César AIRA (Argentine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

César AIRA (Argentine)

Message  Mousseline le Sam 25 Oct 2008 - 19:56

De : 2550Chimère (Message d'origine) Envoyé : 2007-02-25 04:55

LE MAGICIEN de César AIRA
Ed Christian Bourgeois Editeur/150p
Trad (espagnol Argentine) : Michel Lafon


Hans Chans exerce la profession de magicien à la différence prêt qu’il n’a pas de truc puisqu’il possède un authentique don surnaturel. Il se rend à Panama pour un congrès d’illusionnistes, pour être enfin reconnu comme le plus grand magicien du monde.

Un petit roman avec un personnage de magicien qui vit très mal sa situation professionnelle pour laquelle il n’a que peu d’intérêt et sa vie tout court parce que sa magie est si aléatoire qu’il a bien du mal à démêlé ce qui est réel de ce qui est une manifestation surnaturelle de son talent et qu’il ne sait pas quoi faire réellement de son « don ». Voilà un homme qui a tous les pouvoirs et qui n’ose pas s’en servir pour ne pas se faire remarquer, pour ne pas altérer la réalité…Une pointe d’ironie dans les situations parfois invraisemblables dans lesquelles se retrouvent ce pauvre magicien qui décidemment n’a pas une vie facile et une remise en question personnelle. Sans compter que les dernières pages où le magicien se trouve une vocation sont plutôt bien vues dans le choix de cette nouvelle orientation professionnelle qui relève un peu de la magie elle aussi.

Ma note : 3,5/5
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: César AIRA (Argentine)

Message  Lacazavent le Ven 28 Juin 2013 - 10:43

Le Manège de César Aira
André Dimanche, Éditeur / 130 pages


Le Manège, c'est le nom que les policiers de Flores (le quartier de Buenos Aires où vit Maxi, le culturiste au cœur pur, et où vit également son auteur, César Aira) ont donné au gigantesque bidonville circulaire qui a poussé tout au bout de l'avenue Bonorino. C'est aussi, soir après soir, l'itinéraire minutieux et misérable des "cartonniers" et autres "recycleurs", accompagnés de leur "géant bienfaiteur". C'est encore le rituel auquel se livrent les trafiquants de drogue et leurs clients - et, lorsque tout bascule, la course frénétique des télévisions, entre fable et tragédie. Ce sont enfin les vies entrecroisées, inoubliables et fragiles, de quelques personnages dont le destin se joue au beau milieu d'un orage de fin du monde.



Le Manège est un roman assez étrange, difficile à situer, difficile à résumer, l' histoire nous entraîne à Bueno Aires, dans deux quartiers qui nous semblent mitoyen, Flores un quartier populaire où vit Max, Maxi un jeune homme solitaire désœuvré un peu niais toujours dans la lune, chaque jours Max fort de sa carrure d'athlète part aidé les « cartonniers » du bidonville voisin, surnommé Le manège. Connu de tous, il est notre porte d'entrée pour nous lecteur vers un monde, parfois essoufflant, un quartier où chacun court à sa façon gagner sa vie. L' atmosphère est foisonnante, captivante, les rebondissements parfois irréels comme proche d' un conte, on est captivé par ce mélange de réel et d' étrangeté. Un court roman mais très réussi.


4,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
avatar
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5583
Age : 31
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum