Robert Olen BUTLER (Etats-Unis)

Aller en bas

Robert Olen BUTLER (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Dim 2 Nov 2008 - 17:57


Robert Olen Butler est né en 1945 dans l'Illinois. Il est parti au Viêt-nam en 1971 comme interprète l'armée américaine. Aujourd'hui il vit à Lake Charles en Louisiane où il enseigne la littérature américaine.




De : 2550Chimère (Message d'origine) Envoyé : 2005-09-23 13:35

MOTS DE TETE de Robert Olen BUTLER
ed Rivages/132 p
Trad : Isabelle Reinharez

4ème de couverture : En 1883, un savant décrète "qu'une tête demeure consciente pendant une minute et demie suite à la décapitation". Quels furent les derniers songes de Ciceron, Messaline, Louis XVI, Mme Tout-le-Monde décapitée par son mari, Tyler Atkins de passage en Irak pour son plus grand malheur, ou ceux d'un poulet ?
En soixante deux textes de deux cent quarante mots chacun Robert Olen Butler intercepte avec douceur les ultimes sursauts de l'activité cérébrale d'individus ayant vécu entre - 40 000 avant J.C et 2008.

Mon avis : De Boue, homme, décapité par un tigre à dent de sabre, vers 40 000 avant J-C à Robert Olen Butler, écrivain, décapité dans le cadre de son travail, 2008 en passant par Méduse, gorgone, autrefois beauté humaine, décapitée par Persée vers 200 avant J-C ou Poulet, poulette ameraucana, décapitée en Alabama pour le déjeuner dominical, 1958, chaque texte s'adapte à la personnalité ou à ce que l'on connait des personnages pour livrer une forme de témoignage de leur existence et de son terme, le style s'adaptant à chaque personnalité. Etonnant et très stimulant intellectuellement à suivre cette succession de vies et de pensées fugitives.

Ma note : 4/5




De : Eireann561 Envoyé : 2006-05-16 09:56

La nuit Close de Saigon
Note 4

L'après Saigon

Ce livre tourne autour de deux personnages : Cliff, déserteur américain, qui tente de comprendre comment il a atterri depuis quatre ans dans cette chambre avec Lanh, ex-prostituée vietnamienne.
Dehors la guerre fait rage, bientôt Saigon tombera, Cliff doit prendre une décision : partir seul ou avec Lanh. Lanh a peur de l'Amérique avec ses gens gigantesques, et son anglais appris dans les bordels de G.I. est primaire. Mais la fuite s'impose, car demain les hélicoptères américains ne viendront plus. Lanh part avec Cliff.
Cette première partie du livre est magnifique, Saigon n'est plus qu'un vaste capharnaüm, les rumeurs les plus folles circulent. Le seul mot d'ordre est la survie puis la fuite si possible.
Le livre deux parle lui de la difficulté du retour pour Cliff, marginal car sans papiers, ne pouvant pas travailler, et de ses retrouvailles avec Lanh. Cliff se ré-américanise, ses dîners avec ses voisins sont sujets à problèmes car Lanh accentue son anglais appris dans les bordels vietnamien. Les cultures s'affrontent, avant la séparation. Cliff tente de renouer avec son ex-épouse, cela échoue. Lanh quitte son travail et s'enferme dans la solitude. Ils font la connaissance d'une famille vietnamienne, ce qui creuse le fossé qui maintenant les sépare. Lanh part vivre dans cette famille et Cliff lui s'exile à nouveau, éternel victime de cette guerre.

-L’espace d’un instant il comprit que s’il pouvait la transformer en Américaine, même idiote, ce serait plus facile pour eux deux.
-Quand il était parti au Viêt-Nam, il avait regardé le ciel et s’était étonné-il était bleu, les nuages étaient blancs et prenaient des formes qu’il avait déjà vues.

Editions Rivages.




De : Eireann561 Envoyé : 2006-05-17 08:28

Tabloid Dreams
Note 4

A la une.

Second recueil de nouvelles de R.O.Butler, ancien spécialiste du Vietnam, son premier « Un doux parfum d’exil » avait obtenu le prix Pulitzer. J’ai bien aimé, plus que « Mr Spaceman » lu dernièrement, dont on trouve ici une esquisse.
La mort et le sexe sont au rendez-vous de toutes ces histoires, qui sous des aspects comiques et fantastiques, expriment un certain désespoir ou des préoccupations futiles.
Une femme soupçonnant son époux de recevoir sa maîtresse dans le lit conjugal tente de l’espionner par l’intermédiaire de son œil de verre qu’elle laisse sur la table de nuit.
Une ménagère veuve de plus de 50 ans s’immole par le feu, car son amie a gagné un prix culinaire qu’elles convoitaient toutes les deux.
Un mari suivant sa femme frivole tombe d’un arbre, il ressuscite en perroquet et est acheté par sa veuve toujours aussi volage.
Une jeune femme voit tous les hommes qu’elle embrasse mourir dans ses bras, y aura-t-il un survivant ?
Une autre femme devenue nymphomane après un accident de la circulation, se venge d’un auteur qu’elle édite, qui avait publié ses confidences.
Une future mère se fait faire un tatouage d’Elvis, mais il apparaît sur son fils quand il naît.
Un tueur à gages agit le plus tranquillement du monde, sans être inquiété, il a 9 ans.
J.F.K rescapé de Dallas, vit en reclus sous bonne garde, il assiste à la vente aux enchères de ses biens personnels, ainsi que ceux de Jackie.
Le naufrage du Titanic inspire deux nouvelles qui commencent et terminent cet ouvrage.
Quelques phrases :
-« Le jour où mon mari est mort, j’ai préparé une fournée de petits gâteaux. Des Serre-Moi-Fort-au Chocolat »
-« Elle est apparue nue dans le bureau. Je ne l’avais pas vu nue depuis que je suis tombé de l’arbre, quand je n’avais pas d’aile pour voler »
Un bon moment et des histoires incroyables, mais une gravité de ton qui en font un livre intéressant.

Editions Rivages.




De : Eireann561 Envoyé : 2006-05-18 09:10

Mr Spaceman
La note: 3

Bon réveillon.
Livre sympa, original comme sujet, et agréable. Le soir du réveillon du 31 décembre 1999, un extraterrestre prends les douze passagers d'un car en otages.
Desi, extraterrestre et sa femme terrestre Edna Bradshaw, invite
(un peu de force) quelques humains pour la fin du siècle. Sa mission consiste un jour à dire au genre humain qu'ils ne sont pas seuls dans l'univers. Un à un il recueillera leurs témoignages, qui ajoutés à des plus anciens lui permettrons pense t-il d'accomplire sa mission.
Desi, ne comprends pas grand chose au monde, sa femme l'aide du mieux qu'elle peut (pour le repas de réveillon par exemple). Les passagers sont tous représentatifs de la société américaine : chauffeur homosexuel, jeune fille fan de Jésus Christ, vieux militant noir des droits de l'homme, avocat noir proche de la culture afro-américaine, jeune vietnamien tout frais américanisé dans l'esprit et le nom, ancienne strip-teaseuse, vieux couple d'américains moyens. Tous lui raconteront leurs vies.
Je n'ai pas retrouvé ni dans l'écriture, ni dans l'histoire ce qui m'avait plus dans les autres livres de cet auteur. Ce n'est pas franchement drôle, pas très approfondi mais vite lu.

Editions Rivages




De : Eireann561 Envoyé : 2007-07-08 16:42

Un doux parfum d'exil.
Robert Olen BUTLER

Note : 5

Un parfum d'amertume, parfois!

Butler est un des écrivains américains connaissant le mieux le Vietnam et les conséquences de la guerre.

Ici, dans cette quinzaine de nouvelles, il s'intéresse aux réfugiés, aux exilés qui pour beaucoup de raisons ont quitté leur pays.

Nord-Sud, catholiques-bouddhistes, les multiples visages du Vietnam dans l'exil. Un nom de ville revient souvent "Versailles" dans le comté de la Nouvelle-Orléans.

En Louisiane un homme se souvient en avoir connu un autre dans un camp de l'armée australienne, il avait perdu sa femme, une séance de cinéma le poussera au crime puis au suicide.

"Mr Vert" est un perroquet, cela vit vieux ces oiseaux-là!

Vous faites des centaines de kilomètres en voiture pour aller chercher le grand-père de votre épouse, et celui-ci, arrivé chez vous, vous annonce qu'il n'a jamais eu de petite-fille!

Dans "Un conte de fée" la désolante naïveté d'une entraîneuse passant de Saïgon à la Nouvelle-Orléans avec une candeur touchante. Mais pour elle, les pommes n'auront pas de pépins.

Pratiquement toutes ces nouvelles parlent de l'américanisation à outrance des jeunes, perdant souvent le contact avec leurs parents.

D'autres se penchent sur les problèmes spécifiques des métis, américano-vietnamiens, le père vivant aux U.S.A et la mère et l'enfant au Vietnam.

Le sort des ex-politiciens corrompus est parfois lui aussi évoqué.

Des hommes et des femmes abandonnant leurs cultures et leurs traditions, s'intégrant dans "l'American Way of Life" devenant pour certains plus américains que les américains.

"La neige" est une belle histoire, une vietnamienne bouddhiste, un juif polonais et une fête chrétienne Noël. Et une fin heureuse.

Mais quelque part, même bien cachés les souvenirs sont là, et avec eux la nostalgie et le regret, d'avoir perdu un pays et un art de vivre.

Entre l'égoïsme américain et le respect des traditions, comme accueillir chez elle son grand-père, cette femme perdra le seul lien avec son pays natal.

Si la Louisiane ressemble parfois au Mékong, les grillons ne sont pas les mêmes d'un pays à l'autre, donc vous n'amuserez pas votre fils en lui parlant de combats de ces petites bêtes.

Faites vos jeux (télévisés), rien ne va plus, semble dire la narratrice de "Le couple d'américains" long récit de 90 pages où nous rencontrons, Liz Taylor, Richard Burton et Sue Lyon, sur le tournage de "La nuit de l'iguane".

J'ai toujours aimé les écrits de Butler (quoiqu'un peu moins "Mr Spaceman") ce recueil de nouvelles me conforte dans mon idée.

On sent malgré tout à la lecture de ces histoires, les différences entre les Vietnamiens, religieuses en particulier, beaucoup en effet sont catholiques. Supposées (?) différences aussi entre ceux du Nord, sérieux et travailleurs et ceux du Sud, paresseux et avides; aux yeux de ceux de l'autre bord.

Un excellent recueil pour une initiation à cet écrivain.

Extraits :

- Il n'y a qu'un fils qui puisse présider au culte des ancêtres.

- Nous sommes tous ainsi au Vietnam. Nous honorons nos familles.

- Il est d'usage chez les Vietnamiens, surtout ceux de la vieille école de taire ce qui est désagréable à entendre.

- C'est une très bonne voiture, et je me retins de lui dire que c'était une japonaise.

- Peut-être que certains hommes gardent de bons souvenirs des filles du Vietnam.

- Mais c'est une calamité d'être marié à une belle femme.

- Il ne parle pas un mot de vietnamien et ma femme me dit de ne pas se préoccuper. C'est un Américain.

- Mais ma toute petite, je suis contente que tu sois une fille. Tu vas me comprendre encore mieux.

- J'aurais bientôt cent ans, mais je sais encore lire sur le visage d'un homme.

Éditions : Rivages

Titre original: A good scent from a strange mountain.
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Robert Olen BUTLER (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Ven 1 Oct 2010 - 16:12


La fille d'Hô Chi Minh-Ville

(Rivages, 2001, 185 pages)

Ben a fait la guerre du Vietnam. Il y retourne des années plus tard. Il rencontre une jeune femme Tien. Peu à peu Ben et Thien se découvrent et en même temps on découvre leur passé et ce qu'ils sont.

Ben est un personnage qui a première vue n'a rien extraordinaire. C'est un camionneur qui sillonne les routes des Etats-Unis. Il est de l'Illinois. Comme son père il a travaillé à l'aciérie de la ville. Puis il est revenu du Vietnam, plus rien n'était pareil... Tien est la fille d'une prostituée qui l'a abandonnée quand elle avait huit ans. Elle a été élevée par sa grand-mère. Les deux ont un passé qui pèse sur les épaules, pour Ben c'est la guerre, pour Tien c'est l'abandon de sa mère.

Ce sont deux êtres qui sont faits pour se rencontrer. Ça se fait avec pudeur, retenue et tendresse.

C'est doux, feutré et intime. On perçoit l'Asie : ses couleurs, ses odeurs, la lumière. Robert Olen Butler a une belle plume. La narration est au "je", Ben et Thien prennent à tour de rôle la parole. Robert Olen Butler a su parfaitement se glisser dans la peau de ses personnages. En fait on croirait que c'est un auteur asiatique qui a écrit ce roman.

Je ne peux pas dire que j'ai été emballée mais je ne peux pas dire non plus que je n'ai pas aimé. C'est une histoire d'amour mais une drôle d'histoire. En tout cas j'en ai aimé l'ambiance et Ben est un personnage intéressant mais qui m'a laissé sur ma faim...

Robert Olen Butler est appelé le "romancier du Vietnam". La prochaine fois je vais tenter "Un doux parfum d'exil", livre avec lequel Robert Olen Butler a gagné le Pulitzer.

Note : 3,5/5



Hôtel de ville de Hô-Chi-Minh-Ville - lieu visité dans le roman.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Robert Olen BUTLER (Etats-Unis)

Message  lalyre le Mar 13 Fév 2018 - 17:45

Butler Robert Olen
L’appel du fleuve
Actes Sud 7 février 2018
ISBN 978 2 330 09259 7
269 pages

Quatrième de couverture
Deux frères qui s’ignorent depuis cinquante ans se trouvent confrontés à la mort imminente de leur père. Professeur à l’université, Robert était encore étudiant quand il s’est engagé dans l’armée en 1967. Affecté au Sud-Vietnam, il a connu là-bas son pre­mier amour et y a commis un acte qui le hante encore un demi-siècle plus tard. Quant à son frère Jimmy, farouchement opposé à la guerre, il a choisi un itiné­raire différent en s’expatriant au Canada, après une violente altercation avec leur père, lui-même vétéran de la Seconde Guerre.
L’heure des retrouvailles est peut-être venue, et chacun revisite son passé, s’interroge sur ses allégeances, les choix qu’il a faits. Des secrets vont être révélés, des malentendus levés, des questions posées. Pour­quoi les hommes font-ils la guerre ? Comment sur­monter les défis de l’intimité sur le long terme ? Est-ce une trahison de quitter sa famille et son pays ? Quels liens demeurent quand les convictions vous séparent ?
Grande voix de la littérature américaine, Robert Olen Butler signe un roman d’une intensité émotionnelle et dramatique rare, assurément l’un des som­mets de son œuvre
.
Mon avis
Se trouvant au restaurant avec son épouse Darla, Robert Quinlan voit entrer un SDF qui s’attable et commence à compter sa monnaie, Robert échangeant quelques mots avec lui, cet homme déclare s’appeler Bob et comme Robert a fait la guerre. C’est alors que les cauchemars reviennent pour ce dernier, faisant ressurgir des souvenirs d’autrefois, la guerre du Vietnam,Lien, sa maîtresse vietnamienne et cet ombre noire sur laquelle il a tiré, se croyant en danger, cet acte lui trotte, serait-il un assassin ? Exilé au Canada, Jérémy, son frère quand à lui refuse de faire la guerre, est en total conflit avec son père, alias Senior, qui lors de la guerre 1940/45 a combattu au côté du général Patton, sans oublier les recherches que fait son épouse sur la guerre de Sécession, cela me fait dire que les guerres décrites trouvent leur place dans ce roman. Alors que le père est à l’article de la mort, après quarante-sept de séparation, voici les personnages réunis auprès de Senior, mais chacun aura t-il le temps de se justifier avant le dernier soupir ? Des âmes tourmentées ou se sentant coupables, relations père-fils, passé revisité, amour, non-dits et regrets font de ce roman poignant et émouvant une histoire captivante. 4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4286
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Robert Olen BUTLER (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum