Hitomi KANEHARA (Japon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hitomi KANEHARA (Japon)

Message  Lisalor le Lun 24 Aoû 2009 - 13:17



Une langue fendue en deux comme celle d'un serpent... Quand Ama a ouvert la bouche, Lui s'est sentie parcourue d'un frisson comme elle n'en avait jamais éprouvé. En tombant amoureuse de ce jeune punk la jeune fille va découvrir un monde obscur entre violence et désir. Mais l'automutilation est un voyage sans retour. Piercings, tatouages, sexe et pulsions morbides, Lui va peu à peu perdre tous ses repères au contact de la faune trouble des bas-fonds de Tokyo... Icône de la culture pop japonaise, Hitomi Kanehara dresse le portrait d'une jeunesse à la dérive, en quête d'une étincelle de vie. Quels qu'en soient les moyens, quel qu'en soit le prix...

«Entre pulsion de mort et jouissance sexuelle, une inavouable communauté des corps se dessine. Portrait d'une jeunesse underground, libérée de l'Enfer, mais aussi exilée du paradis».

Mon avis : J'ai bien aimé ce livre mais si quelques fois le récit m'a arraché quelques grimaces. On peut se demander comment cette jeunesse japonaise peut meutrir son corps de la sorte.
Je me suis demandée aussi ou sont passés les parents de ces ados qui ménent une vie complétement en marge de la société. Ils ne sont même pas majeurs et font ce qu'ils veulent. Hallucinant.

Ma note : 4.5/10
avatar
Lisalor

Nombre de messages : 310
Age : 46
Location : Auvergne/France
Date d'inscription : 16/02/2009

http://lisalor.loulou.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hitomi KANEHARA (Japon)

Message  Adrien le Ven 19 Mar 2010 - 23:04

Je me suis demandée aussi ou sont passés les parents de ces ados qui ménent une vie complétement en marge de la société. Ils ne sont même pas majeurs et font ce qu'ils veulent. Hallucinant.
J'ai d'ailleurs trouvé assez subtil que les parents ne soient que brièvement mentionnés et qu'ils n'apparaissent pas dans le roman, un peu comme s'ils étaient invisibles. C'est une asbence symbolique que j'ai trouvée pertinente.

Au delà de cela, c'est un roman dérangeant, parfois cru mais sans tomber dans la vulgarité gratuite. Le langage n'est que l'expression d'une réalité violente (psychologiquement et sexuellement). C'est un livre court, prenant, on a parfois l'impression qu'elle aurait pu aller plus loin dans sa description de l'environnement (la ville, les quartiers) mais au lieu de cela elle se limite aux personnages.

À lire (d'autant que cela ne prend pas beaucoup de temps).

3,5/5.
avatar
Adrien

Nombre de messages : 18
Age : 29
Date d'inscription : 17/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum