Claire ETCHERELLI (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Claire ETCHERELLI (France)

Message  gallo le Dim 2 Nov - 9:42

De : liza_lou55 (Message d'origine) Envoyé : 21/10/2006 00:05
Le livre du mois de décembre 2008 est donc Elise ou la vraie vie de Claire Etcherelli.

Claire Etcherelli (1934-...)

Née en 1934 dans une famille très modeste, Claire Etcherelli poursuit quelques temps des études secondaires grâce à la bourse que lui vaut son titre de Pupille de la Nation. Son adolescence se passe à Bordeaux.

Venue à Paris, elle travaille en usine pendant deux ans et utilisera son expérience dans son premier roman Elise ou la vraie vie, qui obtient en 1967 le Prix Fémina. Il est porté à l'écran par Robert Drach en 1970 avec Marie José Nat dans le rôle titre et est sélectionné pour le 23ème festival de Cannes.

Claire Etcherelli a publié également d'autres romans comme A propos de Clémence en 1971 ou Un arbre voyageur en 1983.

Elise ou la vraie vie (1967)
Pour Elise, l'existence avait commencé comme un lent trajet sur une route droite. Après la mort de ses parents et sa transplantation à Bordeaux avec son frère Lucien chez sa grand-mère qui s'est chargée de les élever, il y a eu les années de collège puis, ses seize ans révolus, sa décision de faire des travaux de dactylographie à domicile pour apporter sa quote-part jusqu'à ce que son cadet ait fini ses études. Ensuite? Elle n'y a pas songé. Lucien est le soleil autour duquel, inconsciemment, elle gravite.
Est-ce là vivre ? Lucien le nie pour toutes les raisons qui fermentent chez les adolescents insatisfaits séduits par la découverte d'un idéal politique. L'époque favorise la révolte, l'inquiétude : la guerre d'Algérie vient d'éclater avec ses déchirements, ses injustices, ses cruautés.
Quand son frère veut aller à Paris, Elise l'aide. Quand il lui dit de le rejoindre, elle acquiesce. Quand, démuni, il l'incite à entrer en usine, elle obéit et finit par se lier avec un camarade d'atelier, l'Algérien Arezki. Ainsi commence l'apprentissage de la « vraie vie » dans des temps difficiles balayés par les mauvais souffles de la haine et des préjugés.

(Source : Le Livre de Poche)

Pendant la guerre d'Algérie, Claire Etcherelli est un auteur fortement engagé dans la lutte pour la défense et l'indépendance de l'Algérie. Elle fait partie du comité de parrainage de la revue périodique 'Algérie, littérature, action'. On retrouve ainsi ces préocupations dans son roman Elise ou la vraie vie.
Elise ou la vraie vie est un roman se déroulant durant la guerre d'Algérie; pour cela l'auteur s'applique à décrire avec justesse et précision les conditions d'existence dramatiques pour les Algériens de la métropole. L'histoire s'inscrit ainsi dans un climat politique et social influencé par le conflit en cours où les arrestations, les mouvements sociaux et politiques et les violences sont retranscrits avec intensité. Au delà de ce tableau du conflit social, il y a l'usine, avec ses cadences infernales, la division du travail et le travail à la chaîne que Claire Etcherelli souligne et dénonce tout au long du roman. Enfin, il y a l'histoire d'amour entre Arezki, l'Algérien membre du FLN et Elise, qui, à Paris, a enfin le sentiment d'exister alors qu'à Bordeaux, elle est tout simplement une autre Elise, qui n'existe qu'à travers son frère.

Critiques le 12 décembre. En espérant que vous soyez nombreux à participer!

De : gallomaniac Envoyé : 04/12/2006 09:55
Un interview avec Claire Etcherelli datant du 5 decembre 1967 rédiffusé par radio Canada sur internet.... 4 minutes a écouter la vraie Claire Vas-y de ce clic: http://archives.radio-canada.ca/IDC-0-105-1301-7602/annees60/1967-12-05/clip4

De : doriane99 Envoyé : 12/12/2006 14:28
Elise ou la vraie vie - Claire Etcherelli

Elise, orpheline, "monte" à Paris pour y rejoindre son jeune frère Lucien et y mener la "vraie vie". Paris est alors une ville quasi assiégée, nous sommes au beau milieu de la guerre d'Algérie et les rafles se succèdent. Pour subsister, Elise se voit contrainte d'accepter un travail à la chaîne dans une usine de montage de voitures.

Tout d'abord : merci à Gallomaniac pour son lien qui nous permet de mieux connaître Etcherelli (on a l'impression d'entendre Elise parler). Ce livre m'a vraiment marquée tant dans sa dénonciation des sévices endurés par les Algériens en France que par cette description désabusée du travail à la chaîne. Difficile de ne pas comparer Elise à Claire Etcherelli et de ne pas voir dans ce livre autre chose qu'un simple roman mais un témoignage boulversant.
5/5

De : Philcabzi5 Envoyé : 12/12/2006 14:41
Claire ETCHERELLI - Élise ou la vrai vie
Ed. Denoël, 1967, 276 pages. Note: 4.5/5

Résumé:
Élise, son frère Julien ainsi que leur grand-mère vivent pauvrement mais paisiblement dans un petit village de province. Jusqu'au jour où Julien rencontre Henri, un garçon qui n'a que le mot révolution à la bouche et qui convainc Julien de le rejoindre à Paris. Élise qui adore (vénère!) son frère de façon pathologique le suivra jusque dans la capitale. Elle sera contrainte de trouver un travail dans une usine et c'est là qu'elle rencontrera Arezki, un algérien. Mais c'est la guerre en Algérie et la tolérance inexistante à Paris pour tout les étrangers.

Mon avis:
Normalement j'évite tout livre d'amour parce que ça m'ennuit et que je ne trouve jamais rien de neuf dans ces histoires. Mais dans Élise ou la vrai vie, c'est toute une époque et un univers qu'elle nous dépeint. Pour moi la guerre d'Algérie n'a toujours été que quelques lignes dans un livre d'histoire tout au plus. Mais Etcherelli nous fait sentir le poids que devait porter les milliers d'étrangers, en particulier les Algériens à Paris. Mais surtout, ce sont les descriptions du travail à l'usine qui m'ont émut. J'ai travaillé sur la ligne de montage de l'usine GM et même si c'était à une époque totalement différente, l'ambiance était la même. Je me suis prise d'une grande affection pour Élise, et j'étais si contente quand elle a rencontré Arezki. Je suis aussi vraiment reconnaissante à Etcherelli de ne pas nous avoir donné une histoire d'amour banal qui se termine invariablement par "il furent heureux et eurent beaucoup d'enfants...".


De : gallomaniac Envoyé : 12/12/2006 14:52
Claire ETCHERELLI, "Elise ou la vraie vie" 4/5
Les Lettres Nouvelles, Denoël 1967, 277 pg.

Elise, orpheline, se prive pour son frère Lucien, qui se marie trop jeune, interrompt les études, quitte sa femme, prend la refugiée espagnole Anna comme maîtresse et monte à Paris, où, à 20-21 ans il travaille en semi-intellectuel à la chaine, par nécessité d'argent mais aussi en aprentissage de revolutionnaire. Elise, de sept ans son ainé, le rejoint à Paris, et va aussi travailler à la chaine entre des hommes arabes et d'autres etrangers. De petits gestes peuvent naître de grands sentiments, même si Elise sent de la gêne d'être vue avec Arezki, un Algérien: c'est l'époque de la guerre d'Algérie. Elise résume: "Mutilée par ma vie rabougrie, par ma passion fraternelle et mes horizons bornés, ma sensualité bien vivante, et qui n'avait trouvé pour s'exprimer ces contemplations nocturnes et les joies mystiques du renoncement, éclata à la chaleur de cette amitié secrète." Secrète, puisque c'est 1957, le temps de la chasse à l'Algérien, des rafles, partout des flics à l'affût, alors les amoureux changent souvent de quartier pour leurs rencontres. Lucien cassera le secret, et ça rapproche Elise à la vie des Algériens, coincés entre des Français persécuteurs dans la vie publique et des compatriotes contrôleurs dans la vie privée. Ils vivent quand même leur relation mixte à travers les contraintes. Arezki perd son travail juste avant la grande manifestation pour l'Algérie. Lucien et Arezki y manquent, pour cause: Lucien est mort dans un accident de route et Arezki, sans fiche de paye, est emprisonné, introuvable malgré les recherches d'Elise, qui retourne avec ce double deuil à sa grand-mère. "Mais sous les cendres, l'inévitable esperance tiendra bon".

Claire Etcherelli a écrit également: À Propos de Clémence (Denoël 1971); Un arbre voyageur (Gallimard 1978)
Dérivante (Gallimard ca. 1987; je ne trouve rien sur ce livre); Un temps déraisonnable (Editions du Félin 2003).

"Élise ou la vraie vie" est le meilleur livre d'Etcherelli avec un sujet prenant et très juste dans sa teneur. L'écriture, un peu lourde, est au mieux dans quelques scènes très vivaces pleine de sentiments profonds. "Elise ou la vraie vie", qui n'avait eu qu'un premier tirage de 1200 exemplaires, a reçu le Prix Fémina 1967. Les critiques appellaient Etcherelli "un poignant écrivain".
Pendant mon séjour en France en 1964-65 il y planait toujours un tabou au sujet d'Algérie. Un de mes connaissances y avait été soldat et il référait parfois avec une ou deux phrases aux horreurs qu'il avait vu; il me disait aussi que dans ce temps il y avait beaucoup de manifestations à Paris avec souvent Sartre et de Beauvoir en tête. Plusieurs fois pendant ces manifestations les policiers avaient tué des Algériens et jeté leurs corps dans la Seine, une fois même des centaines.
Un roman qui traite extensivement cette épisode, est "Algérie, bords de Seine" de Pierre-Jean Rémy (Albin Michel 1992).

Le racisme et les problèmes interculturelles sont toujours d'actualité. Deux citations qui donnent à réfléchir:
"Vous connaissez Balzac? L'aimez-vous? - Est-ce que tu connais Amrul'Quais? Est-ce que tu l'aimes? demanda-t-il finement."
". . . le comportement envers les filles à l'usine. - Quand j'ai commencé à travailler à Paris, disait-t-il, j'en étais ébloui, la tête m'en tournait. Les filles ici ont des corps qui font envie. Elles sont plus désirables que les femmes de chez nous pour des raisons... qui n'ont rien à voir avec la beauté. J'étais fou de les sentir autour de moi. Je baissais la tête pour ne pas les voir bouger ou se baisser. Les femmes, là-bas, nous les voyons si peu, et ici, presque à portée de la main."


De : gallomaniac Envoyé : 12/12/2006 15:11
Claire ETCHERELLI: "A Propos de Clémence" 2/5
Denoël 1971, Folio 1979, 190 pg.

L'ouvrière Gabrielle Fardoux a écrit dans "Clémence" sa relation avec Villaderda, espagnol exilé depuis 25 ans. Simon prépare la version théatrale de "Clémence" et il en parle avec Gabrielle, qui, d'abord fuyante, raconte son enfance: un père pauvre, une mère alcoolique, l'école du soir, une première amourette, le départ vers l'indépendance et le Novaprix, le campa-bidonville des réfugiés espagnol, l'amitié avec Anna. Faisant connaissance avec Villaderda, la vie de Gabrielle - Clémence s'accélère. Ils s'aiment profondément. Mais Villaderda, héros Catalan de la première heure après 25 années d'exile devenu un vieux gauchiste hors-le-coup, est "un homme fatigué", qui frôle la déchéanche et ne peut plus se défaire de sa rigueur et de sa méfiance. Ceci va infecter leur rélation, qui après des débats durs casse, se répare, casse définitivement. Gabrielle, sans travail, écrit en 4 semaines l'autobiographie "Clémence", pour ensuite prendre un boulot dans un café, dit elle à Simon. Le récit se termine avec la question quelle image on garde de Clémence - Gabrielle? "Abritée derrière mon apparence, je demeure invisible à tous. Qui me connaît?"

"A propos de Clémence" est l'histoire d'un amour complexe entre deux êtres au marge de la societé. Les passions sont grossies et entravées par la méfiance du banni et par les conditions de vie pauvre. Le triple perspective d'une vie décrite, d'un livre lu et d'un pièce de théâtre à faire multiplie le sens du texte comme les vieilles boites de café, qui repétent l'image de la boite plusieurs fois en plus petit; ou les poupées russes contenant une série de poupées plus petites. L'influence du nouveau roman me semble évident. Je n'ai pas été "pris" par ce livre.

De : gallomaniac Envoyé : 12/12/2006 15:19
Claire ETCHERELLI: "Un arbre voyageur" 3/5
Gallimard 1978, Folio 1983, 374 pg.

Malgré le support de sa collègue Anna, Milie, employée dans un agence de voyages à Paris et mère de trois enfants, perd son boulot. Milie déménage vers le Val d'Oise dans la verdure d'un hameau de Nesles-la-Vallée entre Pontoise et L'Isle-Adam/Parmain. Elle prend le poète raté Franch et le garçon délaissé Denis sous sa protection. Avec les enfants à l'école et au lycée, elle se débrouille plus ou moins, un peu à va l'éau, sans revolte. Un jour, un petit entrepreneur de construction remarque sa pauvreté et sa fatigue, et rends quelques petits services sans heurter sa fierté. Elle tombe doucement amoureux de ce Walter et descend souvent à pied à Parmain dans l'espoir de le revoir. Quand la relation se developpe Walter raconte des bouts de sa vie. Milie fait son retour en arrière plutot en pensée: jeune "vaillante" travailleuse et engagée dans les actions ouvrières et syndicales; son premier amour, son choix pour la maternité sans mariage, la venue de deux enfants, la rupture, une deuxième relation par soif d'amour, le troisième enfant; la charge d'enfants qui rend les emplois difficile à tenir; la pauvreté grandissante. Ensuite le boulot à l'agence de voyage; l'arrivée de Fanch, le poète Breton bon buveur courtisant quelque temps Milie avec "TON A(R)MOR", et d'Anna, collège devenue amie, ferment la boucle avec le début du livre. Mais elle n'a pas envie de parler de son passé, ce que Walter respecte. Le amour secret grandit, malgré l'aversion naissante des enfants, surtout l'ainée qui passe un temps difficile. Viennent subitement les événements de mai 1968, dont les garçons prennent leur part. Milie, croyante de la revolution ouvrière, organise une petite grêve de jeunes filles, ce qui n'est pas bien vu par Walter. Les hauts et les bas des événements de mai '68 ont des répercussions sur la vie de famille et sur sa relation avec Walter, qui commence à se défaire. Et puis la décision: elle ne vivra pas avec Walter, elle déménagera vers Gonesse, près d'Anna.

On assiste à une période de la vie de cette mère, qui est capable de se donner aux sentiments discrètes et fortes, qui se laisse un peu vivre mais décide quand même de sa propre vie sans se lier possessivement, qui s'enracine bien pour un temps à Nesles mais qui a aussi le courage de partir quand la décision est prise. Parfois on a envie de sécouer Milie, qui se comporte comme si elle tient à la pauvreté. Le language est discret, retenu, sans chercher des effets: est-ce une valeur ou une faiblesse?

Personnellement, je tirais du plaisir du fait que j'ai marché sur les chemins autour de Nesles et ses hameaux Herouville, Frouville, petit village campagnard à 35 km de Paris seulement et à un peu plus de 4 km de Parmain et de L'Isle-Adam et à 8 km de Auvers-sur-Oise où le peintre néerlandais Vincent van Gogh est mort et enterré.
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claire ETCHERELLI (France)

Message  gallo le Dim 2 Nov - 9:50

De : fana_de_polar9 Envoyé : 12/12/2006 18:11
Elise ou la vraie vie - Claire Etcherelli

Ce livre se résume en quelques mots. Elise, jeune provinciale, va découvrir en suivant son frère à Paris que la "vraie vie" n'a rien à voir avec la "belle vie"... Travail à la chaîne dans une usine automobile (il faut bien manger !), regards et remarques racistes quand elle s'éprend d'un ouvrier algérien (nous sommes en pleine guerre d'Algérie), la "vraie vie" ne ressemble en rien à ce que son frère, pseudo-anarchiste, devait lui faire connaître ou à ce qu'elle imaginait dans sa petite ville de province.

Je n'ai pas pris un réel plaisir à suivre Elise dans sa découverte, j'ai souvent trouvé ce livre fade sans réelle saveur, seules les descriptions du travail en usine m'ont semblé justes, pour le reste je n'ai pas accroché !

Ma note : 3/5


De : 82naurore Envoyé : 12/12/2006 20:06
Elise ou la vraie vie - Claire Etcherelli
Folio 276 p. Note : 4/5

Pendant la guerre d'Algérie, Elise arrive à Paris de sa province pour rendre visite à son frère. Elle découvre alors la "vraie vie". Nous voilà plongés dans le monde ouvrier français de la fin des années 1950, le travail à la chaîne, les problèmes de logement, le racisme. L'auteur nous montre cette vie d'une manière simple, crue. La vie d'Elise se retrouve chamboulée lorsqu'elle tombe amoureuse d'Arezki, un Algérien, travaillant dans la même usine qu'elle. Commence alors une tragique histoire d'amour entre un Algérien et une Française. Claire Etcherelli fait passer au travers de son oeuvre, une vision de la vie de cette période : le regard des autres, les manifestations pour la paix, les rafles de la police.
J'ai eu beaucoup d'émotion en lisant ce livre, et de la compassion pour l'héroïne, qui passe d'une femme au caractère passif, à une femme qui se bat pour son amour.


De : Chantal5500 Envoyé : 12/12/2006 20:39
ELISE OU LA VRAIE VIE - CLAIRE ETCHERELLI:

Elise et son frère Lucien ont été élevés par leur grand-mère en province. Elise a arrêté ses études à seize ans pour travailler et permettre à son frère de continuer les siennes. Mais celui-ci lâche tout et quitte femme et enfant pour monter à Paris et y vivre "la vraie vie". Elise va très peu de temps après le suivre et va être obligée de travailler en usine, à la chaîne, pour survivre. C'est là qu'elle va rencontrer un ouvrier algérien, Arezki, dont elle va tomber amoureuse...

Ce livre, de part l'expérience personnelle de l'auteur, qui a elle-même travaillé à la chaîne dans une usine de montage, est vraiment plein de vérité : il nous plonge totalement dans les cadences infernales du travail à la chaîne. Mais c'est aussi un témoignage vrai sur l'Histoire de la France dans les années 50/60 au moment de la guerre d'Algérie, notamment sur la vie des Algériens vivant en France, sur leur statut précaire, leurs conditions de vie difficiles, sur les rapports plein d'incompréhension, de racisme, de violence qui existaient entre ouvriers français et algériens, ou entre français et algériens tout court.
Seul bémol (petit), l'écriture qui parfois me paraissait un peu "simplette".

4/5


De : liza_lou55 Envoyé : 12/12/2006 21:57
Elise ou la vraie vie - Claire Etcherelli
(Folio, 276 pages)

Voici un roman fort, engageant dans ses propos et pour son thème encore tabou aujourd'hui en France : la guerre d’Algérie et les rapports entre Français et Algériens en métropole.

Elise ou la vraie vie peut être vu de prime abord comme une histoire d’amour tourmentée par les aléas de l’histoire et de l’existence. Mais à travers le destin tragique d’Elise et d’Arezki, c’est aussi et surtout un vibrant réquisitoire contre le racisme et les préjugés envers les émigrés mais aussi contre la misère et le dénouement d’une classe ouvrière exploitée et exclue.

En France, dans les années 50, dans les quartiers populaires de Bordeaux, Elise vit entre sa grand-mère et son frère cadet Lucien. L’existence d’Elise est terne et la jeune femme ne vit que par et pour son frère Lucien qui rêve d’engagement politique. Lorsque Lucien part à Paris et demande à Elise de le rejoindre, celle-ci acquiesce. Lorsqu’il lui demande de travailler à l’usine, elle le suit et découvre un monde nouveau pour elle : celui du travail à la chaîne et de son rythme infernal, inhumain qui annihile tout et transforme les ouvriers en machines à leur tour. Chargée de contrôler les véhicules, Elise a du mal à se faire à cette nouvelle existence. Est-ce donc cela « la vraie vie » dont Lucien et elle ont tant rêvé ? Soudain il y a Arezki, Arezki l’Algérien qui bouleverse sa vie et dont elle tombe amoureuse. Mais en pleine guerre d’Algérie peut on aimer un arabe, un « raton » alors que les rafles et arrestations se succèdent tous les soirs ?

Peu de romans à ma connaissance possèdent cette puissance d’évocation des êtres et des destins. L’écriture est simple, sans fioriture ; on écoute parler Elise de sa voix douce et calme. L’évocation du travail à la chaîne, des cadences infernales qui se succèdent est criante de vérité. Pas de clichés ou de résumés faciles de cette description du travail en usine : les relations entre ouvriers sont plus complexes qu’il n’y parait, les rancoeurs éclatent au grand jour et la fraternité prolétarienne n’est qu’un grand mot entre les ouvriers français et arabes qu’ils accusent de voler le travail.

Le Paris de la guerre d’Algérie est sombre. Sombre de la noirceur des usines, sombre de la pauvreté des bidonvilles où sont parqués tous ces hommes déracinés de leurs terres, sombre de la haine farouche envers les « bicots ». La peur est là, tenace et palpable à toutes les pages. Il y a le regard des autres qui ne comprennent pas ou ne veulent pas chercher à comprendre comment une Française bon teint puisse aimer un arabe. Il y a la crainte des descentes continuelles de police et des arrestations intempestives. Surtout, il y a ces évènements qui se succèdent si vite dans cette France qui sort juste de la guerre et qui ne s’est pas encore remise des privations.

C’est avec des yeux étonnés mais aussi curieux qu’Elise nous expose tout cela. La révolte de la jeune femme envers les évènements se trouve bientôt happée par son amour timide et hésitant envers Arezki. Ses incertitudes envers les décisions à prendre, son attachement vaille que vaille pour son frère malgré leurs différends, son inadaptation final au travail à la chaîne font de l’héroïne une personne proche et attachante. Certes on est bien loin de ces personnages déterminés et ayant un caractère farouche. Mais Elise n’en est elle pas plus proche de nous avec ses doutes et ses défauts ?

Un roman très épuré de par le style et par l'histoire et que, pour ma part, j'ai particulièrement aimé. Il y a eu une sorte de révélation en moi en lisant les passages relatifs au travail en usine et à la guerre d'Algérie - que je ne connaissais qu'à travers les livres d'histoire. Pas de sentimentalisme enfin dans Elise ou la vraie vie mais un espoir toujours vivant et tenace en définitive. Car même si la "vraie vie" n'aura duré que neuf mois pour Elise, du moins aura t-elle vécu.

Ma note : 4,5/5


De : Laïze Envoyé : 12/12/2006 23:53
Elise ou la vraie vie - Claire Etcherelli

Elise nous raconte sa vie ordinaire de jeune provinciale. Elle vit chez la grand-mère avec son frère, Lucien. Je ne suis pas sûre qu’elle s’en rende vraiment compte, mais elle éprouve une sorte de fascination pour Lucien. Elle se plaît à tout faire comme lui : il se met à lire les journaux, elle lit à son tour les journaux, il part à Paris et elle le suit. Là, elle va travailler à la chaîne (comme Lucien) et entretenir une relation avec Arezki, un Algérien qui travaille au même endroit. Le tout est sur fond de guerre d’Algérie, de rafles à Paris et de remous politiques.

Ce roman aborde des thèmes qui m’étaient totalement étrangers : le travail à l’usine et la guerre d’Algérie. Je vois que la plupart d'entre vous avez bien aimé. Je comprends : c’est un roman bien construit et les thèmes sont originaux et bien traités, sur un mode humain et sentimental surtout. Mais cela reste tout de même assez tristounet je trouve.

C'est très personnel mais en ces temps de grisaille et les fêtes approchant, j’aurais vraiment préféré lire une histoire plus magique, merveilleuse. D’où ma note un peu faible de 2/5.
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claire ETCHERELLI (France)

Message  gallo le Dim 2 Nov - 9:51

De : Cocotte8017 Envoyé : 13/12/2006 00:56
Claire Etcherelli: Élise ou la vraie vie

Orpheline, Élise vit avec sa grand-mère et son frère Lucien qu'elle adore. Après avoir quitté femme et enfant, celui-ci se retrouve à Paris. Élise décide de le rejoindre et de travailler à la chaîne dans une usine. Elle y fera la rencontre d’Arezki, un algérien. L’histoire se déroule durant la guerre d’Algérie, ce qui n'est pas pour faciliter leur relation.

J’ai plus ou moins apprécié ma lecture, j’ai eu bien de la difficulté à rester accrocher à l’histoire. Ce qui m’a le plus intéressé, c’est le contexte politique et social. Les conflits, le racisme, le travail en usine. L’auteur dénonce ces conditions tout à fait déplorables, mais n’a pas réussit à me toucher. Difficile de dire pourquoi. J'aurais aimé être davantage émue par l’histoire d’amour entre Élise et Arezki qui m’a très peu accroché.

Ma note : 3,25/5


De : Sahkti1 Envoyé : 13/12/2006 11:19
Claire ETCHERELLI, Elise ou la vraie vie

Elise vit dans le bordelais avec son frère Lucien et sa grand-mère. Elle rêve de "la vraie vie", s'ennuie, étouffe au milieu d'un carcan provincial qui ne lui convient plus. Lucien fait un mariage malheureux, se dit perpétuellement fauché, Elise l'aide, Lucien est son modèle. Jusqu'au jour où Lucien part pour Paris; au diable ce mariage qui ne tient plus, une nouvelle vie commence. Elise est malheureuse, elle finit par le rejoindre pour découvrir la capitale et ce qu'elle pense être la vraie vie.
Commence le travail à l'usine, la rencontre avec une jeune ouvrier algérien Arezki, une belle histoire d'amour qui commence. C'est aussi le début d'une prise de conscience douloureuse, celle du racisme et des brimades permanentes dont sont victimes les ressortissants algériens (nous sommes en France en 1958). Les souffrances sont nombreuses, il n'y a pas de happy end.

Les histoires d'amour, ce n'est pas trop mon truc, j'avais peur que ça n'envahisse tout le livre au détriment du reste. Ce n'est pas le cas, au contraire. La relation qui se noue entre Elise et Arezki permet de mettre en avant le côté injuste et violent des remarques et des actes dont est victime le jeune homme, tout comme ses compatriotes.
Progressivement, l'amour qui se renforce par compassion se voit peu à peu tué pour d'autres raisons. Comme si il était impossible de tout concilier. A l'image du titre du livre "Elise OU la vraie vie". Doit-on abandonner son identité et sa personnalité au profit de ses rêves utopiques? Cette vraie vie à laquelle songe Elise lui correspond-elle vraiment? On peut se le demander. Certes, il y a la rencontre avec Arezki, mais celle-ci est synonyme de souffrances et de révolte. Drôle d'amour...

C'est le gros point positif de ce roman, cette mise en avant de toutes ces difficultés de vie. Auxquelles on ajoute tous les problèmes sociaux de racisme et d'intolérance.
Je déplore cependant l'aspect trop détaillé, presque pesant de certaines descriptions. Sans doute l'auteur voulait-elle nous permettre de plonger complètement dans l'ambiance du travail à la chaîne de l'usine, dans la violence du racisme, dans la peau d'une jeune immigré dans Paris à l'aube des années 60... d'autant plus que Claire Etcherelli connaît bien ces domaines, l'usine, l'Algérie... sans doute s'est-elle trop impliquée elle-même dans ce roman en se fondant dans le personnage d'Elise qui n'est plus vraiment fictif.
Ça n'a pas été un coup de coeur, une découverte certes intéressante avec des émotions liées au racisme et l'intolérance (mais ce sont des sujets qui ne peuvent, ne doivent qu'appeler ce genre d'émotions de toutes façons), mais l'aspect fictionnel et romanesque atténue quelque peu l'impact du propos.

ma note: 3/5


De : zeta-b Envoyé : 13/12/2006 11:50
"Elise ou la vraie vie" de Claire Etcherelli

Je n'ai pas pu relire ce roman, je lai cherché il y a quelque jours dans ma bibli, il n'y était plus. Il me reste des impressions de ma première lecture dont j'ai envie de vous faire part.
Paru en 67, je l'ai lu au début des années 70, aux alentours de ma 20e année et ce livre m'avait beaucoup frappé. Premièrement à cette époque c'était encore très courageux de dénoncer toutes les exactions qui avaient eu lieu pendant la guèrre d'Algérie.
Plutôt que stigmatiser le racisme des français, je pense qu'il faut se souvenir qu'il y avait de nombreux attentats (aussi bien FLN que OAS), que la propagande gouvernementale justifiant sa politique et ses actions s'étalait dans la presse, que les médias affolait les gens en les menaçant d'une guerre civile contre laquelle seule l'armée pouvait les protéger, que les mouvements de protestation contre cette guerre, au début relayés par les intellectuels de l'époque, se sont quand même étendus à la France silencieuse, celle des anonymes, qui se couchaient devant les trains qui emportaient des "appelés" combattre en Algérie.
Plus de 15 ans plus tard, un silence de bon aloi règnait encore sur la période relativement récente dont Claire Etcherelli parlait.
Débutant dans ma vie active, j'avais relevé aussi les anecdotes si vraies du livre, montrant la difficulté à s'intégrer dans le monde du travail, à l'usine pour elle (dans un bureau pour moi).
j'ai eu à cette première lecture le même ressenti que Liza-Lou, malgré les années de distance. Je me dis que seul un "bon livre" a cette puissance évocatrice et peut faire revivre chez le lecteur une époque disparue.
C'était mon petit grain de sel ajouté à cette discussion.


De : lalyre7032 Envoyé : 13/12/2006 18:48
Elise ou la vraie vie - Claire Etcherelli - Folio

L'histoire se passe en France dans les années 50 pendant la guerre d'Algérie.Elise vit dans la région bordelaise en compagnie de son frère Lucien et de sa grand-mère.Sa vie elle la voit au travers de ce frère qu'elle idolâtre et qui n'aime pas le travail,il dit qu'il étudie mais passe beaucoup de temps chez sa voisine Marie-Louise avec qui il va se marier,ils emmènagent chez la grand-mère ou l'on vit à l'étroit et bientôt s'annonce une naissance.Apparait alors Henri,un ami d'enfance que lucien admire et qui éveille en lui un nouvel intêrêt pour la politique mais pour cela Lucien a besoin d'argent,alors de mensonges en tromperies il en soutire à Elise.Il rêve de Paris et le mènage battant de l'aile,il n'hésite pas à quitter Marie-Louise et part accompagné d'une nouvelle conquête,Anna.Ne supportant pas l'absence de son frère,Elise part pour le rejoindre,il lui propose un emploi qu'elle accepte,la voila contrôleuse dans une chaîne de montage de voitures et elle ne sait pas encore qu'elle va goûter à ce qu'elle croit être la vraie vie.A l'usine,elle rencontre un algérien qui sera le grand amour de sa vie,mais des obstacles raciaux obscurciront rapidement cette histoire d'amour car en ces années-là,il n'est pas bon pour une française de fréquenter un algérien et la police omniprésente participera à la fin tragique de leur amour.

Mon avis :Une belle histoire d'amour sur fond de guerre d'Algérie,le travail à la chaîne à la cadence infernal et l'ambiance très bien décrite dans cette usine de montage est très réaliste pour cette époque.Il y a aussi cette atmosphère de peur ,d'angoisse et de haine qui perdure durant tout le livre.
4,5/5


De : Helene267 Envoyé : 21/12/2006 21:06
Elise ou la vraie vie - Claire Etcherelli

J'ai touvé dans ce livre plusieurs thèmes évoqués :

Une relation frère soeur malsaine à mon avis car d'un côté il y a Elise qui sacrifie sa vie à son frère en acceptant tout venant de sa part et lui profitant au maximum et se comportant en enfant gâté et s'imaginant qu'il joue un rôle social primordial.

La guerre en Algérie avec ce que cela impliquait dans les relations avec les algériens travaillant en France.
La peur qui joue un rôle important dans une histoire d'amour.
le travail en usine à cette période là, les conditions de travail et la vie que ces gens pouvaient avoir en dehors du boulot.

Ce livre faisait partie d'une liste conseillée au lycée, mais il ne m'avait pas inspiré et je pense qu'à ce moment là je ne l'aurais pas lu entièrement. Je n'en ferais pas un moment de lecture inoubliable. Et pourtant ce livre m'a gêné ou peut être touché, ou peut être ému.....
Note3/5
Hélène
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claire ETCHERELLI (France)

Message  gallo le Dim 2 Nov - 9:52

De : liza_lou55 Envoyé : 29/12/2006 20:45
Petit bilan pour la participation au livre du mois de décembre 2006:

12 participations pour une moyenne globale de 3,7/5.
Note la plus basse : 2/5
Note la plus haute: 5/5
Et pour les inconditionnels des maths: variance : 0,77; écart type : 0,88.
Merci à tous pour vos critiques et vos avis!
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Claire ETCHERELLI (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum