David MALOUF (Australie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

David MALOUF (Australie)

Message  gallo le Mar 25 Mai 2010 - 14:34

David MALOUF né en 1934 à Brisbane, Australie, d'une famille paternelle originaire du Liban et d'une mère née à Londres originaire d'une famille juif séfarade portugaise. Dèja en ce melange d'origines il est autralien.
Il est considéré un des auteurs proémints de l'Australie, lauréat de plkusieurs prix littéraires internationales.
Et pourtant, il n à qu'une dizaine de romans à son nom, et six recueils de poèmes. C'est justement la poésie de son language qui caractérise son oeuvre. IL n'est guère connu en France; peut-être que cette poésie d'expression se perd à la traduction. Voir (en anglais:)
http://en.wikipedia.org/wiki/David_Malouf

David Malouf - Harland et son domaine (Harlan'd Half Acre, 1984)
Lu en néerlandais, Harland's grond, trad. Ernst Ris, Van gennep (1988), ed. 1990, 318 pg.


Ce roman ressemble à la fois à une biographie d'un grand peintre, Frank Harland, qui vit une existence excentrique et à une histoire de famille Australienne du siècle passée. Sa jeunesse entre son père plusieurs fois veuf, son frère et ses trois demi-frères, sa découverte de la peinture et son projet pour la vie: saisir dans la peinture et figurativement regagner le domaine perdu de sa famille est écrit en observateur. Puis entre en texte un narrateur, un jeune avocat, qui relate la vie de sa famille et comment il fait la connaisance du peintre. On apprend à connaitre les membres de ces deux familles, ensuite l'histoire des deux familles se mélangent. Dès lors, tout va être raconté par l'avocat qui prend le peintre en protégé. Issue d'une famille poauvre, le peintre vit en clochard, tantôt en vagabond, tantôt vivant dans une sorte d'atelier-tente.
J'ai trouvé impressionnant la sensibilité de l'écriture, dans la déscription des années d'initiation à la vie d'abord; dans le dialogue qui sous la plume de l'auetur naît entre l'art et la vie du peintre; et vers la fin, la tendresse de l'avocat pour le peintre vers la fin de la vie.
Beaucoup de déscriptions prenants concernant la vie (et la mort) en Australie aussi. Une belle lecture. Ma note 4/5, avec tendance vers 4,5/5.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: David MALOUF (Australie)

Message  Aurore le Ven 4 Mai 2012 - 13:39



Chaque geste que tu fais - David Malouf
(Albin Michel, 2012, 318 p.)





Je commence à être au point sur les recueils de nouvelles avec quelques lectures récentes toutes plus satisfaisantes les unes que les autres : Le lanceur de couteaux de Steven Millhauser ou encore Boire la tasse de Christophe Langlois. Et c'est ce qui est intéressant c'est que chaque expérience prend une résonance particulière à mes yeux. Ainsi, Chaque geste que tu fais, a été une lecture plus laborieuse que les précédentes, plus exigeante également.

Ce sont sept nouvelles qui composent ce recueil, toutes puissamment enracinées dans l'Australie contemporaine. Les personnages y sont seuls, comme portés par une indépendance profonde qui les poussent à s'isoler. La première m'a par exemple marqué car le jeune narrateur, âgé de 16 ans, va aller à contre-courant de l'éducation reçue pour suivre un ami le temps d'une partie de chasse. A partir de ce banal événement, les personnages se rapprochent - les hommes de la famille qui l'initient et lui-même, en proie au doute - et le loisir devient enjeu social, confrontation et prétexte à se dépasser. On sent doucettement la tension monter et on se met à la place du personnage, un peu mal à l'aise de cette étape fondatrice qui semble le passage "obligé". Les autres nouvelles sont sur le même ton à la fois froid et méthodique mais aussi intense car les personnages ne s'épargnent pas et vont frontalement à la rencontre de leur destin.

Je ressors de ces récits avec un sentiment mélangé. D'une part j'ai beaucoup aimé la diversité des situations, les caractères incisifs des personnages mais je suis aussi un peu restée en marge de ces histoires. C'est comme si l'Australie qui m'était contée perdait un peu de l'aura que j'avais trouvé dans Récits du bush de Paul Wenz. Cette Australie-là elle aurait très bien pu être l'Amérique ou bien la France. Mais ce n'est pas négatif pour autant puisque les personnages, quasi emblématiques, prennent le pas sur les paysages. Ainsi, le narrateur de la nouvelle "Enfant soldat" est déstabilisant dans son comportement, faisant le tour de ses connaissances avant de partir pour la guerre du Vietnam. Dans la nouvelle "Ce lieu et ce temps", c'est deux personnages qui prennent le chemin d'un enterrement où tous se comportent normalement, non affectés par la douleur de la perte. Un rassemblement quelconque? Que fait le narrateur, embarqué lui aussi pour faire "figuration"?

Voilà un recueil complexe qui m'aura tenu dans la durée puisque j'ai dû le digérer, nouvelle après nouvelle. Non que le style soit particulièrement ardu mais, comme je l'ai évoqué, j'ai eu du mal à pleinement embarquer dans ces histoires. Néanmoins, ça me donne le goût de lire d'autres ouvrages de David Malouf car il semble reconnu par ses pairs (comme Doris Lessing) et s'essaie à de nombreux genres (romans, pièces de théâtre, livrets d'opéra). Peut-être y trouverais-je mon bonheur?!

4/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum