Jean RACINE (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean RACINE (France)

Message  Philcabzi le Sam 10 Juil 2010 - 11:15

Jean Racine
1639-1699
Dramaturge français

Orphelin a l'âge de trois ans (sa mère décède en 1641 et son père en 1643), il est recueilli par ses grands-parents et reste chez eux jusqu'à la mort de son grand-père en 1649. Sa grand-mère entre alors au couvent de Port-Royal où Racine rejoint sa marraine qui y est religieuse. Ce malheur lui permet en fait de recevoir une solide éducation janséniste (courant moral du XVIIe siècle qui a connu son apogée à la fin du siècle et qui consiste à diviser les nantis de la grâce et ceux qui ne l'ont pas) aux Petites écoles de Port-Royal qui l'accueillent gratuitement. Il reçoit une large culture, comprenant la littérature et surtout l'apprentissage du grec et du latin. Il a pour maîtres les célèbres Claude Lancelot, Pierre Nicole et Antoine Le Maistre, ainsi que Jean Hamon. Cependant le théâtre y est très peu présent, car les Jansénistes le méprisaient.

À 18 ans, il étudie la philosophie au collège d'Harcourt. L'enseignement qu'il reçoit est fondé sur l'étude de la Bible, de la rhétorique et des auteurs grecs et latins. Il découvre la vie mondaine grâce à un cousin qui habite l'hôtel de Luynes. Il écrit ses premiers poèmes. Dans un premier temps, il tente de concilier ses aspirations littéraires avec la carrière ecclésiastique, mais finalement, après un échec de cette dernière, il choisit de se consacrer entièrement à la littérature.

En 1660, il reçoit une pension du roi grâce à des odes : la Convalescence du Roi et la Renommée aux Muses et la Nymphe de la Seine.

En 1664, il est introduit à la cour, grâce à un poème à l'éloge de Louis XIV. Il fait enfin jouer l'une de ses pièces par Molière, la Thébaïde, la même année. Celle-ci n'a pas un grand succès.

En 1665, il fait jouer Alexandre le Grand qui est son premier succès. La pièce plaît notamment au roi, car elle est à son honneur. Elle est retirée à Molière pour être jouée par une troupe de comédiens plus prestigieux, à l'Hôtel de Bourgogne. C'est cette affaire qui entraîne une brouille définitive entre Molière et Racine.

Racine publie alors deux pamphlets contre Port Royal et ses anciens maîtres qui désapprouvent fortement sa carrière théâtrale, il se brouille avec Port Royal.

L'important succès de la tragédie Andromaque, placée sous la protection de Madame Henriette d'Angleterre, (1667) assure sa réputation. Après une unique comédie, les Plaideurs, en 1668, il revient définitivement à la tragédie et donne successivement Britannicus (1669), Bérénice (1670), qui est l'occasion d'une joute théâtrale avec Corneille dont la pièce est Tite et Bérénice (c'est Racine qui l'emporte indéniablement), Bajazet (1672), Mithridate (1673), Iphigénie (1674) et Phèdre (1677). Ébranlé par les critiques et les cabales, Racine renonce au théâtre malgré le succès populaire de son chef-d'œuvre Phèdre. Membre de l'Académie française depuis 1673, Racine reçoit en décembre 1690 une charge de « gentilhomme ordinaire de Sa Majesté ». Il est également trésorier de France ce qui lui assure un revenu. Enfin il est nommé historiographe du roi en 1677, c'est-à-dire en même temps que Boileau. Racine décide de se ranger (il a eu de nombreuses maîtresses notamment parmi ses actrices : La du Parc, La Champmeslé) et épouse en 1677 Catherine de Romanet, qui lui donnera sept enfants. Il s'agissait d'un mariage d'intérêt.

À la demande de Madame de Maintenon, il écrivit encore deux tragédies bibliques - Esther (1689) et Athalie (1691) - pour les élèves de la Maison Royale de Saint-Louis, un pensionnat pour jeunes filles, à Saint-Cyr (actuelle commune de Saint-Cyr-l'École). Racine à l'époque est toujours hostile au théâtre vivant, mais il considère ces pièces comme des œuvres pédagogiques et poétiques.

Depuis 1666, Racine, attaqué sur ses mœurs et son théâtre par Pierre Nicole, s'était brouillé avec les jansénistes. Malgré les persécutions dont ils sont victimes, Racine se réconcilie avec eux. Il les soutient notamment dans leurs démêlés avec le pouvoir (Louis XIV leur étant hostile). Sa présence aux funérailles d'Arnauld en 1694 prouve la réconciliation de Racine avec ses anciens maîtres. Il écrit un Abrégé de l'Histoire de Port-Royal qui parut après sa mort. En 1696, il est nommé conseiller-secrétaire du roi, auquel il fait très souvent la lecture.

Racine meurt à Paris le 21 avril 1699, à l'âge de cinquante-neuf ans, des suites d'un abcès ou d'une tumeur au foie. Louis XIV accéda à la demande qu'il avait formulé d'être inhumé à Port-Royal, auprès de la tombe de son ancien maître Jean Hamon (après la destruction de Port Royal par Louis XIV en 1710 ses cendres ont été déplacées à l'église Saint-Étienne-du-Mont de Paris).

Bibliographie
La Thébaïde (tragédie, 1664)
Alexandre le Grand (tragédie, 1665)
Andromaque (tragédie, 1667)
Les Plaideurs (comédie, 1668)
Britannicus (tragédie, 1669)
Bérénice (tragédie, 1670)
Bajazet (tragédie, 1672)
Mithridate (tragédie, 1673)
Iphigénie (tragédie, 1674)
Phèdre (tragédie, 1677)
Esther (tragédie, 1689)
Athalie (tragédie, 1691)

Source: Wikipedia

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean RACINE (France)

Message  Philcabzi le Sam 10 Juil 2010 - 11:30

Esther
1689

Ma note: 2.5/5

Résumé:
Tragédie en trois actes, en vers et avec choeur. Esther est choisie pour la préféré par le roi de Perse Assuérus. Avec l'aide de son père adoptif, Mardochée, elle informora son époux d'un complot visant à l'assassiner. Le roi fait porter Mardochée en triomphe par Aman, son bras droit. Celui-ci par contre déteste Mardochée pour plusieurs raisons personnels et dans sa fureur réussi à convaincre le roi d'éliminer les Juifs du royaume de Perse et ce par l'épée. Esther devra donc dévoiler qu'elle-même fait partie de ce peuple...

Mon avis:
Cette pièce a été commandé à Racine par Mme de Maintenon pour être jouée par les jeunes filles nobles de la Maison royale de Saint-Louis. C'est une pièce très religieuse où l'action n'est pas très présente. Personnellement, je n'apprécie par les grands poêmes du choeur, qui était chanté, et qui coupe l'histoire trop fréquement. Le texte en soi est très bien, même si je préfère la poésie de Corneille.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean RACINE (France)

Message  veilleur le Dim 24 Oct 2010 - 16:01

Bérénice

Classiques Larousse
Edition annotée par Dominique Rabaud-Gouillard

Sur l'auteur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Racine et puis : http://www.espacefrancais.com/racine.html
Sur l'oeuvre : http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9r%C3%A9nice_%28Racine%29 pour les arguments et http://fr.wikisource.org/wiki/B%C3%A9r%C3%A9nice_%28Racine%29 pour le texte intégral.

Bérénice, ou comment quitter la femme aimée ?

Racine, c'est la tragédie et la poésie. Bérénice allie les deux et pour une fois, la tragédie ne se signale pas par un bain de sang mais par un choix radical qui équivaut à un suicide moral. La pièce est construite autour de cette seule interrogation : comment Titus parviendra-t-il à expliquer à Bérénice qu'il a décidé de la renvoyer en Orient ? Explication terrible puisque Titus aime Bérénice et qu'elle partage sa vie depuis cinq ans. Or Titus devient empereur et un empereur ne peux épouser une étrangère, qui plus est une étrangère qui est une reine. Sur cette trame simple, Jean Racine réussit à tisser une belle fresque de sentiments. Bérénice passe de la joie à la désespérance, Titus du désespoir au choix d'État.

Louis XIV appréciera cette pièce car lui rappelant son amour avec la nièce de Mazarin, Marie Mancini. Un vers, d'ailleurs, le rappelle (Acte 4 scène 5): "Vous êtes empereur, Seigneur, et vous pleurez !", rappelant le mot que lui aurait dit Marie lors de son départ.

Cette tragédie fonctionne avec trois personnages principaux : Titus (empereur), Bérénice (reine de Palestine) et Antiochus (roi de Comagène, amoureux de Bérénice et ami de Titus). Ces trois personnages ont chacun un confident qui ont un rôle important dans le sens où c'est à eux qu'ils vont confier leurs états d'âme et les messages que leur bouche ne peut dire en direct. Il s'agit de Paulin (confident de Titus), Arsace (confident d'Antiochus), Phénice (confidente de Bérénice). Drame de la communication inter-personnelle, la pièce fait soupirer de regret les participants. Aucun des protagonistes principaux ne souhaite aller là où la force du destin les contraint. J'en veux pour preuve le nombre fois qu'est employée l'expression "hélas" par Antiochus, Titus ou Bérénice : vingt-sept fois ! 27 fois, comme autant de symboles de cette impossibilité à briser le destin.

Quelques vers splendides, car Racine est très poétique :

Acte 1 scène 2, Antiochus : "Ah ! puisqu'il faut partir, partons sans lui déplaire / Retirons-nous, sortons, et, sans nous découvrir / Allons loin de ses yeux l'oublier ou mourir."
Acte 1 scène 4, Antiochus : "Et je viens donc vous dire un éternel adieu."
Acte 1 scène 4, Antiochus : "Titus, pour mon malheur, vint, vous vit et vous plut."
Acte 1 scène 4, Antiochus : "Je pars plus amoureux que je ne fus jamais."
Acte 1 scène 4, Antiochus : "Que vous dirai-je enfin ? Je fuis des yeux distraits / Qui me voyant toujours, ne me voyaient jamais."
Acte 1 scène 5, Phénice : "Rome hait tous les rois, et Bérénice est reine."
Acte 2 scène 2, Titus : "Je lui dois tout, Paulin. Récompense cruelle ! / Tout ce que je lui dois va retomber sur elle. / Pour prix de tant de gloire et de tant de vertus, / Je lui dirai : "partez, et ne me voyez plus.""
Acte 2 scène 2, Titus : "Je connais mon devoir, c'est à moi de le suivre : / Je n'examine point si j'y pourrai survivre."
Acte 2 scène 5, Bérénice : "Si Titus est jaloux, Titus est amoureux."
Acte 3 scène 3, Antiochus : "Je n'ai qu'à vous parler pour me faire haïr."
Acte 4 scène 5, Titus : "Mon cœur se gardait bien d'aller dans l'avenir / Chercher ce qui pouvait un jour nous désunir."
Acte 4 scène 5, Bérénice : "Que le jour recommence et que le jour finisse / Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice, / Sans que de tout le jour je puisse voir Titus ?"
Acte 5 scène 7, Bérénice : "Je l'aime, je le fuis ; Titus m'aime, il me quitte."

L'intérêt de cette collection des classiques Larousse est de présenter des analyses de l'œuvre qui s'adressent non seulement aux étudiants, mais encore aux adultes plus étudiants du tout qui découvrent l'œuvre à l'âge mûr, et sont dans ce cas sans doute plus réceptifs aux sentiments exprimés. Dans le cas présent, Dominique Rabaud-Gouillard fait un dossier sur le thème : renoncer à l'amour. Très intéressant. Les annexes vont s'attarder sur les sources, sur la compétition avec Corneille qui dans le même temps compose "Tite et Bérénice", sur une très bonne analyse intitulée "Chassés croisés autour d'un couple impossible", sur la technique littéraire de Racine, sur les troupes de théâtre au XVIIème siècle, sur les critiques parues à propos de la pièce.

A relire sans modération aucune.

Veilleur
avatar
veilleur

Nombre de messages : 312
Age : 52
Location : Boulogne-Billancourt, France
Date d'inscription : 30/10/2009

http://www.amazon.fr/gp/pdp/profile/A210O5KYER1I4I

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean RACINE (France)

Message  dodie le Dim 24 Oct 2010 - 16:10

Merci Veilleur! Cela me donne envie de me replonger dans nos classiques....
avatar
dodie

Nombre de messages : 4481
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean RACINE (France)

Message  veilleur le Sam 20 Nov 2010 - 17:56

Andromaque
http://fr.wikipedia.org/wiki/Andromaque_%28Racine%29
Texte intégral : http://fr.wikisource.org/wiki/Andromaque

Lorsque la pièce commence, la tragédie est enclenchée, de loin. C'est déjà l'incendie et il ne reste plus à la mèche qu'à se consumer jusqu'à l'écroulement final."Andromaque" est la première pièce "à succès" de Racine, écrite à 28 ans (pardonnez du peu) et l'auteur montre une maturité absolument stupéfiante dans l'analyse de l'âme humaine . Dans ce croisement de personnes enfermées en elles-mêmes, sans dialogue autre que des affrontements et des revirements brusques et douloureux, l'auteur atteint une modernité terrible pour nos sociétés qui ne savent plus parler. Dans Andromaque, tout le monde a peur de l'avenir, même si à la fin Pyrrhus accepte de sauver ce qui reste des Troyens, et en meurt. Tout s'effondre dans "Andromaque" : la raison d'Oreste, le questionnement absolu d'Hermione sur elle-même, Andromaque face à la force du destin. Dans cette pièce, la souffrance dure et dure et n'a de terme que dans la mort.

C'est tragique et c'est beau. Le lecteur ou l'auditeur est plongé dans cette "catharsis" propre à la tragédie classique où le déluge des sentiments exacerbés sur scène l'empêche d'avoir les mêmes dans la vie réelle. Quelle puissance de feu. Pour autant, il n'est pas si facile que cela, pour nous modernes, d'entrer dans cette pièce. Il faut connaître la Guerre de Troie, les causes et les conséquences, remettre cette pièce dans son contexte du XVIIème siècle mais une fois ces préparatifs faits, quelle langue.

Veilleur
avatar
veilleur

Nombre de messages : 312
Age : 52
Location : Boulogne-Billancourt, France
Date d'inscription : 30/10/2009

http://www.amazon.fr/gp/pdp/profile/A210O5KYER1I4I

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean RACINE (France)

Message  Philcabzi le Mar 31 Mai 2011 - 13:51

Andromaque
1668

Ma note: 3/5

Résumé (Wikipédia):
Après la guerre de Troie, au cours de laquelle Achille a tué Hector, la femme de ce dernier, Andromaque, est réduite à l'état de prisonnière avec son fils Astyanax par Pyrrhus, fils d’Achille. Pyrrhus tombe amoureux d'elle alors qu'il doit en principe épouser Hermione, la fille du roi de Sparte Ménélas et d'Hélène.
La structure est celle d’une chaine amoureuse à sens unique : Oreste aime Hermione, qui veut plaire à Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui aime son fils Astyanax et son mari Hector qui est mort. L’arrivée d’Oreste à la cour de Pyrrhus marque le déclenchement d’une réaction qui, de maille en maille, va faire exploser la chaine en la disloquant.

Mon avis:
J’avais choisi cette pièce à lire dans ma PAL en pensant lire quelque chose pour le thème mais je m’étais embrouillée avec Antigone! Bah, pas grave je devais la lire un jour ou l’autre et j’ai toujours aimé la plume de Racine (en préférant Corneille tout de même!).

Comme Veilleur le dit, la lecture de cette pièce demande un certain travail préparatoire ne serait-ce que pour situer l’action dans le temps et comprendre les différents liens entre les personnages. Cela fait, il est facile d’en comprendre l’action parce que dans le fond cette histoire est simple, celui-ci aime celle-là, qui veut cet autre qui aime feu celui-là... bon vous voyez le topo! C’est une histoire qui pourrait se dérouler à bien des époques, sous bien des cieux.

Est-ce que j’ai aimé ma lecture? Oui, tout à fait mais sans être transporté par sa poésie comme je le suis presque toujours avec celle de Corneille. Je trouve Racine trop rigide, trop figé avec des personnages qui demanderaient un peu plus de nuance. C’est certainement une question d’époque mais un personnage comme Hermione ou Pyrrhus qui aime, aime plus, aime encore, déteste, aime, etc. sans cesse (et bien sûr tout ça en un jour) c’est un peu lourd je trouve!

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean RACINE (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum