Dave EGGERS (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dave EGGERS (Etats-Unis)

Message  gallo le Sam 1 Nov 2008 - 18:18

De : Sahkti1 (Message d'origine) Envoyé : 06/04/2006 13:54
Dave EGGERS, Suive qui peut
Editions, ISBN 2070769070
Littérature américaine

Après un récit largement autobiographique ("Une oeuvre déchirante d'un génie renversant"), Dave Eggers se lance dans le roman et propose ce "Suive qui peut" bien prometteur. Seulement, échaudé par le succès de son autobiographie qui a modifié considérablement le regard des autres sur lui, Eggers a souhaité une diffusion plus restreinte pour son roman, ce qui explique sans doute que celui-ci n'ait pas envahi les colonnes des revues littéraires. Ce qui ne l'a pas empêché de recevoir une bonne critique. et il y a de quoi!

C'est l'histoire de Will, Jack et Hand. Trois potes qui deviennent riches suite à un héritage de Will qui a le sens du partage. Ils pourraient être heureux. Mais la mort vient brutalement faucher Jack à l'âge de 27 ans. L'argent n'a rien pu faire pour éviter ça, alors les deux survivants qui en ont gros sur la patate décident de faire un tour du monde de la générosité, de claquer tout leur argent en aidant les autres et en distribuant les billets. Voeu pieu. Dans la tête seulement, parce que dans les faits, c'est plus compliqué qu'ils ne le pensaient.
Outre les questions pratiques de billets d'avion, réservations d'hôtel, horaires et tutti quanti, se posent d'épineuses questions sur le choix des démunis, la manière de procéder, combien, à qui et comment. Et puis, très vite, arrive le constat que posséder autant d'argent et pouvoir faire la pluie et le beau temps dans la vie d'un démuni, ça donne une parcelle de pouvoir non-négligeable. et la puissance, c'est dérangeant quand on ne désire que faire dans la générosité.

C'est drôle. Drôle, cruel et tragique. Eggers traque l'absurdité au sein du mécanisme de la charité. Pas comme dans ces enquêtes sur la charity business, mais ici via un portrait touchant de deux hommes complètement paumés depuis la mort de leur ami et dont l'argent leur brûle les doigts. C'est assez caustique cette manière de montrer qu'il ne suffit pas de vouloir faire le bien pour y arriver. Et en même temps, le message est là, l'auteur ne dissuade pas de se lancer dans le mécénat quelconque. Son texte va au-delà, il nous parle de ces souffrances qu'aucune fortune ne parviendra jamais à apaiser. Un roman que j'ai apprécié pour son côté humain et désabusé, teinté d'humour et de beaucoup de tendresse.

Ma note: 4/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dave EGGERS (Etats-Unis)

Message  lalyre le Sam 20 Aoû 2011 - 16:55

Le grand Quoi
Dave Eggers
Gallimard juin 2009
624 pages

Mon résumé
Le roman commence par la fin, lorsque Achak Deng devenu Valentino suite à un baptême est enfin installé à Atlanta et qu’il est victime d’un cambriolage. Mais c’est surtout sa vie que l’on va suivre grâce à Dave Eggers qui écoutera le récit de Valentino pendant de longues semaines. Ce garçon qui a tout perdu, était alors âgé de huit ans lorsque son voyage interminable a commencé, comme d’ailleurs des milliers d’enfant qui ont fui lors de la guerre du Soudan. Mais je reviens à Valentino qui a parcouru tant de kilomètres et fut exposé à mille dangers, un véritable enfer ou il vu des enfants dévorés par des lions, les balles tirées sur tout ce qui bouge, la peur d’être pris pour esclave ou devenir un enfant-soldat du SPLA, la maladie, la soif et la faim. donc longue fuite , des grappes d’enfants espérant atteindre l’Ethiopie, pensant arriver dans un pays de rêve, que va fuir Valentino jusqu’à parvenir au Kenya. Tous ces kilomètres parcourus semblent sortir d’un miracle et pourtant....Valentino l’africain s’en sort , on le retrouve à Atlanta des années plus tard, mais là ,aussi la vie n’est guère facile, le racisme, la violence y ont toujours leur place, mais qui sait ? Peut-être qu’un jour Valentino et ses pareils trouveront leur place aussi ?
Mon avis
De ce récit, l’auteur en a fait un roman, avec son style particulier, il a réussi à y intégrer un peu de fiction...Mais il n’empêche que ce récit est une odyssée cruelle et sanglante, la guerre du Soudan qui se dévoile et le destin de ces enfants perdus., Des moments forts, passionnants, poignants et parfois insoutenables, qui nous font pénétrer dans le vécu de Valentino, des faits cruels et horribles mais un miracle constant qui le sauve, une voix qu’on écoute et qui donne l’impression d’un dialogue avec Valentino.... Des évènements et des personnages survolés tels que le Darfour, Oussama Ben Laden, le SPLA, les attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, le 11 septembre et bien d’autres...Le titre du livre nous renvoie à une histoire mainte fois entendues racontées par son père à Achak-Valentino. Un livre que je recommande vivement car comme dit Valentino dans la préface, il est une forme de combat, pour lui c’est lutter pour renforcer sa foi,son espoir et sa croyance envers l’humanité...5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4061
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dave EGGERS (Etats-Unis)

Message  lalyre le Dim 29 Nov 2015 - 17:29

Zeitoun   
  Dave Eggers     
  Folio 2013        
           416 pages

Quatrième de couverture
Ce livre n’est pas un roman mais une histoire vraie.
Originaire de Syrie, marié à une jeune Américaine convertie à l’islam, Zeitoun a fondé à La Nouvelle-Orléans une entreprise de bâtiment prospère avant que l’ouragan Katrina ne dévaste la ville en 2005.Malgré la fuite de sa famille, il décide de rester sur place. Sur un petit canoë, il explore les quartiers engloutis, vient en aide aux personnes prisonnières chez elles, nourrit les chiens abandonnés… Un jour, la Garde nationale l’arrête, l’accusant d’être un pilleur des rues.

Mon avis
Deux personnages importants dans ce roman, Zetoun et Khaty sa femme, l’une va fuir avec ses enfants devant le danger imminent de l’ouragan Kristina, tandis que Zetoun décide de rester pour surveiller son atelier et leur maison.  Dave Eggers met en avant le courage de Zetoun et l’humanité qui émane de lui lors de ses expéditions dans un petit canot. Bien que ce soit une histoire vécue, j’ai été horrifiée par le cauchemar que va vivre Zetoun, qui  après avoir vaincu les forces de la nature, se retrouve enchainé et livré à des hommes  qui le traitent pire qu’un animal. Et pourquoi ? Quelle raison peuvent-ils invoquer pour traiter un homme de cette façon ? Des personnages inhumains  et violents, faisant partie d’une société qui n’a pas renoncé à martyriser et battre des gens innocents dans un univers carcéral et cela avec un certain plaisir. C’est de la démence lorsque les tortionnaires s’amusent à arroser les prisonniers avec des produits toxiques. Toute fois je trouve que l’auteur d’une admirable façon,  ceci tout d’abord dans le cas de l’ouragan, dénonce la défaillance et l’inefficacité des autorités en sachant que le danger arrive.  Mais aussi  la tragédie de la répression qui s’abat sur les quelques rescapés du séïsme,  sans même savoir ce qui leurs est reproché. Quelle tristesse dans cette histoire hors du commun que je ne connaissais pas et que je suis contente d’avoir lu……4,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4061
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dave EGGERS (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum