Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  Mousseline le Dim 26 Oct 2008 - 3:06

De : lalyre7032 (Message d'origine) Envoyé : 2006-07-28 03:26

La supplication Svetlana Alexievitch Coll.J'ai lu

Tchernobyl,
Chronique du monde après l'apocalypse.

Pour nous faire connaître Tchernobyl ,autrement que par ouï-dire et pour démèler le vrai du faux,l'auteur a tenté de reconstituer ce qui s'est passé et pour cela a écrit ce livre ou elle donne la parole aux rescapés.Plus de dix ans ont passé depuis le drame,mais on ne sait rien sur la manière dont survivent les gens.Pendant trois ans,l'auteur qui est journaliste, a parcouru la région de Tchernobyl et la Biélorussie qui est située à quelques dizaines de kilomètres de la centrale,elle a donné la parole à des travailleurs de la centrale,à leurs parents,à des victimes,à des fonctionnaires du parti,à des soldats et à des liquidateurs qui étaient chargés de tuer les animaux domestiques contaminés,à des parents d'enfants nés malformés,des témoignages bouleversants,terribles et souvent atroces.A tchernobyl c'est la survie et l'on ne peut ignorer ce qu'ont vécu ces gens ni ce qu'ils vivent encore car que savons-nous de ce drame humain?

Mon avis : j'ai lu ce livre avec une véritable indignation et une certaine révolte car oui !!!!! Certes c'est un accident mais il faut dire que rien n'était prévu pour cela,mais aussi que les autorités y ont envoyé des hommes sans explications et ces pauvres gens n'avaient pas le choix,les habitants n'ont guère été informés non plus et pour moi cela a un nom abominable (crime ).
Je vous livre l'épilogue de ce livre :Une agence de voyage de Kiev propose des voyages à Tchernobyl et une tournée au coeur des villages morts....Naturellement pour de l'argent.....Visitez la Mecque du nucléaire.

En hommage à l'auteur je note 5/5
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  lalyre le Mar 8 Déc 2015 - 17:23

La guerre n’a pas un visage de femme    
 Svetlana Alexievitch    
 J’ai Lu 2005
   414 pages        

Présentation de l'éditeur
La Seconde Guerre mondiale ne cessera jamais de se révéler dans toute son horreur. Derrière les faits d'armes, les atrocités du champ de bataille et les crimes monstrueux perpétrés à l'encontre des civils, se cache une autre réalité. Celle de milliers de femmes russes envoyées au front pour combattre l'ennemi nazi. Svetlana Alexievitch a consacré sept années de sa vie à recueillir des témoignages de femmes dont beaucoup étaient à l'époque à peine sorties de l'enfance. Après les premiers sentiments d'exaltation, on assiste, ou fil des récits, à un changement de ton radical, lorsque arrive l'épreuve fatidique du combat, accompagnée de son lot d'interrogations, de déchirements et de souffrances. Délaissant le silence dans lequel nombre d'entre elles ont trouvé refuge, ces femmes osent enfin formuler la guerre telle qu'elles l'ont vécue. Un recueil bouleversant,  des témoignages poignants.
Mon avis
Svetlna Alexievitch  nous dit que lors de ses rencontres avec les femmes qui sont engagées pour se battre au front, que ce qu’elle apprend de la guerre lui fait aussi réfléchir à notre vie d’aujourd’hui. A chercher qui nous sommes en réalité. Car toutes femmes qu’elle a rencontrées,  n’avaient pas plus de vingt ans lors de leur engagement pour combattre les nazis, comme tireurs tireur d’élite, artilleuses, agent de transmission, aide-soignante ou brancardière.  Ces femmes pour la plupart furent oubliées de l’Histoire ou n’ont jamais parlé de  leur confrontation à la tragique réalité sur les champs de bataille, quelle qu’ait été leur rôle. L’auteure nous dit encore qu’elle a enregistré des centaines de récits, ajoutant que chez ses  conteuses, il y a quelque chose de naïf et d’encore très jeune dans leur intonation, quelque chose qui remonte sans doute à leur époque, au temps ou coexistaient le Goulag, la Victoire et leur foi sincère. Elle pense que seuls des cœurs purs inexpérimentés et confiants pouvaient réunir tout cela. Car sur quoi portent le plus souvent ses questions ?  Car elle essaye de comprendre comment il était possible de réchapper de cette interminable expérience d’agonie.  Bien sûr que des histoires d’amour il y en a…Car l’amour est le seul événement personnel qu’on connaisse à la guerre. Tout le reste est collectif. Même la mort. Et moi lectrice, je pourrais encore continuer longtemps à citer des passages, ne serait-ce que des témoignages tellement tragiques qu’il m’est impossible de parler de ces récits de combattantes et de partisanes plongées dans les  faits d’armes, les atrocités et les crimes horribles perpétrés contre les civils.  Ces femmes qui ont fait la guerre que ce soit sur le front, sur la mer ou dans les airs, comment ont-elles pu survivre ? Un livre superbe par le travail et l’écriture de Svetlana Alexievitch qui a mis sept ans pour faire ses recherches et écrire ce livre. Gros coup de cœur 5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4121
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  Awara le Mar 8 Déc 2015 - 22:43

Tu me donnes vraiment envie de lire ce livre et découvrir le nouveau prix Nobel !

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3848
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  Mandarine le Mer 9 Déc 2015 - 6:52

Moi aussi!! bounce
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2061
Age : 31
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  lalyre le Sam 12 Déc 2015 - 16:30

Derniers témoins         
Svetlana Alexievitch    
Presses de la Renaissance 2005   
   378 pages          

Quatrième de couverture
De tous les textes de Svetlana Alexievitch, celui-ci est le plus déchirant. Car qu'y a-t-il de plus terrible que l'enfance dans la guerre, de plus tragique que l'innocence soumise à l'abjection de la violence et de l'anéantissement ? Les personnages de ce livre ont entre trois et douze ans. Garçons et filles, ils ont grandi au cœur des ténèbres du plus inhumain des conflits, cette Seconde Guerre mondiale dont les plaies restent toujours béantes soixante ans après. Publié une première fois dans une édition tronquée, mutilée par la censure encore soviétique à la fin des années quatre-vingt, jamais traduit en français, Derniers témoins parait aujourd'hui pour la première fois dans sa version définitive, achevée en 2004
Mon avis
Des témoignages émouvants et poignants de la guerre vue par des femmes et des hommes qui à l’époque étaient des enfants de trois à quatorze ans. Ces enfants dont combien de parents sont tués sous leurs yeux, qui ont vécu l’horreur. Certains des adultes ont du mal à s’exprimer, de parler de l’exode, des bombardements, du retour à la maison qui n’existe plus, des villages entiers brûlés, du temps passé dans les maisons d’enfant.  Des souvenirs heureux aussi, le temps de la petite enfance, de leurs retrouvailles avec  les parents rescapés des camps. Pour ces gens,  les blessures de l’âme ne se sont jamais refermées et cela après maintes décennies, car ce qu’ils ont vu avec leurs yeux d’enfants jamais ne saurait s’effacer. Des témoignages qui m’ont remuée car ils sont dits sur diverses tons, mais jamais larmoyants. Ils ont survécu, ils sont là pour témoigner, pour que jamais on n’oublie…Impossible de ne pas en faire un gros coup de cœur…5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4121
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  Lacazavent le Sam 12 Déc 2015 - 20:51

Merci Lalyre, tu les enchaînes et tu donnes envie ! Very Happy 

Je suis en train de lire La fin de l' homme rouge (2/3 de lus environ) et pour le moment j'aime beaucoup beaucoup beaucoup. I love you
Comme j'ai du le dire à la dernière rencontre parisienne sa manière de construire son récit autour de témoignage me fait penser à XINRAN. Elle utilise un procédé très similaire dans certains de ses livres "Messages de mères inconnues" et "Mémoire de Chine".

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  lalyre le Sam 12 Déc 2015 - 21:25

Lacazavent je me réjouis de lire ton avis sur ce livre car j'ai envie d'en lire d'autres de cette auteure flower
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4121
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  Lacazavent le Sam 6 Fév 2016 - 11:39

La Fin de l’ Homme rouge ou le Temps du désenchantement de Svetlana Alexievitch
Actes Sud /544 pages
Prix Médicis Essais 2013
Prix Nobel de Littérature 2015




Quatrième de couverture :
Armée d'un magnétophone et d'un stylo, Svetlana Alexievitch, avec une acuité, une attention et une fidélité uniques, s'acharne à garder vivante la mémoire de cette tragédie qu'a été l'URSS, à raconter la petite histoire d'une grande utopie. "Le communisme avait un projet insensé : transformer l'homme ancien le vieil Adam. Et cela a marché. En soixante-dix ans et quelques, on a créé dans le laboratoire du marxisme-léninisme un type d'homme particulier, l'Homo sovieticus." C'est lui qu'elle a étudié depuis son premier livre, publié en 1985, cet homme rouge condamné à disparaître avec l'implosion de l'Union soviétique qui ne fut suivie d'aucun procès de Nuremberg malgré les millions de morts du régime. Dans ce magnifique requiem, l'auteur de La Supplication réinvente une forme littéraire polyphonique singulière, qui fait résonner les voix de centaines de témoins brisés. Des humiliés et des offensés, des gens bien, d'autres moins bien, des mères déportées avec leurs enfants, des staliniens impénitents malgré le Goulag, des enthousiastes de la perestroïka ahuris devant le capitalisme triomphant et, aujourd'hui, des citoyens résistant à l'instauration de nouvelles dictatures. Sa méthode : "Je pose des questions non sur le socialisme, mais sur l'amour, la jalousie, l'enfance, la vieillesse. Sur la musique, les danses, les coupes de cheveux. Sur les milliers de détails d'une vie qui a disparu. C'est la seule façon d'insérer la catastrophe dans un cadre familier et d'essayer de raconter quelque chose. De deviner quelque chose... L'histoire ne s'intéresse qu'aux faits, les émotions, elles, restent toujours en marge. Ce n'est pas l'usage de les laisser entrer dans l'histoire. Moi, je regarde le monde avec les yeux d'une littéraire et non d'une historienne." A la fin subsiste cette interrogation lancinante : pourquoi un tel malheur ? Le malheur russe ? Impossible de se départir de cette impression que ce pays a été "l'enfer d'une autre planète".




Un ouvrage fascinant et complexe qui se développe autour d’ une galerie de témoignages innombrables.
Sveltlana Aliexievitch recueille les histoires mais va aussi bien plus loin elle les assemblent, les met en scènes, les font se répondre, ses questions disparaissent. Le résultat est labyrinthique, foisonnant, les identités des personnes qui vont témoigner ont tendance à s’effacer, au profit de leur propos qui en devient  dès lors plus universel.
C’est un livre remarquable qui nous aide à la fois à comprendre les mutations, les évolutions et révolutions qui ont rythmé les 25/30 dernières années en Russie.
À lire et à conseiller à tous ceux qui souhaiterai découvrir cette auteure et mieux comprendre la Russie d’ aujourd’hui.


"(...) Je n' aime pas le mot "héros". Il n' y a pas de héros à la guerre. Dès qu' un homme prend un fusil, il ne peut plus être quelqu' un de bien. Il n' y arrive plus. (...)"
(Chapitre : "Où il est question de la cruauté des flammes er du salut que l' on trouve dans les nuages")




4,75/5 coeur

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  géromino le Sam 6 Fév 2016 - 13:07

Merci Lalyre et Lacazavent; vos commentaires sont précieux pour se faire une idée de l'oeuvre de l'auteure. C'est noté!

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2693
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  kattylou le Sam 6 Fév 2016 - 21:15

Vos avis donnent envie de découvrir cet auteure merci !
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3243
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  Lacazavent le Mer 16 Mar 2016 - 13:51

Dernier témoin de Svetlana Alexievitch
Prix Nobel de Littérature 2015
Presses de la Renaissance / 384 pages
 


Quatrième de couverture
:
De tous les textes de Svetlana Alexievitch, celui-ci est le plus déchirant. Car qu'y a-t-il de plus terrible que l'enfance dans la guerre, de plus tragique que l'innocence soumise à l'abjection de la violence et de l'anéantissement ?
Les personnages de ce livre ont entre trois et douze ans. Garçons et filles, ils ont grandi au cœur des ténèbres du plus inhumain des conflits ; cette Seconde Guerre mondiale dont les plaies restent toujours béantes soixante ans après.
Publié une première fois dans une édition tronquée, mutilée par la censure encore soviétique à la fin des années quatre-vingt, jamais traduit en français, Derniers témoins paraît aujourd'hui pour la première fois dans sa version définitive, achevée en 2004. Il a donc fallu à Svetlana Alexievitch près d'un quart de siècle pour mettre un point final à ce monument de la littérature, dressé pour commémorer la plus injuste des souffrances.
La poésie inhérente à l'enfance lui donne une force d'évocation qui nous touche au plus profond de nous-mêmes. Bouleversant par sa charge de vérité, émouvant jusqu'à l'insoutenable, Derniers témoins change notre regard sur l'histoire, sur le monde, sur la guerre, sur l'enfance, sur la vie.




C’ est l’ un des livres parmi les plus bouleversants et les plus touchants que j’ai pu lire ses dernières années.
Dans cet ouvrage Svetlana Alexievitch met en scène les témoignage d’ hommes et de femmes ils avaient entre 3,4 à 12 ans pendant la second guerre mondiale, ils l’ ont vécu et ils en ont les souvenirs d’enfants, leurs histoires sont bouleversantes.
Ce sont des histoires où ressort la peur, l’absence, la terreur, l’ incompréhension, la faim, le froid, l’ exode et pour les plus grand une envie (troublante) de faire comme les grands. Puis il y a la fin avec les retrouvailles pour certains, la vie dans les maisons d’enfants.
Écrit avant la La Fin de l’ homme rouge, la mise en scène y est légèrement différentes les témoignages se recoupent parfois mais sans s’ entremêler comme il le font dans le précité, chacun conservent sa propre histoire et par là son identité. Le résultat est moins foisonnant moins surprenant mais gagne en intensité, bouleversant.
À lire

4,75/5 coeur

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  Lacazavent le Ven 13 Mai 2016 - 14:21

La Guerre n’ a pas un visage de femme de Svetlana Alexievitch
J’ ai lu /  414 pages




Quatrième de couverture :
La Seconde Guerre mondiale ne cessera jamais de se révéler dans toute son horreur. Derrière les faits d'armes, les atrocités du champ de bataille et les crimes monstrueux perpétrés à l'encontre des civils, se cache une autre réalité. Celle de milliers de femmes russes envoyées au front pour combattre l'ennemi nazi. Svetlana Alexievitch a consacré sept années de sa vie à recueillir des témoignages de femmes dont beaucoup étaient à l'époque à peine sorties de l'enfance. Après les premiers sentiments d'exaltation, on assiste, ou fil des récits, à un changement de ton radical, lorsque arrive l'épreuve fatidique du combat, accompagnée de son lot d'interrogations, de déchirements et de souffrances. Délaissant le silence dans lequel nombre d'entre elles ont trouvé refuge, ces femmes osent enfin formuler la guerre telle qu'elles l'ont vécue. Un recueil bouleversant des témoignages poignants.


Dans La Guerre n’ a pas un visage de femme, Svetlana Aliexievitch revient sur la Seconde Guerre Mondiale avec ce qui fait sa pâte le recueil de témoignages.
Elles sont nombreuses les femmes qui traverseront cet ouvrage, elles viennent de différents milieux et toutes se sont engagées dans les combats menés par les partisans et les troupes soviétiques face aux armées d’ Hitler.
Toutes ou presque étaient alors animés d’ une confiance aveugle, elle nous apparaissent presque naïves, que ce soit en première ligne ou à l’ arrière, elles nous racontent leurs Guerre, l’attente, le manque, l’ horreur des exactions, l’ amour et dans chacune de ses histoires apparaît la mort.
Et si le récit s' essouffle un peu par moment cela demeure un recueil poignant qui est le parfait pendant à Derniers témoins, un autre ouvrage que l’ auteur a consacré à la Seconde Guerre Mondiale.

4,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Svetlana ALEXIEVITCH (Biélorussie)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum