John KEATS (Royaume-Uni)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

John KEATS (Royaume-Uni)

Message  RaincoatRai le Ven 30 Avr 2010 - 12:35

Petite biographie introductive

John Keats, poète anglais romantique, né le 31 octobre 1795 à Finsbury Pavement, près de Londres, mort à Rome de la tuberculose le 24 février 1821 est un des poètes les plus importants de sa génération.
Chantre de la nature sauvage synonyme de liberté et de pureté (Ode to Autumn - Ode to a Nightingale) et revendiquant la primauté de la sensation (Ode on Melancholy), John Keats est aujourd'hui considéré comme un des poètes emblématiques du romantisme anglais. Il s'est attaché aussi à d'autres thèmes romantiques comme la solitude (Hymn to Solitude), le goût pour le Moyen-âge (Isabella - La Belle Dame sans Merci) et pour le folklore (The Eve of St Agnes) tout en conservant l'attachement aux mythes classiques (Lamia - Hyperion). Il doit également une grande part de son inspiration à des poètes comme Spenser, Shakespeare, Milton, et Dryden.
Pour beaucoup de commentateurs de son œuvre, les textes les plus achevés de John Keats sont ses odes, toutes écrites en 1819 et qui restent parmi les plus connus des poèmes de la littérature anglaise. [ source : Wikipedia]

Lettres à Fanny, Rivages Poche 151 pages

Quatrième couverture
Longtemps hésitant entre la médecine et la poésie, John Keats n'avait guère eu qu'ironie et méfiance pour les choses du sentiment lorsqu'il s'éprit de Fanny Brawne, la fille de ses nouveaux voisins de Hampstead. De cette liaison difficile - ils seront fiancés mais jamais époux - , il nous reste trente-sept lettres, rédigées au cours des deux dernières années de la vie de l'écrivain, juste avant et pendant la maladie qui devait l'emporter en 1821 à l'âge de vingt-cinq ans. Dans ce qui fut pour Keats un temps d'assombrissement et d'amertume, l'amour devient à la fois révélation et désastre, nectar et poison ; le poète trouve dans sa passion la réalisation possible d'un idéal de beauté qui le hantait, mais aussi la source d'une vulnérabilité qui l'éloigne encore davantage d'un monde dont il ne se satisfait plus. C'est-à-dire que l'amour, chez Keats, est autant le double que la limite de la poésie, et c'est pourquoi l'on retrouve dans la trajectoire brisée de cette correspondance, l'une des plus célèbres de la langue anglaise, le goût et l'exigence de l'impossibilité qui habitèrent son oeuvre.

Avis

Plutôt frileuse par rapport au romantisme ( j'ai des souvenirs de Lamartine, qui ne m'avait pas du tout plus ), mais , je me répète encore, j'adore les correspondance, et je me suis laissée tout de même tenter. Honnêtement, lire ces lettres m'a beaucoup touché, et je trouve cela une excellente manière d'aborder un auteur sur lequel on a quelques préjugés. Pour ma part, non seulement il m'a réconcilié avec le romantisme, anglais au moins, et m'a fait découvrir un auteur magnifique. Bien entendu, on y retrouve toutes les caractéristiques du poète romantique : peur du temps qui passe, l'impossibilité d'être heureux, une fascination pour la nature et le sentiment amoureux. Pour ma part, j'ai trouvé ce recueil tellement prenant, que j'ai pour la première fois noté des citations, qui me semblent résumer presque à elles toutes seules les sentiments et la personnalité de Keats ( tout du moins, ce que j'ai pu en apercevoir à travers ces lettres ).
" Le bonheur est hors de question "

" Il me faut vous écrire une ligne ou deux afin de voire si cela peut contribuer à vous chasser de mon esprit "

" L'amour est ma religion "

" [...] j'ai révéré le principe de beauté en toutes choses [...] "

" [...] - lèvres ! pourquoi un pauvre prisonnier comme moi devrait-il évoquer pareilles délices ?[...]"


Ce livre est un gros coup de coeur
avatar
RaincoatRai

Nombre de messages : 110
Age : 26
Location : Midi Pyrénées
Date d'inscription : 17/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: John KEATS (Royaume-Uni)

Message  cookie610 le Lun 13 Avr 2015 - 16:53

Lettres à Fanny
 
Note : 4/5
 
Pour le résumé, se reporter à la critique ci-dessus de Raincoatrai

Critique : Je ne lis peu voire même pas du tout pour être tout à fait honnête de poésie.  J’ai étudié les classiques quand j’étais encore en cours mais ça s’est arrêté là. Et, on se concentrait sur les classiques français sans aller voir ce qu’avaient fait les écrivains d’autres pays. Pourtant, j’ai beaucoup entendu parler de John Keats qui est l’équivalent outre-manche de Lamartine. Je n’ai jamais lu ces poèmes mais j’ai été attirée par ce recueil de lettres avec sa fiancée Fanny Brawne. Déjà, j’aime beaucoup le style épistolaire, la correspondance a une portée très forte, surtout dans un cas comme celui-ci où il s’agit vraiment des réelles lettres écrite par Keats à Fanny. Le style est magnifique. Ça m’a beaucoup donné envie de lire des poèmes de Keats. Il écrivait vraiment super bien, même si on sent quand même un esprit un peu torturé. Le recueil est court et on le termine trop rapidement. C’est dommage par contre que l’on ait que les lettres de Keats à Fanny et pas ses réponses à elle. Du coup, on a l’impression de manquer une partie de l’histoire. Mais bon, le livre m’a surtout beaucoup donné envie de lire d’autres œuvres de Keats. 
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4720
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum