Lydie SALVAYRE (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lydie SALVAYRE (France)

Message  flop-itude le Lun 19 Oct 2009 - 13:22

La Puissance des Mouches de Lydie Salvayre



Lydie Salvayre vient de sortir un livre, BW qui raconte la vie mouvementée de son compagnon. Mais plus que ce livre de rentrée, c'est son parcours personnel et La puissance des mouches qui m'ont fait envie. Fille d'exilés espagnols, elle a fait des études de lettre avant de bifurquer vers la médecine et la psychiatrie, ce virement étant en lien avec la maladie de son père.
La Puissance des Mouches, quand on connait sa biographie est un livre qui parle d'elle. Il y a l'omniprésence des Pensées de Pascal, puis cet homme fils d'émigrés espagnols et sa folie qui sert de trame à cette histoire pleine de hargne et de règlements de compte avec la vie de couple, les relations filiales, la culture.
Sans concession, un gardien de musée se livre entre les murs de la prison au juge, à l'infirmier, à son avocat. Il raconte les visites au musée de Port-royal des Champs avec les touristes incultes ou prétentieux, les visiteurs importants dont on flatte la maigre culture. A la moindre occasion, il se sert des Pensées de Pascal comme d'un étendard et avec tellement d'à propos qu'on s'y plongerait volontier à notre tour. Les relations qu'il entretient avec sa femme entre sadisme et pitié sont décortiquées avec sarcasme. Sa haine qui remonte à son enfance saccagée par un père violent se libère comme un flot continu d'observations à la fois lucides et cruelles, nous entrainant dans les filets de son délire. Un souffle putride qui remonte des profondeurs se dégage de ce livre qu'on dévore cependant inquiet d'y trouver des vérités qui blessent à côté desquelles on passe trop souvent sans vouloir s'y attarder.
Une Pensée de Pascal pour le plaisir : "L'homme connaît qu'il est misérable ; il est donc misérable puisqu'il l'est ; mais il est bien grand, puisqu'il le connaît."
avatar
flop-itude

Nombre de messages : 236
Age : 53
Location : Aveyron France
Date d'inscription : 15/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lydie SALVAYRE (France)

Message  Aurore le Sam 6 Sep 2014 - 12:04

Pas pleurer - Lydie Salvayre

(Seuil, 2014, 288 p., coll. Cadre rouge)


Deux voix s'entremêlent dans ce récit qui propulse le lecteur à l'été 1936, peu avant la guerre d'Espagne. Il y a d'une part Georges Bernanos qui assiste horrifié aux exactions faites à la population par le gouvernement. Il fait partie de la jeune génération qui se révolte et a un regard lourd de reproches face aux tortures infligées par les miliciens. Tout cela étant cautionné par l'Église ce qui lui semble d'autant plus outrageant.

Il y a quelque chose, disait-il, de mille fois pire que la férocité des brutes, c'est la férocité des lâches. (p. 212)

D'autre part il y a Montse, la grand-mère de la narratrice qui elle n'a gardé que les jours heureux liés à l'insurrection libertaire. Dans son mélange de français et d'espagnol (le fragnol), elle raconte son histoire mais aussi ses amours et ses idéaux. C'est une touchante petite dame qui se dessine à nous, toute en gouaille et férocité.

Ne persiste en sa mémoire que cet été 36, où la vie où l'amour la prirent à bras-le-corps, cet été où elle eut l'impression d'exister pleinement et en accord avec le monde [...] (p. 278)

Il y a quelque chose de prenant dans ce contraste d'opinions, dans la révolte de Bernanos qui s'étalera dans son livre Les grands cimetières sous la lune, et dans l'histoire d'amour tempétueuse de Montse. Le lecteur s'accroche à cette "mauvaise pauvre" qui a gardé tout un parler catalan et s'exprime avec émotion sur une jeunesse quelque peu raccourcie. Plus qu'un épisode historique, Lydie Salvayre nous déploie une narration superbement imbriquée, tantôt légère et tantôt bien plus péremptoire et près des faits.

Ce roman est sur la première liste du Goncourt (et je le comprends aisément). L'auteur sera en débat dans notre belle bibliothèque du XVIIIème arrondissement. N'hésitez pas à venir écouter la discussion qui, j'en suis sûre, sera passionnante !
En attendant je vous invite à écouter l'émission "Les bonnes feuilles" (sur France Culture) où elle était passée en août pour lire les premières pages et raconter cette touchante expérience teintée d'autobiographie.
4/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lydie SALVAYRE (France)

Message  géromino le Jeu 27 Nov 2014 - 15:18

"Pas pleurer"  Seuil 2014  280 pages   (Goncourt 2014)




A 90 ans, si elle ne se rappelle plus les faits récents, Montse se souvient encore de sa jeunesse. Elle a quinze quand se déclenche la guerre civile en Espagne, en ce mois de juillet 1936. Devant sa fille, elle évoque ces instants qui ont enflammé le pays et lui ont procuré les plus merveilleuses émotions de sa vie, en lui faisant découvrir la grande ville de Saragosse(?) alors aux mains des libertaires. De retour dans son village, enceinte, elle est contrainte de se marier avec Diego, le chef de la milice Républicaine et adversaire (parce que tendance anarchiste) de Josep, le frère de Montse. 
Parallèlement, aux Baléares, Georges Bernanos est témoin des atrocités qu'exercent les milices phalangistes, avec la bénédiction de l'Eglise, sur la population. Fervent catholique (et donc anti-républicain), il est choqué par ces ignominies et ne peut s'empêcher de dénoncer les crimes que le clergé approuve par des actions de grâce. Il écrit un livre "Les grands cimetières sous la lune" qui lui vaut d'avoir sa tête mise à prix par Franco. Il se réfugiera en France. 

Dans le récit des souvenirs de sa mère, Lydie Salvayre intercale le témoignage lucide et courageux d'un grand écrivain. On lit ces textes qui se chevauchent avec rage et émotion, avec flamme et effarement. L'abondance des mots ou des phrases en espagnol n'est pas dérangeant: on comprend la plupart du temps le sens général. Quant au langage mi-français mi-espagnol qu'utilise Montse, il apporte une petite touche amusante et originale. Dans l'ensemble, la plume de l'auteure n'est pas désagréable (si ce n'est l'usage de mots grossiers ou orduriers employés un peu trop souvent à mon goût; bien pour illustrer le côté populaire, mais c'est quand même assez chargé), et rappelle le style de certains écrivains latino-américains. 

Une chose m'a cependant gêné: Lydie Salvayre dresse un tableau plutôt manichéen qui ne reflète pas l'exacte vérité ou tout au moins déforme la représentation qu'on pourrait s'imaginer sur cette abomination qu'a été la guerre civile. En effet, le ton général du livre est sérieusement orienté (forcément, puisqu'il s'agit de la vision qu'en a la mère de l'auteure), avec des brutes franquistes, fascistes, réactionnaires qui répriment dans des bains de sang l'humaniste révolution républicaine, aux idéaux socialistes et égalitaires. Elle enfonce le clou en y allant de sa "Petite leçon d'épuration Nationale" qui liste en trois ou quatre pages les méthodes scandaleuses que doivent utiliser les partisans franquistes, préconisées pour "délivrer la Nation des éléments nuisibles". Si les moyens répressifs des Franquistes sont d'une grande brutalité que personne n'osera nier, en revanche Lydie Salvayre passe sous silence les non moins condamnables et atroces exactions perpétrées dans le même temps par les Républicains auprès de la communauté religieuse (églises brûlées, prêtres, bonnes soeurs et gens d'églises assassinés sauvagement -on parle de 7000), sans compter les exécutions sommaires, tortures, etc... infligées aux prisonniers de l'autre camp (notamment à Madrid). Bien entendu, ces crimes ne furent pas condamnés par le gouvernement républicain. En matière d'abomination, les Républicains n'avaient rien à envier aux Nationaux.
Voilà donc ce que je tenais à ajouter, car si le livre rend compte très réalistement du climat qui régnait alors dans les campagnes espagnoles (la difficulté de choisir un camp, l'importance de la religion fortement ancrée dans les moeurs, etc...) il est assez partial et sous-entend que seuls les partisans de Franco étaient des brutes et des assassins. Même s'il s'agit d'un roman, je pense qu'il ne gagne pas à trop s'écarter du contexte historique. 

Note: 3,5/5

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2870
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lydie SALVAYRE (France)

Message  lalyre le Mar 6 Jan 2015 - 17:23

Pas pleurer       
Que voici une belle et originale écriture, un beau roman ou je n’ai eu aucun mal à m’immerger dans l’histoire qui offre un éclairage complexe de la guerre civile espagnole mettant en scène un petit village perché sur les hauteurs de la Catalogne. Comme dit la quatrième de couverture : Deux voix s’entrelacent, sont mises en parallèle, comme un écho, celle de Bernanos ayant écrit « Les grands cimetières sous la lune » et l’histoire de Montsé, qui bien des décennies plus tard, raconte cette époque à sa fille, la narratrice. Montsé remonte ainsi le fil d’une vie familiale, traversée par diverses tragédies. L’auteure s’abandonne aussi au langage de sa mère dans un mélange de français et d’espagnol ( un petit bémol à ce propos, j’aurais aimé que les expressions espagnoles soient traduites). De la même façon, Lydie Salveyre se laisse envoûter par la prose de Bernanos, cependant entre ces deux personnages que tout semble opposer , elle crée une certaine solidarité et cela avec beaucoup de sensibilité. Un très beau livre qui sera encore un gros coup de cœur…5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4246
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lydie SALVAYRE (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum