William Henry HUDSON (Argentine/Royaume-Uni)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

William Henry HUDSON (Argentine/Royaume-Uni)

Message  Franillon le Ven 17 Juil 2009 - 14:49

William Henry HUDSON, célèbre naturaliste autodidacte et romancier anglais d'origine américaine, est né en août 1841 à Quilmès, près de Buenos Aires. Il est mort à Londres le 19 août 1922.
Six de ses nombreux ouvrages ont été traduits en français :

Au loin jadis,
Un Flâneur en Patagonie,
Le Naturaliste de La Plata,
Terre Pourpre,
El Ombu,
Vertes demeures.



Un flâneur en Patagonie



La Table Ronde – Collection « Les Matins du Monde », 1990, 241 pages, traduit de l’anglais par Victor Llona. Introduction de Michel Le Bris.



Quatrième de couverture :



Cette année passée en Patagonie, sur le Rio Negro, fut la grande aventure de la vie de Hudson. Peut-être pas la plus mouvementée – des périls, il en avait déjà affronté plus que son compte, au Paraguay, et dans les guerres indiennes – mais la plus intense, assurément, celle qui devait décider de toute son existence. Ses chevauchées dans la pampa, avec se seule carabine pour survivre, les nuits passées sous les étoiles, sa vie libre, insouciante, de « gaucho », et puis aussi cette longue attente, pendant toute sa jeunesse, dans l’effroi et l’émerveillement de la nature sauvage, cette nostalgie violente, quand passaient dans le ciel les oiseaux migrateurs fuyant les hivers antarctiques, voilà tout à coup, au contact de ces étendues mornes et grises, de ce ciel vide, qu’elles lui paraissaient prendre un sens nouveau, comme si tout ce qui l’avait jusque-là ému, bouleversé, appelé, s’organisait en une vision du monde. Et des années plus tard, à Londres, dans la mansarde où il crevait discrètement de misère, ce sont les images encore de l’hiver passé sur le Rio Negro qui le faisaient tenir, c’est le chant des oiseaux patagons qu’il entendait, sur les toits de la ville, dès qu’il fermait les yeux. Cet instant d’éblouissement, comme au premier matin du monde, voilà le sujet de ce livre – « si plein, si serein, écrivait Bruce Chatwin, qu’en comparaison Thoreau lui-même paraît pontifiant ».



W.H. Hudson nous emmène dans les plaines immenses, grises, pratiquement inhabitées, de Patagonie, à la découverte d’une nature sauvage qu’il nous décrit dans le détail avec sa faune, avec sa flore très particulière, avec les rares habitants qu’il a pu rencontrer dans la vallée du Rio Negro. On découvre avec lui la vie en Patagonie, telle qu’elle était au dix-neuvième siècle, toutes les impressions qu’il ressent devant l’immensité de ce pays : d’abord, lors de l’échouement du navire qui l’avait amené, « la blancheur d’une mer tumultueuse et couleur de lait », plus tard, « cette chute de neige accompagnée d’une blancheur plus vaste et plus étrange encore », puis « la musique d’oiseaux dans l’Amérique du Sud » et « le parfum de l’herbe aux ânes »… Un paysage si monotone qu’il ne peut réjouir l’œil, et qui pourtant apporte une étrange sérénité à celui qui se laisse séduire dans cette immensité grise.

Un livre remarquable, écrit par un homme qui, même à Londres à la fin de sa vie n’avait qu’à s’installer sur le toit de sa mansarde pour écouter passer les oiseaux migrateurs et en reconnaître plus de cent espèces différentes à l’oreille.



Ma note : 5 / 5
avatar
Franillon

Nombre de messages : 1652
Age : 83
Location : MONTMARTIN-SUR-MER (Manche)
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: William Henry HUDSON (Argentine/Royaume-Uni)

Message  noemiejardine le Mar 23 Fév 2010 - 16:07

sous le vent de la pampa

livre de "nature writing" assurément.

le premier chapitre est celui qui enchante le plus.
intitulé "désert des pampas" il décrit si bien l'ambiance de cet océan d'herbes qu'on le voit.
"J'aimerais conduire le lecteur par l'imagination sur cette étendue plate - ou du moins sur une bonne partie de cette étendue - entre l'océan d'une part et, de l'autre, un désert d'herbes pour ainsi dire illimité - autre océan. Il s'agit d'une contrée d'autant plus facile à imaginer qu'elle est dépourvue de montagnes, de bois, de lacs et de rivières. Au vrai, il y a fort peu de chose à imaginer, pas même la sensation de l'immensité." fabuleux, non?

" Il convient aussi de remarquer que les voix d'oiseaux assourdies dont certaines sont extremement douces et expressives, et les notes poussées par beaucoup d'insectes et par les batraciens, présentent une grande ressemblance et semblent s'harmoniser avec les accents éoliens du vent dans les roseaux et dans les herbes: l'étranger, voire le naturaliste accoutumé à une faune différente, éprouvera souvent dans les pampas une certaines difficulté à identifier parmi ces voix celles qui appartiennent à des oiseaux, à des grenouilles et à des insectes."

les chapitres sont très différends, tous très instructifs:
le puma, les armes singulières de certaines animaux, la crainte chez les oiseaux, la moufette, le mimétisme et les couleurs chez les sauterelles, tempêtes de libellules, les animaux simulent-ils la mort? oiseaux mouches, la musique et la danse dans la nature, le huanaco se meurt, biographie de la viscache, le chauna chavaria...

à propos des oiseaux. "D'ailleurs dans une atmosphère aussi sereine le son porte très loin. En général, leurs voix sont étrangement assourdies: le silence de la nature les impressionne et ils sont devenus taciturnes par habitude."

William Henry Hudson aurait écrit cet ouvrage à Londres: se souvenir, c'était sa manière de soigner sa nostalgie de la pampa argentine....

Ce n'est pas un ouvrage à lire d'une traite, il faut s'y arrêter, goûter, reprendre...une merveille!

Note: 4/5

Petite Bibliothèque Payot / Voyageurs, 225 pages.


Dernière édition par Philcabzi le Lun 26 Avr 2010 - 11:26, édité 1 fois (Raison : Ajout de la note)
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: William Henry HUDSON (Argentine/Royaume-Uni)

Message  Franillon le Mar 23 Fév 2010 - 17:32

Tu as tout à fait raison, Noemiejardine, W. H. Hudson est un merveilleux conteur. Je n'ai pas lu Sous le vent de la pampa, mais j'avais beaucoup aimé Un flâneur en Patagonie et aussi son très beau roman Vertes demeures.
avatar
Franillon

Nombre de messages : 1652
Age : 83
Location : MONTMARTIN-SUR-MER (Manche)
Date d'inscription : 09/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: William Henry HUDSON (Argentine/Royaume-Uni)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum