Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Philcabzi le Lun 12 Oct 2009 - 12:10

À vos critiques!

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  belledenuit le Lun 12 Oct 2009 - 12:23

Je n'ai pas eu le temps de le relire pour faire un avis plus récent mais ce que j'avais mis à l'époque (je l'ai lu au mois de mars de cette année) me rappelle exactement ce que j'avais ressenti après l'avoir terminé :

Mon avis :
Je suis entrée, avec cet ouvrage, dans ma première enquête diligentée par Napoléon Bonaparte (appelé plus simplement par l’auteur par le nom de Bony).
Oui, je sais, ce nom ne vous est pas inconnu et pour cause : l’auteur, après avoir découvert la biographie de cet illustre personnage, avait décidé de nommer son inspecteur de la sorte.
N’ayant jamais lu de livre sur le « vrai » Napoléon Bonaparte, je ne peux pas faire de similitude sur le caractère de l’un et de l’autre mais seulement vous indiquer que celui d’Arthur Upfield est tout simplement incroyable.
Dans cet opus, Bony se fait passer pour un dresseur de chevaux dans une exploitation où quinze mois plus tôt un évènement tragique s’est produit.
En effet, l’un des salariés, Ray Gillen, n’est jamais revenu de sa baignade nocturne dans le lac Otway.
Va alors s’en suivre une enquête discrète et non moins efficace de ce cher inspecteur Bony dans une région des plus arides de l’Australie.
Il y a, par ailleurs, huit personnes composant l’entourage de Bony : Martyr, le sous-directeur de l’exploitation, deux femmes (Joan Fowler et sa mère), et deux « clans » composés pour l’un de Lester, Carney et Maclennon (les plus anciens salariés sur ce site) et les plus « jeunes » Witlow et Helstrom.
Sur fond de policier, Arthur Upfield met le doigt sur les difficultés d’existence des hommes dans une contrée aussi reculée mais également de celles de la nature.
On assiste ici à la mort du lac Otway qui, on l’apprendra, se produit par cycle de 18-20 ans après une existence de trois ans maximum.
On voyage avec Bony à travers cet espace sauvage, on enquête et on ne s’ennuie pas un seul instant. J’ai d’ailleurs lu cet ouvrage en une seule journée. C’est dire comme il est prenant et extrêmement intéressant.
Arthur Upfield sait, avec un style simple mais très beau, nous faire partager son amour du pays des kangourous (et des lapins !) avec des descriptions du paysage qui nous donne l’impression de regarder une photographie, mais aussi de ressentir la chaleur, la difficulté de rester sous un soleil de plomb nous donnant soif.
Alors si par hasard vous comptez vous plonger dans cet ouvrage lors de la période estivale – même si nous ne sommes pas en Australie – n’oubliez surtout pas de vous munir de votre chapeau, de vos lunettes de soleil et d’un bon cocktail bien frais. Ca pourrait vous être utile !

Ma note : 4,5/5
avatar
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 41
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Fifietseslectures le Lun 12 Oct 2009 - 12:57

la mort d'un lac, Arthur Upfield

l'inspecteur Bonaparte mène l'enquête sur les rives du lac Otway, sur la disparition de Ray Gillen survenue environ 2 ans auparavant. Au moment de sa disparition, Ray Gillen était en possession d'une forte somme d'argent, qui n'a pas refait surface, pas plus que le corps du pauvre Gillen.
A cause de la forte sècheresse qui s'étend sur tout le pays le lac est en train de mourir et tout le monde s'attend à voir réapparaitre le corps de Gillen et enfin savoir si sa mort était accidentelle ou bien si il a été victime d'un meurtre.
L'inspecteur Bonaparte se rend sur les lieux et se fait passer pour un dresseur de chevaux afin de mener l'enquête incognito. Il apprend très vite que tous les travailleurs présents sur l'exploitation lors de la disparition de Gillen sont toujours présents et font tous de très bons suspects. Au fil des pages et de l'assèchement du lac, la tension monte entre les différents protagonistes et le suspense est maintenu jusqu'à la fin du roman où on apprend la vérité.

Ce roman est un policier construit de façon très classique, un inspecteur, plein de suspects plus antipathiques les uns que les autres et le dénouement à la toute fin de l'histoire. L'originalité de ce livre tient au fait que l'histoire se déroule en Australie dans les années 20. On a la description d'une vie dure, de lutte contre la nature et on sent l'intense chaleur qui règne autour du lac.
J'ai également beaucoup aimé la façon dont l'auteur fait monter la tension au fil des pages.
Ce livre était ma première histoire de l'inspecteur Bonaparte, et même si je ne suis pas sure de lire les autres, car ce n'est pas le style de roman que j'affectionne le plus, j'ai trouvé cette lecture plaisante.

ma note 4/5
avatar
Fifietseslectures

Nombre de messages : 261
Age : 39
Location : Hauts de Seine, France
Date d'inscription : 11/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Liza_lou le Lun 12 Oct 2009 - 13:28

La mort d’un lac
(10/18, 280 pages)


Au fin fond de l’Australie, dans ces étendues immenses et désolées, des hommes et des femmes vivent dans des fermes isolées, assaillis par une chaleur inhumaine et des espaces arides. C’est dans une telle propriété que l’inspecteur Napoléon Bonaparte, d’origine aborigène, est envoyé, officiellement comme dresseur de chevaux, officieusement pour tenter de découvrir ce qui a bien pu arriver à un des fermiers, disparu en allant nager dans le lac Otway. Et tandis que la chaleur monte toujours un peu plus chaque jour, que le lac sous la chaleur s’assèche inexorablement, la tension, elle, monte entre les habitants, qui, tous, n’attendent qu’une seule chose : que le corps du disparu surgisse enfin.

Ecrit dans les années 50, La mort d’un lac est le deuxième opus d’Arthur Upfield avec, comme personnage principal, l’inspecteur Napoléon Bonaparte dit Bony. En lisant ce roman, nous sommes propulsés dans une Australie rude, où la chaleur et le manque d’eau frappent les hommes et les bêtes. La vie dans le bush australien, dans ces immenses fermes perdues au milieu de nulle part est difficile voire impossible. Pourtant chacun tente de survivre comme il peut même si la mort du lac Otway plane sur tous comme une menace latente… En cela, La mort d’un lac est exemplaire de par ses descriptions dures et implacables de la survie de chacun et devrait donc plaire à tous ceux qui souhaiteraient découvrir ce pays encore sauvage qu’est l’Australie.

Quant à l’enquête… Et bien, malheureusement celle-ci m’a paru bien lente au départ et guère fouillée dans son contenu. Le dénouement est presque sans surprise ; et tout au long du roman on se demande vraiment quand le rythme va enfin s’accélérer… Quel dommage donc que l’enquête policière soit un peu bâclée car l’ambiance, elle, y est vraiment!

Ma note : 3.5/5

_________________
Lecture en cours :
Le Pavillon d'or de Mishima (Thème)
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  clarize le Lun 12 Oct 2009 - 13:55

j'aimé La mort d'un lac , c'est un hymne à l'Australie, sur la beauté de ses paysages, ainsi que les particularités climatique de ce pays comme l'explique bien l'auteur dans le livre s'en servant pour créer l'intrigue, l'ambiance et le comportement de ses personnages.
J'ai lu d'autre livre de UPFIELD ou il parle plus des Arborigénes de leurs coutumes et légendes.
Mais intrique était trés interressante, en vase clos avec une bonne étude sur le comportement des gens par rapport une situtation particulière et face à la cupidité et la jalousie.

4/5

PS : Pour repondre à Belledenuit pourquoi Bony, l'inspecteur Napoléon Bonaparte, s'appelle ainsi. Voici la copie d'un extrait de la biographie d'Arthur UPFIELD qui va l'éclairer sur ce nom.


L'inspecteur Napoléon Bonaparte
Personnage récurrent des romans d'Upfield entre la fin des années 1920 jusqu'aux années 1960, plus connu sous le surnom de "Bony".
Bony est un métis, de mère aborigène et de père européen inconnu. Sa mère est assassinée alors qu'il a à peine quelques mois[12]. Recueilli auprès du cadavre de celle-ci, il est placé dans l'orphelinat d'une mission chrétienne où il est baptisé du nom de Napoléon Bonaparte lorsqu'on le retrouve en train de mâcher une biographie de l'empereur. Il possède un master en criminologie de l'université de Brisbane. Son âge n'est pas explicitement mentionné, mais il semble avoir la cinquantaine; sa femme, Mary, est également métissée et ses trois fils sont adultes. Bien qu'il soit rattaché à la police du Queensland, ses enquêtes le mènent sur l'ensemble du territoire australien. Bony utilise un mélange d'intuition aborigène et de logique occidentale pour résoudre ses enquêtes. Reconnaissant que les aborigènes lui sont nettement supérieurs dans le bush, il fait régulièrement appel à eux pour l'assister.


Dernière édition par clarize8 le Lun 12 Oct 2009 - 15:57, édité 1 fois

_________________

Challenge US : 10/50
avatar
clarize

Nombre de messages : 2590
Location : FRANCE
Date d'inscription : 09/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  cecile le Lun 12 Oct 2009 - 14:59

LA MORT D'UN LAC - ARTHUR UPFIELD
Ce que j'ai trouvé le plus intéressant dans la lecture de ce livre, c'est que l'action se déroule en Australie, un pays dont je ne connaissais pas grand chose, il faut bien l'avouer. Original également, le fait que l'inspecteur Bonaparte se fasse passer pour un Aborigène, afin de mener son enquête incognito. Par contre je n'ai pas apprécié le massacre des lapins et des kangourous, petit aperçu :

"Les pièges regorgeaient d'animaux. Dans l'un des angles, il se dressaient sur leurs pattes de derrière, mordillant le fil de fer pour tenter de sortir, et comme des poussinss, ils s'agglutinaient dans un coin et suffoquaient". "Il tua un kangourou qui s'était aventuré à deux mètres de lui et ensuite, il en tua beaucoup d'autres, se consolant un peu en se disant que le massacre fournirait à Barby des peaux pour son commerce".

Autre petit bémol, depuis le début du récit on sait avec une quasi certitude où doit se trouver le corps de Ray Gillen. Il y a quand même aussi de fortes présomptions sur l'identité de l'une ou éventuellement des deux personnes qui auraient pû commettre le meurtre. Ces petits détails mis à part, j'ai malgré tout apprécié ce polar, grâce au dépaysement qu'il procure et à la présence du sympathique et efficace Napoléon Bonaparte.

Note : 3,75/5
avatar
cecile

Nombre de messages : 2360
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  opalecat le Lun 12 Oct 2009 - 15:19

Mon Avis: j'ai bien capté l'atmosphère très lourde qu'il doit régner sur l'exploitation (lourde de part la chaleur? lourde quant aux soupçons des uns envers les autres?) et le lecteur attend, comme eux, avec impatience l'évaporation complète du lac car on se doute que cela va faire avancer les choses...
Manigances et suspense sont au rendez-vous pour mon plus grand plaisir. J'ai eu un peu de mal à "différencier" les trois hommes de l'exploitation (Lester, MacLennon et Carney) car leur caractère/personnalité sont peu développés selon moi: mais finalement ne sont-ils pas semblables?: attirés par l'argent et les femmes...
J'ai remarqué que le livre fait souvent référence aux femmes avec peu de considération: je n'ai pas su identifier si cela était une sorte d'ironie de la part de l'auteur; si cela faisait référence à l'image que la population avait de la femme à l'époque et au lieu où ce situe l'action du livre ou si cela était uniquement "adressé" aux deux femmes de l'histoire qui sont vraiment particulières (vénales, menteuses, jalouses, prêtes à tout pour arriver à leur fin...).
P40:"Mais les femmes! la seule chose à laquelle elles pensent, c'est à c'qu'elles vont pouvoir vous soutirer. Ecoute! Y a qu'les Noirs qui savent faire rester leurs femmes à leur place. Est-ce qu'ils les laissent plaisanter avec eux? ça, y a pas d'danger. Ils leur flanquent une bonne raclée tous les dimanches matin sans exception, et y a jamais de discussion ou d'histoire pendant la fichue semaine."
p54: "Comme les hommes, elles achetaient leurs vêtements par correspondance, mais il était légèrement étrange que leur naturel féminin ait résisté si longtemps à l'attrait des magasins"...
J'ai trouvé les descriptions du bush australien intéressantes et elles ont contribué au plaisir que j'ai eu lors de cette lecture.

Ma note: 4/5

avatar
opalecat

Nombre de messages : 345
Age : 37
Location : Drôme/France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Cyrielle le Lun 12 Oct 2009 - 15:53

Ma note 3/5

Je n'ai pas été super emballé par ce livre, j'aime aimé le personnage de l'inspecteur Bonaparte, le fait qu'il est infiltré dans l'exploitation sans que personne ne sache qu'il mène une enquête. En revanche, l'attente, la chaleur et le nombre de personnage m'ont un peu gêné, c'était assez mou parfois, j'ai même failli arrêté une fois mais je me suis accrochée et j'ai fini par être prise par l'enquête.
On apprend pas mal de chose sur l'Australie et j'étais assez impressionnée par l'idée qu'un lac pouvait disparaître et revenir des années après.

Je lirai un autre livre de cet auteur.
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7331
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  petitemartine le Lun 12 Oct 2009 - 16:21

Arthur Upfield est reconnu comme le père du polar ethnologique.
Hillerman écrira à son sujet : " c'est lui qui m'a montré comment
l'ethnologie et la géographie peuvent être utilisées dans une intrigue
et comment ses disciplines peuvent enrichir le roman policier".

C'est tout à fait ce que l'on retrouve dans les enquêtes de l'inspecteur Bonaparte dit " Bony".

J'avoue que l'histoire en elle-même reste très classique, il n'y a pas
de suspens insoutenable ni d'histoire tirée par les cheveux. Le livre a
été écrit dans les années 50.

On est dans les années 20, une petite exploitation dans la fournaise du
bush australien proche d'un lac en train de s'évaporer...et loin de
toute civilisation.
L'un des ouvriers Ray Gillen a disparu, son argent aussi... S'est-il
noyé ? A-t-il été tué ? Par qui ? Pourquoi ? Deux femmes aguicheuses
dans l'exploitation, ont-elles un rôle dans tout cela ?
Des questions auxquelles devra répondre l'inspecteur Bony qui vient
incognito mener l'enquête en se faisant passer pour un dresseur de
chevaux.
J'avoue que j'avais parfois un peu de mal à m'y retrouver parmi les différents personnages masculins. ( Là je rejoins tout à fait l'opinion d'Opalecat )
J'ai été plus intéressée par le côté ethnologique que par l'intrigue en elle-même.
L'ambiance du bush australien est très bien
rendue. L'écriture est très visuelle, on s'y croirait ! On voit le lac
s'assécher, on ressent les températures de plus de 45°C, les oiseaux se
regrouper, les lapins détaler dans tous les sens, les kangourous
arriver au crépuscule.
On sue avec ces hommes accablés par la chaleur !
Bref c'est surtout l'atmosphère et cette description de la vie dans le bush que j'ai beaucoup aimées et qui fait que je ne regrette pas ma lecture.
Je ne me suis pas ennuyée mais j'ai juste trouvée l'intrigue policière
trop "plate", pas très fouillée. ( Là, je rejoins tout à fait l'opinion de Liza-Lou )

J'ai découvert Arthur Upfield grâce à cette lecture commune. Je pense renouveler l'expérience mais avec des livres où il y a plus de descriptions des us et coutumes des aborigènes : Là j'attends tes recommandations Clarize

Note : 3,5 /5
avatar
petitemartine

Nombre de messages : 2412
Age : 46
Location : Morbihan /France
Date d'inscription : 04/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  lalyre le Lun 12 Oct 2009 - 17:04

La mort du lac
Arthur Upfield
10/18
282 P.
Australie,le lac Otway semble s'assècher de jour en jour ,la cause en est la grande sècheresse qui sévit sur la règion .Une exploitation ,grande ferme ou travaillent de nombreux hommes ,deux femmes ,mère et fille ensorcelantes sont souvent la cause de rivalités .Que trouvera t-on dans le lac ? Car un homme a disparu et l'inspecteur Napolèon Bonaparte est envoyé à la ferme et se fait engager à titre d'éleveur de chevaux pour enquêter sur la mystèrieuse disparition qui provoque une tension omniprésente parmi les travailleurs se méfiant les uns des autres car forcément l'homme a été tué par l'un d'eux .Et voila notre inspecteur ,qui officiellement dresseur de chevaux, va devoir trouver le coupable ....Ce qui ne sera pas facile car les hommes et pourquoi pas les deux femmes sont terriblement appâtés par l'argent que le disparu possèdait mais Bonaparte a plus d'un tour dans son sac et l'on devine qu'il trouvera le coupable.....

J'ai aimé le roman qui laisse en suspens le nom du coupable jusqu'à la fin ,tout en le trouvant trop simple pour un roman policier ,ce qui m'a un déçue.Ce que j'ai surtout aimé ce sont les descriptions très belles de l'Australie.4/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4218
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Nathalire le Lun 12 Oct 2009 - 17:55

La mort d'un lac

Ptit résumé:
Dans une région isolée d'Australie, un groupe d'hommes et deux femmes vivent autour d'un lac temporaire, destiné à l'assèchement tous les trois ans. Une mort étrange advient dans cette ambiance et le capitaine Bonaparte se fait passer pour un éleveur de chevaux afin d'enquêter discrètement sur cette mort. De fil en aiguille la vérité se fait jour et les coupables sont chopés...

Avis:

C'est chouette de lire tous vos avis si divergeants... Je suis assez d'accord avec plusieures d'entre vous (Cecile, Cyrielle, Liza_Lou, Petitemartine... et bien d'autres sûrement) J'ai eu beaucoup de peine à terminer ce (pourtant très petit) livre et selon moi l'intrigue est inexistante. Dès le début on sait où est le corps, oui, mais on sait aussi que le coupable est une des personnes vivant là (6 ou 7 c'est maigre). On sait assez vite qui n'est pas coupable et au finale, pour moi en tous cas, il n'y avait aucun suspens snif, car j'adore le suspens qui me fait me ronger les ongles dans un polar!
C'est pourtant vrai que le cadre de l'enquête est très éloigné de ce dont on a l'habitude et cela sauve un peu ce roman.

Note: 3/5

Je ne crois pas avoir été assez motivée pour lire un autre de ses romans, mais j'ai trouvé sympa de découvrir Arthur Uppfield
avatar
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 37
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  rose le Lun 12 Oct 2009 - 19:22

Je dois avouer très sincèrement que ce livre m’a paru aussi ennuyeux que long jusqu’à l’incendie des bâtiments de l'exploitation, huis-clos central de l’intrigue. Le final me rappelle, celui d’Hercule Poirot dans les livres d’Agatha Christie, tout se dénoue sous nos yeux…avons-nous été des lecteurs si inattentifs pour ne pas démêler nous aussi les fils de cette intrigue australienne ?

Je me suis souvent, en début de lecture du moins, sentie aussi assommée par le texte que les personnages par la chaleur étouffante, dévorante de l’Australie. Ils guettaient la mort du lac autant que je guettais le tournant de l’histoire…

Je ne regrette ni cette découverte et étonnante expérience mais le livre ne m’a cependant pas totalement fasciné.

Note 4/5
avatar
rose

Nombre de messages : 639
Age : 43
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  doriane99 le Lun 12 Oct 2009 - 19:40

Rose, quand on lit ton impression, 4/5 est une excellente note !!!! Shocked Je serai plus sévère avec un 2,5/5

Comme dans le premier livre que j'ai lu de cet auteur, la description des paysages époustouflante, comme vous j'ai vécu cette canicule au fil des pages mais l'enquête en elle-même traîne en longueur et j'ai trouvé cette lecture bien laborieuse...

NB : j'ai fait voyager ce livre, si vous êtes intéressés, l'inscription, c'est ICI
avatar
doriane99

Nombre de messages : 643
Age : 48
Location : Savigny Sur Orge (France)
Date d'inscription : 25/10/2008

http://lepotinoirdedoriane.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  nauticus45 le Lun 12 Oct 2009 - 20:18

D'abord un grand merci à Doriane99 qui a proposé de faire voyager son exemplaire auprès de ceux qui n'avaient pas pu l'avoir en bibliothèque, grâce à elle j'ai pu le lire, et en plus à temps pour joindre mon avis aux vôtres!

Pour le résumé tout a été dit, quant à mon ressenti, il a été très bon. Certes "La mort d'un lac" n'est pas un polar qui vous prend aux tripes pour ne pas vous lâcher et il n'y a pas de grand coup de théâtre à la fin. Ici le meurtre a eu lieu bien avant l'arrivée du policier, le nombre des coupables possibles est restreint et on se doute que chacun a sa part de responsabilité de toutes façons. La construction est donc très classique, mais ce qui l'est beaucoup moins c'est le cadre et le rôle qu'il joue. En effet les principaux personnages évoluent en plein milieu du bush australien, sous un soleil de plomb, les conditions sont extrêmes et chaque jour qui passe est une question de survie pour les tous les animaux, y compris les hommes. Cette atmosphère est très lourde et pourtant Arthur Upfield, par son style et la construction très classique de ce roman, nous fait traverser tout ça avec une certaine légèreté. Cela peut paraître anodin, mais grâce à cette légèreté assez paradoxale compte tenu des conditions on apprend, avec l'inspecteur Bonaparte, à connaître les différents personnages et à dépasser leur apparente rusticité, au fur et à mesure on découvre des hommes et des femmes simples, qui cherchent juste à s'en sortir et qui sont malheureusement parfois prêts à tout pour ça. Entre résignation à des plaisirs simples et vénalité honteuse, chacun des personnages essayent de tirer son épingle du jeu, et la manière dont l'auteur nous fait suivre tout ça m'a vraiment beaucoup plu.

4/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1550
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  cookie610 le Mar 13 Oct 2009 - 8:40

Je vais sauter la partie résumé dans la mesure où il a déjà été fait maintes fois ci-dessus...

Ma note : 3.5/5

Mon avis : C'est la toute première enquête de l'inspecteur Bony que je lis. Le personnage est assez symphatique, il se sert de ces origines pour s'infiltrer en tant que dresseur de chevaux dans l'exploitation mais enquête en douce. J'ai trouvé que l'idée du livre était assez originale.

On est au coeur du Bush australien dans les années 20 et l'auteur décrit très bien le contexte géographique du livre. Malgré tout, j'ai trouvé le livre assez oppréssant entre la chaleur étouffante, le huis clos avec un nombre réduit de personnage et l'ultimatum qu représente la mort du lac.

L'enquête est assez prenante au début puis il y a un petit temps mort jusqu'à l'incendie qui donne un nouveau rythme qui s'éssouffle encore une fois avec la scène de la chasse aux lapins que j'ai personnellement trouvé assez plate et surtout assez difficile à lire.

Le dénouement est un peu décevant, je m'attendais à quelque chose d'un peu plus .... rocambolesque. Sue ce point, je suis d'accord avec Rose qui dit que le final fait penser à celui d'une enquête d'Hercule Poirot d'Agatha Christie.

Néanmoins, j'ai quand même trouvé le livre intéréssant mais je ne sais pas encore si je lirai une autre enquête de Bony.
avatar
cookie610

Nombre de messages : 4710
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  rose le Mar 13 Oct 2009 - 20:23

Doriane99, oui je me suis rendue compte de ma clémence , je suis trop bonne dans ma note, manque d'habitude. Si je suis ma première impression cela serait plutôt 3/5...
avatar
rose

Nombre de messages : 639
Age : 43
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Cocotte le Mar 20 Oct 2009 - 20:39

La mort d'un lac
(10/18, 1991, 281 pages)

L'inspecteur Bonaparte nommé Bony se rend sur les rives du Lac Otway pour enquêter sur la noyade de Ray Gillen survenue quelques années plus tôt. Le lac devrait "mourir" bientôt compte tenu de la sécheresse qui sévit. Certains habitants ont hâte de savoir ce qui est arrivé à Ray tandis que d'autres s'en inquiètent.

J'ai eu quelque peu de difficulté à embarquer dans l'histoire. Je ne savais pas trop où l'auteur voulait en venir et je confondais certains personnages. Après une centaine de pages, j'étais davantage captivée par l'intrigue assez classique. Ce n'est pas le meilleur policier que j'ai lu. J'aime quand on me tient en haleine tout du long, mais ça n'a pas été le cas. Par contre, comme la plupart l'a mentionné, j'ai bien aimé découvrir l'Australie avec sa chaleur et ses animaux. L'auteur a su bien nous livrer l'ambiance et les paysages de son pays.

Ma note : 3,75/5
avatar
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 37
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Lacazavent le Sam 24 Oct 2009 - 13:20

D'abord un immense merci à Doriane sans qui je n'aurais pas pu lire ce livre.


Mon avis :
J'ai trouvé comme beaucoup d'entre vous ce roman policier agréable à lire. Il y a des plus et des moins. J'ai apprécié être emmené au fin fond du bush australien et bien que la construction soit de fracture extrêmement classique pour un roman policier, que les différents retournement soient presque prévisible c'est un livre facile qui se lit vraiment bien (je l'ai dévoré en une petite soirée). Par contre, j'ai été relativement déçu par la personnalité même de l'inspecteur Bonny, elle est peu détaillé, peu fouillé. J'aurais tellement aimé en savoir plus sur lui.
En lisant ce roman j'ai régulièrement pensé aux enquêteurs récurrents d'Anne Perry.
Bref une intrigue assez plate, un héros (Bonny) absent mais une lecture plutôt agréable feront que cette lecture ne restera pas un mauvais souvenir. Elle ne figurera cependant pas dans les annales...
3/5
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5582
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Shan_Ze le Dim 25 Oct 2009 - 8:39

La mort d'un lac d'Arthur Upfield
(10/18, 280 pages)

Bon, je n'ai pas vraiment apprécié cette enquête de l'inspecteur Bonaparte. J'avoue que j'ai même failli abandonner. Je n'ai pas réussi à suivre l'évolution de l'enquête, je confondais les personnages (à part les femmes)...

Tant bien que mal, j'ai suivi l'histoire et la fin m'a bien éclairée sur des actions des personnages qui ne m'apparaissaient pas comme déterminantes et les déductions silencieuses de Bony. D'ailleurs, on n'apprend pas grand-chose sur lui, il est simplement observateur, ça m'a un peu dérangé, ça rendait l'histoire moins vivante. Le point positif du roman c'est que j'ai bien aimé l'ambiance australienne avec ce phénomène de lac et les conséquences d'une grosse canicule.

Note : 2.5/5


Merci Doriane pour m'avoir permis de lire le livre du mois !
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7418
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Prospéryne le Dim 25 Oct 2009 - 11:25

Mort d'un lac Athur Upfield 10/18 281 pages

Résumé déjà fait plusieurs fois!

Critique:
C'est un roman policier où le meurtre présumé est assez éloigné dans le temps. Donc, pas de tension palpable entre les personnages sur le coup. Mais avec le lac qui s'assèche tout le temps sous l'effet de la sécheresse, la tension monte lentement jusqu'à la mort de l'un des personnages. Et là, se dénoue l'intrigue. J'ai bien aimé les techniques d'enquête de Bonny, c'est très intuitif, très puissant comme méthode. Son talent d'observation des autres et de leurs réactions est très intéressant aussi. On voit avec lui de légères variations dans le temps et dans la façon dont les gens réagissent. Ce qui va finir par le mener à l'aboutissement de l'enquête. Mais ce que j'ai le plus aimé dans ce roman, c'est l'Australie et les merveilleuses descriptions qu'en fait l'auteur. On vit avec lui par des chaleurs intenses (j'aurais jamais pensé qu'un être humain puisse survivre par 50°C de chaleur, je suis avachie à 35!), on partage son amour de cette terre tellement puissante, mais aussi impitoyable. J'aurais aimé sentir davantage l'instinct de Bonny hérité de sa mère, il n'a fait qu'effleurer le sujet, mais bon, une bonne façon d'ouvrir une autre porte vers ce pays et ses habitants. Mon personnage préféré demeure par contre Georges Barby, ce solitaire capable de si bien appréhendé le pays, même s'il vient d'ailleurs. J'ai aussi aimé la description du dressage des chevaux. La méthode
Bonny semble efficace tout en étant douce et rend un bel hommage à cet
animal si utile à l'homme depuis si longtemps! Par contre, les descriptions de la chasse aux lapins m'ont fait presque mal, surtout le gaspillage à la fin. Tant de petites vies perdues pour rien. Même s'ils ne manquent pas de lapin en Australie, j'ai trouvé ça triste quand même. Bref, un roman qui a ses qualités, mais que je n'ai pas trouvé assez policier à mon goût, à ranger plutôt dans les livres découvertes pour tout ce que j'ai appris sur l'Australie.

Ma note: 3/5

_________________
On peut se passer de tout, sauf de la littérature et des chats Graffiti vu à Berlin
avatar
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 34
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Invité le Ven 30 Oct 2009 - 11:14

Un livre qui m'a laissé une impression mitigée.

J'ai été plus séduit par l'atmosphère du roman que par l'intrigue, ce que je trouve quand même dommage pour un roman policier. J'ai aussi trouvé les questions et déductions de l'inspecteur "Bonny" parfois un peu trop orientées pour un infiltré.
Au final une lecture tout de même assez agréable mais sans plus, il semble manquer quequechose à ce roman pour tenir le lecteur en haleine.
la note sera donc de 2.5/5.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  odilette84 le Sam 21 Nov 2009 - 17:02

la mort d'un lac
LV de Doriane,

je pense que les notes assez basses viennent du fait que ce roman est à des milles de notre culture actuelle.
Si l'on ressitue le contexte, c'était un modèle du genre !!
nous sommes tellement habitués aux polars actuels que celui ci peut paraitre longuet et sans relief, un type de huis clos au cœur du bush australien...
pour ma part, quand j'étudie les chaines alimentaires avec mes élèves, je leur raconte toujours l'envahissement de l'Australie par les lapins et les tentatives désespérées des autochtones pour enrayer leur prolifération... à coup de renards et de myxomatose !!
c'est assez amusant de lire en vrai le fléau que cela a été et le pullulement de ces petites bêtes.
D'autre part, la disparition de ce lac m'a vraiment intéressée, comme quoi, la nature a des comportements vraiment étranges parfois...
vous comprenez donc à la lecture de ces lignes que ce roman m'a avant tout intéressée pour le récit dans le récit , et pour la découverte d'un pays qui m'était inconnu.

ma note 3,5/5

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 52
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Octobre 2009 - La mort d'un lac d'Arthur UPFIELD

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum