James Patrick KELLY (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

James Patrick KELLY (Etats-Unis)

Message  Parch le Ven 12 Fév 2010 - 20:39

Auteur américain de science fiction, né en 1951.


James Patrick Kelly, Fournaise, 2005, 200 pages. Prix Nebula 2007

Sur une planète lointaine, une communauté humaine est maintenue en « quarantaine culturelle consensuelle ». Il s'agit pour eux de vivre sur les principes de Thoreau, la planète est d'ailleurs renommée Walden. Les « citoyens de l'État transcendant » couvrent progressivement la planète de belles forêts mais la population locale, les pukpuks semble plutôt préféré le désert... Ils commettent des actes terroristes : en devenant torches, ils enflamment les forêt.

Spur, le protagoniste de l'histoire, est un pompier. Blessé lors d'un incendie il est remis sur pied dans un hôpital. Il s'ennuie et contacte au hasard les gens d'en haut (comprendre : ceux qui vivent sur d'autres planètes) alors que c'est interdit. A la suite de ce contact une flopée de gamins fort cultivés débarquent de l’espace...

Ce livre m’a beaucoup déçu alors que le sujet était prometteur (Walden dans l’espace). On comprend le rapport des colons à leur terres (des vergers dans les clairières de la gigantesque forêt de Walden) : maintenus en « quarantaine culturelle consensuelle », ils se plient à une simplicité volontaire qui est valorisée. Ils ne savent rien de ceux d’en-haut... Plutôt que de laissé entendre que cette colonisation serait le fruit d’une manipulation du président (intrigue qui ne mène à rien), l’auteur aurait du se concentrer sur l’opposition entre colons et pukpuk. On ne sait rien d’eux, sauf qu’ils valorisent le désert et que certains citoyens ont des sympathies pour eux. Je pense qu’il aurait été beaucoup plus intéressant de concentrer l’intrigue sur leurs relation et leur combat.

Alors que je pensais trouver quelque chose au croisement de la science fiction et du Nature Writing, il s’avère que l’auteur s’étend peu sur le rapport des citoyens à la nature alors que cela devrait avoir une place centrale. Le combat contre le feu reste au centre (et donc en
quelque sorte un aspect de la nature sauvage). On voit bien que l'auteur souhaite mettre les idées de Thoreau au centre (extrait de ses textes au début de chaque chapitre) mais faute de temps ce rapport à la nature est bâclé. Certes les personnages sont intéressants (pompier en convalescence sur les épaules duquel retombera la tâche de défendre son village d’un incendie, son épouse le quittant car traumatisée par la mort de son frère, son père fermier renfrogné, etc.).

La couverture de son dernier bouquin traduit en français présente Fournaise comme « véritable brûlot, entre aventure planétaire
et thriller politique »... On en est loin je trouve. On reste perplexe : ni les pukpuk, ni les citoyens n’ont vraiment raison... Où est le brûlot ? Je n’en comprend pas l’objet : l’écologie est un complot ? Aventure planétaire... certes on a une bonne vision de ce qu’est ce monde (du moins celui des citoyens) : une société rurale et conservatrice proche de ce que sont toutes les campagnes (en France ou aux États-Unis en tout cas). Enfin thriller politique... Quelque chose m’a peut-être échappé, mais j’ai pas très bien compris le rôle des enfants-savants venus de l’espace...

Beaucoup des défauts mentionnés proviennent certainement du fait que le livre ne compte que 200 pages. C’est aussi, un avantage vous pourrez vous faire votre idée à peu de frais (en terme de temps de lecture, j’entend).

Ma note : 2/5

_________________
Accomplissement du challenge 2011 : 69 %, du challenge 2012 : 79 %, du challenge 2013 : 110 %
Accomplissement du challenge 2014 : ...
avatar
Parch

Nombre de messages : 619
Age : 32
Location : Aix-en-Provence, France
Date d'inscription : 25/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum