Henri THOMAS (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Henri THOMAS (France)

Message  gallo le Jeu 29 Avr 2010 - 11:39

Henri Thomas - Le seau à charbon
Gallimard 1940, Folio 1979, 182 pg.

Un roman scolaire sur un internat (probablement dans les Vosges), avec des caractères finement décrits, très poétique de style. Autour d'un élève qui se met en travers du système de l'internat par défi, un concierge toujours saoûl, un professeur amoureux d'une femme qu'il a introduit au collège, un pricipal qui rêve de tranquillité pour les derniers mois avant la retraite proche, et un élève fourbe qui essaie de semer la pagaille en abusant des autres, mais qui au moment du plus grans succes se tait par prudence pour tourner en élève sage. Les différentes passages, apparemment légers et anecdotiques, se tissent à former un écit uni très bien construit.
Le livre m'a fait penser à Le sang noir de Louis Guilloux, dont il est comme le miroir: Louis Guilloux écrivant en professeur observant de haut en bas, Henri Thomas écrivant en ancien élève observant de bas en haut. Les deux livres partagent la finesse des observations.

Un roman sensible dans un style poétique, une lecture agreable. Ma note 4/5.



BIOGRAPHIE
Henri Thomas (1912, Anglemont, Vosges - 1993, Paris) est un romancier, poète et traducteur français.

Il étudie au collège de Saint-Dié puis au lycée Henri-IV à Paris, en lettres et en philosophie où il a Alain comme professeur. En 1934, il renonce à se présenter au concours d’entrée à l’École normale supérieure ; il rencontre André Gide et publie ses premiers poèmes en 1938 dans la revue Mesures.
En 1942, il épouse une jeune comédienne, Colette Gibert, désormais Colette Thomas, qui, par son entremise, devient une proche d'Antonin Artaud, avec lequel Henri Thomas correspondait.
En 1945, il est secrétaire de l'hebdomadaire Terre des Hommes créé par Pierre Herbart.
Il traduit notamment plusieurs livres d'Ernst Jünger qu'il rencontre en février 1942, à commencer par Sur les falaises de marbre. Il traduit aussi Stifter, Brentano, Hofmannsthal.
Thomas vit dix ans à Londres jusqu'en 1958 en travaillant comme traducteur à la B.B.C. et deux ans aux États-Unis où il donne des cours de littérature à l'université de Brandeis. À partir de 1950, il vit avec Jacqueline le Béguec, qu’il épouse en 1957.
Il fonde, en 1978, la revue Obsidiane dont François Boddaert assure la direction.
Il a été président d'honneur de la Société des lecteurs de Jean Paulhan en 1992 et 1993.
En dépit de l'importance et de la qualité de sa production littéraire et poétique, Henri Thomas reste assez largement méconnu du grand public.
(Source:Wikipedia)

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henri THOMAS (France)

Message  Docguillaume le Jeu 29 Avr 2010 - 19:34

Belle critique gallo, je prends note, cela devrait me plaire si comme tu le dis il t'a rappelé Le Sang noir

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henri THOMAS (France)

Message  Docguillaume le Sam 8 Jan 2011 - 23:45

Le Promontoire
Henri Thomas
Gallimard, 1961
192 pages


Ayant noté Le Seau à charbon sur la critique de gallo, j'ai trouvé cet autre livre de l'auteur, assez courant puisqu'il s'agit du Prix Femina 1961

Résumé :

Le narrateur s'est installé à Lomia, petit village de Corse bâti sur un promontoire. L'hôtel n'abrite que de très rares touristes, principalement des habitués : Gilbert Delorme l'écrivain, Roeller le pharmacien. Le livre décrit comment le narrateur se lie à ce promontoire, au destin de ses habitants.

Mon avis :

Depuis une déconvenue avec Jabadao de Anne de Tourville, 1951, je suis peu porté vers les Prix Femina, très littéraires. J'ai refermé ce Promontoire avec le sentiment d'un livre admirable qui ne m'aurait pas passionné et dont je serais passé à côté de l'essentiel. Probablement qu'une seconde lecture me le ferait plus apprécier. La façon dont le narrateur s'intègre dans la vie des personnages du village est intéressante, notamment par les funérailles d'une habitante du village, jusqu'à presque laisser tomber son travail de traduction, sa femme, sa fille. Néanmoins, je suis passé à côté de l'intrigue sur la mort d'une jeune femme, qui semble être au coeur du roman et dont je n'ai pas su saisir les liens avec l'action.
Difficile de mettre une note, mais cela m'a donné envie de lire d'autres livres de l'auteur, mais des romans moins complexes.

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Henri THOMAS (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum