Laurent GAUDE (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Laurent GAUDE (France)

Message  veilleur le Sam 17 Avr 2010 - 6:04

Sodome, ma douce
Actes Sud-Papiers, 2009

La vengeance voluptueuse

Le nom de Sodome fait toujours fantasmer un certain nombre de personnes, mais c'est d'abord le nom d'une ville dont le Livre de la Genèse rapporte (Gen, 18 et Gen, 19) la destruction par les anges de Dieu malgré les prières d'Abraham et le comportement de Lot. Dans le chapitre Gen,19-24, les Écritures rapportent : "Alors le Seigneur fit pleuvoir sur Sodome et Gomorrhe du soufre et du feu d'auprès du Seigneur, du ciel. Il détruisit ces villes et toute la plaine, et tous les habitants des villes et les produits su sol".

Laurent Gaudé nous transporte à Sodome dans ce court monologue de 34 pages raconté par "Celle de Sodome", unique survivante de la tragédie. Nulle intervention divine dans son récit mais une guerre d'invasion pour des motifs que l'on devine d'incompatibilité culturelle ou de simple jalousie, en deux mots un "choc des civilisations". Le récit est monté comme une tragédie antique, style dans lequel l'auteur semble particulièrement à l'aise. Le lecteur s'attend à une geste militaire, le sang clair sur le sable chaud. Ce n'est pas vraiment cela qui se passe. La ruse est au rendez-vous, et avec elle les premières armes de destruction massive par voie biologique. La destruction de Sodome et son invasion par le sel est inéluctable. A travers la survivante, qui traverse les siècles, c'est le désir de vengeance qui s'installe contre les destructeurs, contre le monde entier. Mais là encore, cette vengeance ne se fera pas par les moyens que le lecteur peut avoir classiquement à l'esprit. "Celle de Sodome" retournera l'arme utilisée par les envahisseurs de Sodome contre eux.

L'écriture de Laurent Gaudé est sobre tout en restant poétique. Il va droit à l'essentiel en conservant la tension inhérente à la tragédie. Dans sa sixième lettre publiée dans son journal "l'année littéraire" de 1754, Elie-Catherine Fréron, critique d'art et polémiste, notait :

"La tragédie, pour être parfaite, doit réunir le grand intérêt et le beau coloris. L'intérêt dépend de l'heureux choix d'un sujet, où les mouvements soient rapides, les situations violentes, les ressorts importants, les périls extrêmes, et les obstacles presque invincibles. Ce doit être un combat sanglant, où les caractères bien contrastés et les passions ennemies s'échauffent, s'embrasent et s'entrechoquent avec une fureur égale, jusqu'à ce que la victoire se décide pour l'un des deux partis. L'action tragique doit ressembler à la tempête qui commence par le tumulte, s'accroît par le désordre, se signale par les ravages et finit par le calme".

Autour de ces caractères tracés par cet adversaire de Voltaire, Laurent Gaudé tisse une belle tapisserie qui prend au cœur.

Un court livre mais un grand talent.

Veilleur
avatar
veilleur

Nombre de messages : 312
Age : 52
Location : Boulogne-Billancourt, France
Date d'inscription : 30/10/2009

http://www.amazon.fr/gp/pdp/profile/A210O5KYER1I4I

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum