Sonya HARTNETT (Australie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sonya HARTNETT (Australie)

Message  zozinette le Mar 25 Mai 2010 - 9:06



Sonya Hartnett

Sonya Hartnettest née en 1968. Elle a publié son premier livre alors qu'elle avait à peine 15 ans. C'était le début d'une carrière à succès, salué par de nombreux prix pour ses ouvrages destinés aux jeunes et aux adultes. En 2006, Landscape with Animals, publié sous pseudonyme, a choqué certains critiques qui l'accusaient d'être "outrageusement pornographique". Cela n'a pas empêché Sonya Hartnett de remporter en 2008 le prestigieux prix Astrid Lindgren Memorial, qui avait couronné Philipp Pullman quelques années plus tôt... Ni de gagner son surnom de "Stephen King australien".
"Finnigan et moi" est son premier livre pour adultes publié en français. Son deuxième roman "Une enfance australienne" est paru en février 2010.
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  zozinette le Mar 25 Mai 2010 - 9:23

FINNIGAN ET MOI - SONYA HARTNETT


Résumé

Anwell se meurt. Il a 20 ans et est en train d'agoniser tout seul dans une chambre blanche.
Il nous parle de Finnigan, son ami avec qui il a scellé un pacte: dès qu'il faudra mal agir, Finnigan s'en chargera. Anwell, lui fera le bien.
C'est alors qu'une épidémie d'incendies ravage leur petit village australien, laissant la police locale impuissante et plongeant les habitants dans la crainte et la susciption. Mais qui est-il, ce mystérieux compagnon qui apparaît et disparaît comme un fantôme et dont la présence devient de plus en plus incontrôlable et malveillante?


Mon avis

C'est un livre totalement indéfinissable. Il est classé comme un thriller mais c'est loin de n'être que ça.
C'est un roman sur le silence, le secret, l'enfance martyre.
Anwell, enfant mal aimé de ses parents, humilié et détesté par ses camarades de classe, fait un jour la connaissance de Finnigan, qui a le même âge que lui mais qui ne va pas à l'école et vit dans les bois.Ils vont signer un pacte et devenir amis.
De lourds secrets pèsent sur la famille d'Anwell. On les découvre au fil des pages.
A Mulyan, petit village australien où ils vivent, les autres habitants les ont surnommé "la famille zinzin".

La construction de ce roman est très très bien faite. Anwell et Finnigan prennent successivement la parole au fil des chapitres qui sont construits sur le présent et sur des flash-backs qui nous permettent de découvrir pourquoi les choses en sont là et la profondeur du pacte qui lie les deux enfants.
Il n'y a aucun voyeurisme ni misérabilisme dans l'écriture de Sonya Hartnett. Tout est juste, elle nous rend compte des sentiments de chacun avec une sensibilité extraordinaire.

C'est un livre que je conseille vivement, malgré la noirceur du sujet il est plein de poésie.


Ma note

4.75/5
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  belledenuit le Mar 25 Mai 2010 - 14:41

Je note bien volontiers. Ton avis me donne envie de le tenter.
avatar
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 41
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Finnigan et moi

Message  nauticus45 le Dim 20 Juin 2010 - 13:22



"Finnigan et moi" - J'ai lu - 3 février 2010 - 286 pages

Résumé:

Agé d'une vingtaine d'année, Anwell agonise, victime d'on ne sait quel mal. Coincé dans son lit, il se rappelle son enfance et nous raconte sa rencontre avec Finnigan, un jeune garçon de son âge qui bouleversa sa vie. Ensemble ils ont en effet conclu un pacte, Finnigan se chargeant de faire tout le mal que Anwell n'ose pas faire, et laissant ce dernier faire le bien. Finnigan, qui vit dans les bois, apparemment sans attache, fascine Anwell, maltraité par des parents autoritaires et réputés comme étant "zinzin" dans toute la ville. Mais quand des incendies éclatent dans la ville, peu de temps après leur pacte, la fascination de Anwell pour Finnigan change de nature...

Commentaire:

"Finnigan et moi" est un roman très prenant. Au -delà du simple suspense, c'est une exploration de l'enfance, du handicap, de la vie dans les petites villes de la province australienne, de la famille et de ses secrets, bref un roman riche et passionnant. L'alternance des récits de Anwell et de Finnigan donne un tel rythme au roman qu'on aborde tous ces sujets sans vraiment s'en rendre compte et avec une seule envie: comprendre qui est Finnigan. Merci encore Zozinette pour cette agréable découverte!

4,5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1539
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  Elfe le Sam 14 Aoû 2010 - 10:20

Finnigan et moi

Anwell, jeune garçon de 20 ans, raconte son histoire depuis son lit d'hôpital alors qu'il est victime d'un mal inconnu. Sous forme de flash-back, il narre son enfance bouleversée par sa rencontre avec Finnigan, son opposé, son idéal. Toujours accompagné de son chien Surrender, Finnigan n'est pas comme les autres : il n'est pas gentil ni bien élevé, il ne va pas à l'école et, surtout, il est son seul ami. Les deux garçons passent un pacte : dès qu'il faudra mal agir, Finnigan s'en chargera. Anwell n'aura plus qu'à faire le bien. Lorsqu'une épidémie d'incendies ravage le village, la police locale est sur la sellette. La suspicion grandit et achève de diviser les habitants de Mulyan, une petite bourgade australienne jusqu'à ce que Gabriel convainque Finnigan d'arrêter... (4e de couverture)


Finnigan et moi est un roman plutôt déroutant. D'une intrigue bien menée, ce roman évoque la jeunesse trouble d'un garçon au coeur de l'Australie. Un roman sur la démence, sur la folie, qui laisse parfois le lecteur un peu perplexe. On ne comprend pas toujours ce qu'il se passe . Au final, c'est un livre qui m'a beaucoup touché. le personnage d'Anwell m'a profondément ému.

Merci à Zozinette pour le prêt.

Ma note: 5/5
avatar
Elfe

Nombre de messages : 1769
Age : 37
Date d'inscription : 07/01/2009

http://elfique2.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Une enfance australienne - Sonya Hartnett

Message  Aurore le Jeu 26 Aoû 2010 - 8:13

Une enfance australienne - Sonya Hartnett
(Le serpent à plumes, 2010, 198 p.)



Qu'on se le dise, ce roman je le voyais passer sur tellement de billets de blogs, qu'il ne pouvait passer entre les mailles du filet. Sans que j'aie rien eu à faire ma mère a souhaité se le procurer et j'ai donc profité de l'occasion pour y jeter un œil (même les deux et de manière assez ininterrompue).

Un jour trois enfants Zoe, Christopher et Veronica Metford disparaissent. Ils étaient partis chercher une glace mais ne sont jamais revenus chez eux. Parallèlement nous suivons l'histoire d'Adrian, 9 ans, petit garçon aux multiples peurs qui suit les infos avec beaucoup d'attention. Il a peur des sables mouvants, des monstres marins et de la combustion spontanée. Il apprend par ce fait-divers que des enfants tout ce qu'il y a de plus normaux peuvent disparaître sans laisser de trace et de ça aussi il a peur. Plus généralement Adrian a peur de l'abandon. Il vit avec sa grand-mère Beattie et son oncle Rory. A l'école il n'a qu'un seul ami à qui il tient beaucoup, Clinton, parce qu'il sait qu'à 9 ans on a tôt fait d'être écarté d'un groupe (même petit).
Des voisins emménagent en face de chez Adrian. Trois enfants, deux filles et un garçon viennent du jour au lendemain s'établir à deux pas de chez lui. Ils sont surveillés par un homme avec vigilence et une ombre semble planer sur la mère. Enfin cette famille, qui est une sorte d'échappatoire, semble sortie d'un autre monde. Adrian se questionne et surtout, curieux, tente d'en savoir plus... sans succès.

Voilà pour l'ambiance du roman ! On a le cœur serré de constater que le petit Adrian a tant de peurs, qu'il a peur d'être rejeté au bout du compte. Car c'est vrai que le petit garçon n'a pas eu une enfance facile et s'intégrer à une école, un environnement c'est tout un parcours semé d'embuches pour lui.
Outre le regard que l'on porte sur Adrian on ne peut s'empêcher de se demander ce que sont devenus les enfants Metford. Car comment toute une fratrie peut-elle se volatiliser sans que personne n'en ait été témoin (certains témoins pensent avoir vu quelque chose mais les informations restent très incertaines).
Ma mère m'avait averti que c'était un livre assez terrible. Volontairement je ne détaille pas le terme. Une chose est sûre : pendant un certain nombre de pages je me suis demandée comment tout cela allait aboutir. Mes nerfs ont été mis à rude épreuve car une pointe de suspense, surtout quand il s'agit d'enfants, et je pars au quart de tour accrochée à mon oreiller.
Bilan de l'affaire : j'ai refermé le livre à 1h hier mais j'ai eu le fin mot de l'histoire. Je vous souhaite d'être happé comme je l'ai été par le style implacable de Hartnett qui laisse très peu de place aux tergiversations (et c'est tant mieux).

Un passage qui m'a fait sourire :

Adrian regarde le ciel. Se mord la lèvre. Sent le goût artificiel des Chickadees. Les autres enfants se jaugent. La solidarité, ça compte. Seul, on n'existe pas. Ensemble, on est fort. Alors, Adrian aussi crie :
- Saute !
Il ne faut pas qu'on le voie se taire. Il espère que la Jument n'en fera rien. Il a conscience qu'il n'y aurait rien de pis que de voir cette fille dégingandée dégringoler du toit ; et néanmoins, il est obligé de l'encourager à se tuer, bien que les mots lui raclent la poitrine.
- Saute ! s'époumone-t-il. Saute ! (p. 110)

4,5/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  zozinette le Jeu 26 Aoû 2010 - 8:54

Je l'ai repéré depuis un petit moment celui- là mais mes biblis ne le possèdent pas. Sa sortie en poche est prévue pour début 2011 chez J'ai Lu. Il me tarde
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  Aurore le Jeu 26 Aoû 2010 - 9:00

Eh bien écoute Zozinette je te le souhaite ! C'est vraiment un très bon livre qui ne laisse pas sur sa faim ! Quoique après, l'histoire me turlupinait tellement que j'ai eu du mal à trouver le sommeil.
J'ai empruntée dans la foulée Finnigan et moi qui, je pense, me plaira tout autant. Et je ne sais pas si tu as vu mais dans la partie "suggestions" du thème j'ai parlé de l'actualité toute récente de Hartnett. Son troisième livre est dans toutes les bonnes librairies à partir d'aujourd'hui .

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  Clochette le Jeu 26 Aoû 2010 - 11:37

Tiens, celui-là, je l'ai emprunté en juin à la bibliothèque (parce que je voulais emprunter Finnigan et moi et qu'il ne l'avait pas !), et il attend donc sagement à côté de ma table de nuit . Mon fils de 11 ans a voulu le lire cet été, compte-tenu du sujet, je lui ai dit "tttt, on va attendre que tu grandisses un peu". Non mais !
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2133
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  Aurore le Jeu 26 Aoû 2010 - 15:11

Alors Clochette qu'attend-il ce Hartnett? Moi je suis prête à parier que si tu le commences tu le liras tout d'affilée. Mais c'est vrai que pour un garçon de 11 ans c'est assez hard, enfin les dernières pages pourraient le choquer. Enfin moi c'est ce que ça m'a fait (et j'ai presque plus 11 ans ) !

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  Lacazavent le Sam 11 Sep 2010 - 9:59

Finigan et moi Sonya Hartnett
J'ai lu, Thriller / 286 pages



Curieux, curieux ce petit livre, sa lecture m' a plongé dans une sorte d'état second, un ravissement. Je me suis laissée totalement absorber dans l'univers de Sonya Hartnett et moi qui aime particulièrement ces écritures fluides précises et poétiques, j'ai été servi. Dès les premières lignes une ambiance lourde et pesante s'installe. Toujours dans la maîtrise et la retenue, elle brosse des portraits extraordinaires pour chacun de ses personnages. Il y a tout un travail sur leurs psychologies. Le sujet pouvait-être périlleux, il est mené de façon magistral. La fin seulement m' a un peu déçu.
Un presque coup de cœur, il ne manque pas grand chose.


4,75/5


Merci Zozinette
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  Shan_Ze le Lun 13 Sep 2010 - 14:40

Je ne sais pas par lequel commencer, les deux ont l'air très bien ! Allez, je note les deux ! en plus, les deux sont disponibles à la bibliothèque !
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7408
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Finnigan et moi - Sonya Hartnett

Message  Aurore le Mar 14 Sep 2010 - 21:18

Finnigan et moi - Sonya Hartnett
(Editions du Serpent à plumes, 2009, 313 p.)

Je poursuis ma livraison de critiques en retard avec ce livre de Sonya Hartnett que j'ai lu d'un trait. Il faut dire que sa plume est particulièrement accrocheuse : pleine de concision tout en étant auréolée de mystère.

Anwell a une vingtaine d'année, il se meurt dans son lit chez lui alors que le monde continue de tourner. C'est à Mulyan, petite bourgade australienne que tout se passe. Et ce sont surtout des allers-retours auxquels nous allons avoir droit tout au long du roman. En effet, Anwell, prisonnier de son corps devenu si frêle, ne détient plus grand chose si ce n'est la faculté de se souvenir. Et de sa chambre qu'il ne quitte plus, il va replonger dans ce passé peu glorieux qui a été le sien. Car Anwell avant c'était Gabriel (comme l'ange) pour le seul ami qu'il avait, Finnigan. Anwell/Gabriel c'est le zinzin, le gars bizarre du village, celui qu'il ne faut pas approcher de trop près. En effet Anwell traine de gros antécédents derrière lui : soupçonné de la mort de son grand frère (qui était gravement malade), il est l'enfant qu'on trimballe comme un boulet. Ce Finnigan, l'ami inespéré qui est venu frapper à sa porte, c'est en quelque sorte le mirage d'une amitié forte qui bousculera tous les vieux démons du passé pour créer une relation sans limites ni secrets.

Or Finnigan est un garçon insaisissable, constamment errant avec son chien Surrender, et toujours prêt aux mauvais coups. D'ailleurs une vague d'incendies sévit depuis peu dans la région. Mulyan est en pleine désolation, un paysage d'apocalypse après avoir été décimée par tous ces feux d'origine criminelle.
On constate que Finnigan a pris toutes les apparences du vengeur pour se faire justice lui-même. Il entend renforcer leur amitié en accomplissant le mal que Anwell/Gabriel aurait pu faire. Ainsi dans le duo il y a le vagabond avec mille et un tours dans son sac et le passif, le "sage", celui qui ne fait que regarder.
Bien sûr ces jeux d'amitié diaboliques doivent prendre fin et c'est de la rupture que la paix peut naître.

J'ai une fois de plus beaucoup aimé le récit de Hartnett. Son récit à deux voix (on alterne entre Anwell et Finnigan) est poignant quoique tragique. On se rend effectivement compte que deux adolescents qui se lient ce n'est pas forcément pour le meilleur (c'est même, dans ce cas précis, pour le pire). Le plus troublant est de voir toute l'emprise qu'a Finnigan sur Anwell qui se raccroche à lui comme une planche de salut. Même si les rôles de temps en temps s'inversent, les deux garçons ont tous deux des existences solitaires qui n'auraient pas dû se rencontrer. Car quand deux solitudes s'effacent, les dés sont jetés et les destins sont quoi qu'il arrive liés.
C'est donc plein d'effroi qu'on assiste à la descente aux enfers de ces deux adolescents perdus dans la vie et dans leur tête.
Sonya Hartnett parvient à nous faire glisser d'une histoire presque banale à une intrigue digne d'un bon thriller où les ombres prennent place au creux des flammes. C'est donc un roman qu'on referme à regret car les deux personnages, bien qu'antipathiques, provoquent en nous des sentiments mitigés : ils ne peuvent nous laisser indifférent. On suit leur ascension (ou devrais-je dire, leur chute parfaitement combinée) en se demandant juste comment cela va s'arrêter et finalement... on sait !

4/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  lalyre le Mer 15 Juin 2011 - 11:51

Une enfance australienne
Sonya Hartnett
J’ai lu décembre 2010
189 pages


Présentation de l'éditeur

Adrian a 9 ans. Il vit dans une petite ville australienne, il adore dessiner, il aime les glaces, rêve d'avoir un chien. Il a souvent peur aussi. Peur des sables mouvants, des monstres marins et de la combustion spontanée. Ses parents ont disparu. Il est élevé par un oncle presque mutique et une grand-mère autoritaire. À l'école, son meilleur ami s'appelle Clinton, même si celui-ci l'abandonne très vite pour l'"intello" de la classe. Il y a aussi ces trois enfants, Zoe, Christopher et Veronica, qui, par une belle journée d'automne, sont partis se promener, et ne sont jamais revenus... Alors Adrian se demande quel est cet homme qui vient de s'installer en face de chez lui. Et pourquoi les volets restent clos. Dans cette bourgade étouffante où rien ni personne n'est innocent, dans cette famille repliée sur elle-même et un rien bizarre, Une enfance australienne raconte l'histoire d'un jeune garçon solitaire mais très curieux. Peut-être un peu trop... Tout l'univers étrange et poétique de celle que le magazine Elle avait comparé à Faulkner mâtiné de Stephen King. Un livre à déconseiller aux âmes sensibles.
Mon avis
La présentation de l’éditeur disant déjà beaucoup sur ce roman, je me contenterai d’écrire ce que je pense de ce livre. Je n’ai pas apprécié la disparition des trois enfants, les recherches vite terminées, ensuite presque plus rien n’est dit sur le devenir des parents....J’ai détesté la grand-mère d’Adrian, qui ne lui donne pas assez d’affection, la solitude de l’enfant et l’abandon de son seul ami Clinton, je me suis sentie mal à l’aise face aux trois enfants, devenus voisins d’Adrian, j’ai frissonné de peur lorsque Nicole, la voisine l’entraine vers l’étang, je suis restée horrifiée par la fin qui se termine d’une façon étrange.....Pas beaucoup de personnages attachants dans ce roman, excepté Adrian et son oncle un peu spécial, mais auquel le petit garçon peut se confier. Non vraiment, je n’ai pas aimé ce livre ou l’atmosphère est oppressante et inquiétante, trop de questions restent en suspens et il est certain que ce livre n’est pas pour personne sensible.......3,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4193
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  lalyre le Ven 5 Avr 2013 - 16:34

Les enfants du roi
Sonya Hartnett
Ed.Les grandes personnes 5 avril 2013
ISBN 978 2 36193 209 1
286 pages

Quatrième de couverture
Au début de la deuxième guerre mondiale, Cecily et Jeremy Lockwood sont envoyés à la campagne pour échapper aux bombardements qui menacent Londres, et trouvent refuge à Heron Hall, le domaine de leur oncle Peregrine. L'arrivée inattendue de May Bright, jeune évacuée de dix ans que les Lockwood recueillent au domaine, va bouleverser le quotidien de la famille.

Mon avis
Trois enfants font partie des principaux personnages, Cecily, son frère aîné Jeremy, mais aussi la petite May. Des adultes comme l’oncle Peregrine qui possède un domaine à Heron Hall, Héloïse la mère de Cecily et Jeremy. Ces trois derniers ont quitté Londres pour échapper aux bombardements, au cours de leur voyage, ils voient un rassemblement d’enfants évacués qui attendent des familles désireuses de les héberger, Cecily est attirée par une petite fille, que la mère accepte de prendre avec eux pour terminer le voyage. Mais l’oncle Peregrine va-t-il accepter l’enfant ? Mais bien sûr car c’est un homme au grand cœur et voila les enfants installés, May n’en croit pas ses yeux car…..Et leurs aventures commencent, des bois sombres, de grandes prairies mais aussi les ruines d’un château mystérieux. Les filles curieuses de tout s’y aventurent mais qu’elle est leur stupeur lorsque deux garçons bien habillés et coiffés leur font savoir que c’est là qu’ils habitent incognito, déjà cela est mystérieux…..Qui sont-ils ? Mais revenons au domaine avec les petites, Jeremy quand à lui est un peu hautain, il a quatorze ans, écoutant les adultes parler de Londres et les bombardements aimerait y participer, cependant on lui dit qu’il est trop jeune et n’est encore qu’un enfant, ce qui vexe profondément. Les filles parlent du château et l’oncle décide de leur raconter une histoire, les enfants sont subjugués par ce récits. Ce qui va inciter les filles à en savoir plus…..Un jour au petit-déjeuner Jéremy a disparu, il en avait sans doute assez d’être traité comme un enfant, surtout par sa mère. Mais ou est-il parti ? Reviendra t-il ? Et les deux garçons du château, qui sont-ils, ces garçons qui ont fait entrer les filles dans un monde chimérique ou passé et présent n’en font qu’un? Beaucoup de questions pour les prochains jeunes lecteurs ou les thèmes principaux sont la quête du pouvoir, brutalité de la guerre et perte de l’innocence et la jalousie. Mi-roman d’apprentissage et mi-roman de fantômes Dont les jeunes héros sortiront pourtant grandis plus forts et plus sages. Un beau livre dont je pourrais dire qu’il est accessible aux jeunes à partir de quatorze ans. 4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4193
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sonya HARTNETT (Australie)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum