Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  clarize le Dim 24 Fév 2013 - 17:27

Le braconnier du lac perdu de Peter May





Fin Macleod est engagé par un riche propriétaire terrien pour pourchasser les braconniers. L'un d’eux, Whistler, un de ses amis d’enfance, vit retirer du monde. Il amène Fin à le poursuivre jusqu’à un lac qui par un phénomène météorologique et géologique a disparu en une nuit pour dévoiler l’épave d’un avion . Et sera le dernier épisode de la série sur Les Hébrides par une très bonne intrique dans cette ile dure et sauvage. Merci Monsieur Peter May.

4,8/5

_________________

Challenge US : 10/50
avatar
clarize

Nombre de messages : 2590
Location : FRANCE
Date d'inscription : 09/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  noemiejardine le Lun 18 Mar 2013 - 19:14

le braconnier du lac perdu

quatrième de couverture:

Depuis qu'il a quitté la police, Fin Macleod vit sur son île natale des
Hébrides, à l'ouest de l'Écosse. Engagé pour pourchasser les braconniers
qui pillent les eaux sauvages des domaines de pêche, il retrouve
Whistler, son ami de jeunesse. Le plus brillant des enfants de Lewis. Le
plus loyal aussi qui, par deux fois, lui a sauvé la vie. Promis au plus
bel avenir, il a pourtant refusé de quitter l'île où il vit aujourd'hui
comme un vagabond ; sauvage, asocial, privé de la garde de sa fille
unique. Et d'entre tous, il est le plus redoutable des braconniers.
Quand Fin se voit contraint de le traquer, Whistler, de nouveau,
l'arrache à la mort et le conduit jusqu'à un lac qui abrite depuis
dix-sept années l'épave d'un avion. L'appareil, que tous croyaient abîmé
en mer, recèle le corps d'un homme, assassiné.
Dans sa quête pour
résoudre l'énigme, Fin opère un retour vers le passé qui le confronte
aux trois femmes qui ont marqué sa vie : Marsaili qui a hanté toute son
existence, Mairead à la voix pure qui a envoûté ses premières années
d'homme, Mona dont l'a séparé pour toujours la mort tragique de leur
fils.
Opus final de la trilogie de Lewis, Le Braconnier du lac perdu
en est aussi le plus apocalyptique. Alors que ressurgissent les démons
enfouis et que les insulaires affrontent une nature dévastatrice,
l'heure des comptes a sonné et les damnés viennent réclamer leur lot de
victimes.

superbe !
on ne s'ennuie pas, et la nature est omniprésente
on a envie d'aller sur ces îles et d'admirer des paysages de commencements du monde....
ne savais pas du tout que des lacs pouvaient disparaître en une nuit...

comme Clarize , lui donne un
4.8/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 593
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'Ile des chasseurs d'oiseaux - Babel noir (poche) - 3,8/5

Message  zeta le Dim 28 Avr 2013 - 13:13

J'ai trouvé très prenante cette histoire. Pour moi elle est à l'extrême limite de la catégorie "roman policier", car l'enquête de l'inspecteur Fin Macleod, n'occupe pas la place principale. Et c'est cela qui est intéressant, ce mélange entre éléments du passé, l'enfance et la jeunesse de Fin et de ses amis, et le présent qui ramène l'inspecteur dans son île. Le tout étant indissociable, bien mené, savamment dosé, nous conduisant pas à pas sur le chemin de la vérité.
Je lirai la suite et le troisième volume de cette trilogie.
Mais deux petits points m'ont quand même dérangée. Premièrement, à mon grand regret, je ne le trouve pas totalement sympathique cet inspecteur. Il était mal parti dans mon opinion, déjà, quand dès les premières pages il laisse en plan sa femme malgré le drame qui vient de les frapper et d'autres épisodes de sa vie me l'ont fait tout autant peu apprécier. Enfin, c'est un point subalterne que je ne mentionne que parce qu'il influence partialement mon avis sur les livres (j'ai besoin d'un héros que j'aime et que j'estime), comme le deuxième point : l'épisode de la chasse aux oiseaux, que j'ai trouvé bien peu sympathique également.
A noter de très belles et très vivantes descriptions de cette île de Lewis qui m'ont poussée à aller voir sur le net des photos d'un lieu qui existe et que j'aimerais bien découvrir en vrai.
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  Awara le Dim 28 Avr 2013 - 18:18

Bien fait pour moi! J'ai voulu répondre à la critique de Zéta en m'appuyant sur celle que j'avais faite de l'Ile des chasseurs d'oiseaux... et elle est passée dans les oubliettes... Comme toi, la chasse de ces malheureux oiseaux m'a mise mal à l'aise.Mais je n'ai pas la même réserve face à l'inspecteur. Il arrive, trop souent, que des couples ne résistent pas à un drame que celui qu'il vient de vivre. De plus, il semblerait que le couple ne vivait pas un amour fou avant le drame.

Bonne leçon: je vais essayer de reprendre mes dernières lectures et réparer mes oublis (quand j'ai encore les livres)!

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3884
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  zeta le Dim 28 Avr 2013 - 18:46

Tu sais ce qui m'arrive parfois Awara : et bien de temps en temps j'ai eu la flemme de faire une critique sur un livre que je venais de lire, et après coup je suis déçue de ne pas l'avoir écrite quand un autre lecteur fait la sienne avec un élément dont j'aurais voulu aussi parler, que sa critique montre un point de vue similaire ou bien complètement différent de mon ressenti. On se dit alors, tiens j'aurais bien aimé qu'on puisse comparer nos avis.
Je suis d'accord avec toi, sur les difficultés de vivre un tel drame en restant soudé. Malgré tout je me dis que lorsqu'on a un enfant, qu'on l'aime, qu'on le voit grandir ensemble, il doit rester quelque chose de ce lien et que par compassion pour cette femme qui venait elle-aussi de perdre son enfant il aurait pu ne pas la laisser seule avec ce chagrin dévastateur (l'événement tragique s'est produit seulement un mois plus tôt, c'est ça qui me choque). A plusieurs reprises j'ai trouvé que Fin avait des réactions de lâcheté d'insensibilité et d'égoïsme. Mais bon, ce n'est pas le héros idéal à mes yeux certes, ce qui n'empêche que j'ai bien apprécié cette lecture. Peut-être changerais-je d'avis avec les autres volumes ? Very Happy
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  noemiejardine le Dim 5 Mai 2013 - 11:21

l'homme de Lewis

cf. Awara
et voici le quatrième de couverture:
En rupture de ban avec son passé, Fin Macleod retourne sur son île
natale de Lewis. La mort tragique de son jeune fils a pulvérisé son
mariage. Impuissant et résigné, il a quitté la police. La lande balayée
par les vents, la fureur de l’océan qui s’abat sur le rivage, les voix
gaéliques des ancêtres qui s’élèvent en un chant tribal : il pense
pouvoir retrouver ici un sens à sa vie. Mais à peine Fin est-il arrivé
qu’on découvre le cadavre d’un jeune homme, miraculeusement préservé par
la tourbière. Les analyses ADN relient le corps à Tormod Macdonald, le
père de l’amour de jeunesse de Fin, faisant de lui le suspect n°1. C’est
une course contre la montre qui s’engage alors : l’inspecteur principal
est attendu sur l’île pour mener l’enquête et il n’épargnera pas le
vieil homme, atteint de démence sénile. Au rythme des fulgurances qui
traversent l’esprit malade de Tormod, le passé resurgit, douloureux,
dramatique, et dévoile le sort que la société écossaise a réservé
pendant des décennies aux homers, ces enfants orphelins ou abandonnés
que l’Eglise catholique envoyait sur les îles Hébrides. Après L’Ile des
chasseurs d’oiseaux, on retrouve ici avec bonheur la figure d’un
enquêteur indécis à la croisée des chemins, tenté de construire son
avenir sur les cendres du passé. L’Ecosse mystérieuse, majestueuse et
sauvage est un écrin de rêve pour ces vies dans la tourmente,
magistralement orchestrées par Peter May.

Comme Awara, ne savais pas qu'il y avait eu tant d'enfants placés, orphelins ou tout simplement très pauvres, le sort de ces "homers" ne laisse vraiment pas indifférent.
cette pratique a duré longtemps, jusque vers les années 60, voire parfois 70 ( me souviens avoir lu il y a longtemps, un ouvrage d'un certain Hoeg, danois je crois, qui racontait aussi la vie de ces enfants placés. si ma mémoire est bonne, le titre anglais était "borderliners"...ça veut tout dire!)
On se rend compte que ce type de placement a eu lieu dans toute l'Europe, il doit bien y avoir une raison à cela....

à part ça, c'est un tout bon Peter May, on a autant envie que Fin de savoir qui donc était le père de Marsili...
et je déduis de cette lecture, que la prerscription n'existe pas en droit angosaxon...elle a tendance à disparaître un peu partout...quelle époque bizarre quand même que celle que nous vivons.

4/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 593
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  dodie le Dim 12 Mai 2013 - 14:21

L'homme de Lewis

Nous retrouvons l'inspecteur Fin MacLeod de " L'île des chasseurs d'oiseaux" au moment où il démissionne de la police, divorce et revient sur son île natale afin de se reconstruire, de retrouver un sens à sa vie. Mais ses talents d'enquêteur vont rapidement être mis à contribution lorsque l'on découvre un cadavre dans les tourbières. Celui-ci semble apparenté à Tormod Macdonald, le père de Marsaili, l'amour de jeunesse de Fin.
Tout comme dans le premier livre consacré à l'île de Lewis, le passé douloureux (cette fois-ci celui de Tormod) refait surface et la reconstitution de la vie de Tormod tient une place prépondérante.
La description de l'île, de son climat inhospitalier, la pluie presque omniprésente, le rugissement du vent sur la lande: tout cela est rendu de façon très réaliste par l'auteur.
J'ai découvert avec horreur à la lecture de ce roman l'existence des "homers":ces enfants pour la plupart orphelins ou rejetés par leur famille que l'église catholique envoyait sur les îles afin d'y être placés tels des esclaves modernes, puisque même leur identité était effacée.

Ce roman m'a tenu en haleine du début à la fin: plus que l'intrigue en elle-même, c'est l'histoire bouleversante de Tormod qui m'a passionnée.
Une très belle lecture 5/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4470
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

L'homme de Lewis - Babel noir poche- 3,8/5

Message  zeta le Lun 13 Mai 2013 - 7:23

Sur l'ile de Lewis, fait rarissime, on a retrouvé le cadavre d'un jeune homme assassiné, soixante plus tôt. Ce cadavre anonyme ne révèle qu'un indice, son ADN est proche de celui du père de Marsaili. Mais le vieil homme atteint d'Alzheimer ne peut rien expliquer et dire qui est cet inconnu enterré dans la tourbe.
Dans ce deuxième opus, l'intrigue policière n'a d'importance que par rapport à ce qu'il permet comme évocation du passé. Un passé aussi douloureux que l'enfance de Fin McLeod dans "l'ile aux chasseurs d'oiseaux".
La recherche de l'identité du jeune homme est prenante. Tormod, le père de Marsaili, évoque, dans ses moments de lucidité, sa jeunesse et révèle au lecteur, au fil des chapitres, des secrets précieusement conservés si enfouis que nul ne les connaissait.
Ce que j'aime surtout chez Peter May c'est la façon très vivante dont il décrit les lieux où se passent l'action. Il n'arrête pas de pleuvoir, de venter, les mers sont très souvent déchaînées, l'horizon bas, la couleur dominante est le gris .... et pourtant on a qu'une envie : aller découvrir ces îles Hébrides, sauvages et rudes, qui, au moindre rayon de soleil, prennent des couleurs resplendissantes.
Pour moi il a y a un peu moins de vérité, de profondeur et d'empathie dans les personnages. Mais c'est assez subtil pour que cela ne gêne pas ma lecture.
De tout temps et en tout lieux les orphelins ont été négligés, maltraités, leur identité niée au point que leur existence était mise en péril. C'est une aberration qui fait mal, absolument impardonnable.
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'éventreur de Pékin

Message  nauticus45 le Jeu 1 Aoû 2013 - 7:12




  • Poche: 448 pages
  • Editeur : Actes Sud (5 janvier 2011)
  • Collection : Babel Noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2742794646
  • ISBN-13: 978-2742794645



 Résumé:

5 ans après leur rencontre, le médecin légiste Margaret Campbell et le chef de division de la police criminelle chinoise Li Yan vivent ensemble et ont un petit garçon Li Jon. Depuis sa naissance Margaret ne fait plus guère d'autopsie mais Li, lui continue ses enquêtes et voit peu sa famille. Survient une série de meurtres inspirés de ceux de Jack l'éventreur, même plus qu'inspirés puisque le meurtrier respecte chaque détail des rapports d'autopsie pratiqués 115 ans auparavant sur les victimes du tueur en série de Londres. Loin de se laisser intimidé, Li est bien décidé a arrêté cet imitateur. Mais très vite des fuites apparaissent dans la presse et sa hiérarchie apprend les faits avant même qu'il en parle à son équipe. Plus inquiétant encore, des messages et des morceaux de victimes lui sont adressés personnellement, à son bureau, puis ailleurs...

Commentaire:

Comme "Meurtres à Pékin" que j'avais découvert il y a quelques mois, ce roman policier m'a captivé du début à la fin! Le suspense est haletant et le rythme intense, à tel point que l'on n'a pas vraiment le temps nous-mêmes de chercher qui peut être l'assassin, on a quelques idées mais elles sont balayées aussitôt par la suite des évènements et on finit par se contenter de dévorer le texte pour connaître la suite! Mais ce qui fait surtout l'originalité de cette série de romans policiers c'est que Peter May y décrit avec précision la vie pékinoise, du bruit aux odeurs on s'y croirait vraiment et c'est très intéressant. Un très bon moment de suspense et de dépaysement!

4/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1529
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  Lacazavent le Lun 5 Aoû 2013 - 10:36

L' Homme de Lewis de Peter May
Rouergue Noir
Babel Noir, Actes Sud  / 368 pages




En rupture de ban avec son passé, Fin Macleod retourne sur son île natale de Lewis. La mort tragique de son jeune fils a pulvérisé son mariage. Impuissant et résigné, il a quitté la police. La lande balayée par les vents, la fureur de l’océan qui s’abat sur le rivage, les voix gaéliques des ancêtres qui s’élèvent en un chant tribal : il pense pouvoir retrouver ici un sens à sa vie. Mais à peine Fin est-il arrivé qu’on découvre le cadavre d’un jeune homme, miraculeusement préservé par la tourbière. Les analyses ADN relient le corps à Tormod Macdonald, le père de l’amour de jeunesse de Fin, faisant de lui le suspect n°1. C’est une course contre la montre qui s’engage alors : l’inspecteur principal est attendu sur l’île pour mener l’enquête et il n’épargnera pas le vieil homme, atteint de démence sénile. Au rythme des fulgurances qui traversent l’esprit malade de Tormod, le passé resurgit, douloureux, dramatique, et dévoile le sort que la société écossaise a réservé pendant des décennies aux homers, ces enfants orphelins ou abandonnés que l’Eglise catholique envoyait sur les îles Hébrides.

Après L’Ile des chasseurs d’oiseaux, on retrouve ici avec bonheur la figure d’un enquêteur indécis à la croisée des chemins, tenté de construire son avenir sur les cendres du passé. L’Ecosse mystérieuse, majestueuse et sauvage est un écrin de rêve pour ces vies dans la tourmente, magistralement orchestrées par Peter May.


L' Homme de Lewis est la suite presque directe de L' Ile des chasseurs d'oiseaux, c'est avec beaucoup de plaisir que j' ai repris le chemin des îles écossaises même si il m' a paru un peu moins réussi.  
Peu de temps ce sont écoulé depuis le dernier opus, Fin Macleod est retourné depuis peu sur son île. Il a quitté la police et reprend ses marques lorsque la découverte d' un homme embaumé dans une tourbière le pousse à enquêter.
L' intrigue est simple, facile à suivre et l' on devine assez vite la suite des événements, l' histoire cependant va plus loin nous replongeant dans le passé et dans l' Histoire de ses îles et des enfants catholiques placés comme main d'oeuvre dans les Hébrides, les « Homers ».    
J' ai beaucoup aimé la manière dont l'auteur donne la parole au vieux Tormod qui souffre de la maladie d' Alzheimer, le procédé littéraire est bien trouvé.
Une bonne lecture de détente.

4/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  nauticus45 le Mar 6 Aoû 2013 - 8:10

J'ai réservé "L'île des chasseurs d'oiseaux" à la médiathèque il y a déjà un moment, je ne l'ai pas encore eu mais je note cette suite car ta critique est vraiment tentante, merci Lacazavent!
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1529
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  noemiejardine le Sam 17 Aoû 2013 - 19:33

Le mort aux quatre tombeaux


  • Broché: 299 pages
  • Editeur : Editions du Rouergue (27 avril 2013)
  • Collection : ROUERGUE LITTER
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2812605170
  • ISBN-13: 978-2812605178

 quatrième de couverture:
Un pari lors d'une soirée trop alcoolisée amène Enzo MacLeod, ancien légiste de la police écossaise établi en France, à entreprendre une enquête autour de la disparition inexpliquée de Jacques Gaillard, conseiller du Premier ministre devenu star de la télévision et dont on n'a plus aucune trace depuis le mois d'août 1996. Cette affaire énigmatique a mis en échec la fine fleur de la police française. Arrogance déplacée ? En quelques jours, à la surprise générale, MacLeod remonte le fil jusqu'à une malle fortuitement découverte dans les catacombes de Paris. Une malle qui contenait, outre un crâne humain, une fort étrange collection d'objets : une coquille Saint-Jacques, un stéthoscope, un pendentif avec une abeille, une médaille de l'ordre de la Libération.
Et si, pour élucider le mystère, il fallait se plonger dans l'histoire de France ? MacLeod comprend que le ou les assassins ont jeté un défi aux enquêteurs en assemblant les pièces d'un inextricable puzzle. Il décide de relever le gant. Sans imaginer que le tueur puisse s'en prendre à lui.

les razerates amateurs de Peter May: une petite merveille qui se déguste en un après-midi
tout y est, des personnages attachants, des coups de coeur, des intrigues, du suspense....et une fin heureuse....
en tous les cas, pour moi, c'est parfait: juste ce qu'il ne faut de tension, sans horreurs artistiquement développées!

4/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 593
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  Lacazavent le Sam 24 Aoû 2013 - 19:58

Le Braconnier du lac perdu de Peter May
Rouergue noir / 320 pages


Depuis qu'il a quitté la police, Fin Macleod vit sur son île natale des Hébrides, à l'ouest de l'Écosse. Engagé pour pourchasser les braconniers qui pillent les eaux sauvages des domaines de pêche, il retrouve Whistler, son ami de jeunesse. Le plus brillant des enfants de Lewis. Le plus loyal aussi qui, par deux fois, lui a sauvé la vie. Promis au plus bel avenir, il a pourtant refusé de quitter l'île où il vit aujourd'hui comme un vagabond ; sauvage, asocial, privé de la garde de sa fille unique. Et d'entre tous, il est le plus redoutable des braconniers. Quand Fin se voit contraint de le traquer, Whistler, de nouveau, l'arrache à la mort et le conduit jusqu'à un lac qui abrite depuis dix-sept années l'épave d'un avion. L'appareil, que tous croyaient abîmé en mer, recèle le corps d'un homme, assassiné.
Dans sa quête pour résoudre l'énigme, Fin opère un retour vers le passé qui le confronte aux trois femmes qui ont marqué sa vie : Marsaili qui a hanté toute son existence, Mairead à la voix pure qui a envoûté ses premières années d'homme, Mona dont l'a séparé pour toujours la mort tragique de leur fils.
Opus final de la trilogie de Lewis, Le Braconnier du lac perdu en est aussi le plus apocalyptique. Alors que ressurgissent les démons enfouis et que les insulaires affrontent une nature dévastatrice, l'heure des comptes a sonné et les damnés viennent réclamer leur lot de victimes.



Troisième et dernier volume à ce jour consacré à l' île de Lewis et au personnages de Fin Macleod. Celui-ci est désormais bien installé dans sa nouvelle vie engagé par le grand domaine voisins, son métier est désormais de traquer les braconniers qui pillent leur eaux poissonneuses du moins jusqu' à ce qu' un curieux phénomène, la disparition d' un lac, révèlent la carcasse d' un avion disparu des années auparavant. À l' intérieur de la cabine se trouve un homme mort, assassiné.

En renouant avec son ancien métier Fin Macleod retourne sur les traces de son passé. Le récit alterne alors souvenir et temps présent avec l'avancée de l' enquête, l' histoire est longue à se mettre en place et trouve difficilement son rythme aucun ennuie cependant tant l'attachement au personnages a grandit au fil des volumes. Dans cette histoire plus encore que dans les précédentes la nature y est omniprésente. Sans toutefois égaler le premier, L' île des chasseurs oiseaux, L' homme de Lewis et Le braconnier du lac perdu en forme une suite logique où le plaisir de lecture demeure au rendez-vous.

4/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  Pistoufle le Lun 30 Sep 2013 - 6:59

L'Ile des chasseurs d'oiseaux





Quatrième de couverture : Marqué par la perte récente de son fils unique, l'inspecteur Fin Macleod, déjà chargé d'élucider un assassinat commis à Edimbourg, est envoyé sur Lewis, son île natale, où il n'est pas retourné depuis dix-huit ans. Un cadavre exécuté selon le même modus operandi que celui d'Edimbourg vient d'y être découvert.
Sur cette île tempétueuse du nord de l'Ecosse, couverte de landes, où l'on se chauffe à la tourbe, pratique encore le sabbat chrétien et parle la langue gaélique, Fin est confronté à son enfance. La victime n'est autre qu'Ange, ennemi tyrannique de sa jeunesse. Marsaili, son premier amour, vit aujourd'hui avec Artair.
Alors que Fin poursuit son enquête, on prépare sur le port l'expédition rituelle qui, chaque année depuis des siècles, conduit une douzaine d'hommes sur An Sgeir, rocher inhospitalier à plusieurs heures de navigation, pour y tuer des oiseaux nicheurs. Lors de son dernier été sur l'île, Fin a participé à ce voyage initiatique, qui s'est dramatiquement terminé. Que s'est-il passé alors entre ces hommes ? quel est le secret qui pèse sur eux et resurgit aujourd'hui ?
Sur fond de traditions ancestrales d'une cruauté absolue, Peter May nous plonge au cœur de l'histoire personnelle de son enquêteur Fin Macleod. Fausses pistes, dialogues à double sens, scènes glaçantes : l'auteur tient le lecteur en haleine jusqu'à la dernière page.


Mon avis : j'ai passé un excellent moment avec ce roman. Un polar comme je les aime, sans trop de sang, une histoire fouillée, des personnages intéressants et étoffés, et une atmosphère....Chapeau M. May, moi qui ne suis jamais allée en Ecosse, j'ai l'impression de connaître ce petit coin grâce à votre roman tellement l'atmosphère y est bien rendue !!! La construction du roman oscille entre déroulement de l'enquête et souvenirs d'enfance de l'inspecteur. On comprend rapidement que la clef de l'enquête réside dans le passé des habitants de l'île. Ce qui m'a un peu rappelé La Femme en vert d'Arnaldur Indridasson. Un peu déçue d'avoir deviné le dénouement de l'histoire je ne lui attribue donc pas un 5/5 mais je conseillerai ce roman à mon entourage ! En plus je viens de découvrir en vous lisant qu'il y a une suite, je suis ravie !

Ma note : 4.25/5
avatar
Pistoufle

Nombre de messages : 353
Age : 33
Location : Val-de-Marne - FRANCE
Date d'inscription : 10/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  nauticus45 le Lun 21 Oct 2013 - 8:25





  • Poche: 424 pages
  • Editeur : Actes Sud (12 novembre 2011)
  • Collection : Babel noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330001339
  • ISBN-13: 978-2330001339

Le résumé a été fait plusieurs fois donc je ne vais pas le refaire. J'attendais ce livre depuis plusieurs mois et je ne regrette pas l'attente car j'ai passé encore une fois un bon moment de lecture avec Peter May. Le personnage principal, Fin Mac Leod, est attachant, il se retrouve ici dans son île natale, face à tous ses anciens voisins et copains de classe et doit faire face à ce passé qu'il a fui avec tant d'énergie. Cet affrontement est d'autant plus difficile qu'il s'aperçoit vite que des pans entiers de son enfance, qu'il avait complètement oubliés, lui reviennent progressivement, et qu'au milieu des émotions troublantes que ce retour vers le passé suscite en lui, il doit tâcher de résoudre un meurtre, celui d'un de ses anciens camarades, une brute que tout le monde détestait, lui compris. Le roman est constitué d'allers et retours entre passé et présent, sur fond d'une Ecosse très bien décrite (on croirait sentir le vent marin nous fouetter le visage et voir les nuages défiler sur la Lande). Cette dernière joue d'ailleurs un rôle essentielle car cette île de Lewis qui n'a que très peu changé permet à fin de revivre d'autant plus intensément le passé et de découvrir ainsi le coupable....

4/5 et une grande envie de découvrir la suite, "L'homme de Lewis" !
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1529
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les disparues de Shangaï

Message  nauticus45 le Sam 28 Déc 2013 - 21:30




  • Broché: 395 pages
  • Editeur : Actes Sud; Édition : Actes Sud (1 juin 2008)
  • Collection : Babel Noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2742775811
  • ISBN-13: 978-2742775811


Résumé:

Lors du lancement du chantier de construction de la première banque sino- américaine à Shanghaï, des morceaux de cadavres de femmes sont brutalement retrouvés, formant plus d'une dizaine de victime. L'adjoint de la sécurité Li Yan est détaché par Pékin sur cette affaire et il demande tout de suite l'aide de sa compagne le médecin légiste Margaret Campbell qui vient de retourner aux USA dont elle originaire pour assister aux obsèques de son frère. Pendant que Li découvre les premiers éléments de l'enquête, Margaret fait face à l'incompréhension de ses proches face à sa décision de rester vivre en Chine avec Li. Ce qu'il ne savent pas ni l'un ni l'autre c'est que cette enquête hors du commun sera décisive pour leur couple et aura des répercussions politiques et judiciaires dans chacun de leur pays d'origine...


Commentaire:

On retrouve ici les descriptions très précises de la vie en Chine, habituelles chez Peter May, mais avec en plus cette fois le côté surdimensionnée de Shanghaï. Et surdimensionné, tout l'est dans cette enquête, que ce soit le nombre de victimes, les rebondissements ou les émotions suscitées par l'enquête et par la vie privée de Li et Margaret. Si on ajoute à cela la manière toujours très habile de l'auteur de nous égarer dans les différentes orientations de l'enquête et les différents suspects, on obtient un très bon roman policier, très difficile à lâcher quand on l'a commencé.

4,5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1529
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  lalyre le Jeu 13 Fév 2014 - 17:04

Le braconnier du lac perdu            
 Peter May    
 Babel noir janvier 2014      
362 pages    
        
Quatrième de couverture
Depuis qu'il a quitté la police, Fin Macleod vit sur son île natale des Hébrides, à l'ouest de l'Ecosse. Engagé pour pourchasser les braconniers qui pillent les eaux sauvages des domaines de pêche, il se trouve confronté à Whistler, son ami de jeunesse qui vit désormais comme un vagabond, privé de la garde de sa fille unique. Alors qu'ils viennent de traverser ensemble une nuit d'orage, ils découvrent l'épave d'un avion abritée depuis dix-sept ans par un lac. L'appareil, qu'on avait cru abîmé en mer, recèle le corps d'un homme assassiné. Opus final de la "Trilogie de Lewis", Le Braconnier du lac perdu en est aussi le plus apocalyptique. Tandis que resurgissent les démons enfouis et que les insulaires affrontent une nature dévastatrice, l'heure des comptes a sonné et les damnés viennent réclamer leur lot de victimes.
Afficher plus
Réduire
 
Mon avis

Dans sa quête pour résoudre l’énigme sur le cadavre découvert dans l’épave du petit avion échoué dans un lac asséché, Fin fait un retour sur son passé. C’est aussi en traquant les braconniers qui sévissent sur l’île que Fin va se retrouver confronté à Whisthler, un ami d’enfance et bien d’autres qui pendant leur jeunesse faisaient partie d’une formation musicale à succès. Je ne dévoile rien de plus sur l’histoire  marquée par des drames, des coups de théâtre, du suspense et cela sur une île battue par l’océan. J'ai moyennement aimé ce roman qui m’a paru ténébreux tant par l’atmosphère que par l’intrigue trainée en longueur, cela sans doute pour permettre un sondage de l'âme des personnages, mais ceci n’est que mon ressenti.   4/5 
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4148
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'homme de Lewis

Message  nauticus45 le Mer 5 Mar 2014 - 14:31




  • Broché: 368 pages
  • Editeur : Actes Sud (2 janvier 2013)
  • Collection : Babel noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330014414
  • ISBN-13: 978-2330014414


Résumé:


Suite au décès de son fils, Fin McLeod démissionne de la police et divorce de sa femme. Se retrouvant seul et sans emploi, il retourne instinctivement sur l'île de Lewis, d'où il est originaire. Il y retrouve son premier amour, Marsailli, et décide de reconstruire la maison de ses parents, à deux pas de l'endroit où vit Marsailli. Au même moment un corps est retrouvé dans les tourbières et une recherche ADN montre que cet homme est un parent du père de Marsailli. Etonnant pour un orphelin et fils unique...

Commentaire:

Un très bon roman policier, comme toujours avec Peter May. On retrouve les îles écossaises avec leurs rafales de vent, de pluie, et cette lumière si particulière. On retrouve aussi fin MacLeod, policier au passé douloureux et à l'avenir incertain mais qui reste toujours fidèle à ses principes et à ses proches. Ce n'est pas ma première lecture sur cette série écossaise de Peter May et j'y retrouve toujours le même plaisir, celui d'une intrigue bien ficelée, de personnages attachants et très entiers et de paysages magnifiques et tellement bien décrits!

4,5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1529
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  Fabienne le Mer 5 Mar 2014 - 15:37

Je le note celui-ci. Merci Nauticus.

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 51
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

PETER MAY - Meutres à Pekin

Message  kattylou le Jeu 6 Mar 2014 - 11:43

Pour fuir sa vie et la mort de son mari Margaret Campbel mèdecin légiste américain accepte de partir 6 semaines en Chine afin de donner des cours à l'université de Pekin. Spécialiste des grands brûlés elle est appelée pour aider à l'autopsie d'un corps retrouvé carbonisé. Deux autres corps sont retrouvés près du corps de chacun un indice commun. Margaret va assister li Yan tout juste promu responsable et tous deux vont essayer de retouver le meutrier

Premier volet d'une autre série de Peter may qui cette fois a pour cadre la chine , ce roman est très prenant l'enquête bien ficelée et pas de temps mort de quoi passer un très bon moment de lecture .
L'auteur nous montre Pekin à travers les yeux d'une américaine et met l'accent sur les différences de culture. Margaret Campbel qui a accepté le poste afin de quitter Chicago ne prend pas la peine de lire le document concernant les US et coutumes chinoises et forcément commet bévue sur bévue ce qui permet au lecteur d'en apprendre plus sur l'état d'esprit chinois, la nourriture et la vie de tous les jours.
Mon personnage faviri est l'oncle de li Yan est un vieux sage qui joue aux echecs que l'on imagine bien adepte de Confucius

ma note 4.5/5
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3310
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  Elfe le Sam 15 Mar 2014 - 9:22

L'île des chasseurs d'oiseaux
Actes Sud Babel noir

[size=18.6667]C[/size]oup de coeur! Voilà un bon polar qui ne m'a pas déçu du tout. Entre une ambiance bien sombre avec un temps pluvieux et venteux (ben oui on est sur une île écossaise), un meurtre bien violent et des personnages entre l'ours mal léché et le pêcheur rustre attaché aux traditions de sa communauté, tout y est pour accrocher le lecteur. Notre histoire débute par le retour de Fin Macleod, policier d'Edimbourg sur l'île de Lewis, son île natale. Un meurtre y a été commis et tout laisse à penser qu'il s'agit du même auteur d'un meurtre commis à Edimbourg quelques temps auparavant. Ce retour sur l'île est pour Fin, déjà affaiblit par la mort récente de son jeune fils, une épreuve de plus puisqu'il y retrouve de vieux camarades, son amour de jeunesse et tous les souvenirs bons ou mauvais qui viennent avec. Au fur et à mesure de l'enquête, on se rend compte que cette communauté qui vit sur l'île est ancrée dans des traditions bien tenaces, dont celle des chasseurs d'oiseaux sur une île hostile à quelques heures de bateau de là. Les habitants sont comme la nature, froids, usés par la pluie et sans espoir d'avenir. C'est le premier roman que je lis de Peter May et ce ne sera pas le dernier. Il sait distiller les informations au compte goutte et fait la part belle aux petits détails qui révèlent beaucoup des personnages et de la situation. Un très bon roman qui se place entre le polar et le thriller mais également qui est un très beau roman sur l'enfance et l'amitié.



5/5 coeur 
avatar
Elfe

Nombre de messages : 1764
Age : 37
Date d'inscription : 07/01/2009

http://elfique2.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  nauticus45 le Lun 17 Mar 2014 - 9:13

Jolie critique Elfe! si tu as aimé celui-ci tu devrais aimé "L'homme de Lewis" qui lui fait suite. Je les ai lus à un mois ou deux d'intervalle et on retrouve le même plaisir dans cette suite, avec en plus une meilleure connaissance de l'île et de ses habitants.
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1529
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  Fabienne le Lun 17 Mar 2014 - 10:36

Je dois lire L'homme de Lewis que j'ai pris à la biblio. Dommage, je ne commence pas dans l'ordre apparemment. J'espère que cela ne gênera pas la compréhension.

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
avatar
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 51
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  nauticus45 le Jeu 27 Mar 2014 - 8:47

Je ne pense pas que ça gênera ta compréhension dans la mesure où Peter May prend toujours le soin de situer à nouveau ses personnages et leurs histoires, les informations sont disséminées discrètement au fil des pages, cela évite d'être perdu. Bonne lecture!
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1529
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le quatrième sacrifice

Message  nauticus45 le Jeu 27 Mar 2014 - 9:02




  • Poche: 441 pages
  • Editeur : Actes Sud (3 janvier 2008)
  • Collection : Babel Noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2742772200
  • ISBN-13: 978-2742772209


Résumé:

Après sa rencontre et son aventure avec la médecin légiste américaine Margaret Campbell, l'inspecteur Li a cédé aux pressions de sa hiérarchie et décidé de renoncer à cette relation pour se consacrer uniquement à son travail. L'exercice est difficile mais trois meurtres par décapitation finissent par le hanter suffisamment pour qu'il se concentre à nouveau sur son travail de policier. Cependant une quatrième victime est décapitée et cette fois il s'agit d'un chinois qui a passé la plus grande partie de sa vie aux USA et était revenu dans son pays d'origine en travaillant pour l'ambassade américaine. Au moment où Margaret, devant le silence obstiné de Li, avait fini par se faire une raison et décidé de retourner aux USA,  l'ambassadeur la convoque et décide de lui confier l'autopsie de son employé. Li et Margaret vont donc se retrouver face à face et mener l'enquête en essayant de dépasser leurs rancoeurs.

Commentaire:

Les personnages de Li et Margaret sont toujours aussi sensibles et charismatiques et Pékin est toujours aussi bien décrite. Dans les romans de Peter May cette ville est un personnage à elle seule, savant mélange de passé et d'avenir, la ville vit au fil des pages et les descriptions nous entraînent dans ses odeurs, ses couleurs et ses recoins les plus secrets. Le seul bémol est le côté un peu prévisible de cette intrigue, c'est la première fois dans un roman de cet auteur que je devine aussi tôt qui est le coupable mais l'écriture, les personnages et les ambiances sont tellement bien décrits que cela n'a même pas vraiment gâché mon plaisir. C'est là point fort de Peter May, il ne se contente pas d'une bonne intrigue pour écrire ses romans, il soigne aussi chaque détail des personnages et des lieux, qui sont à eux seuls aussi importants que l'enquête.


4/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1529
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum