Romain GARY (France)

Aller en bas

Romain GARY (France)

Message  Mousseline le Dim 26 Oct 2008 - 2:19

De : sereinejulie1 Envoyé : 22/11/2003 15:59

Romain GARY - La vie devant soi.
Éditions Gallimard, 260 pages, Prix Goncourt 1975

Madame Rosa, une vielle juive qui a connu Auschwitz, et qui autrefois 'se défendait' rue Blondel à Paris a ouvert 'une pension sans famille pour les gosses qui sont nés de travers', autrement dit une crèche clandestine où les dames 'qui se défendent' abandonnent plus ou moins leurs rejetons. Momo, jeune arabe de dix ans ou alentour, raconte sa vie chez Madame Rosa et son amour pour la seule maman qui lui reste, cette ancienne respectueuse, grosse, laide, sans cheveux et qu'il aime de tout son coeur.

Le récit s'articule autour des relations de Momo et Madame Rosa en décrivant leur vie de tous les jours de façon extrêmement touchante. Et puis il y a cette chaleur que dégagent tous les personnages qui s'entraident pour surmonter leurs problèmes quotidiens. Mais le point fort du roman c'est évidemment le personnage de Momo. Le livre raconte son apprentissage de la vie auprès de différentes rencontres. C'est une histoire sur la vie du point de vue de Momo mais c'est aussi un livre sur la vieillesse et la mort dans la perspective de Madame Rosa.

Littérallement truffé de fautes, des fautes plus inspirées les unes que les autres, la 'parlure' de Momo fait sourire. Non qu'elle soit seulement pittoresque: elle est aussi le lieu de la mise en scène littéraire, comique, critique, d'un certain nombre de jeux de langage. Les thèmes abordés: adoption, amitié, enfance, tendresse, vieillesse, prostitution, pauvreté, courage et gratitude.

L'auteur conte cette histoire bouleversante avec une sens de l'humour inégalable. Son oeuvre est coulée dans une langue claire, aérée et énergique. Ce roman m'a beaucoup touché. C'est une lecture saisissante vu par les yeux d'un enfant qui décrit dans une langue simple ses réflexions naives et cependant profondes sur la vie, la nature humaine. L'histoire d'amour entre Rosa et Momo est surprenante. Un de mes 10 coups de coeur de l'année. 4.5

Quelques citations de Momo jeune gamin de 10 ans et quelques poussières:

'Plus on a rien et plus on veux croire'

'Les cauchemars c'est ce que les rêves deviennent toujours en vieillissant'

'C'est toujours dans les yeux que les gens sont les plus tristes'


De : Laetitia-Anne Envoyé : 17/12/2003 13:40

La vie devant soi

Je ne pourrais pas faire mieux que ta critique, Sereine :-)
Alors disons : un gamin élevé par une nourrice professionnelle, ancienne prostituée, rescapée d'Auschwitz, raconte son histoire, sa vie auprès de cette "vieille Juive grosse et moche", dans le monde des prostituées et "proxynètes", des "travestites", des clandestins, des immigrés de partout, Afrique Noire, Maghreb...
Il la raconte avec ses expressions, prises parmi les expressions des adultes ("croyez-en ma vieille expérience") et employées au petit bonheur la chance.

C'est un livre incroyable. L'histoire est bouleversante, cet enfant pose sur le monde un regard tout jeune, un peu cruel, mais plein de tendresse. Et pour la langue, l'auteur est carrément virtuose : c'est à la fois riche et complètement enfantin, et parfaitement signifiant. Il a d'ailleurs été récompensé par le Goncourt (sous le nom d'Emile Ajar)

Je ne savais pas qu'on en avait tiré un film...
Je donne 5/5
Merci Sereine, une suggestion magnifique!


De: Dytal

La vie devant soi

Quel beau roman, quelle belle histoire où l'amour est palpable. C'est une histoire d'amour comme on en voit peu mais combien intense!

C'est un jeune garçon, Mohammed, qui a été élevé par une grosse femme, madame Rosa, qui elle garde et élève des enfants de prostituées. Mais sa relation avec Momo est différente, puisqu'elle a Momo avec elle depuis déjà onze ans. Madame Rosa a une santé précaire puisque son poids est très élevé mais aussi à cause de son âge, mais elle ne peut se résigner à se séparer de Momo. Et cet attachement est réciproque!

Note : 5/5
(Dytal)


De: Sophie

La vie devant soi

Oh combien ce livre est entraînant!

En effet, une histoire des plus touchante, qui met en scène un enfant, fils de femmes "qui se défendent avec leurs culs" et madame Rosa une ancienne de la rue. Une histoire d'amour entre Momo, découvrant la vie, et madame Rosa, qui a tant vécu! Madame Rosa l'aimera comme une mère, mais la maladie l'emportera. Mais Momo l'accompagnrera jusqu'au bout. Un brin historique, avec les peurs de madame Rosa rescapée du camp d'Auschwitz, beaucoup d'humour avec le parlé crû de Momo qui n'empêche en rien la lecture et surtout l'amour, l'amitié, les rencontres, thèmes qui ne vous laisseront pas indifférent!

Un livre des plus complet et surtout une fin remarquable. Je tiens à faire remarquer que ce livre tient d'une bonne leçon de la vie.

Note : 5/5
(Sophie, 15 ans, Haute-Saone/France)



De: Doune

La vie devant soi
Ah quelle belle découverte que la vie du petit Mohamed. Dès les premières pages, je fus tout de suite conquise par l'histoire déchirante de l'enfant. Oui, vraiment, j'ai très apprécié et je remercie grandement ma professeure de me l'avoir fait découvrir! Ah oui, j'ai adoré l'idée lorsqu'il souhaite voir sa mère apparaître et qu'il s'invente des maux de ventre. Quelle naïveté mémorable!

Définitivement à relire!

Note : 4.5/5
(Doune)



De: Thomthom

La vie devant soi

J'ai beau aimer Romain Gary, j'ai beau lui témoigner tout le respect du monde... difficile de supporter ce livre-ci. Ce que d'autres considèrent comme beau, je le trouve personnellement dégoulinant de bons sentiments... je n'y ai retrouvé ni l'humour noir de Gary, ni la verve de sa plume, ni son grand talent de portraitiste.

On me rétorquera que bien sûr, l'histoire est vue par le regard d'un enfant, que cela autorise la naïveté... etc. Certes. Mais "naïveté" ne signifie pas "niaiserie" (pas à mon sens en tout cas). Il y a bien sûr des belles pages à propos de ce gamin, une mélancolie parfois communicative, mais dans l'ensemble (et ça m'ennuie vraiment de le dire car je sais que ce livre est très personnel pour son auteur) Gary verse dans ce que j'appelle gentiment "la littérature de grand-mère"...

Note : 2/5
(Thomas)



De : gaikoala Envoyé : 16/03/2004 10:02

Le monde de Romain GARY est superbe de sensibilité, tout au long de son oeuvre.
Ainsi, "La vie devant soi" est touchant de vérité, comme dit plus haut, et le film où Mama Rosa est interprété par Simonne Signoret est un de ses plus grands rôles, à mon avis.

Je viens de voir à Bruxelles, une pièce adaptée de "La promesse de l'aube", superbe roman autobiographique de Romain Gary, paru en 1960.
L'adaptateur et acteur de ce monologue joué au Théâtre de la Samaritaine (on le rejouera quelques soirs en avril) est superbe, il s'agit de Gérard DUQUET qui est magnifique dans ce rôle...

L'argument : "A cinquante ans passés, Roman Katsev, homme frileux de coeur et d'âme, revient visiter la chambre où sa mère s'est terrée pendant toute la durée de la guerre. L'amour envahissant de cette femme fantasque survit dans les quelques objets épars qu'elle a laissés. A un point tel, ou tellement sensible, que l'écrivain se surprend à lui parler, à dialoguer avec elle, avec son ombre, avec l'ombre qu'il est d'elle. Il a des tas de comptes à régler. Sentimentaux. "...

Je n'en dis pas plus, c'est assez long... Mais sachez que c'est superbe ! Tant la pièce que le livre d'ailleurs...
(Si vous êtes intéressés par la pièce, j'essayerai de connaître les dates où c'est rejoué).

Gaikoala



De : la-grande Envoyé : 02/06/2004 15:04

Romain GARY - La vie devant soi

Un livre que j'ai aimé de plus en plus au fil de ma lecture. Un livre où on aurait envie de souligner plein d'extraits et où on s'arrête pour penser quelques secondes à un propos tenu par Momo.

J'ai lu les dernières 100 pages comme une boulimique, ressentant l'amour de Momo pour Madame Rosa et souffrant avec lui de voir celle qui aura été sa mère le quitter.

Une belle histoire où les fautes de Momo ne sont pas agaçantes, au contraire... c'est ce qui rend le récit réaliste puisque Momo est le narrateur. Il nous présente le quartier où il a été élevé - un quartier de prostituées, de proxénètes, de travestis, d'enfants qui doivent apprendre à subvenir à leurs besoins... mais un quartier où l'auteur décide de laisser transpirer la bonne humeur et la joie de vivre plutôt que la misère.

J'ai adoré

Note: 5/5



De : sereinejulie1 Envoyé : 29/08/2004 14:53

Romain GARY - Gros Câlin
Folio, 214 pages

Résumé: Monsieur Cousin vit à Paris et au cours d'un voyage en Afrique du nord, il décide de ramener dans ses valises, un python qu'il appelera Gros câlin. Ce python dans cette grande métropole européenne, va faire l'apprentissage du monde qui l'entoure: hostile à ses particularités, sourd à ses attentes. Malgré cela, il a en lui de l'amour à revendre et si l'on ne veut pas de lui, il veut bien de tout le monde...

Mon avis: C'est une oeuvre immensément poétique que celle de Romain Gary, un roman d'amour, simple. humain tragique, pleind d'humour, où le héros, Monsieur Cousin, se confond volontiers avec son animal, n'hésitant pas de se projeter en lui pour pouvoir se faire les gros câlins dont il manque.

Avec l'histoire de gros câlin, Romain Gary a fait un monologue inattendu et pourtant convainquant, à la folie douce d'une drôlerie étrange avec des propos qui racontent la solitude et le besoin d'affection et de compréhension de l'homme, en l'occurence notre héros, Monsieur Cousin. Ce monologue dont la sincérité devient poésie, m'a captivé et j'ai succombé au vif pouvoir comique d'une histoire, d'un langage, d'un ton très particulier

Gary nous sert des pages d'émotions nichées, nouées au creux d'une même écriture, avec une candeur tressée de folie indécise, d'angoisse assumée. Une chose presque douce qui imprime son sillion à chaque et fait régulièrement les nuits blêmes.

Conclusion: Gary nous livre une émotion profonde à chaque page, une écriure enfantine mais tellement adulte par la lucidité qui point derrière. Il s'agt d'un très beau roman d'amour, mais également sur l'Autre, sur un univers si proche de la France et en même temps irréel. Malgré une base saugrenue, le livre atteint une très grande dimension. Cela tient à ce que les clowneries de gros-câlin sont l'expresion imagée de choses vécues et éternelles.

Ce qui frappe tout d'abord dans ce récit c'est la vertu comique de Gary. Elle repose à la fois sur l'histoire et le langage dont l'auteur provoque le rire presque à chaque ligne. Une histoire serpentine, qui m'a prise à la gorge comme un boa constricteur.

C'est un petit bijou de roman traitant de l'incompréhention, l'esseulement à travers les faits et les pensées de Monsieur Cousin. Ce qui m'a beaucoup séduite chez Romain Gary est d'avoir réussi avec brio de raconter une étrange et originale relation en intégrant un python dans l'écriture de ce roman. Pourtant il ne fait pas dans le''surréels" bien au contraire, le tout semble réaliste. Pour ceux qui ne sont pas familiarisés avec l'oeuvre de cet auteur c'est l'occasion de découvrir un très bon auteur. Tous ceux qui ont lu La vie devant soi ne peuvent passer outre ce roman.

Sereine
4.25


De : Claarabel Envoyé : 17/11/2004 18:11

Romain GARY - Clair de femme

Deux êtres en déroute qui s'épaulent de leur solitude et la vie attend que ça passe. Une tendresse désespérée, qui n'est qu'un besoin de tendresse... "Clair de femme" est une bouleversante histoire d'amour au sens très large. Car c'est la rencontre entre Michel et Lydia, tous deux blessés et saouls de malheur. Lui car sa femme se meurt et l'a prié de s'en aller rencontrer une autre femme pour la faire revivre en elle, et Lydia, la quarantaine et les cheveux blancs, coupable de ne plus aimer l'homme qui a tué leur petite fille dans un accident de voiture. Ces deux êtres en perdition, écorchés et malheureux, vont se heurter sur un trottoir, faire l'amour cette première nuit, se parler et errer dans les rues de Paris pour se consoler. Leurs rencontres vont alléger leurs chagrins, pensent-ils : le Senor Galba qui exécute un numéro de dressage d'animaux sur un air de paso-doble et qui se meurt en douceur, la pétulante Sonia, russe juive, qui se complait dans le malheur ... Un roman qui se passe en une nuit : le temps pour la femme aimée de mourir, le temps du couple Michel-Lydia de parler amour et couple. "Nous avions besoin d'oubli, tous les deux, de gîte d'étape, avant d'aller porter plus loin nos bagage de néant.". Mais Michel est un batisseur de cathédrales et son attente du couple est trop faramineuse pour l'ultra-sensible Lydia qui prend peur de cette promesse d'édifice. Michel doit partir vers d'autres terres pour oublier sa femme trop adorée et cette dernière nuit va s'écouler tristement, vainement. Ode à l'amour, à la vie de couple, à la pérennité de cet amour ?... "Clair de femme" est un bouleversant hommage d'un homme pour la femme de sa vie, la célébration passionnée de la patrie du couple, "d'une bienheureuse absence d'originalité, parce que le bonheur n'a rien à inventer". Etourdissant d'actualité pour un texte publié en 1977, ce roman se trace dans la coulée d'une écriture claire, aérée et révèle l'angoisse du déclin que pressentait l'auteur, qui s'est finalement donné la mort en 1980. " Il y a dans ce roman la dérision et le nihilisme qui guettent notre foi humaine et nos certitudes sous le regard amusé de la mort, écrivait Gary. Les dieux païens nous guettent installés sur l'Olympe de nos tripes. Notre vie n'est peut-être que le divertissement de quelqu'un ". " Tout se passe comme si la vie était un music-hall, un cirque où un suprême senôr Galba [pitoyable pitre alcoolique, dresseur et montreur de chiens]…s'amuserait à nos dépens ".
Non point lugubre ou sinistre, "Clair de femme" se lit d'une traite et se révèle époustouflant !

(4.5/5)


Dernière édition par Mousseline le Sam 17 Jan 2009 - 15:54, édité 1 fois
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  gallo le Dim 14 Déc 2008 - 18:37



De : Mousseliine Envoyé : 28/02/2005 13:01

Romain GARY - La vie devant soi

J'ai été déçue car ce n'est pas ce à quoi je m'attendais. Ça fait très longtemps que je voulais lire La vie devant soi et j'étais persuadée que cela allait être un grand coup de coeur, d'ailleurs je l'ai acheté sans hésiter, mais ce n'est pas le cas. J'ai bien aimé dans l'ensemble mais il y a des aspects qui m'ont moins plu, par exemple l'humour, c'est de l'humour loufoque et souvent ça me tapait sur les nerfs. Sinon Romain Gary écrit très bien, ses jeux de mots sont jolis comme tout.

Le thème majeur du roman est intéressant: La vie à Paris dans un ghetto d'immigrants africains. Des gens qui vivent empilés les uns sur les autres dans une pauvreté extrême et où les femmes se "défendent" (prostitution). Tout ça est raconté par la voix naïve et sans préjugé d'un enfant de dix ans. Romain Gary se sert de "Momo" pour dénoncer une situation sociale ce qui donne une certaine force d'évocation mais malheureusement le style d'humour m'agaçait trop pour que j'apprécie pleinement.

Enfin j'ai bien aimé mais...

Note : 3.5/5




De : Rol-K1981 Envoyé : 16/07/2005 16:06

Bonjour,
Je suis nouvelle sur le forum. Je m'essaie à la critique du livre que je suis en train de lire :
les racines du ciel de Romain Gary
Je trouve que ce livre très intéressant car il nous projète dans l'Afrique des années 50 et dans la chasse et la protections des éléphants.

J'ai trouvé certains passages émouvants.
Je vous conseille de le lire

Pour ceux qui l'ont déjà lu. Qu'en avez-vous pensé ?


De : doriane99 Envoyé : 10/07/2006 20:10

Romain GARY - La vie devant soi

Mohammed (dit Momo) est un petit garçon d'environ 11 ans. Confié dès son plus jeune âge à Mme Rosa, juive Polonaise, ancienne prostituée, qui a fondé une sorte d'orphelinat réservé aux enfants des femmes qui "se défendent". Il nous raconte sa vie quotidienne, ses rapports avec les voisins dans un immeuble sordide de Belleville.

Un livre plein de tendresse, ce petit garçon est cerné par la misère, la maladie, la vieillesse, il sait prendre la vie comme elle vient. Mme Rosa est une vraie héroïne, elle est grosse, malade, repoussante mais si attendrissante : cette ancienne déportée garde sous son lit un portrait d'Hitler, lors dès catastrophes elle ressort ce portrait et se dit "Que ça pourrait être pire !"

L'écriture se veut enfantine, les mots sont parfois inadéquats (travestite, avorter utilisé à la place d'euthanasier), mais elle donne une impression de fraîcheur à l'histoire.

Quelques citations :

« Elle ne voulait pas entendre parler de l’hôpital où ils vous font mourir jusqu’au bout au lieu de vous faire une piqûre. Elle disait qu’en France on était contre la mort douce et qu’on vous forçait à vivre tant que vous étiez encore capable d’en baver »<o:p></o:p>

"il faut qu'il voit du noir, sans ça, plus tard, il ne va pas s'associer" dit Mme Rose au sujet d'un des enfants qu'elle a recueillis et qu'elle oblige à fréquenter les milieux africains...

"Je n'ai pas été daté"

"Pendant longtemps, je n'ai pas su que j'étais arabe parce que personne ne m'insultait..."

" Mais je ne me battais jamais, ça fait toujours mal quand on frappe quelqu'un"

un très beau livre

4/5


De : zeta-b Envoyé : 11/07/2006 11:52
Un aparté sur Romain Gary.
Dans son livre "Les Racines du Ciel", publié en 1956, il note en préface :
"Je tiens à dire ceci : mon livre traite du problème, essentiel pour nous, de la protection de la nature......"
Si c'est pas un visionnaire ça ! On devrait plus souvent écouter les littéraires, non ?


De : Dîvad Envoyé : 31/07/2006 00:08

La Vie devant Soi - De Romain GARY

L’histoire nous touche tout d’abord par le style. Est-ce du Gary ? Non, c’est du Émile Ajar qui tente de se mettre dans la tête d’un petit Mohammed, d’un Victor Hugo en devenir. En commençant la lecture du récit, on est piqué par le ton adorable employé par le petit garçon narrateur, avec tout le simplisme et vulgaire dans sa bouche d’enfant qui prend des formes qu’un adulte n’aurait jamais pu lui donner. La naïveté et l’innocence sont maîtres dans ce roman, prenant au cœur, soulevant des questions, faisant rire, peu émouvant, il faut le dire, mais l’étant d’un angle profond. Pourquoi ? Parce que l’enfant, dans ce monde, avec toute son existence, son destin, son amour, est une grandeur qui vaut l’applaudissement. Madame Rosa, cette femme Juive qu’il veut sauver, lui, petit arabe l’ayant pour mère… « adoptive », est comme une quête dans ce récit à l’histoire peu définissable. Le texte, en effet, semble plus marqué vers le garçon et sa mentalité, vers toutes les choses qui font une vie, mais pas la vie elle-même. C’est fort comme roman, ça poigne et c’est génial de par ses phrases. Or, est-ce un style malhabile ou les besoins de la cause lorsque certaines phrases sont ambiguë ? On ne saurait le dire qu’en lisant d’autre livre de l’auteur, ce que je n’ai pas fait.

Bref, il change des vision, ce Romain, et même qu’il dénonce certaines choses encore d’actualité, comme l’euthanasie. Bravo !
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  gallo le Dim 14 Déc 2008 - 18:37

De : symphonium Envoyé : 22/10/2006 01:54

La vie devant soi - Romain Gary

À travers Momo, Romain Gary livre une réflexion poignante sur l'amour, l'enfance, la vieillesse, la pauvreté, la persévérance et la bonté de coeur. C'est le genre de livre qu'on ne veut pas refermer tant le propos est touchant. C'est un livre qui mérite d'être acheté pour surligner les inombrables passages sur lesquels il vaut la peine de s'y attarder. Bref, un grand coup de coeur- probablement un des meilleurs romans que j'ai lu dans la dernière année.


De : pounette515 Envoyé : 29/10/2006 21:50

La Vie devant soi de Romain Gary

Un énorme coup de coeur pour ce livre. L'un des meilleurs que j'ai lu depuis longtemps.
Mon ressenti est assez parallèle à celui de Cuné (dont je viens de relire la critique): on lit en apnée, par grosses bouffée. On en vient à réciter des extraits à nos proches.
Certaines répliques, dites par Momo, sont criantes de vérité.

Ce livre, cette histoire, la façon dont elle est racontée ont fait de moi une fan de Romain Gary.
C'est pétri d'humour et ça touche le coeur...
J'ai balancé sans cesse entre rire et larmes!!

A LIRE ABSOLUMENT!!!! (même si je ne suis pas la première à le dire)

Ma note: 5/5

Pounette


De : Helene267 Envoyé : 18/11/2006 16:38

La promesse de l'aube de Romain GARY
Folio 391 pages

J'ai adoré....Ce livre avait été proposé pour le vote de décembre, je ne connaissais ni l'auteur ni le livre donc je me le suis procuré.
Ce livre retrace l'enfance de Romain GARY jusqu'à l'âge adulte. Il nous raconte son pélerinage à travers l'Europe parti de Russie pour finir à Nice car sa mère avait décidé qu'il serait quelqu'un, et de préférence un ambassadeur français...
Sa mère lui voue un amour sans faille qui frole la vénération, sa vie tourne uniquement pour son fils. Mais cela ne le gène pas au contraire il sent obligé de tout faire pour parvenir à accomplir les rêves d'avenir de sa mère. Son amour fillial est tout aussi important que l'amour de sa mère.
Le passage le plus émouvant concerne la guerre de 39-45 où il s'engage et où il sent que rien ne peut lui arriver car sa mère veille sur lui....et il comprendra pourquoi à la fin de la guerre quand il arrive à Nice avec l'armée de libération.....
C'est simple, c'est frais et cela se lit d'une traite, un pur moment de plaisir!!!!
Ma note 4.5/5


De : Chris tomando mate Envoyé : 25/02/2007 11:03
La vie devant soi

Ce ne devait décidémment pas être le moment pour moi d'aborder ce livre... Non que je l'ai trouvé inintéressant, au contraire. Il est chargé d'émotions racontées par la voix de Momo, ce gamin si plein d'amour pour sa "mère adoptive...
Mais là il ne me reste qu'une grande impression de tristesse et ce n'est pas ce que je voulais garder (surtout un jour de pluie comme aujourd'hui )
Ce passage m'avait particulièrement émue : "Cet enfant de dix ans, même pas, qui donne son chien, son seul vrai ami, la seul chose qui ait vraiment eu l'air d'être à lui il le donne, le vend pour lui offrir une vie meilleure que la sienne. A dix ans il a tout compris."

J'hésite à donner une note tellement je suis partagée : c'est très certainement un très beau livre, une histoire magnifique, mais qui fait planer une telle mélancolie que je n'avais vraiment pas envie de ressentir ...

3/5


De : odilette84 Envoyé : 25/03/2007 21:09

La promesse de l’aube

Il ne m’était encore jamais arrivé de pleurer en refermant un livre…

C’est chose faite.

Je viens de faire une grande rencontre. Romain Gary.

Merveilleux auteur, à la plume poétique ironique, passionnée, exaltée.

Superbe roman autobiographique .Une fin remarquablement émouvante.

Je ne sais pas en parler plus. L’émotion est trop forte.

Quelques phrases qui m’ont touchée :

« Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. »

« la vie est jeune. En vieillissant, elle se fait durée, elle se fait temps, elle se fait adieu. Elle vous a tout pris et elle n’a plus rien à vous donner. »

« Ce que je veux dire, c’est qu’elle avait des yeux où il faisait si bon vivre, que je n’ai jamais su où aller depuis. »

réel coup de cœur, un écrivain qu’il me faut à tout prix explorer.

Ma note : 5/5


De : Danslapoche14 (Message d'origine) Envoyé : 2007-08-11 12:09
Romain Gary (Emile Ajar) - Gros-Câlin - Folio 906 - 1974 - 215 p.

Résumé. Maladroit et timide, Michel Cousin, statisticien de son état, décide pour tromper sa solitude citadine et l’indifférence de ses contemporains, d’adopter un animal. Quoi de plus banal, me direz-vous ? Rien, en effet, sauf que la bestiole de compagnie est un magnifique python de plus de deux mètres qui n’aime rien tant que de s’enrouler autour de l’humain qui le dorlote dans son lit….Celui qui n’a pas fait l’expérience de ce contact ou de cette promiscuité ne connaît pas l’amour quasi étouffant de Gros Câlin. C’est le tendre nom de ce python débonnaire et qui n’a pas mérité sa réputation… Mais la situation se complique lorsque notre héros de la vie ordinaire tombe amoureux d’une jeune fille sexy et qui n’a pas froid aux yeux : mademoiselle Dreyfus !

Avis. Romain Gary à écrit des récits très différents les uns des autres. Dans ce roman, son écriture est jubilatoire, pleine de trouvailles linguistiques et de circonlocutions à la manière des déplacements de Gros Câlin. C’est ironique mais aussi grave et parfois émouvant car derrière le masque du sourire, l’auteur se fait le porte-parole de la vacuité de nos petites existences et de nos grandes solitudes urbaines…

Du même auteur, La Vie devant Soi - La Promesse de l'Aube....

Bonne Lecture


De : DKOIS Envoyé : 21/11/2007 20:35
Les têtes de Stephanie. R.GARY

Stephanie, mannequin vedette Américaine, est entrainée bien malgré elle dans une bizarre aventure... et c'est peu de le dire !
Cela se passe dans une toute jeune république du moyen orient dans les années 70 et tout y est !... Trafic d'armes, intérêts pétrolier et politique,espionnage,religion, traditions locales... ( de la pure fiction, n'est ce pas ?). Alors que les têtes volent sous les sabrent aiguisés, Stéphanie se bats pour faire valoir sa vérité, au risque de perdre, elle aussi, sa tête.

Ce roman pourrai paraitre à l'énoncé de ce résumé comme léger, banal et "déjà vu", si toutefois il n'était pas né de la plume de Romain Gary, auteur aussi talentueux qu'inattendu.
Fort de son expérience de diplomate, R.Gary mets ici son talent de visionnaire au service d'une aventure géo-politique non sans intérêt, quand on connait l'importance que joue la région du moyen orient dans notre histoire actuelle.
Bien sûr, ce roman ne restera pas dans la mémoire des amateurs de R.Gary comme son oeuvre majeure, mais son style récréatif et inattendu le place en bon roman de second ordre de ce grand écrivain.
A sa sortie,ce roman fut édité sous le pseudonyme de Shatan Bogat. Il paraitrai que les critiques littéraires de l'époque découvrirent rapidement la supercherie, ils furent en tout cas beaucoup moins perspicaces lorsque fut publié " La vie devant soi " d'Emile Ajar et son fameux prix Goncourt !

Ma note:3/5


De : Calepin0 Envoyé : 22/07/2008 19:16

La vie devant soi, de Romain Gary
Éditions Mercure de France, collection folio
273 pages

D'abord et avant tout : Magnifique ! La vie de Mohammed, alias Momo, dans un quartier défavorisé où le mélange ethnique est commun n'a rien à voir avec un portrait que l'on pourrait s'en faire à froid. Le petit garçon dégage une telle humanité, simple et belle, par laquelle il scande ses convictions avec toute la naïveté d'un enfant.
Qui plus est, le ton n'a rien de moralisateur, bien que Gary passe son message adroitement par la bouche de Momo. Les relations du garçon avec son entourage touchent par sa candeur. Elles nous révèlent des facettes de la vie et nous livrent ainsi ses graines de sagesse, tout aussi légères que la voix du personnage.

Malgré certaines expressions démodées, le roman demeure tout à fait actuel et m'a profondément touché. Surtout par ses thèmes comme l'euthanasie, l'amour des autres et l'ouverture d'esprit. Il y a longtemps que je n'ai pas lu un vrai coup de coeur, tant par l'écriture que par ce que j'en retire. Mais cette fois-ci, j'ai été servi !

Note : 5/5


De : odilette84 Envoyé : 08/08/2008 20:51
la vie devant soi
deuxième roman de Romain Gary que je lis, cet ouvrage n'a rien à voir avec le précédent (la promesse de l'aube)...
Le style remarquable, les expressions succulentes de l'enfant, l'histoire émouvante, la sagesse de nombreuses remarques de Momo sur la vie, tout en fait un grand roman et Gary un grand écrivain.
Ce livre était proposé au collégiens de 3° (14ans ) quand j'étais moi même élève. (années 80)
je n'ai jamais osé le lire à ce moment là, car je trouvais le sujet "défendu" et le style trop grossier pour mon âge ...j'étais prude à l'époque.
Trente ans plus tard, je me suis régalée, je regrette d'avoir été dans ma jeunesse aussi effarouchée par le style de Momo.
je ne peux pas citer de phases du livre, il y en a trop qui sont remarquables !
ma note : 5/5
coup de coeur évidement !
je vais bien sûr poursuivre mon exploration de cet auteur qui m'a l'air d'avoir non seulement un grand talent, mais plus d'un tour dans son sac pour surprendre le lecteur !
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  Cocotte le Mar 23 Déc 2008 - 21:36

De : ProfgéoEnvoyé : 2008-12-15 19:14
La vie devant soi Romain Gary (Émile Ajar) Folio 273 pages

Résumé:
Momo raconte sa vie en tant qu'enfant de pute abandonné chez Madame Rosa, une ancienne prostituée juive rescapée d'Auschwitz. Dans un langage truculent et plein de saveur, Momo donne sa vision de la vie, influencé par une vague éducation musulmane, l'héritage juif de Madame Rosa et aussi un extraordinaire sens de l'observation qui fait merveille dans les rues françaises de son quartier envahi par les immigrants et les différences.

Critique:
Le langage de Momo vaut à lui seul la peine de lire ce livre. C'est d'une telle beauté dans le massacre de la langue de Molière! Momo parle avec son coeur, peu importe les inexactitudes et les mots qui n'ont pas le même sens dans sa bouche que dans la vie quotidienne. Ses réflexions sur la vie et son entourage sont absolument savoureuses et en même temps, criantes d'une telle vérité que l'on ne peut qu'avoir envie de prendre Momo dans nos bras pour le protéger de la vie qui est si dure pour lui. Pourtant, on ne peut s'empêcher de souhaiter de toutes nos forces que Madame Rosa survive pour qu'il puisse rester à ses côtés, même s'il est clair à un certain moment donné que ce ne sera pas le cas. Une superbe histoire d'amitié, d'amour filial et de pardon. J'ai mis énormément de temps à lire ce livre, je n'étais pas capable de le lire en continu et pourtant il est excellent! Il faut dire que l'histoire est plutôt faite de réflexions et n'est pas pourvu d'une véritable intrigue, mais tout de même, quelle superbe découverte. Pour une fois, un Goncourt n'aura jamais autant été mérité. Même pour une deuxième prise (Gary avait déjà gagné le Goncourt pour La promesse de l'aube dans les années 50)

Ma note: 4.9/5
avatar
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 37
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  terra.antiterra le Lun 12 Jan 2009 - 20:15

De Romain GARY il faut lire le très beau livre qu'il a écrit en 1945, juste après la guerre. C'est -je crois- son premier ouvrage publié. Le titre -pas très engageant a priori : "Education européenne", est une façon d'évoquer l'idée de l'Europe à un moment de l'histoire où elle était très malmenée.
Je ne pense pas par contre que ce soit une bonne idée que de raconter l'intrigue et de décrire les personnages d'un roman.
Disons simplement que le roman se déroule en Pologne, pendant la dernière guerre, et en hiver ; qu'il y a beaucoup d'aventures, de drames et surtout une belle histoire d'amour.
Et que ce livre devrait plaire beaucoup aux razérates, tel(les) que je commence à les connaître ...
avatar
terra.antiterra

Nombre de messages : 66
Location : France (latitude 45)
Date d'inscription : 04/01/2009

http://terra.antiterra.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  gallo le Lun 12 Jan 2009 - 22:41

J'aime bien les résumés dans les critiques.
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  Mousseline le Sam 17 Jan 2009 - 15:58

Romain Gary / Émile Ajar



Né à Moscou en 1914, Romain Gary émigre en France à 14 ans. Cet homme hors du commun se distingue au cours de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) et est décoré à plusieurs reprises. Il fait ensuite carrière dans la diplomatie.

Gary publie une trentaine de romans dont Les racines du ciel (1956) et La promesse de l'aube (1960). Quatre de ses romans paraissent sous le pseudonyme d'Émile Ajar, dont La vie devant soi (1975) et L'angoisse du roi Salomon (1979). Romain Gary a également réalisé deux films: Les oiseaux vont mourir au Pérou (1968) et Kill (1972).

Son oeuvre, dans laquelle il décrit ses personnages avec tendresse et humanité, exploite les idéaux qui ont mené sa vie entière: la lutte contre toutes les formes de fascisme et la recherche de justice et de fraternité. Romain Gary a mis fin à ses jours en 1980, à 66 ans.


Bibliographie de Romain GARY

Education européenne*, roman, 1945
Tulipe, roman, 1946
Le grand vestiaire*, roman, 1948
Les Couleurs du jour, roman, 1952
Les Racines du ciel, roman, 1956
L'Homme à la colombe, roman (sous le nom de Fosco Sinibaldi), 1958
La promesse de l'aube*, autobiographie, 1960
Johnnie Coeur, adaptation théâtrale de l'Homme à la colombe, 1961
Gloire à nos illustres pionniers, recueil de nouvelles réédité sous le titre Les oiseaux vont mourir au Pérou, 1962
Lady L.*, roman, 1963
Pour Sganarelle: Recherche d'un roman et d'un personnage, essai, 1965
Les mangeurs d'étoiles*, roman, 1966
La danse de Gengis Cohn*, roman, 1967
La tête coupable, roman, 1968
Adieu Gary Cooper*, roman, 1969
Chien blanc*, récit, 1970
Les trésors de la mer rouge, reportage, 1971
Europa, roman, 1972
Les Enchanteurs*, roman, 1973
La nuit sera calme*, entretiens avec François Bondy, 1974
Les Têtes de Stéphanie, roman d'aventures sous le nom de Shatan Bogat, 1974
Gros-Câlin, roman sous le nom d'Emile Ajar, 1974
Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable, roman, 1975
La vie devant soi*, roman sous le nom d'Emile Ajar, 1975
Pseudo, confession fictive sous le nom d'Emile Ajar, 1976
Clair de femme, roman, 1977
Charge d'âme, roman, 1973
L'angoisse du roi Salomon*, roman sous le nom d'Emile Ajar, 1979
La Bonne Moitié, adaptation théâtrale du Grand Vestiaire, 1979
Les Clowns lyriques, roman en fait la reprise des Couleurs du jour, 1979
Les cerfs-volants*, roman, 1980
Vie et mort d'Emile Ajar, testament, 1981
p.s. Disponible chez Gallimard en Folio ou dans la collection "Blanche".

*: Ceux que Nancy Huston a préférés.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  Mousseline le Sam 17 Jan 2009 - 16:02



La promesse de l'aube
(Gallimard/Folio, 1973, 390 pages)

Romain Gary nous raconte sa vie, il part de l'année de ses huit ans alors qu'il habitait avec sa mère à Wilno en Pologne et puis c'est son adolescence à Nice, les années de droit à Aix-en-Provence et Paris. Et la guerre, la deuxième guerre, en France, en Angleterre, en Afrique...

Mais avec ce livre, Romain Gary rend hommage avant surtout à sa mère.

Romain Gary a eu une enfance plutôt particulière auprès d'une mère envahissante, qui a placé tous ses espoirs sur son fils. Celle-ci n'avait d'autres ambitions que de voir son fils célèbre et dès son jeune âge ce dernier a dû tenter de développer ses talents auprès de différents professeurs : violon, chant, ballet... Voyant qu'il n'était pas prodige dans ces domaines, la mère s'est consolée en voyant son fils "Ambassadeur de la France". Alors à huit ans, Romain savait déjà ce qu'il allait devenir, sa mère le déclamait à tout venant.

De l'humour à profusion, énormément de tendresse envers sa mère, un grand sens de la justice sociale, un optimisme à toute épreuve, une foi éternelle en la vie et en les hommes, tout ça fait qu'on trouve le narrateur, soit Romain Gary, très attachant.

Et puis il raconte tellement bien les choses qu'on reste scotché... non mais je reviens à son humour car il m'a vraiment fait beaucoup rigoler. Sa mère était vraiment un phénomène! Et on a envie de souligner plein de phrases, ce que j'ai fait, car Romain Gary a des réflexions qui portent.

Quelques extraits :

"Il n'est pas bon d'être tellement aimé, si jeune, si tôt. Ça vous donne de mauvaises habitudes. On croit que c'est arrivé. On croit que ça existe ailleurs, que ça peut se retrouver. On compte là-dessus. On regarde, on espère, on attend. Avec l'amour maternel, la vie vous fait à l'aube une promesse qu'elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu'à la fin de ses jours. Après cela, chaque fois qu'une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son coeur, ce ne sont plus que des condoléances. On revient toujours gueuler sur la tombe de sa mère comme un chien abandonné."

"Je ne dis pas qu'il faille empêcher les mères d'aimer leurs petits. Je dis simplement qu'il vaut mieux que les mères aient encore quelqu'un d'autre à aimer. Si ma mère avait eu un amant, je n'aurais pas passé ma vie à mourir de soif auprès de chaque fontaine."

"[...] et je sais que la vie vaut vraiment la peine d'être vécue, que le bonheur est accessible, qu'il suffit simplement de trouver sa vocation profonde, et de se donner à ce qu'on aime avec un abandon total de soi."

"[...] rien ne vous isole plus que de tendre la main fraternelle de l'humour à ceux qui, à cet égard, sont plus manchots que les pingouins."

"De cinquante aviateurs que nous étions là, trois seulement étaient encore vivants à la fin de la guerre."


Note : 4,75/5

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  odilette84 le Dim 18 Jan 2009 - 16:50

jolie critique Mousseline,
c'est étonnant comme chacun trouve ce qu'il veut dans un livre.
je n'avais pas remarqué une seconde l'aspect humoristique, tellement les phrases me touchaient

_________________
résister c'est exister

avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  Liza_lou le Dim 18 Jan 2009 - 17:42

Très belle critique Mousseline, j'avais moi aussi beaucoup aimé ce roman.
avatar
Liza_lou

Nombre de messages : 1300
Age : 34
Location : France, à coté de Nantes
Date d'inscription : 07/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  Ysla le Lun 13 Avr 2009 - 10:10

LA VIE DEVANT SOI
Prix Goncourt 1975, attribué à Emile Ajar ( = Romain Gary)

Si certains d'entre vous écoutent France Inter, ils connaissent sans doute ce générique d'émission d'il y a quelques années (mais laquelle était-ce ?) dans lequel on entendait cette annonce authentique : "Le prix Goncourt 1975 est attribué à Emile Ajar pour son roman La vie devant soi". Entendant très souvent ce générique et étant née de surcroit en 1975, je sais depuis longtemps quel est le livre qui a reçu le prix Goncourt de mon année ! Mais je ne l'avais encore jamais lu.
Voilà qui est chose faite et comme tant d'autres lecteurs avant moi, je suis conquise.
J'ai adoré le style, cette façon de jouer avec les mots et les expressions qui permet de mettre en scène tout à la fois une naïveté et une maturité ambigües chez le narrateur. Cette façon d'écrire me fait penser à mes styles fétiches : ceux de Queneau et de Soucy, par exemple.
J'ai à la fois ri, souri et été émue à la lecture de ce roman. L'histoire est superbe, très humaine et la fin très forte, dérangeante. En outre, cette lecture nous permet de voyage dans le Belleville des années 1970, sorte de ville dans la ville où se rencontrent les cultures africaine, nord-africaine, juive et française. Le personnage de Monsieur Hamil, qui vénère à la fois le Coran et Hugo (et à la fin de sa vie les mélange sans cesse) en est un bel exemple.
Je relirai La vie devant soi et je suis plus que jamais avide de découvrir d'autres livres de Romain Gary, quel que soit le pseudo sous lequel il les a écrits.

Ma note : 5/5
avatar
Ysla

Nombre de messages : 1800
Location : Grenoble / France
Date d'inscription : 23/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  mieldorado le Sam 20 Juin 2009 - 14:05

Les Mangeurs d'étoiles

Folio, 440 pages.

Dans un pays d'Amérique Latine, on suit l'ascencion et le déclin d'un dictateur : un indien Cujon appelé José Almayo. Il est obsédé par le seul être auquel il croit vraiment : Le Diable. Il recherche tout au long de sa vie la protection de ce Dieu maléfique. Rien ne l'arrête dans son application à faire le mal. Almayo veut se différencier du reste des indiens Cujon, qui vivent dans leur saleté et leur misère, qui s'éloignent de la réalité trop dure en absorbant des substances hallucinogènes d'où leurs surnoms "les mangeurs d'étoiles". D'autre part, en tant qu'ancien propriétaire du lieu de spectacles "El senor", il est sans cesse à la recherche d'artistes aux talents incroyables jusqu'à se mettre en quête du mystérieux Jack, un artiste au-dessus de tous les autres. D'autres personnages gravitent autour du dictateur, dont sa maîtresse américaine, qui a confiance en Almayo pour tirer son peuple vers le progrès. Elle se voit comme l'élue pour réaliser ce progrès, mais est en fait très idéaliste. Et puis il y a le monde des artistes, des saltimbanques, à la recherche de prouesses presque divines.

Etant assez fan des écrits de Romain Gary, j'avais forcément beaucoup d'attente vis-à-vis de ce livre. Il m'a fallu un certain nombre de pages pour rentrer dans l'histoire, pour situer le décor et repérer tous les personnages, qui ne manquent pas dans le roman. Le plaisir est donc venu au fur-et-à-mesure de la lecture. C'est une histoire très intéressante, qui s'attache à définir la personnalité d'un dictateur. On entre parfaitement dans la psychologie des personnages. C'est un univers singulier dans lequel pénètre le lecteur, un univers très bien décrit. De plus, on voyage en Amérique Latine dont les liens ambigus avec les Etats-Unis sont bien rendus. Je ne peux donc qu'encourager les rats à se plonger dans le lecture de ce roman.
Car, au final, je me suis bien régalée !

Note : 4/5
avatar
mieldorado

Nombre de messages : 373
Age : 33
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  géromino le Sam 20 Juin 2009 - 15:15

Romain Gary était au nombre de mes auteurs à lire un jour absolument avec "La vie devant soi", je crois bien que je vais rajouter "La promesse de l'aube" et "Les mangeurs d'étoiles". Toutes vos critiques ne font que renforcer mon envie de connaître cet auteur.
avatar
géromino

Nombre de messages : 3008
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  zeta le Sam 20 Juin 2009 - 15:29

Géromino, tu peux essayer aussi : "les cerfs volants", et "les enchanteurs" deux merveilles
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  Bellonzo le Sam 20 Juin 2009 - 15:31

J'aime beaucoup La nuit sera calme,l'un des derniers livres de Romain Gary, je crois.Ce n'est pas vraiment un roman mais un peu un bilan pour cet homme de lettres et d'action.J'appelle ces hommes des multiples,ceux qui ont écrit mais aussi vécu,un peu plus que d'autres peut-être (Kessel,Rimbaud par exemple).
avatar
Bellonzo

Nombre de messages : 178
Age : 69
Location : Picardie
Date d'inscription : 26/04/2009

http://eeguab.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  lekepi le Ven 30 Oct 2009 - 11:55

Les racines du ciel - Romain Gary

Je voulais d'abord parler de la vie devant soi, mais vu le nombre impressionnant de critiques deja existantes, je vais plutot parler de l'autre prix Goncourt de Gary:

l'histoire
Apres la deuxieme guerre mondiale, un francais, Morel qui vit au Tchad prend le maquis pour defendre une cause: les elephants. A travers le temoignage de nombreux autres personnages on reconstruit le parcours de Morel qui punit les chasseurs. Il devient rapidement une celebrite dans la presse, qui cherche a comprendre l'homme et ses motifs. Il est rejoint par un groupe de personnes, Minna l'allemande, Forsyte le militaire dechu, Qvsit le naturaliste, ainsi que Waitari, criminel politicien qui cherche a instrumentalise l'action de Morel. Alors que tout le monde voit dans son geste une aide au nationalisme africain, Morel lui cherche juste a defendre les elephants et a travers cela la dignite humaine (mise a mal avec les camps de concentrations dont il sort, la bombe atomique...).

Mon Avis
La lecture est assez difficile au debut: l'auteur utilise le style indirect et on se retrouve avec des personnages parlant d'un homme qui raconte une histoire... Ca donne un rythme un peu saccade. Ca permet cependant de voir le point de vue de tout le monde. Ce que j'aime beaucoup, c'est la description de la vie africaine et de ses differents protagonistes: il y a les colonialistes qui ne respectent pas la nature, les nationalistes qui finalement ont une vue occidentale de l'Afrique, les tribus eloignes de tout ca, qui demandent juste le droit de conserser leur tradition... Un livre plus humaniste qu'ecologique finalement.
3.5/5

lekepi

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 14/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  Tortue Orange le Sam 8 Mai 2010 - 0:03

Lady L.

Auteur : Romain Gary

Mon avis : Un de mes coups de cœur. Au début, je croyais que c’était une histoire toute en douceur mais j’ai rapidement changé d’avis. L’histoire raconte la vie passionnante et pleine d’action de Lady L. qui n’est pas qui tout le monde croit qu’elle est. Le roman est rendu encore plus intéressant par le fait qu’il contient plusieurs éléments historiques. On est porté à vouloir en savoir plus sur l’histoire des personnages qui sont nommés.

Note : 5
avatar
Tortue Orange

Nombre de messages : 89
Age : 27
Location : Montréal
Date d'inscription : 13/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  géromino le Lun 10 Mai 2010 - 8:44

"La vie devant soi" Folio 2004 274 pages (1975 Mercure de France, prix Goncourt de l'année, signé Emile Ajar)


Madame Rosa tient une sorte de pension où elle accueille les enfants des prostituées qui ne peuvent les élever ou même les reconnaître. Parmi eux il y a Momo, un petit garçon arabe; et c'est lui qui raconte, avec ses mots à lui et ses phrases au sens décalé, le quotidien de ce microcosme parisien, où se cotoient en bonne entente juifs, arabes, noirs, et quelques français.
Mais madame Rosa vieillit et bientôt n'est plus en mesure de s'occuper des enfants, puis devient incapable de moter les six étages sans ascenseur de l'immeuble: elle dépérit. Bientôt, le docteur impose son transfert à l'hopital, ce que la vieille dame refuse. Et Momo restera jusqu'au bout pour veiller sur sa maman adoptive...

Il y a longtemps que je voulais lire ce livre et je n'en suis pas déçu. Ce qui frappe dès les premiers mots, c'est le langage particulier du petit Momo: tendrement naïf, avec des phrases pleines de bon sens, mais sorties de la bouche d'un enfant. On rit, on sourit, j'allais dire à chaque page, ce qui n'empêche pas l'émotion de survenir, surtout dans les derniers moments, où la tristesse vient elle aussi pointer son nez.
C'est une belle leçon de tolérance et d'antiracisme qui peut être encore d'actualité de nos jours et dont l'ironie savoureuse ou grinçante se déguste avec délectation.

Note 5/5
avatar
géromino

Nombre de messages : 3008
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  Shan_Ze le Lun 10 Mai 2010 - 11:16

Les trésors de la mer Rouge de Romain Gary
(Folio, 122 pages)




Quatrième couverture : « Du Djibouti au Yémen, Romain Gary sillonne les terres brulées et hostiles pour en rapporter un témoignage d’une rare force. »

Un livre de Romain Gary qui me plaisait beaucoup au début, on découvre les pays de la mer Rouge, quelques anecdotes savoureuses sur ces pays à la nature hostile. Mais j’ai moins accroché au côté enquête pendant la France colonialiste. J’ai préféré le côté nature et humain qui est superbement rendue avec la belle plume de Romain Gary. Malheureusement, le côté reportage politique m'a perdu…

Note : 3/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7664
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  Shan_Ze le Lun 30 Jan 2012 - 20:10

Clair de femme de Romain Gary
(Folio, 179 pages)



Michel rencontre Lydia, deux êtres en déroute. Chacun trouve en l'autre un réconfort de leurs malheurs respectifs.

Je n'ai pas accroché à ce roman. Je l'ai trouvé trop étrange, on se retrouve à un autre puis à un autre avec des personnages sortis de l'ordinaire. D'ailleurs, ces personnes m'ont plus intrigués que les personnages principaux même si leur discours me parlait... Ce livre sans doute écrit d'une traite et net dans l'esprit de Romain Gary, fait suite au suicide de Jean Seberg, son ex-femme (la deuxième). Il parle d'une forte douleur de la perte d'un être aimé. Malheureusement, il est resté trop confus dans mon esprit pour l'apprécier totalement.

Note : 3/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7664
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  lalyre le Lun 20 Aoû 2012 - 16:24

La promesse de l’aube
Romain Gary
Folio janvier 2012
4ème de couverture
391 pages
- Tu seras un héros, tu seras général, Gabriele D'Annunzio, Ambassadeur de France - tous ces voyous ne savent pas qui tu es ! Je crois que jamais un fils n'a haï sa mère autant que moi, à ce moment-là. Mais alors que j'essayais de lui expliquer dans un murmure rageur qu'elle me compromettait aux yeux de l'Armée de l'Air, et que je faisais un nouvel effort pour la pousser derrière le taxi, son visage prit une expression désemparée, ses lèvres se mirent à trembler, et j'entendis une fois de plus la formule intolérable, devenue depuis longtemps classique dans nos rapports : - Alors, tu as honte de ta vieille mère ?

Mon avis
Le titre du livre autobiographique est bien sûr la promesse faite à sa mère par le narrateur lors de son adolescence, celle-ci prévoyait pour lui un avenir brillant. Une mère passionnée qui tout compte fait fut le grand amour de la vie de Romain Gary qui nous raconte les bonheurs et les humiliations reçues, mais aussi ses aventures de la guerre qui ont commencé par son dur apprentissage d’aviateur. Il nous conte aussi son enfance en Russie, sa vie en Pologne et toujours avec mère arrive à Nice. Pendant cette lecture on ressent tellement l’amour de la mère avec ses incongruités, je n’ai pas aimé toutes les manifestations de cette mère pour mettre son garçon à la tête de tous, bien souvent à la grande honte de celui-ci qui cependant n’a jamais manqué de rien. C’est l’histoire d’un amour maternel, d’une femme courageuse ne poursuivant qu’un seul but et celle d’un fils qui se surpassera pour sa mère, je pense qu’il a écrit ce livre en son hommage. Une lecture appréciée car je ne connaissais rien de la vie Romain Gary. 4/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4359
Age : 86
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Lady L.

Message  Ondine le Dim 17 Aoû 2014 - 13:34

éd. folio
250 p.
5/5

Lady L. est une grande Dame, l'Angleterre fête ses 80 ans, les télégrammes affluent pour la féliciter. Sa vie est l'exemple d'une réussite admirable: ses petits-fils sont évêque, ministre, président de banque ou militaire haut-gradé.... La petite française, mariée à un Noble britannique a fait bien du chemin mais qui s'en doute? Sir Percy, Poète-Lauréat-Biographe s'apprête à recueillir son histoire. Elle l'emmène dans son cher pavillon d'été, promis à une destruction prochaine pour faire place à une autoroute, contrariété à l'origine du récit. "Je vous préviens tout de suite qu'il s'agit d'une histoire d'amour, Percy" le prévient-elle et le lecteur avec lui. La suite raconte l'ascension de la trop jolie Annette Boudin, promise à la blanchisserie ou à la prostitution, qui tombe amoureuse d'Armand Denis, terroriste anarchiste en manque d'argent. Ce dernier lui fournit une nouvelle identité, Lady L., et l'introduit dans les milieux huppés afin qu'elle repère des villas à cambrioler. Elle servira ainsi la cause anarchiste. Découverts, sauvés par un comte amoureux de Lady L. lui même pas contre l'idée de servir la Cause à sa manière, ils voyageront en Europe. Enceinte d'Armand, Lady L. accepte d'épouser son vieux comte transit mais lucide tout en continuant à aimer passionnément Armand. Sa route ne s'arrête pas là....

Roman à chute virevoltant, Lady L. se lit d'une traite et on ne boude pas son plaisir: aventure, humour, amour et... stupéfaction horrifiée sont au rendez-vous!

Ondine

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 02/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les têtes de Stéphanie

Message  Ondine le Sam 23 Aoû 2014 - 13:55

éd. Folio
416 p.
3/5

4e de couverture/ résumé:
Stéphanie, cover-girl mondialement célèbre, va faire une série de photos dans le golfe Persique. Mais, dans l'avion du retour, lorsque Stéphanie se réveille d'un sommeil par très naturel, elle découvre que presque tous les occupants de l'avion ont eu la tête tranchée! Horrifiée, elle prend quelques photos juste avant que l'avion s'écrase dans le désert. Sauvée mais retenue de force dans ce pays en pleine "transition démocratique", elle va essayer de faire connaître ce massacre et d'en découvrir les responsables. Rousseau, agent de la C.I.A., devine derrière ces massacres l'odeur du pétrole et de la graisse à mitrailleuse. Il va prendre sous son aile cette délicieuse jeune femme déterminée mais dépassée par les évènements... Romain Gary s'était amusé à publier ce pastiche de roman d'espionnage sous le pseudonyme de Shatan Bogat. Il nous offre un festival d'humour noir, un divertissement aux multiples rebondissements, toujours réjouissants.

Avis:
Ce roman d'espionnage est tout à fait plaisant à lire: Romain Gary respecte les codes du genre et y ajoute un glacis d'ironie sur fond de carte postale kitch. Cela donne à ce roman distrayant un charme particulier.
Vous aimerez aussi: Tintin au pays de l'or noir !

Ondine

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 02/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain GARY (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum