce que j'aime s'y trouve, je suis vraiment ravie de l'avoir enfin lu.

Je pense que je lirai les suivants, je regrette seulement que Braguelone n'est pas choisi de publier l'intégrale pour ses dix ans ^^

notation 5/5
avatar
nanet

Nombre de messages : 178
Location : Pézenas, sud de France
Date d'inscription : 21/03/2010

http://lesmotsdenanet.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: David GEMMELL (Royaume-uni)

Message  Calepin le Jeu 30 Juin 2011 - 15:04

Légende, de David Gemmell
Éditions Milady,
2008, 511 pages

4e de couverture : Druss est une légende. Ses exploits sont connus de tous. Mais il a choisi de vivre retiré loin des hommes, au sommet d’une montagne. Là, il attend son ennemi de toujours : la mort. Dros Delnoch est une forteresse. C’est le seul endroit par lequel une armée peut traverser les montagnes. Protégée par six remparts, elle était la place forte de l’empire drenaï. C’est maintenant le dernier bastion, car tous les autres sont tombés devant l’envahisseur nadir. Et le vieux guerrier est son seul espoir. Quand Conan rejoint Fort Alamo, un demi-million d’envahisseurs face à quelques milliers de guerriers retranchés dans une forteresse. Druss et sa hache feront-ils la différence ?

Mon avis : Mon premier Gemmell, son premier roman écrit. D'entrée de jeu, j'ai dévoré le roman en quelques jours. Malgré une écriture qui ne se distingue pas vraiment et quelques clichés amoureux plutôt désolants, l'envie de me faire raconter une histoire a surpassé ces
aspects négatifs. On se balade dans la tête de quelques personnages, dont Druss la légende et Rek, un voyageur vaurien à qui le destin révèle
un avenir insoupçonné. J'ai aimé l'expérience de vie, des guerres du premier. Le second, c'est cet esprit caustique à la répartie facile qui
m'a charmé. Mais surtout qu'à la base, il n'avait rien d'un héros. On croise également d'autres personnages à qui je me suis pris d'affection. Orrin, le Gan (général) de la forteresse, homme grassouillet et contesté que les événements feront évoluer. Gilad, le fermier qui se
découvre une autre nature. Et les Trente, bien entendu, qui m'apparaissent comme un concept tout à fait original et pour lequel j'ai été fasciné.

Toutefois, le roman porte quelques lacunes. La première est sans aucun doute la pauvreté de ses personnages féminins. Je n'ai pas cru en Virae, cette femme-soldat qui d'où finit par sortir des réactions et des paroles d'un cliché épouvantable. Tout comme je n'ai pas cru en Caessa, un peu "too much" en femme fatale qui veut égorger tous les hommes qui la désirent. Les explications sont trop pauvres et viennent trop tard dans le récit. La fin m'a également déçu. Ça m'a donné l'impression que Gemmell n'avait pas le courage de livrer la fin tout à fait cohérente avec le ton et la lancée de l'histoire. Paradoxalement, je suis content de connaître le destin de certains personnages grâce à cette même fin.

En somme, ça ajoutera de nouvelles possibilités si j'ai envie de lire quelque chose sans trop me casser la tête.

Note : 4/5

_________________
Lecture en cours



Les lettres ; de l'oxygène au coeur et des jumelles pour voir plus loin.
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 37
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: David GEMMELL (Royaume-uni)

Message  géromino le Mar 11 Nov 2014 - 14:20

"Légende" éd Bragelonne coll. Milady (poche) 495 pages 


Ulric , roi des tribus nadires, n'a que faire des bonnes dispositions du peuple Drenaï; il s'apprête à envahir ses contrées. Son armée est gigantesque: un demi-million d'hommes. Devant lui, le seul obstacle qui se dresse est la forteresse de Dros Delnoch avec ses six remparts étagés et un peu moins de dix mille combattants. Ils doivent tenir jusqu'à ce que, plus loin dans les sud, l'Entailleur réussisse à lever suffisamment d'hommes pour venir leur prêter main forte. 
Voilà que Druss, le guerrier légendaire sort de sa retraite et vient rejoindre les rangs des défenseurs. Le combat semble perdu d'avance et pourtant, la présence du vieux guerrier jamais vaincu, armé de sa hache, auréolé d'un prestigieux passé, harangue les hommes, leur redonne courage et dynamise la défense. Maintenant, tous attendent la mort l'épée à la main.


Ulric/Gengis Khan attaque à Dros Delnoch/Fort Alamo, dans un décor médiéval à la Tolkien. Voilà certainement les sources d'inspiration qui ont influencé l'auteur; en tout cas, celles qui paraissent évidentes. Gengis Khan: la ressemblance entre lui et Ulric est frappante, avec ses hordes nomades toutes réunies sous la bannière d'un Seigneur, que rien n'arrête, cruelles envers leurs ennemis. Autre point de similitude: Fort Alamo; impossible de ne pas y voir ce bastion défendu par une poignée de Texans, attaqué par les armées dix fois plus nombreuses de Santa Anna. On retrouve le Davy Crocket/Druss, en héroïque combattant, bravant la mort, conscient du sacrifice ultime possible. 
La forteresse fait sérieusement penser à la cité fortifiée de Minas Tirith, avec des murailles en plus; d'autres détails, comme les scènes de combat (très réalistes), les machines de guerre, les archets, les morts qui reviennent au secours des assiégés, etc... évoquent fortement le SDA. Si on ne rencontre pas de créatures fabuleuses, ni de semi-hommes ou demi-dieux, en revanche, comme élément surnaturel, Gemmell fait appel à des mages aux pouvoirs télépathiques qui influent un peu sur le cours des événements. 
Les personnages déploient actes de courage et gestes de bravoure, prêts au sacrifice ultime face aux hordes sauvages qui déferlent sans discontinuer. On s'attache à certains, à leurs histoires romantiques, aux deux femmes qui ont aussi leur rôle à jouer dans ce monde forcément viril. 
Je me suis laissé prendre à cette narration plutôt linéaire, mais tout à fait convaincante, au rythme sans temps morts. Il y a bien quelques faiblesses dans le déroulement, mais le souffle épique emporte tout sur son passage et noie les "à peu près" dans un tourbillon impétueux, dans le fracas des armes et des clameurs guerrières. 
Par contre la fin est complètement ratée! Envie de terminer au plus vite? Ou sentait-il se profiler une conclusion en impasse? Quoiqu'il en soit, en l'espace de trois pages Gemmell sabote presque 500 pages de combats épiques et de suspense géré en maître. Franchement, "Légende" méritait une meilleure fin. 


Note: 3.5/5

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  18/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 3139
Age : 54
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: David GEMMELL (Royaume-uni)

Message  Réaliste-romantique le Dim 13 Sep 2015 - 14:10

L'enfant maudit
Le lion de Macédoine 1

Parménion est un adolescent en formation dans une caserne de Sparte. Il est toutefois le souffre-douleur de ses camarades à cause de ses origines sang-mêlé : son père est de Sparte, mais sa mère est de Macédoine. Il est toutefois très fort physiquement et stratégiquement, alors il réussit à leur tenir tête. Les persécutions augmentent d’intensité et se terminent mal pour un garçon spartiate, Parménion doit fuir cette cité. Adulte, il se réfugiera à Thèbes où il cherchera à se venger de Sparte. L’action se déroule au IV siècle avant J.-C., alors que la Grèce est morcelée en cités et aucune de celle-ci ne parvient à dominer toutes les autres.
 
Le récit n’est pas qu’historique, le monde du Lion de Macédoine est aussi peuplé par la magie, les démons et les dieux. J’ai aimé les passages qui discutent de stratégies militaires et politiques de l’époque. L’action est aussi souvent enlevante. J’ai moins aimé la construction du récit qui donne beaucoup trop d’indices avant le dénouement, ainsi que les dénouements qui me sont apparus prévisibles. Le héros parvient toujours à battre ses adversaires, déjouer les complots contre lui et vaincre les difficultés. Je ne lirai pas les autres volumes de la série.
 

3/5

Réaliste-Romantique

_________________
Lectures en cours : Ariane (Myriam Leroy)
En attente :   Laisser courir (Philip Roth)
Commentaire en attente :
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 2153
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: David GEMMELL (Royaume-uni)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum