Andreas ESCHBACH (Allemagne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Andreas ESCHBACH (Allemagne)

Message  gallo le Sam 1 Nov 2008 - 21:41

De : RoseChinchilla (Message d'origine) Envoyé : 31/10/2004 19:30
"Des milliards de tapis de cheveux" - Andreas ESCHBACH
(Titre original : "Die Haarteppichknüpfer")

L'histoire : sur une planète à la technologie primitive se trouvent les "Haarteppichknüpfer" (Tisseurs de tapis de cheveux ?). Ils vivent suivant des règles strictes, et le but de leur vie est de tisser un unique tapis avec les cheveux de leurs femmes et de leurs filles. Cette oeuvre d'art sera vendue vendu à un négociant pour, au final, orner le palais le l'Empereur, qui est l'égal d'un Dieu, tout-puissant et immortel, et qui vit là-bas dans les étoiles. L'argent récolté par le tisseur servira à faire vivre son fils et la famille de celui-ci, pendant qu'il tissera à son tour un tapis qu'il vendra à la fin de sa vie, etc.
Mais depuis quelques temps, dans cette mécanique millénaire et bien huilée, parviennent des rumeurs, comme quoi l'Empereur aurait abdiqué ...

Ce roman fut un petit plaisir : la construction (des petites "nouvelles"), l'histoire, les personnages, presque tout m'a plu ... j'ai particulièrement été touchée par le côté "pointilliste" de l'histoire, ou comment une intrigue se dévoile petit bout par petit bout, avec des personnages qui arrivent et qui s'en vont, qui se retrouvent un peu plus loin, par l'intermédiaire d'un autre bout d'histoire. Tous ne concernent par directement l'intrigue centrale, mais concourrent à faire une peinture originale et colorée d'un univers SF. A bien y réfléchir, la construction même du roman ressemble un peu à de la tapisserie, il me semble... si vous appréciez l'écriture "droit au but" et/ou l'action, ce roman risque de vous rebuter. Mais si vous êtes prêt à ne pas tout comprendre au début, si vous aimez les petites histoires secondaires, tentez le coup !

La seule chose que je n'ai pas aimé, en réalité, c'est la fin. Elle est décevante, à mes yeux, parce que trop rapide et un peu maladroite. Je ne peux pas en dire plus pour ne pas gâcher le "suspense", mais les clefs sont ammenées de manière un peu bancale.
Ceci dit, je suis généralement difficile en matière de fins, alors c'est peut-être moi qui chipote.

Dans tous les cas : un livre original et bien construit (bien meilleur, à mon avis, que "Jesus Vidéo"), qui sort des sentiers battus.

Note : 4/5

De : nimbus Envoyé : 06/11/2004 21:39

J'ai lu " Des milliards de tapis de cheveux" il y a deux ans environ et globalement je n'ai pas trouvé ce livre très bon!
Pour être plus précis, la première moitié du livre est très bonne, l'auteur met en place les divers élements de l'histoire, c'est riche et inventif, très interessant.
Ensuite, quand il s'agit de raccorder les morceaux pour justifier et terminer le récit: plus rien! Une banalité affligeante!
Je suis resté sur une grosse déception, d'autant plus que l'auteur était présenté à l'époque comme le nouveau météore de la SF allemande.

J'ai également dans ma pile à lire "Jésus vidéo" j'en ai lu 80 pages et je me suis dit qu'il n'y avait vraîment pas urgence, ainsi que "Qwest" et "Station solaire" qui sont tout en dessous de la pile!

Note: 2,5 / 5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas ESCHBACH (Allemagne)

Message  Parch le Sam 26 Sep 2009 - 16:52

Andreas ESCHBACH - Des milliards de tapis de cheveux

J'ai terminé il y a quelques jours Des milliards de tapis de cheveux. Au début du roman, on entre facilement dans ce monde traditionaliste et sans technologie où une caste de tisseurs se transmettre de père en fils un seul but : tisser un tapis avec les cheveux de leurs femmes et filles pour orner le palais des étoiles de l'empereur. L'auteur stimule notre intérêt avec l'arrivée d'un étranger... Le roman s'oriente alors vers d'autres sujets. Comme la indiqué RoseChinchilla, l'intrigue est construite en pointillé. Je suis d'accord avec sa métaphore du tapis...

Toujours est-il que l'histoire nous offrent des nouvelles sensibles (l'histoire du flutiste que j'ai beaucoup aimé) ou appartenant plus à la science fiction traditionnelle (tintée d'histoire d'amour : le chapitre dans la base spatiale dont la chute m'a vraiment surpris) ou encore d'autre dont on ne comprend pas vraiment le sens à la première lecture (les populations primitives repoussées par l'armée impériale). En fait, tout ne prend sens qu'avec la conclusion du roman qui nous explique tout, d'un coup d'un seul et sans effort.

A vrai dire, j'ai bien aimé la chute, peut-être simple mais rationnelle (enfin on reste dans la SF). Depuis le début du livre j'attendais l'explication de ces tapis de cheveux et les nouvelles sans lien direct avec l'intrigue principale n'avaient fait qu'aiguiser mon impatience.

Des milliards de tapis de cheveux reste un livre relativement court et efficace, à l'écriture agréable. Inutile d'être fan de science fiction pour l'apprécier. La note que je lui donne récompense également l'originalité du sujet. L'auteur a réussi à partir d'une idée étrange à construire un monde complet (pas forcément d'une originalité folle mais bon...) et propose même quelques reflexion sur le religieux, les changement de régime, etc.

Ma note : 4,5/5
avatar
Parch

Nombre de messages : 619
Age : 32
Location : Aix-en-Provence, France
Date d'inscription : 25/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas ESCHBACH (Allemagne)

Message  Mcchipie le Mar 17 Fév 2015 - 12:04

Maître de ma matière  - 638 pages




Ils ont dix ans et se rencontrent à Tokyo, où le père de Charlotte est ambassadeur et la mère d’Hiroshi blanchisseuse. Je sais comment faire pour que tout le monde soit riche.
— N’importe quoi, dit Charlotte. C’est impossible.
— Si, c’est possible, insista-t-il. Quand je serai grand, c’est ce que je ferai. Parce que c’est d’une simplicité étonnante ! »
Plongés dans le tourbillon de la vie, ils ne cesseront de se perdre et de se retrouver, puis de se séparer encore, lui le génie de la robotique qui n’a pas oublié son serment, elle et son étrange faculté de connaître l’histoire des objet par leur contact. L’heure décisive sonnera sur une île de l’océan Arctique au large de la Sibérie, la découverte d’un phénomène inexplicable. L’inconnu est là et il est menaçant…les fondements de notre civilisation vacilleront avec nos certitudes.

Thriller économique et écologique, confrontation entre l’humanisme et l’évolution technologique, recours au fantastique spéculatif, voyages et archéologie, Maître de la matière reprend avec bonheur les grands thèmes d’Andreas Eschbach, dans la lignée de Jésus vidéo et d’En panne sèche.





Un roman addictif. On tourne les pages pour connaître la suite des histoires de Charlotte, et d'Hiroshi. Amis, amants... Qui peut vraiment répondre?

Les découvertes faites dans ce roman sont terrifiantes. J'ai été passionnée, mais effrayée. Pourvu que rien de tout cela n'arrive un jour.

La Fin complètement loufoque est "capillo tractrice". 

Ce roman est assez réussi, construit habilement, avec des périodes de vie.

Bonne lecture, comme le sont souvent les romans de Andreas ESCHBACH.

4/5
avatar
Mcchipie

Nombre de messages : 37
Age : 40
Date d'inscription : 02/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andreas ESCHBACH (Allemagne)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum