Gabriel de GUILLERAGUES ( France )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gabriel de GUILLERAGUES ( France )

Message  RaincoatRai le Jeu 8 Avr 2010 - 20:57

Gabriel Joseph de Lavergne, comte de Guilleragues, né le 18 novembre 1628 à Bordeaux et mort le 15 mars 1685 à Constantinople, est un journaliste, diplomate et écrivain français.
En 1669, Guilleragues publia les célèbres Lettres portugaises en les présentant comme la traduction de cinq lettres d’une religieuse portugaise à un officier français entrées en sa possession et dont l’original « portugais » s’était soi-disant perdu. Leur description sincère et saisissante de la passion amoureuse et le fait qu’on les supposait authentiques, créérent, dès leur parution en 1669, une sensation dans le monde littéraire. Un nom d’officier circula vite dans les milieux mondains, celui du chevalier de Chamilly, qui s’était rendu au Portugal pour des raisons de service. Le nom de la nonne ne fut connu qu’au début du XIXe siècle : Mariana Alcoforada (1640-1723) qui vécut dans le sud du Portugal, au monastère de Beja où on montrait même la fenêtre où elle se serait entretenue avec l’officier français. Mais il fut définitivement établi vers 1950 que les lettres avaient bien été écrites par Guilleragues.
( aisément copié de Wikipedia )


Guilleragues, Lettres Portugaises, édition Garnier Flammarion

Ce roman épistolaire, constitué de 5 lettres, et d'environ une trentaine de pages, m'a beaucoup plu. D'habitude je n'aime pas trop les lettre empruntes d'amour mélé de désespoir, comme par exemple les lettres que Madame de Tourvel a écrites au Vicomte de Valmont que j'ai aisément sauté pendant ma lecture, seul le machiavélisme de Merteuil et Valmont m'intéressait ^^, mais ces lettres m'ont beaucoup émues.
Je pense que cela est du aussi au fait que nous n'avons jamais les réponses de l'amant français sousles yeux, et que seuls les quelques renseignements écrits par la religieuse sur ce qui s'y est dit ne nous parviennent. Justement, parce que nous n'avons jamais connaissance des manuscrit de l'amant, l'amour et le sentiment d'abandon dont est saisie la religieuse n'en sont qu'intensifiés. Nous avons aussi cette sensationde manque et de frustration, car ne disposant que d'un seul point de vu.
Le seul point négatif que j'aurais à reprocher à cet écrit, est le fait que la lettre IV est un peu trop longue à mon goût. Mais ça, ce n'est que mon opinion personnelle.

4.75/5
avatar
RaincoatRai

Nombre de messages : 110
Age : 26
Location : Midi Pyrénées
Date d'inscription : 17/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum