Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Docguillaume le Ven 4 Déc 2009 - 22:44

Pierre-Jakez Helias (1914-1995) est un écrivain et journaliste breton. Son oeuvre la plus connue est le cheval d'orgueil (1975) ayant fait l'objet d'une adaptation par Chabrol.



Le Cheval d'Orgueil
1975
Plon
Coll. Terre Humaine
550 pages


Il s'agit des mémoires d'un enfant du pays bigouden. Plus qu'une autobiographie, c'est une véritable encyclopédie vivante sur le mode de vie dans le pays bigouden juste après la première guerre.
Chaque aspect de la vie quotidienne est successivement abordé : la maison, les meubles (le fameux lit-clos), la nourriture, les jeux, l'habillement et notamment la coiffe bretonne que portaient en permanence les femmes de l'époque.... La place de la religion en Bretagne est développée, avec la description des pardons, et le livre confirme que si on mange des galettes le vendredi en Bretagne c'est parce qu'il était défendu de manger de la viande, et le poisson n'était guère apprécié car synonyme de pauvreté.
L'imposition de la langue française est évoquée de manière très émouvante, les parents voulaient absolument que leurs enfants apprennent le français, car c'était la langue qui leur permettrait d'accéder à une meilleure condition que la leur. C'est un des meilleurs passages du livre.
Cette lecture m'a appris énormément de choses sur le mode de vie en Bretagne au début du 20e siècle, loin du "folklore" d'aujourd'hui qui n'est pas forcément représentatif. Par exemple il n'y avait pas de grande compagnie de sonneurs, mais les musiciens étaient par couple.

Tout breton devrait lire ce livre au moins une fois dans sa vie.

Note : 5/5
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  veilleur le Sam 5 Déc 2009 - 21:58

Ce livre avait d'ailleurs rencontré un très bon succès lors de sa parution. Il constitue un des piliers de la collection "terre humaine, avec le "tristes tropiques" de Claude Levi-Strauss.
avatar
veilleur

Nombre de messages : 312
Age : 52
Location : Boulogne-Billancourt, France
Date d'inscription : 30/10/2009

http://www.amazon.fr/gp/pdp/profile/A210O5KYER1I4I

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  gallo le Dim 6 Déc 2009 - 9:08

Hélias est aussi un bon romancier, qui a écrit L’Herbe d’or en 1982 , La Colline des solitudes en 1984, Vent de soleil en 1988, La nuit singulière en 1990 et enfin Le Diable à quatre en 1993. Voir le lien http://www.institut-eugene-le-roy.fr/docs/20070119-1630.pdf



Pierre Jakez Hélias - La colline des solitudes.
J'ai beaucoup apprécié ce livre, lu en 1988, et je donne sur mémoire un résumé avec la note 4,5/5.

Dans "La colline des solitudes" on fait la connaissance d'un village breton en train de mourir: douze vieux qui se sont enfermés dans leur propre solitude, chacun faisant son chemin sinueux entre les maisons pour éviter les autres. Et pourtant, ces vieux sont des déteneurs d'histoire. Cela devient clair petit à petit quand un chirurgien parisien revient vivre dans son village natal. C'est une présence disturbateur: il n'est pas d'abord accepté. Mais petit à petit les choses changent, par l'interdépendance des habitants: malgré leur solitudes, il y a une forte solidarité, qui se manifeste par des petits actes silencieux; un plat de nourriture, un jardin bèché. Autour du docteur qui doit déménager, restaurer, se nourrir, les villageois quittent peu à peu leur silence. Cela résulte dans un renouveau de la vie du village, avec des veillées (très interessantes contes), qui par la suite attirent des jeunes du village voisin. Un village renaît, mais cela est une nouvelle perturbation, plus grande que la première.


Dernière édition par gallo le Mar 8 Déc 2009 - 10:56, édité 1 fois (Raison : + photo)

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Philcabzi le Ven 8 Jan 2010 - 11:17

La colline des solitudes
Ed. Julliard, 1984, 345 pages, ISBN 2-266-01497-8

Ma note: 4.75/5

Résumé:
Dans ce village perdu en flanc de colline, onze solitaires èrent chacun dans leurs monde, en s'évitant mais en n'étant jamais bien loin l'un de l'autre. Tous les jeunes ont déserté, et la petite bourgade s'éteint peu à peu, en silence. Un jour par contre, les onze aperçoient un homme gravir la colline et s'installer dans l'ancienne maison du maréchal-ferrant. C'est sont petit-fils, celui qu'ils appeleront Strullu-fils, le descendant du roi Strullu. Avec l'aide du notaire, du facteur et du maquignon, Strullu-fils rassemblera ces âmes solitaires pour une soirée de contes et de légendes où les mystères de son histoire lui seront dévoilés.

Mon avis:
Dès les premières lignes j'ai été happé par la beauté de l'écriture de Pierre Jakez Hélias. La première partie du roman nous décrit le quotidien de ce village ainsi que le boulversement dû à l'arrivé du docteur, Strullu-fils. En douceur et poésie, il nous parle de solitude, d'attachement à la terre, mais aussi de désertion et déception. Viens ensuite la soirée de légendes où l'on plonge avec délice dans un univers magique et mystérieux. Moi qui aime les contes et légendes j'ai été enchanté par cette partie du roman. Bref une lecture vraiment très agréable, merci Gallo!

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Houppelande le Lun 22 Fév 2010 - 17:04

La colline des solitudes


Comme vous avez pu le lire dans les résumés précédents, ce roman se déroule dans un village qui est en train de mourir. Onze solitaires y vivent et font tout pour ne pas avoir de contacts entre eux. Jusqu'à ce que le petit-fils du maréchal-ferrant revienne au village...


C'est un roman tout simplement enchanteur. Je dois dire qu'au début je n'étais pas certaine d'aimer, je me disais : "en tant que jeune citadine, québécoise de surcroit, comment pourrais-je me sentir interpeller par l'histoire de quelques "vieux" quelque part en Bretagne?"
Et bien, grâce au grand talent de conteur de l'auteur, à sa façon d'écrire tout simplement enchanteresse. L'histoire du roman, bien sûr, amis aussi ces histoires dans l'histoire.

J'ai presque eu une envie de retour à la terre, mais c'est quand même passé assez vite .

Je conseille à tous de profiter de l'occasion offerte par Gallo pour lire ce roman qui est malheureusement épuisé.

4.75/5
avatar
Houppelande

Nombre de messages : 403
Age : 34
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Docguillaume le Mer 3 Mar 2010 - 23:03

Il est possible de trouver 2 romans de Helias, L'herbe d'or et La colline des solitudes dans un recueil paru aux éditions Omnibus Gens de Bretagne .
Il figure au catalogue de ma bibliothèque, je compte l'emprunter.

Il existe pléthore d'exemplaires du Cheval d'orgueil dans les brocantes de mes contrées. L'Emmaüs où je suis allé cette après-midi en possédait deux, même si je l'ai déjà chez moi j'y ai plongé mon nez ce qui m'a permis de trouver cette dédicace. Je suis donc reparti avec ce qui m'a permis d'avoir le cahier photo malheureusement manquant sur celui que j'avais jusque là.


_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Chantal le Mar 9 Mar 2010 - 13:32

LA COLLINE DES SOLITUDES : Pierre Jakez Helias
LV de Gallo.


La colline des solitudes, c'est un hameau en haut d'une colline, là où habitent onze vieillards solitaires qui ne se parlent pas, ne se rencontrent pas, évitant sans cesse l'autre, mais qui toujours s'entr'aident (aiguiser une faux, apporter du miel ou un repas...) même sans se voir. Un jour, arrivent des ouvriers qui commencent à rénover une bâtisse du village, l'ancienne maison du maréchal-ferrant, dont la forge est toujours maintenue en activité pour les menus travaux. La maison rénovée, apparaît le propriétaire qui s'installe à demeure : le petit fils du maréchal-ferrant. Avec lui, le village va peu à peu se réveiller et le passé ressurgir....

Dans ce roman, il y a de l'histoire, il y a du merveilleux (avec les vieilles légendes bretonnes). C'est le récit du déclin lent et inexorable d'un village, avant un retour à la vie que le progrès risque aussi de "salir". C'est aussi le récit d'un homme qui se cherche, qui cherche à donner un sens à sa vie et qui le trouve en aidant et soignant les autres. J'ai beaucoup aimé la fin du récit et la destinée de cet homme. L'écriture est à la fois très dense et légère. Je me suis complètement "immergée" dans le roman en le savourant lentement. Un grand plaisir de lecture.

Merci Gallo. 4,5/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2249
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Louvaluna le Jeu 6 Mai 2010 - 21:34




La colline des solitudes
Pierre Jakez Hélias
(Julliard, 1984, 345 pages)
Livre voyageur de Gallo



« Ses ruines, sous le ciel, mettraient plus de temps à disparaître que les os de ses derniers habitants à se dessécher au tombeau. »
Onze vieillards solitaires arpentent leur village sur des chemins indépendants. Jamais les onze ne se croisent pour respecter ce vœu de silence qui s’est imposé avec le temps et la désertion de la colline par leur descendance. Discrètement, ils veillent les uns sur les autres et s’entraident avec une rare efficacité par le biais d’un code de signaux et d’avertissements mis en place pour palier l’absence des mots. On suit ce manège avec d’autant plus de fascination que Pierre Jakez Hélias lui donne un aspect quasi mythique. On serait tenté de voir les onze tels les dieux de l’Olympe isolés dans des hauteurs inaccessibles au commun des mortels.

Mais voilà qu’on restaure la maison de feu Yann Strullu, le maréchal-ferrant ! Les onze, intrigués, rôdent autour du chantier. Que signifie donc tout ce remue ménage ? Il y a que le petit-fils du maréchal, le docteur K., veut s’installer dans la maison de son grand-père. Pourquoi ? Le petit-fils ne le sait pas vraiment lui-même. Cependant, il ne va pas tarder à découvrir l’ampleur de son héritage à travers les contes et légendes de ce mystérieux pays.

Pierre Jakez Hélias a magnifiquement bâti son récit. Une première partie où l’on s’étonne du troublant comportement des onze solitaires et où l’on assiste, après l’arrivée du petit-fils, à un drôle d’apprivoisement des uns par les autres. Une seconde partie offrant contes et légendes splendides, et durant laquelle on est certainement aussi déconcerté que le docteur lui-même. Enfin, une troisième partie où les liens se font et se défont, où comme dans une forêt après une terrible tempête la petite population secouée tente de se réinstaller confortablement ou s’exile si trop d’arbres sont tombés.

Hormis cette construction du récit qui nous emballe, on est enchanté par l’écriture tout en finesse et la richesse du texte. C’est dense et on se surprend à relire des passages entiers, non par manque de lisibilité mais pour savourer chaque détail qui, avec cet auteur, a son importance et n’est certainement pas cité pour gonfler le texte et masquer une trame pauvre. L’humour n’est pas en reste dans cette histoire ! Cela commence surtout avec les trois sœurs et une situation qui devient comique grâce au procédé de la répétition : « Chaque jour, la plupart des onze passaient un par un devant le chantier, chacun à son heure exacte, si bien que l’un ou l’autre ouvrier pouvait tirer sa montre et annoncer : nous allons voir apparaître la première des trois sœurs. A peine avait-il fini de parler que l’aînée se montrait, suivie de près par la seconde qui lui soufflait dans le cou, la plus jeune à vingt pas derrière, allez donc savoir pourquoi ! » Et nous d’imaginer cette scène plus épatante à mesure qu’on a l’occasion de l’observer ! On se régale encore de certaines expressions comme : « La nuit était noire comme dans un cul de chaudron.» (inséré dans un contexte inquiétant, une ambiance de cimetière, on est totalement pris au dépourvu), « On était à peine entré en décembre que les journaux imprimèrent une nouvelle qui fit se frotter les yeux même à ceux qui ne savaient pas lire. » (là, j’adore, j’ai ri jusqu’à ce que je découvre moi-même la nouvelle et que je fus aussi décontenancée que le narrateur). Mais il y a aussi toutes ces petites remarques que l’on retrouve habituellement à l’oral : « Edouard Bolzer était son nom, mais on l’appelait Ed le Joufflu, a-t-on besoin de vous dire pourquoi ! » Un texte savoureux, pour sûr !

La toute fin du livre est éblouissante ! Pris dans un curieux mélange d’appréhension, de surprise et de satisfaction, le lecteur y sera difficilement indifférent. Chantal y fait déjà référence dans sa critique.

Pour ma part, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce livre qui nous maintient en lévitation entre ciel et terre, ou plutôt devrais-je dire entre terroir et magie !

5/5

_________________
Louvaluna

« Écrire consiste à rêver avec une intensité telle que nous parvenions à arracher au monde un morceau. » - Pierre Jourde

« J'aime la lecture en général. Celle où il se trouve quelque chose qui peut façonner l'esprit et fortifier l'âme est celle que j'aime le plus. » - La Rochefoucauld
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  belledenuit le Ven 7 Mai 2010 - 7:09

En lisant tous vos superbes avis, ça me donne envie de le lire aussi. A la prochaine incursion à ma médiathèque, je le chope s'il n'est pas emprunté. Merci à vous et à Gallo de faire connaître cet ouvrage.
avatar
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 41
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Docguillaume le Ven 7 Mai 2010 - 8:09

J'en suis à la page 80, et je ne regrette pas d'avoir surmonté la densité du texte qui m'a rebuté au début (et qui m'avait fait lâcher L'Herbe d'or). L'âme du roman est vraiment magnifique, cette colline, les 11 anciens....

Merci à toi gallo de nous avoir présenté les romans de cet auteur.
Je suis comblé de joie de voir lu cet auteur en dehors de mes terres de Bretagne

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Docguillaume le Dim 9 Mai 2010 - 12:54


La Colline des solitudes
Pierre Jakez Helias
1984
Julliard




Une fois vaincue la densité du texte du début commence des pages d'une admirable maîtrise. Jakez Helias construit dans l'imaginaire du lecteur un village qui menace ruines, entouré de champs clos, sur le flanc d'une colline sillonnée de chemins.
On peut crier au chef d'oeuvre lorsque Jakez Helias évoque les habitudes des onze derniers habitants et l'arrivée du docteur. Ces personnages qui usent de mille stratagèmes pour ne pas se croiser, que le docteur regarde depuis le haut de la colline parcourant les chemins... Mais s'il n'y a pas de liens physiques, les véritables échanges sont invisibles, dans ces attentions que se portent mutuellement les villageois. Les 150 premières pages du livre sont absolument magistrales.

Mais ensuite il y a une brusque cassure et on quitte le roman pour 150 pages de contes. Je suis tombé du nuage où Jakez Helias m'avait porté. Il m'a semblé que l'auteur après avoir excellé dans l'art du roman se serait rappelé qu'il était un conteur et que son éditeur lui avait demandé « quelque chose de breton », un folklore qui plairait aux parisiens pour qui la littérature
bretonne ne serait que des histoires naïves, contées au coin du feu. Sauf peut-être le premier des quatre contes, ils n'apportent pas grand chose au récit et lassent le lecteur car Jakez Helias s'est éternisé en longueurs. On doit subir la fille aux yeux magiques, qui va acheter au marché un porcelet, et qui affronte la méchante sorcière, la chèvre qui vit 50 ans et ne quitte pas sa maîtresse... Des "histoires de lutins" qui ont leur place dans un recueil de contes et légendes, pas dans un roman... En une trentaine de pages pourquoi pas, mais 150 ! La moitié du livre !

Passés ces contes insipides on retrouve tout de même le village et ses personnages dans la toute dernière partie du roman. Alors que j'étais très déçu et très amer, jamais sans doute ne l'aie-je autant été au cours d'une lecture ce qui explique la dureté de ma critique - le final a un peu calmé mon impatience des longueurs que j'ai du traverser pour y parvenir, et j'ai beaucoup aimé la dernière phrase de l'ouvrage pour qui connaît les paysages des monts d'Arrée.

Il faudrait lire La Colline des solitudes en sautant les pages de contes, la compréhension s'en souffrirait pas trop.
A côté de quel chef d'œuvre Jakez Helias est passé....


Note : 3.25/5

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Docguillaume le Dim 9 Mai 2010 - 15:30

Le livre faisant référence aux Monts d'Arrée (Finistère), voici quelques photos que j'ai prises lors de mon passage dans le Parc Naturel d'Armorique.
Hormis quelques villages - Brasparts, Brennilis - l'endroit est désolé.


Vestige d'un alignement de menhirs, baptisé La noce de pierre.




Le Menez Mikel et la chapelle Saint Michel (Menez signifie Montagne en breton)




Vue d'ensemble sur les Monts d'Arrée. Autour du lac s'étendent des tourbières. Le lac est un réservoir artificiel construit en 1930 pour alimenter une petite centrale hydroélectrique. Avant c'étaient des terres marécageuses baptisées Youdig ("bouillon") qu'on disait être la porte de l'Enfer.
On voit au loin la crête qui entoure le lac en demi-cercle et qui est composée des plus hauts sommets de Bretagne. Le point culminant est le Roc'h Trevezel à 381 mètres. On aperçoit l'antenne de l'émetteur hertzien du Roc'h Tredudon.




Dans les années 60 (avant la création du Parc Naturel) une centrale nucléaire a été construite. C'était un prototype qui n'a pas été retenu pour les autres centrales françaises. Elle s'est arrêtée en 1985 et est en cours de démantèlement (première centrale du pays à être déconstruite). On voit la cloche qui abrite le réacteur atomique. Les amateurs auront reconnu le cadre de L'Ankou la bande dessinée de Spirou et Fantasio.





Au sommet du Menez Kador, tandis qu'enfin s'ouvre le gris du ciel, pas de ruines de village ni de tour mais ces rochers blancs, comme des stèles de légendes...


_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  gallo le Dim 9 Mai 2010 - 18:17

Docguillaume, ta critique est bien valable. Mais moi, j'avais justement bien aimé le milieu du livre par sa qualité de construction d'une societé locale, cassant les solitudes, et j'avais du mal avec la fin qui je considérais trop pour faire moderne.

Ta critique est proche de celle de Xavier Grall, qui dans Le cheval couché reproche Hélias pour son "passéisme" qui regarde par trop la "vieille Bretagne" des légendes, pardons, folklores et superstitions, tandis que Grall croit en la force de la Bretagne moderne.
Voici le lien vers Xavier GRALL (France) , un auteur que tu dois lire certainement.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Docguillaume le Dim 9 Mai 2010 - 19:13

gallo a écrit:
Ta critique est proche de celle de Xavier Grall, qui dans Le cheval couché reproche Hélias pour son "passéisme" qui regarde par trop la "vieille Bretagne" des légendes, pardons, folklores et superstitions, tandis que Grall croit en la force de la Bretagne moderne.
Voici le lien vers Xavier GRALL (France) , un auteur que tu dois lire certainement.

Oui gallo la référence tombe à point. Pourtant Le Cheval d'orgueil ne m'avait pas choqué par son "passéisme" et son "folklorisme fossilisant" que raillaient Grall. Je l'avais lu comme un témoignage du pays bigouden, tandis que Grall y voyait décrit un peuple mort aux côtés des civilisations disparues de la collection Terre Humaine. Leur opposition au cours d'une émission d'apostrophes est mémorable : VOIR LA VIDEO

De même, Morvan Lebesque dans son essai Comment peut-on être breton critiquait une vision obsolète de la littérature bretonne et évoquait à propos de son renouveau : " [les] noms de la littérature bretonne moderne (...) bousculent les tabous, rompent (..) avec des siècles de folklore (...) Plus d'ajoncs d'or, de fleurs de bruyère, de référence au "tendre Brizeux", de coups de chapeau à M. Le Goffic. (...) Les filles bretonnes cessent d'être des vierges dolentes mariées au ciel à des marins péris en mer (...) aucun diable n'emporte plus les ivrognes de village qui ont manqué la messe"


J'ai vraiment été déçu que Jakez Helias n'aille pas au bout de la maîtrise de romancier dont il faisait preuve pour retomber dans le conte, non pas que je n'ai pas de respect pour le conte, mais parce qu'il m'a vraiment semblé c'était comme quelque chose à laquelle il se pliait, s'exécutait, comme si on ne le croyait bon qu'à raconter des histoires. Les contes qu'il présente ici sont tout de même le cliché de ce qu'on devait penser être la Bretagne depuis Paris.

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Louvaluna le Lun 10 Mai 2010 - 10:23

Docguillaume, il est clair que nos avis sont tout à fait divergents ! Cela dit, j'ai lu ton commentaire avec beaucoup d'intérêt. De cette lecture, découlent quelques interrogations :
Docguillaume a écrit : Des "histoires de lutins" qui ont leur place dans un recueil de contes et légendes, pas dans un roman... En une trentaine de pages pourquoi pas, mais 150 ! La moitié du livre !
Pourquoi les contes ne peuvent-ils être intégrés dans un roman ? Y-a-t-il une loi en littérature qui réprime ce procédé ? Ou cette réflexion est-elle simplement issue de ton mécontentement face à cette lecture ?

Docguillaume a écrit : J'ai vraiment été déçu que Jakez Helias n'aille pas au bout de la maîtrise de romancier dont il faisait preuve pour retomber dans le conte, non pas que je n'ai pas de respect pour le conte, mais parce qu'il m'a vraiment semblé c'était comme quelque chose à laquelle il se pliait, s'exécutait, comme si on ne le croyait bon qu'à raconter des histoires.
Le passage en italique est, de mon point de vue, en totale contradiction avec le reste de la phrase. Sincèrement, je lis que tu considères le conte comme un genre littéraire mineur, une façon naïve et désuète de raconter une histoire et une régression pour un romancier. Les termes "raconter des histoires" qui sonnent de façon extrêmement péjorative justement.

Docguillaume a écrit : Les contes qu'il présente ici sont tout de même le cliché de ce qu'on devait penser être la Bretagne depuis Paris.
Faut-il comprendre qu'il existe d'autres contes qui présentent la Bretagne sous un meilleur angle ? Ou le conte est-il tout simplement un genre qui prend appuie sur le cliché ?

A moins que ces contes ne soient le reflet d'une époque ? Peut-être qu'on pourrait voir une certaine nostalgie de la part de Pierre Jakez Hélias pour cette époque ? Peut-être que l'auteur a voulu mettre en avant le statut particulier que le conteur pouvait (et peut encore) avoir dans certaines communautés ?

Bref, je n'ai pas décortiqué ton avis pour y trouver une faille. Je respecte ton opinion. Tu auras remarqué que mes questions concernent le jugement que tu portes sur le conte. C'est un genre littéraire que j'apprécie beaucoup, alors il est normal que je souhaite mieux comprendre ton propos à ce sujet.

Cela mis à part, merci pour les photos qui permettent de visualiser davantage les paysages décrits dans le roman. Par contre, j'ai essayé de consulter la vidéo mais le lien ne fonctionne pas.

_________________
Louvaluna

« Écrire consiste à rêver avec une intensité telle que nous parvenions à arracher au monde un morceau. » - Pierre Jourde

« J'aime la lecture en général. Celle où il se trouve quelque chose qui peut façonner l'esprit et fortifier l'âme est celle que j'aime le plus. » - La Rochefoucauld
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  gallo le Lun 10 Mai 2010 - 11:18

Louvaluna, le lien vers le video marche en deux tours: dábord tu as un page vide, puis tu clickes en haut sur la double flèche à coté de la gfenêtre rechre internet (ou essaye le bouton F5) , ça devrait marcher.

Docguillaume, c'est impressionant de voir en video deux auteurs morts et d'ecouter ce qu'ils disent.

Si tu ne peux pas accéder au video, peut-être ce lien marche pour le texte: http://www.ina.fr/fresques/ouest-en-memoire/notice/Region00350/pierre-jakez-helias-et-xavier-grall

Docguillaume a donné des photos de la montagne, j'ajoute quelques photo's du pays où vivait Hélias, pas de son village natal, mais de la côte et de villages voisines.


Baie de La Joie


Monument des naufragés à Kérity



Le calvaire de Tronoan


Le port de Penhors


L'église de Labanan


Four à algues à Porz Poulhan


Ramasseur d'algues (2007)


Rochers sur la plage de Guendez

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Docguillaume le Lun 10 Mai 2010 - 16:09

Merci de ton intérêt à ma critique Louvaluna , je vais tâcher d'éclaircir mon opinion à propos du livre. Qu'il n'y ait pas de malentendu, je ne considère pas idiot le fait de "raconter des histoires", bien au contraire puisque derrière tout roman c'est un auteur qui raconte au lecteur une histoire, même si la forme et le style sont différents du conte


Pourquoi les contes ne peuvent-ils être intégrés dans un roman ?
Y-a-t-il une loi en littérature qui réprime ce procédé ? Ou cette
réflexion est-elle simplement issue de ton mécontentement face à cette
lecture ?

Il n'y a bien sûr pas de loi pour l'écriture d'un roman, et comme je l'ai dit la dureté de ma critique est bien sûr causée par la grande déception que j'ai eu par ce livre qui s'annonçait excellent, une montée prodigieuse qui est brutalement retombée, comme un soufflé que Helias en pâtissier maladroit aurait crevé.


je lis que tu considères le conte comme un genre littéraire mineur, une
façon naïve et désuète de raconter une histoire et une régression pour
un romancier. Les termes "raconter des histoires" qui sonnent de façon
extrêmement péjorative justement.

Je pourrais citer Grall "Jakez l'Ancien ne pouvait valablement aborder
d'autres genres littéraires que le conte, dont la nature même est
passéiste
". Mais je ne suis pas d'accord avec cette affirmation. D'une part Helias m'a semblé exceller - le mot n'est pas assez fort pour exprimer à quel point on est saisi - dans l'art du roman au cours des 150 premières pages. Et d'autre part le conte n'est pas un genre littéraire mineur. Bien au contraire. Les contes de la ville d'Ys, de Brocéliande et bien d'autres qu'on entend, lit, vit en Bretagne, font partie d'une mémoire culturelle d'une extraordinaire richesse.
Helias, et n'importe qui, est libre d'imaginer de nouveaux contes. Je n'affirme pas que les légendes bretonnes bien connues ont plus grande valeur que ces derniers. Mais les contes de La Colline des
solitudes
m'ont semblé être le cliché d'histoires qu'on vendrait comme bretonnes parce qu'il y aurait dessus le nom de l'auteur du Cheval d'orgueil comme il y aurait marqué Bretagne sur un paquet de galettes, et dans lesquelles il me semble difficile pour un Breton de se retrouver.

Peut-être que l'auteur a voulu mettre en
avant le statut particulier que le conteur pouvait (et peut encore)
avoir dans certaines communautés ?


Je ne vois pas ce qu'apporte l'histoire d'Argentine "qui apporte le bonheur quand on regarde
son oeil d'argent", ni celle de Joachim et Philipa, tandis que nous avions un récit de relations humaines d'une telle richesse contrastant avec la pauvreté des échanges physiques, la rudesse du paysage et des habitats.
Je trouve dommage d'avoir réduit le début du roman à une simple introduction.


Docguillaume, c'est impressionant de voir en video deux
auteurs morts et d'ecouter ce qu'ils disent.

Si tu ne peux pas
accéder au video, peut-être ce lien marche pour le texte: http://www.ina.fr/fresques/ouest-en-memoire/notice/Region00350/pierre-jakez-helias-et-xavier-grall

Docguillaume
a donné des photos de la montagne, j'ajoute quelques photo's du pays où
vivait Hélias, pas de son village natal, mais de la côte et de villages
voisines.

Merci gallo pour les photos. Il me semble reconnaître, sauf erreur de ma part, le phare d'Eckmül sur la première photo !

Oui, cet échange entre Grall et Helias est très intéressant, je ne me lasse pas de le revoir, tant le style de Grall, empli de poésie même dans l'invective est sublime. Quand il décrit son attachement "Des racines, non,.... Un chant".

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  gallo le Lun 10 Mai 2010 - 19:51

Docguillaume, oui, c'est le phare d'Eckmühl. Tu dis:
Mais les contes de La Colline des
solitudes
m'ont semblé être le cliché d'histoires qu'on vendrait comme bretonnes parce qu'il y aurait dessus le nom de l'auteur du Cheval d'orgueil

C'est intéressant ce que tu dis, moi, j'ai justement senti les contes dans le roman comme originauax et inventés par l'auteur. Il a bien eu l'intention de representer par ces contes la force narrative du peuple breton. Peut-être que cela explique mon appréciation plus positive de ce fragment du livre: ce n'est ni Luzel, ni Le Braz, ni le Barzaz Breiz, mais c'est du Hélias.
Ces contes gagnaient pour moi par la façon que Hélias les a encadrés dans l'évolution de cette colline des solitudes comme un moteur qui pousse les gens vers une colline de renouveau, donnant aux vieux un nouveau bout d'avenir, aux jeunes un exemple d'une nouvelle cohésion sociale (que Hélias relative en le dessinant avec un caractère un tantinet utopique).

Encore une photo de la côte bretonne(Saint Gwenolé): avec des maisons caractéristiques et des nuages aussi caractéristiques:


_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Docguillaume le Lun 10 Mai 2010 - 21:08

Ne crois-tu pas que le roman aurait été d'une tout autre force sans les contes, s'il avait été taillé d'un bout à l'autre dans le même roc ? Après les précédentes critiques unanimement élogieuses, il est curieux que je sois le seul trouver à longue cette moitié du livre Cette analyse du romancier Helias n'est pas flatteuse : ac-rennes

Hélias a pratiqué les quatre genres canoniques avec un bonheur inégal. C’est dans le roman qu’il a le moins
réussi. La Colline des solitudes (Julliard, 1984) et Le Diable à quatre (De Fallois, 1994) regorgent d’incohérences et l’écriture y est particulièrement boursouflée. La Nuit singulière (ibid.,1990) est une série de contes que relie un fil narratif assez lâche. Vent de soleil (ibid., 1988) offre plus d’intérêt. Il s’agit d’un puzzle narratif qui reconstitue l’existence du personnage principal, que l’on a découvert mort, au début du roman. Les différents chapitres donnent chacun la parole à quelqu’un qui a partagé son existence à un moment différent. Ainsi s’élabore le portrait d’un aventurier en quête d’absolu et aux visages multiples. La conclusion abonde hélas en coups de théâtre qui détruisent la vraisemblance d’un récit donné pourtant comme réaliste.

L’Herbe d’or (Julliard, 1982) est le roman le plus abouti d’Hélias. C’est selon nous son chef-d’oeuvre. Il s’agit d’un bouleversant huis-clos dans la nuit bigoudène, où l’on assiste au naufrage du bateau " L’herbe d’or ", qui a pris le large malgré la tempête. Son capitaine, Pierre Goazcoz, veut en effet se lancer dans une quête métaphysique qui l’entraînera vers la mort. Les autres membres de l’équipage en réchapperont. Pendant ce temps, au port de Logan, la population vit dans l’angoisse. Hélias met en scène avec truculence les anecdotes qui meublent la vie quotidienne : conflits amoureux, rivalités familiales, croyances superstitieuses… La façon dont il mêle avec un art savant de conteur les discours direct, indirect et indirect libre ménage d’heureux effets de polyphonie :

J'ai trouvé ce mémoire de 85 pages : Le merveilleux chez Pierre-Jakez Helias. Il est téléchargeable TELECHARGEMENT Je l'ai seulement parcouru en diagonale mais il est beaucoup question de La Colline des solitudes. A lire certainement.

Peut-être que parmi les autres romans de Jakez Helias se trouve de quoi
calmer ma déception ? En as-tu lu d'autres gallo ? J'avais débuté L'Herbe d'or mais le début
m'avait vite lassé. Peut-être devrais-je m'y replonger.

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Louvaluna le Mar 11 Mai 2010 - 10:02

J'ai pu visionner la vidéo de l'émission "Apostrophes", mais comme il s'agit d'un extrait, on n'y apprend pas vraiment ce que Grall entend par "passéisme". Le mieux serait de lire son pamphlet Le cheval couché. J'ai surtout compris que Grall reprochait à Hélias de tenir un discours politique concernant l'avenir de la Bretagne dans la seconde partie de son livre Le cheval d'orgueil. L'un de ses arguments est que tout best-seller est "une chose politique", alors il est allé voir ce qui se cachait derrière le succès de Pierre Jakez Hélias.

Dans le dernier document que tu as publié Docguillaume, Hélias se fait descendre en tant que romancier. Pour La Colline des solitudes, ça parle d'incohérences et d'écriture boursouflée, mais sans citations à l'appui, dommage, la critique est du coup un peu légère. Par contre, je suis très intéressée par ce qui est dit du roman L'herbe d'or que je n'ai pas lu, et notamment cette courte mais alléchante analyse : "La façon dont il mêle avec un art savant de conteur les discours direct, indirect et indirect libre ménage d’heureux effets de polyphonie."

Docguillaume, je te remercie d'avoir répondu si clairement et je comprends mieux ton point de vue sur La colline des solitudes et plus particulièrement la seconde partie du livre où il est question des contes. Cependant... (parce que je suis têtue comme une bourrique )

Docguillaume a écrit : Il faut lire La colline des solitudes en sautant les pages de contes, la compréhension n'en souffrirait pas trop.
Docguillaume a écrit : Je ne vois pas ce qu'apporte l'histoire d'Argentine "qui apporte le bonheur quand on regarde son oeil d'argent", ni celle de Joachim et Philipa, tandis que nous avions un récit de relations humaines d'une telle richesse contrastant avec la pauvreté des échanges physiques, la rudesse du paysage et des habitats. Je trouve dommage d'avoir réduit le début du roman à une simple introduction.
Contrairement à toi, je conseille au lecteur de lire la seconde partie dans son intégralité, donc tous les contes du livre. Et cela pour deux raisons. Tout d'abord, pour mieux saisir les raisons qui ont poussé la mère du docteur à se comporter comme elle l'a fait, et c'est très important de mon point de vue. Comprendre ce qui peut pousser une personne à choisir l'exil plutôt que d'affronter un "destin" ou un schéma qui la dépasse.
Ensuite, comme chaque conte est une pièce du puzzle, une étape de l'histoire qui imprègne cette partie du monde qu'est la colline, chaque membre de la petite communauté tient un rôle particulier dans cette mise en scène qui se déroule dans la forge, chaque conteur donne à entendre ce qu'il sait et trouve ainsi sa place au sein du groupe (je pense notamment au notaire, au facteur, au maquignon). Il me semble que cette structure a son importance et, de ce point de vue, je me rapproche de l'avis de Gallo je crois.
Enfin, j'ai aussi l'impression que ce roman est un éloge des mots, de la transmission par la parole. Un hommage au rôle des conteurs au sein des communautés peut-être.

_________________
Louvaluna

« Écrire consiste à rêver avec une intensité telle que nous parvenions à arracher au monde un morceau. » - Pierre Jourde

« J'aime la lecture en général. Celle où il se trouve quelque chose qui peut façonner l'esprit et fortifier l'âme est celle que j'aime le plus. » - La Rochefoucauld
avatar
Louvaluna

Nombre de messages : 1131
Location : France (Est)
Date d'inscription : 28/10/2008

http://biblioscopie.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  gallo le Mar 11 Mai 2010 - 12:14

Comme toi, Docguillaume, j'ai lu et abandonné L'herbe d'or. De l'essai-mémoires Le Cheval d'orgueil, j'ai lu par fragments à peu près les trois quarts. Je ne suis donc pas un inconditionnel de Hélias. Mais La colline des sollitudes m'a pris d'un bout à l'autre, avec quelques pages seulement un peu chaotique selon moi. Peut-être que j'y retrouvais des élements universels de mes années de jeunesse, la forge, les fermes, le sens communautaire dans les villages, qui ont décliné par l'arrivée d'abord de la télé, et ensuite de internet.
Un anecdote: j'ai un neveu à peu près de ton âge. Une fois j'étais en visite à l'heure du repas, et ce neveu, alors six ans, était cloué à la télé et il ne voulait pas venir à table, alors je disais: dans notre jeunesse ce problème n'existait pas: la télévision n'existait pas encore, et le jeune neveu était bouleversé, effrayé, par l'idée impensable pour lui, de la non-existence de la Télé.
Mais le passé n'est pas disparu vraiment: le fils (aussi de ton age) d'un de mes amis, gagne sa vie avec des ustensiles pour cheveaux (harnais etc, et aussi la pose des fers: donc aussi un peu maréchal-ferrrand), mais il vend par internet. Le passé se modernise.
Et voilà la différence entre Grall et Hélias: Grall combat pour que ne rien du patrimoine ne se perde et il lamente sur ce qui est perdu. Hélias nous montre une évolution possible, ou passé et modernité se joignent dans le présent. Les deux sont des passionnés bretons. Et j'ai aimé lire les deux.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  zeta le Mar 11 Mai 2010 - 13:25

Merci pour cette conversation si intéressante avec vos différents arguments et vos avis divergents mais toujours pleins de respect et d'harmonie. J'aime bien quand plusieurs voix parlent de cette façon plus poussée des livres et des auteurs (surtout de ceux qui en valent la peine). Je ne connais pas cet auteur breton, mais ce que vous en dites nous éclaire sur les motivations et les goûts, pour la lecture en général.

Et les photos elles donnent envie d'y être !
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Docguillaume le Mar 11 Mai 2010 - 21:02

Les deux sont des passionnés bretons. Et j'ai
aimé lire les deux.


Je suis absolument d'accord avec ta phrase gallo. J'ai également aimé lire Helias et Grall, tout à la fois Le Cheval d'orgueil et Le Cheval couché. Il y a dans la littérature bretonne tant de facettes à explorer, depuis les auteurs assez classiques par leurs style - l'Académicien Le Goffic par exemple - qu'aux "jeunes" passionnés : Grall, Lebesque.

_________________
Venez flâner sur mon blog consacré aux vieux livres : http://edition-originale.eklablog.com
avatar
Docguillaume

Nombre de messages : 287
Location : Caen
Date d'inscription : 12/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre-Jakez HELIAS (Bretagne/France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum