Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Aurore le Mar 19 Jan 2010 - 19:04

Sheila Kohler est une auteur sud-africaine née en 1942 à Johannesbourg.


Après des études brillantes à Saint-Andrews et une distinction en Histoire, elle quitte son pays pour rejoindre l'Europe. Elle vit 15 ans à Paris où elle se marie, passe une licence de Lettres à la Sorbonne puis poursuit avec un master en psychologie à l'Institut catholique de Paris. Après avoir élevé ses trois filles, elle déménage aux États-Unis en 1981 où elle passe un master d'écriture à Columbia.

A l'été 1987 elle publie sa première histoire "The mountain" dans le journal Quarterly qui reçoit dans la foulée le prix O'Henry. C'est devenu par la suite le premier chapitre de son roman "The perfect place" qui est publié en 1988 par Knopf.

Knopf publie aussi le premier volume de son recueil de nouvelles "Miracles in America" en 1990.
Elle est retenue sur la liste des prix O'Henry trois années consécutives : en 1999 avec son histoire "Africans"; en 2000 avec "Casualty", qui est paru dans le Ontario Review; en 2001 avec "Death in Rome", une histoire parue dans The Antioch Review.

En 1994 elle publie son second roman, "The House on R Street" chez Knopf pour lequel Patrick McGrath, du New York Times, a dit "Sheila Kohler est parvenue dans ce court roman à créer une atmosphère incroyable...".

En 1999 elle publie son troisième roman, "Cracks" chez Zoland qui est élu meilleur roman de l'année par le Newsday et le Library Journal. "Cracks" est aussi sorti chez Bloomsbury en Angleterre et est traduit en français et en allemand. Il est adapté en film par Jordan Scott, avec Eva Green dans le rôle de Miss G., et a été présenté au festival du film de Toronto en 2009.

En 2001 elle publie son quatrième roman, "The Children of Pithiviers" chez Zoland, un roman sur les camps de concentration de Pithiviers et de Beaune la Rolande.
En 2003, elle publie un troisième recueil de nouvelles "Stories from Another World" avec Ontario Review Press.
Son cinquième roman "Crossways" est sorti en octobre 2004 également avec Ontario Review.

Son sixième roman "Bluebird or the Invention of Happiness" est paru en 2007.
Son dernier roman "Becoming Jane Eyre" est sorti chez Viking Penguin en janvier 2010. Elle vit actuellement à New York et Amagansett.

Disponibles en français :
Un endroit de rêve (1991)
Splash (2001)

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Splash - Sheila Kohler

Message  Aurore le Mar 19 Jan 2010 - 19:38

Splash - Sheila Kohler
(Gallimard, 2001, Coll. Haute enfance, 246 p.)



Nous sommes en Afrique du Sud à une époque indéfinie mais qu'on imagine être le début du XXème siècle. Quant à l'endroit où l'action se situe précisément, on sait juste que c'est un pensionnat de jeunes filles isolé sur une île perdue au milieu de nulle part.
Dans cet internat, une vingtaine de fillettes sont laissées à la surveillance de tuteurs car les familles ne peuvent plus subvenir à leur éducation. Et parmi ces maîtres omniprésents il y a Miss G., professeur de natation, qui a une certaine aura sur le groupe constitué. Celle-ci, aventurière et imprévisible amène les filles à se dépasser : à se lever la nuit pour aller nager, à s'entrainer encore et encore sous le soleil de plomb. C'est une femme indépendante qui gouverne avec poigne ces adolescentes laissées pour compte : elle les fascine tout autant qu'elle la craignent.
Car Miss G. fume délibérément, ne mâche pas ses mots et ligue l'équipe de natation, forcée d'éviter les autres pensionnaires. Arrive Fiamma, une jeune aristocrate italienne qui, contrairement aux autres, a tout pour elle : elle est belle et élancée, elle est riche et est sous la protection de son père souffrant. Mais plus que tout, elle est immensément douée en natation et se détache des convenances et des règles établies pour mener sa vie en solitaire. Miss G. est fascinée par cette inconnue désinvolte et presque insolente. De plus en plus en marge des autres, elle tente d'autant plus de l'approcher et de l'élever au rang de modèle.

En voilà un livre coup de cœur qui a complètement éclipsé ma lecture précédente. Ce livre est fascinant car on comprend on ne peut mieux le revirement de situation entre une Miss G. sur son piédestal, dominatrice et contestataire qui peu à peu s'incline afin de gagner celle qui lui échappe.
J'ai aimé la psychologie du groupe des filles : le rejet, les mauvais coups pour exclure l'intruse Fiamma et cette irrépressible jalousie qui cède rapidement la place à la haine. Je ne sais pas si vous connaissez le dessin animé Princesse Sarah, mais le personnage de Fiamma m'a vraiment fait penser à ce personnage. Quoique Fiamma ait l'air hautaine et complètement en dehors des préoccupations des autres filles...
Par moment elle peut sembler antipathique car elle ne cherche pas à prendre sa place, son statut de dernière arrivée et de petite riche lui laisse le confort de rester en amont. Et c'est la rivalité entre filles et ce déséquilibre créé par l'attention projetée sur Fiamma qui va déclencher le début des franches hostilités.
Un livre très, très bon... qu'on lit avec plaisir, dont on tourne les pages sans s'en rendre compte et pour lequel la déception est au rendez-vous lorsqu'arrive la dernière page. Je l'ai lu suite à son adaptation en film que j'ai vue et adoré récemment (dont la critique est ici).

Elle aimait nager parce qu'on l'avait trouvée près de l'eau, disait-elle, en tout cas, c'est ce que lui avait raconté le vieux domestique - un grand conteur. Il était en train de nettoyer les cabanes près du lac, quand un cri avait retenti. Il avait craint qu'un paysan ne soit en train de noyer un chat [...]. Mais au lieu de cela, il avait trouvé un nouveau-né dans un panier. "[...]Dans mon châle, il y avait un billet de ma mère où était écrit : "Je te rends ce qui t'appartient", nous dit-elle de son ton placide. (pp. 87-88)

5/5


Dernière édition par Aurore le Mer 20 Jan 2010 - 13:32, édité 3 fois

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Mer 20 Jan 2010 - 7:17

ta critique est bien attirante, elle me fait un peu penser à Loin des bras de Metin Arditi. Je vais regarder de ce pas si je peux mettre la main dessus à la bibliothèque, j'ai bien envie de me forger mon propre avis.
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Bernard le Mer 20 Jan 2010 - 12:05

Bien belle critique Aurore.
C'est tentant à lire, c'est évident. Je suis overbouqué, je note et verrai plus tard, dommage pour moi...

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Van le Mar 9 Mar 2010 - 17:57

Splash

En Afrique du Sud, dans un pensionnat de jeunes filles. Mlle G prof de natation décide de remplacer son équipe de natation par douze jeunes filles choisies selon des critères obscurs. Ces filles lui sont toutes dévouées et veulent lui plaire. L’arrivée de Fiamma au sein du pensionnat va quelque peu chambouler leur vie. Car Mlle G est fascinée par Fiamma, et celle-ci ne s’intègre pas au reste du groupe.

Le début intrigue, on sait qu’il s’est passé quelque chose, mais quoi ? Le livre est plein de sous-entendus. Rien n’est dit concrètement, ça reste sous-jacent. A nous de comprendre, d’imaginer, les personnages, l’ambiance, les émotions, les désirs. On ressent tout, la violence de ces filles, pourtant jeunes, est très palpable.
J’ai vraiment adoré ce livre. Différent des autres, on ressent tout ce qu’il se passe sans que l’auteur ne nous l’ai dit. Au fond, on se doute de ce qu’il en est. Ces filles sont tour à tour attachantes et mauvaises. C’est dur à décrire ce qu’on ressent à la lecture de ce livre. Je sais juste que j’ai eu du mal à le refermer. Je n’avais pas envie que ça finisse. Merci Aurore de m'avoir fait découvrir ce livre.

Note: 4,75/5
avatar
Van

Nombre de messages : 423
Age : 33
Location : Val de Marne - France
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Shan_Ze le Lun 19 Avr 2010 - 11:01

Splash de Sheila Kohler
(Haute Enfance, Gallimard, 251 pages)

On est dans un pensionnat de jeunes filles en Afrique du Sud. Mlle G. enseigne la natation à douze jeunes filles. Mlle G. les a toutes mises dans un même dortoir pour souder les liens entre ces filles. Mais l’arrivée de Fiamma, fille d’un aristocrate italien, va changer beaucoup de choses…

Fiamma est différente, elle est belle, semble indifférente et nage très bien. Mlle G. est tout de suite sous le charme. Mais les autres filles n’arrivent à l’intégrer à leur groupe. On le sent bien tout le long du livre, le « nous » narrateur, reste le même, très soudé et exclusif, une vraie complicité lie ces filles.

Il se dégage beaucoup de sentiments de cette histoire : amitié, amour, sensualité, jalousie, rivalité, colère… Il m’a un peu fait penser aux histoires de Joyce Carol Oates, Délicieuses pourritures et Confessions d’un gang de jeunes filles, où ces sentiments apparaissent aussi.
Je me suis demandée pourquoi « l’auteur » apparaissait dans l’histoire, est-ce une habitude de l’auteur de s’intégrer à l’histoire ? Je m’interrogeais aussi sur la signification de Cracks, le titre original, y en a-t-il plusieurs ?

J’ai eu beaucoup de plaisir à lire cette histoire, d’être avec ces jeunes filles, avec ce « nous » presque étourdissant. Belle découverte avec cette auteur, je retenterai l'expérience !

p179 : « Nous les avons descendues, l’une derrière l’autre, liées comme les maillons d’une chaîne. »

p239 : « Nous ne formions qu’une, sueur contre sueur, mais chacune courait à sa manière. »


Note : 4.5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7372
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Ladybug le Lun 19 Avr 2010 - 11:13

Trois belles critiques

Merci les filles !

Je l'ajoute à ma LAL. En plus, je voulais voir le film, mais quand les deux m'intéressent, je préfère toujours lire les livres avant.

_________________
Je lis

avatar
Ladybug

Nombre de messages : 1970
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Clochette le Mar 27 Avr 2010 - 18:48

Splash - Sheila Kohler
Editions Haute Enfance

L'histoire de ce roman se déroule en Afrique du Sud dans un pensionnat de jeunes filles. 12 femmes reviennent dans ce pensionnat après l'avoir quitté de nombreuses années auparavant. Elles se souviennent ensemble de ces années où elles se distinguaient du lot par les cours de natation de Mademoiselle G, professeur de gymnastique "hors norme" qui leur enseignait à être les meilleures nageuses. Elle les entrainaient nuit et jour,dans des conditions pas toujours acceptables, à devenir les meilleures. Néanmoins, une jeune fille s'est démarquée. Fiamma, une princesse italienne, arrivée sur le tard, mais qui a développé des aptitudes de nageuse extraordinaire et une indifférence à leur égard qui déstabilise ce groupe si soudé...

J'ai bien aimé l'ambiance de ce livre. Celle-ci y est éthérée, feutrée, moite, me mettant presque parfois mal à l'aise. L'histoire se déroule lentement. Et pourtant, j'ai eu du mal à cerner qui étaient vraiment ces jeunes filles (bonnes ou mauvaises ?) Tout au long de l'histoire, je me suis demandée où l'auteur voulait en venir, rien n'est dit véritablement, puis vient l'issue finale qui m'a totalement pris de court (Et pourtant on sait qu'un évènement dramatique va se dérouler mais sans que de véritables pistes soient données). Beaucoup d'émotions, de sentiments qui quelquefois m'ont déstabilisé et parfois me donnaient même l'impression d'être une voyeuse...

Une bonne découverte car je ne sais pas si j'aurais un jour tenté sans ce LV (Mêle la 4ème de couverture ne vous indique rien ! A vous d'imaginer et de vous laisser porter...)

Ma note : 4/5
avatar
Clochette

Nombre de messages : 2127
Age : 43
Location : Nantes Bretagne
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  belledenuit le Mer 28 Avr 2010 - 8:11

Avec tous ces beaux avis, je ne peux que noter
avatar
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 41
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Aurore le Mer 28 Avr 2010 - 11:50

Quelle jolie critique Clochette ! J'aime beaucoup la manière dont tu décris l'ambiance car effectivement c'était très feutré, très suggéré et cela pouvait mettre mal à l'aise car on ne sait pas trop comment se positionner face à ce groupe de jeunes femmes.

J'en profite pour rappeler que ce livre voyage actuellement. Tu peux donc t'inscrire chez moi si tu le désires Belledenuit.

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Liza_lou le Sam 15 Mai 2010 - 10:58

Splash
(Gallimard, 251 pages)

Au milieu de nulle part se dresse en Afrique du Sud un pensionnat pour jeunes filles aisées où l'on apprend les sciences, la littérature, la géographie, bref tout ce qui est indispensable pour une jeune fille blanche dans les années cinquante/soixante. Séparées de leurs familles qu'elles ne voient qu'aux vacances, douze jeunes pensionnaires s'ennuient à périr jusqu'au moment où Mlle G., professeur de natation, leur propose de faire parties de son équipe de natation. Tout, elles seraient alors prêtes à tout pour faire plaisir à cette femme si volontaire, si libre en apparence et qui les abreuvent de conseils et d'impératifs en tout genre. Mais voilà qu'arrive un jour Fiamma, jeune aristocrate italienne pas comme les autres et dont Mlle G. s'entiche immédiatement. Pour la plus grande jalousie des autres...

Un roman étrange où l'atmosphère pesante vous suit du début à la fin. C'est que de par son climat où la chaleur, la moiteur vous entoure, tous les sens, toutes les envies sont exacerbées à l'extrême. Seule la piscine et les cours de natation qui vont avec, permettent à ces jeunes filles dont la vie aussi bien en famille qu'au pensionnat est dure voire inacceptable, de vivre, de connaître un instant ce moment de liberté que leur vante avec passion Mlle G. Que ne feraient elles pas toutes pour s'attirer les bonnes grâces de ce professeur qui est bien la seule dans leur entourage à faire attention à elles! Et pourtant, les relations entre cette femme et ces jeunes adolescentes n'atteignent pas les degrés espérées surtout lorsque Fiamma arrive.

Une jeune fille étrange que cette Fiamma, ne ressemblant à aucune autre de ses comparses et par conséquent, n'arrivant pas à s'intégrer au groupe des douze autres nageuses. Italienne, ayant toujours vécu choyée et gâtée par un père aimant, très cultivée, Fiamma se retrouve déboussolée dans ce pensionnat perdu au milieu du veld. Jalouses, envieuses d'elle, les jeunes filles ne peuvent surtout pas supporter l'attention particulière et excessive que lui porte Mlle G. Mais Fiamma se dérobe, fuit Mlle G et ses caresses tandis que le ressentiment et la jalousie va crescendo. Jusqu'au jour où Fiamma disparait...

Toute la particularité de ce récit est dans l'ambiance lourde, tendue, qui suit, agrippe le lecteur dès les premières pages. La chaleur de ces journées infernales vous étouffe littéralement et c'est presque avec hébétude que l'on suit les péripéties successives dans ce pensionnat complètement coupé du reste du monde. On se sent mal à l'aise; sans savoir pourquoi on devine sans oser se l'avouer les conséquences et les aboutissements de toute cette histoire où presque rien n'est dit jusqu'aux dernières pages, terribles dans leurs descriptions et leurs conséquences...

J'ai beaucoup aimé ce récit qui change véritablement mes habitudes de lecture qu'il s'agisse aussi bien au niveau du style que de l'histoire en elle-même. Et même si le synopsis m'a bien évidemment dérangée pour ne pas dire "choquée", j'ai presque été fascinée par ce pensionnat irréel et comme tiré d'un songe. Ou plutôt d'un cauchemar qui ne veut pas dire son nom...

Ma note : 3,75/5

_________________
Lecture en cours :
Le Pavillon d'or de Mishima (Thème)
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Aurore le Sam 15 Mai 2010 - 11:05

Quelle jolie critique Liza_Lou ! Tu retranscris fidèlement ce que j'ai moi-même ressenti à la lecture de ce livre. C'est vrai que l'atmosphère est pesante, qu'on ne sait pas trop où tout le machiavélisme de Mlle G. va mener, mais qu'il est bon parfois changer ses habitudes de lecture pour se confronter à ça !

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Bernard le Sam 15 Mai 2010 - 12:55

Oui bien belle critique Liza_Lou.

B
avatar
Bernard

Nombre de messages : 3540
Age : 72
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  odilette84 le Dim 23 Mai 2010 - 15:26

SPLASH


difficile de passer après Liza !
Je ne reprends pas le résumé.


Dans ce roman règne une d’atmosphère lourde et malsaine. La violence contenue des protagonistes est palpable. Certes, elle peut s’expliquer par l'adolescence des jeunes filles, leur isolement, et la promiscuité des dortoirs, le pouvoir qu’exerce sur elles leur professeur de natation, Mlle G. personnage étrange et mystérieux. Toutefois, la cruauté des jeunes filles, les unes envers les autres est dérangeante.
Une ambiance toute en chuchotements, regards en coin odeurs, couleurs et temps suspendu.
Qui est la narratrice ?
Cette question m’a poursuivie tout le roman.
La progression du livre jusqu'à la révélation finale est très bien menée.
J’ai beaucoup aimé l’entrée en matière et la conclusion du roman. Les retrouvailles des anciennes nageuses pensionnaires
Il m’a semblé retrouver l’atmosphère du film « Virgin Suicides ».
Un roman dérangeant comme il ne faut pas ne lire trop souvent, toutefois, une belle découverte

4/5
Merci Aurore pour le prêt !

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 52
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un endroit de rêve - Sheila Kohler

Message  Aurore le Sam 14 Aoû 2010 - 18:01

Un endroit de rêve - Sheila Kohler
(Gallimard, 1991, 148 p. Collection "Du monde entier")



Rappelez-vous comme j'avais été transportée par Splash, le second roman de Kohler ! Ici il s'agit de son premier livre, Un endroit de rêve, qui augure déjà l'excellent Splash.

La narratrice, une femme d'un certain âge dont on y ignore tout - situation familiale, nom, âge - est en vacances à Gerzett en Suisse. Elle est seule, paraît aigrie et parcourt le monde pour rétablir sa santé fragile. C'est donc dans les montagnes suisses qu'elle trouve refuge au début du roman et c'est à partir de ce lieu "insignifiant" que tout va se jouer. Car elle rencontre un homme, un parfait inconnu qui la questionne sur une dénommée Daisy Summers, une fille (une femme peut-être) qui est selon lui une connaissance, avec qui elle a grandi là-bas. Dans ce là-bas se dessine l'Afrique du Sud, terre lointaine et tabou où la vie s'est arrêtée. Même si les noms, les lieux ne sont jamais clairement désignés, on sent que le passé de notre narratrice renferme un secret. Derrière sa froideur, son mutisme et son obstination à tout nier, peu à peu elle se rappelle.
Car l'homme de Gerzett a rallumé les cendres d'un souvenir qu'elle pensait oublier.
Suite à cette rencontre des plus imprévues, et à tous les flash-backs qu'elle engendre, la narratrice fuit vers la mer. Car au soleil et sur le sable chaud personne ne peut l'importuner et cette supposée Daisy Summers reste dans les profondeurs de sa mémoire. Quoique...
Malgré l'Allemand qu'elle rencontre, malgré le fait qu'elle soit partie plus loin, les souvenirs persistent et deviennent plus oppressants. En filigrane le dialogue avec l'homme de Gerzett, très insistant, vient obscurcir les pages. On se rend compte que les lieux ou les gens disparaissent petit à petit derrière le récit de cet avant, de ces jours où elle était en internat de jeunes filles, dans son pays natal.

Ce livre est étrange car le personnage de cette femme alanguie et imbue d'elle-même est particulièrement déplaisant. Oui elle est antipathique, oui une bête aurait sans doute davantage de sentiments qu'elle. Car la compagnie des autres l'ennuie et ces résurgences du passé polluent son esprit qui était juste prêt à passer des vacances sans contrainte.

La quatrième de couverture en parle mieux que moi :

Cette narratrice anonyme, plus sensible aux jeux de lumière qu'à la mort d'un être humain, ne vous dira rien dont elle ne puisse aussitôt se dédire. Ce récit méthodique a une rigueur affichée qui masque une désinvolte perversité. [...]
Imaginez cette femme et vous rencontrerez le personnage central, irritant et lancinant, de cette chronique à l'écriture glacée, coupante et cruelle, dont la construction en trompe l'œil, superbement aboutie, dérange autant qu'elle intrigue.


Tout est dit je crois. Pour le reste il ne vaut mieux pas lire la quatrième de couverture qui une fois de plus nous en révèle bien trop sur les nœuds de l'action. Le style de Kohler est implacable, incisif et incroyablement mesuré. On sent qu'elle joue de retenue comme avec cette assertion, "la dénommée Summers", qui jusqu'à la fin restera une fille que notre narratrice pourrait connaître... ou peut-être pas !
Il y a ce flou volontaire sur le temps, le lieu qui perdure pour mieux nous envoyer à la figure tous les ressorts de l'affaire. On avance à tâtons dans ce récit et finalement on se laisse prendre au jeu et guidé sur les traces du passé.

Encore une escapade dans les noirceurs de l'enfance ! Décidément, les personnages féminins ont l'air de tenir toutes les ficelles du monde adulte, sous la plume de Kohler. Quant à moi je n'ai qu'un mot à dire "j'aime" !

4/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  zozinette le Dim 22 Aoû 2010 - 16:43

SPLASH - SHEILA KOHLER


Quatrième de couverture

"Le jour où Fiamma disparut,elle alla nager à l'aube, Ann la vit s'asseoir sur son lit; dans le dortoir endormi et silencieux. Dans la faible lumière, elle avait déjà l'air d'un spectre, vêtue de sa souple chemise de nuit à manches longues, qu'elle lavait elle-même, malgré le règlement, pour que le savon de l'école n'irrite pas sa peau sensible. Son épaisse chevelure était coiffée en une tresse qui pendait mollement dans son dos. A voix basse, pour ne pas nous réveiller, elle raconta son rêve à Ann: elle nageait dans l'eau dormante de son lac, dont la surface grise était noyée de brume; puis elle se sentait soulevée par l'eau; son corps tournoyait lentement, s'échappait dans l'air frais; s'élevait.Elle volait. Mais en se réveillant sous son drap blanc, elle était trempée de sueur."


Mon avis

Dans les années 1960 en Afrique du Sud, un pensionnat de jeunes filles. Douze de ces jeunes filles font partie de l'équipe de natation. Leur quotidien va être bouleversé par l'arrivée de Fiamma, princesse italienne, qui arrive en cours d'année scolaire. Fiamma n'est pas comme les autres. Elle arrive d'Italie, est gâtée par son père, a droit à certains passes-droits dans le pensionnat. Elle est asthmatique mais pourtant elle excelle à la natation. Mademoiselle G., leur professeur, admirée par toutes ses élèves qui se battent pour obtenir ses faveurs, va s'intéresser plus que de raison à cette élève.

C'est bien difficile de résumer et de parler de ce livre. Tout est question d'ambiance. Le climat du pays, lourd et difficile à supporter, ce pensionnat qui a quelque chose d'un peu hors du temps, l'atmosphère qui règne entre les filles. Méchanceté, jalousie, les sentiments les plus violents habitent ces adolescentes.
On sait rapidement qu'un drame s'est produit. Mais quoi? Et où? Et comment? Et pourquoi? Il faut attendre les dernières pages pour tout savoir et avoir une vue complète de cette cruauté qui suinte de partout.

Au fil des pages j'ai été prise par cette ambiance, par cette langueur qu'a installé Sheila Kohler. Un peu mal à l'aise par ce que je lisais, il fallait pourtant que je continue, je voulais savoir.

J'ai eu du mal de lâcher ce petit livre fascinant et dérangeant au possible.


Ma note

4/5
avatar
zozinette

Nombre de messages : 2437
Age : 43
Location : belfort, franche-comté
Date d'inscription : 15/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Splash de Sheila KOHLER

Message  petitemartine le Jeu 30 Déc 2010 - 11:01

SPLASH

XXème siècle, un pensionnat de jeunes filles, perdu quelque part dans la chaleur et la moiteur de l'Afrique du sud.
Comme j'ai pu le lire parfois il s'agit d'"un cercle des poètes disparus" au féminin mais en plus sombre...
L'énigmatique Miss G est la professeur adulée et respectée d'un groupe d'une douzaine de jeunes filles. Miss G est parfois très dure avec ses élèves, elle n'hésite pas à les entrainer jour et nuit à la natation mais aussi à les inviter dans sa chambre pour de longues discussions ! Les petites nageuses fascinées par leur professeur acceptent tout sans rechigner.
L'arrivée d'une nouvelle élève Fiamma, issue de l'aristocratie italienne va susciter curiosité, envie, jalousie de la part des autres filles. En effet, n'en déplaise au groupe de filles, Miss G semble attirée par la jeune italienne mais cette attraction n'est pas réciproque. Fiamma est plutôt solitaire et indifférente... Les jeunes filles ne comprennent pas cette attitude hautaine et vont devenir peu à peu agressive et jalouse vis à vis de Fiamma jusqu'à ce que celle-ci disparaisse....

On retrouve alors des décennies plus tard, l'ancien groupe de nageuses invité par la directrice dans le pensionnat abandonné. Que sont-elles devenues ? Pourquoi un tel malaise lors de cette rencontre ? Pourquoi cette ambiance si pesante ? Que s'est-il passé ce fameux jour où Fiamma a disparu ? Où est-elle ? Le texte alterne alors entre passé et présent afin de nous faire découvrir ce mystère.

Un très beau texte sur le monde cruel de l'adolescence, son malaise et ses mystères. Un âge où les limites ne sont pas encore fixées. Un âge difficile pour des jeunes filles livrées à elles-même, loin de leur famille. Isolées dans un pensionnat loin de tout, elles étouffent, leur seule échappatoire est leur professeur Miss G qui peut tout leur demander. Que se passe-t-il dans la tête d'une adolescente ? Comment vivre ensemble ? Comment accepter l'autre, connaitre l'autre ? Quelles sont les limites à ne pas franchir ? Est-il possible de s'affirmer en tant qu'individu au sein d'un groupe ? De ne pas rentrer dans la norme et d'être malgré tout accepté ? Beaucoup de questions sont posées dans ce livre.
Une belle plume, beaucoup de non-dits, beaucoup de poésie dans ce texte, une atmosphère pesante et parfois malsaine où on se sent un peu voyeur. Certains passages sont vraiment très difficiles mais la plume de Sheila Kohler réussit à les faire passer sans le côté "trash" qu'il pourrait y avoir. Malgré ces passages, on continue la lecture, on tourne les pages car on est impatient de savoir. Et lorsque l'on sait, on est abasourdi...

Un petit livre dérangeant, une plume superbe, des personnages attachants que je ne suis pas prête d'oublier.

Merci beaucoup Aurore de m'avoir fait découvrir ce livre étonnant que je n'aurai pas lu de moi-même .

Ma note : 4/5
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2391
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Jeu 31 Mai 2012 - 20:58

Quand j'étais Jane Eyre de Sheila Kohler
Édition de La Table ronde, Quai Voltaire / 262 pages






Dans le calme et la pénombre, au chevet de son père qui vient de se faire opérer des yeux, Charlotte Brontë écrit, se remémore sa vie, la transfigure. Elle devient Jane Eyre dans la rage et la fièvre, et prend toutes les revanches : sur ce père, pasteur rigide, désormais à sa merci, sur les souffrances de son enfance marquée par la mort de sa mère et de deux sœurs aînées, sur sa passion malheureuse pour un professeur de français à Bruxelles, sur son désespoir face à son frère rongé par l'alcool et la drogue, sur le refus des éditeurs qui retournent systématiquement aux trois sœurs Brontë leurs premiers romans, envoyés sous pseudonyme. Sheila Kohler se glisse dans la tête de Charlotte Brontë et de son entourage afin de décrire les méandres de la création. Sans se départir du style cristallin de ses précédents ouvrages, elle restitue avec finesse le climat qui a donné naissance aux œuvres des sœurs Brontë : Jane Eyre, bien sûr, mais aussi Les Hauts de Hurlevent et Agnes Grey, trois joyaux de la littérature anglaise.



C'est un roman très calme où l'atmosphère « victorienne » sage et contemplative avec ses passions de jeunes filles élevés dans les convenances  si propre aux romans des sœurs Brontë qui reprennent vie dans cette histoire. Sheila Kohler a réussi à faire un roman subtil où la vie de Charlotte Brontë s' entremêle peu à peu au fil de l'écriture, à la vie de l' héroïne qu'elle créa Jane Eyre. Un roman tout en douceur qui avance par petites touches, plein de passion, de tendresse parfois de tristesses mais toujours en retenue.
Bien plus qu' une énième biographie romancée, on découvre au delà d' une vie, d' une fratrie soudée et repliée sur elle-même, l'imaginaire de Charlotte Brontë en toile de fond c'est sous nos yeux que se crée l' ouvrage qui lui vaudra plus tard la reconnaissance du grand public, Jane Eyre.
Un roman très réussi qui donne envie de lire ou de relire les ouvrages de sœurs Brontë et d' en apprendre un peu plus sur leur vie.


4,5/5


Dernière édition par Lacazavent le Sam 31 Mai 2014 - 22:01, édité 1 fois

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Mousseline le Mer 14 Nov 2012 - 3:29

Une auteure inspirante

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sheila KOHLER (Afrique du Sud/Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum