Terry SOUTHERN (Etats-Unis)

Aller en bas

Terry SOUTHERN (Etats-Unis)

Message  Aurore le Dim 11 Oct 2009 - 17:30

Terry Southern est un écrivain, acteur, scénariste et producteur américain.



Terry Southern est né le 1er mai 1924 à Alvarado au Texas et a grandi à Dallas. Il a servi en Europe pendant la Seconde Guerre Mondiale. De retour aux États-Unis, il s'inscrit à la Northwestern University dont il sort diplômé en 1948. Il part ensuite à Paris et s'inscrit à la Sorbonne. Pendant quatre ans, il rencontre l'intelligentsia des expatriés et contribue aux revues en vogue, Merlin, Zero et la toute nouvelle Paris Review dirigée par Georges Plimpton.

Pendant les années 50, il partage son temps entre New York, Londres, Paris et Genève où il s'installera quelques années. Au cours de ses voyages, il rencontre l'écrivain anglais Henry Green qui aura une certaine influence sur son premier roman, Flash and Filigree qui paraît en 1958 en Angleterre. Souvent présenté comme un hommage à l'auteur anglais, le roman annonce surtout le génie satirique de l'auteur.
A la même période, aidé du poète Beat Gregory Corso, il convainc le génial et controversé Maurice Girodias d'Olympia Press de publier Le Festin nu, roman d'un inconnu : William Burroughs.
C'est également chez Olympia Press qu'il publie un roman coécrit avec le poète Mason Hoffenberg qui le rendra célèbre des années plus tard, à sa sortie aux Etats-Unis : Candy. Paru sous le pseudonyme de Maxwell Kenton, le livre est une version très moderne du Candide de Voltaire et raconte la découverte de la sexualité d'une jeune lycéenne aussi belle qu'innocente. Son parcours initiatique passera par la rencontre d'une multitude de personnages tous plus déjantés et obsédés les uns que les autres...

Le deuxième roman de Southern, The Magic Christian, sort en 1959. Il raconte l'histoire de Guy Grand, milliardaire excentrique déterminer à créer le désordre dans un monde devenu bien trop matérialiste. Véritable critique des obsessions de l'Amérique, le livre contribue à faire grandir la réputation d'auteur culte de Southern. Le roman sera adapté quelques années plus tard au cinéma, avec Peter Sollers et Ringo Starr en têtes d'affiche. Du livre, Hunter S. Thompson dira : J'ai commencé à lire The Magic Christian et j'ai pensé que j'allais devenir dément... il a eu une influence incroyable sur moi.

En 1960, avec Richard Seaver et Alexander Trocchi, le furtif correspondant de l'Internationale situationniste aux États-Unis, il publie un recueil de textes des écrivains de l'avant-garde, Writers in Revolt. Sous-titré Une anthologie des écrits les plus controversés du monde d'aujourd'hui, l'ouvrage présente entre autres Burroughs, Hubert Selby Jr., William Gaddis, Henry Miller, Jean Genet.

En 1962, il rencontre Stanley Kubrick qui lui demande de réécrire le scénario d'un film aux scènes d'anthologie : Dr Folamour. En 1964, à la sortie du film Southern est nominé aux Oscars. La même année, Candy sort aux Etats-Unis. C'est un triomphe : sept millions d'exemplaires vendus.
Pendant cette période foisonnante, il publie Texas marijuana en 1967 qui assied son talent inventif au travers de nouvelles.

En 1968, le magazine Esquire envoie un improbable trio composé de Terry Southern, Jean Genet et William Burroughs suivre la convention démocrate. Sur les photos du reportage, les trois compères sont hilares et Southern en sortira un texte qui fait date par sa drôlerie et son décalage complet avec le sujet initial..

En 1970, il publie son troisième roman, Blue Movie. Le livre raconte l'histoire de King B., un réalisateur oscarisé qui veut faire le film X le plus sale et le plus cher de l'histoire du cinéma. L'idée originale revient à Kubrick qui servira de modèle pour le personnage principal. Entre 1970 et 1980, il se consacre à l'écriture de scénarios.
Au début des années 80, Michael O'Donohough l'engage pour participer au Saturday Night Live. Parallèlement, il commence à enseigner à la New York University et à l'Université de Colombia, ce qu'il fera jusqu'à la fin de sa vie. En 1992, trois ans avant sa mort, il publie Texas Summer, roman d'apprentissage et évocation du Texas des années 1950.

Ouvrez les livres qu'il a publiés et vous tomberez sur les acclamations d'une grande partie du gotha des lettres américaines : Nelson Algren, Gore Vidal, William Styron, Norman Mailer, Tom Wolfe, William Burroughs, Joseph Heller, Hunter S. Thompson...
Southern avait déclaré à Life Magazine en 1964 : Ce qui compte dans l'écriture, c'est la capacité à étonner. Pas choquer - choquer est un mot vide de sens -, mais étonner. Voilà la force de cet écrivain, le génie d'émerveiller à chaque page !

Concluons avec les propres mots de Terry Southern : Quand j'avais sept ou huit ans, malade et au lit, ma mère décida de me faire la lecture. Le livre qu'elle choisit, pour des raisons étranges puisque ses propres goûts allaient plutôt vers Louise Broomfield, était un volume du grand E. A. Poe - Le Scarabée d'or, si je me souviens bien. [...] J'ai été accroché par Poe. Et Poe, bien sûr, est la porte vers ce qu'il y a de meilleur. Si la marijuana mène à la cocaïne, Poe mène très certainement à Baudelaire, Rimbaud, Joyce, Céline, Lautréamont, Huysmans, Nathaniel West, Faulkner, Sartre, etcetera, etcetera, ad gloriam.

Article librement rédigé à partir de la notice de Philippe Beyvin.

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





Aurore
Aurore

Nombre de messages : 2176
Age : 32
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://chezmelopee.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Texas marijuana

Message  Aurore le Dim 11 Oct 2009 - 18:01

Texas marijuana et autres saveurs
(Gallmeister, 2009, 290 p.)




Avant de me prononcer et comme il est difficile d'élaborer une critique sur un recueil de nouvelles aussi diversifiées, je me permets d'ajouter ce qu'il en est dit en quatrième de couverture :
"Quel rapport entre un Américain faisant ses études à Paris, un musicologue fou de jazz, une vache défoncée à l'herbe, un gang de jeunes New-Yorkais, Mickey Spillane, une route perdue au Mexique, le fiasco de la baie des Cochons, une école de majorettes, Freud et le sang de schizophrène comme drogue ultime?
[...] Les nouvelles qui composent ce recueil dévoilent toute la palette du talent de Southern, dont l'humour dévastateur contribue à faire de Texas Marijuana un classique de l'underground américain".

Nous sommes dans l'air du temps tout de suite avec des nouvelles toutes savamment dosées qui ont ce je-ne-sais-quoi d'imprévisible, ce cocktail détonnant de loufoque teinté de réalisme. Nous pénétrons donc dans un portrait corrosif de la contre-culture américaine des années 60 où l'hypocrisie puritaine règne.
Ainsi, s'enchainent des nouvelles tour à tour grinçantes, surprenantes, embarrassantes... et quelques articles issus de l'activité de journaliste de l'auteur. Celui-ci s'inscrit dans un style dit gonzo c'est-à-dire où l'ultra-subjectivité est une fin en soi.

J'ai littéralement englouti ce livre qui se lit d'une traite. Ce flash-back dans les années 50/70 est revigorant par le ton pince-sans-rire de Southern qui n'est aucunement condescendant et qui nous laisse seul juge de l'état des mentalités de l'époque. Les éloges dithyrambiques figurant dans la biographie ne me paraissent pas de trop car Southern paraît malgré tout amène et sympathique. Son recueil vous capture dès la première nouvelle dans une prairie où la juju (marijuana) est substance courante du quotidien, pour vous lâcher en toute fin sur ce même parfum de drogue presque licite.

Mais, que je vous rassure, il ne faut pas extrapoler et classer ce recueil comme un manuel sur la drogue et sur les hippies de seconde zone. La drogue est le point de départ, mais Southern a tôt fait de la distancer pour prendre ses aises et non emmener bien plus loin : vers d'autres saveurs.

Un florilège :

- A moins, bien sûr, que vous n'ayez envie de goûter à "la douce de nègre".
- De la douce de nègre? Grand Dieu, oui, dis-je, me méprenant totalement, allons-y !
Il apparut bien vite, évidemment, que ce dont il parlait était ce whisky de maïs non vieilli, sans couleur, fabriqué artisanalement dans la région et aussi appelé "foudre blanche". Je commençai à rechigner, mais comme nous étions déjà au milieu du quartier noir, je me dis qu'il valait mieux aller jusqu'au bout. Pourquoi ne pas débuter ce séjour par une authentique expérience du Sud - la traditionnelle cruche de Whisky?
(p. 171)

La soirée se tenait en plein air sur un court de tennis que l'on avait recouvert d'un plancher, et ça balançait pas mal. La façon de danser des Blancs dans le Sud est toujours en avance sur le reste de l'Amérique blanche ; et généralement, ça ressemble beaucoup à ce qui se fait à Harlem, qui est invariablement le précurseur de ce qui va devenir à la mode dans tout le pays. C'est à cela que je pensais [...] : peut-être que tout ce qu'il restait de vertus, ou disons, de caractéristiques positives, aux Blancs du Sud - les chants traditionnels, le langage poétique, la simplicité et la chaleur occasionnelles des relations humaines - semblait provenir de la culture des gens de couleur. (p. 182)

5/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





Aurore
Aurore

Nombre de messages : 2176
Age : 32
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://chezmelopee.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Terry SOUTHERN (Etats-Unis)

Message  Cocotte le Dim 11 Oct 2009 - 18:44

Ce recueil semble vraiment super! Merci Aurore pour ta critique! Un nouvel auteur de plus pour ma LAL!
Cocotte
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 38
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Terry SOUTHERN (Etats-Unis)

Message  Aurore le Lun 12 Oct 2009 - 4:40

Cocotte, me voici bien heureuse que tu ajoutes Terry Southern à ta LAL. Je crois que je vais en faire autant et tenter de me procurer Candy ou Texas Summer. Je crois pouvoir affirmer qu'aucune déception n'est possible wink

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





Aurore
Aurore

Nombre de messages : 2176
Age : 32
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://chezmelopee.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Terry SOUTHERN (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum