Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Invité le Mar 5 Mai 2009 - 8:41

Invité est talie_nl

Le meilleur des mondes ou Brave
new world


Aldous Huxley (1931)


C’est l’histoire d’un monde futur rempli d’individus conçus dans des éprouvettes. Il n’y a plus de père, il n’y a plus de mère, mais il y a des flacons et des préparateurs. Les enfants sont conditionnés dès leur mise en boîte pour faire partie d’une certaine caste, allant de l’Alpha à l’Epsilon. Dès leur plus tendre enfance, ces êtres sont élevés, éduqués et conditionnés de manière à concevoir la vie en rose. Les castes cohabitent en toute harmonie et chaque individu est heureux d'être dans le groupe où il a été inséré, grâce à un traitement « hypnopédique », processus selon lequel des phrases sont répétées aux enfants maintes et maintes fois pendant leur sommeil. Dans ce monde merveilleux, chacun a la possibilité de prendre du « soma », cachet permettant de rentrer immédiatement dans un coma plus ou moins profond rempli de rêves enchantés.


C'est au départ l'histoire de Bernard Marx, un Alpha qui n’en a pas le physique car, selon les dires, on aurait versé par mégarde de l’alcool dans son tube (processus destiné normalement aux embryons des castes inférieures). Il ne voit pas les choses comme ses confrères, il réfléchit et s’individualise. Il va visiter, en compagnie de Lénina Crowne, une merveilleuse Bêta, le monde des sauvages, réserve située hors du nouveau monde de l’Etat mondial, où les individus vivent à l’ancienne (se reproduisent encore à la manière des vivipares). Ils vont y ramener une ancienne habitante de l’Etat mondial, Linda, qui y avait séjourné mais qui s’y était égarée, enceinte (ce mot est un très gros mot pour les gens du nouveau monde) accompagnée donc de son fils John. Ce dernier devient fou, pris entre un monde sauvage où il était solitaire car différent et le meilleur des mondes dans lequel personne ne vit seul et tout le monde appartient à chacun.


5/5.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Réaliste-romantique le Ven 8 Mai 2009 - 0:55

Moi aussi j'avais adoré ce livre. Mais je n'ai pas aimé la "suite" qui n'en est pas vraiment une : "L'île".

Je suis surpris qu'Huxley n'avait pas encore de discussion chez les rats. Le site nous réserve parfois de telles surprises... Question

_________________
Lectures en cours : De profundis, Good Morning, Midnight
En attente : 
Commentaire en attente : The Traveller's Guide to Outer Space (Neil Comins) Vaterland (Anne Weber),
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1957
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  nanet le Lun 22 Mar 2010 - 13:17

L'auteur

Aldous Leonard Huxley est un écrivain britannique, né en1894 à Godalming (Royaume-Uni) et mort en 1963 à Los Angeles (États-Unis).


Auteur de 47 livres, il a travaillé sur l'évolution sociale des hommes, parfois contenant ses pensées religieuses et philosophiques. La drogue fut aussi pour lui, une grande source d'inspiration, comme ici, dans ce livre mais aussi dans le dernier : L'île.




Quatrième de couverture

Les expérimentations sur l'embryon, l'usage généralisé de la drogue. Ces questions d'actualité ont été résolues dans l'État mondial, totalitaire, imaginé par Mous Huxley en 1932. Défi, réquisitoire, anti-utopie, ce chef-d'oeuvre de la littérature d'anticipation a fait de son auteur un des témoins les plus lucides de notre temps. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Présentation de l'éditeur :

Défi, réquisitoire, utopie, ce livre mondialement célèbre, chef-d'œuvre de la littérature d'anticipation, a fait d'Aldous Huxley l'un des témoins les plus lucides de notre temps. Aujourd'hui, devait écrire l'auteur près de vingt ans après la parution de son livre, il semble pratiquement possible que cette horreur s'abatte sur nous dans le délai d'un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d'ici là de nous faire sauter en miettes... Nous n'avons le choix qu'entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique.


D'autres ont classé ce livre dans les dystopies : le pire.. et je serai assez proche de cet avis, car c'est un avenir bien triste et morne que peint l'auteur... une vie de plaisir, certes mais tellement réglementée, tellement fade, face à la beauté de celle des sauvages !

L'histoire

Le livre commence par une présentation assez complexe d'un établissement : le centres de conditionnement et d'incubation ! qui se révèle être la base du système actuel des naissance... et affreusement terrifiant. Imaginez un monde où les futures mères seraient des bocaux, où les mois
de croissances se résumeraient à une série de conditionnements et autres expériences presque barbares pour faire de vous un être en accord parfait avec votre caste. Endoctrinement. génétique bafouée, et embryons torturés. Voilà ce que voyait l'auteur de notre avenir. Cela fait froid dans le dos.

La suite est guère plus envoutante... un monde où la consommation est la seule loi : dépenser. jeter,
consommer, encore, encore. Et, là, j'ai eu la vague sensation de toucher un peu notre société actuelle, où pour exister il faut posséder le dernier téléphone hightech, l'écran plasma 159000 pouce dans son salon et surtout le faire savoir à ses voisins ! arf...

Les castes sont créés pour déterminer le rôle de chacun, et dès la naissance, un homme est conditionné pour servir les autres. Outres des lois précises et un ordre établi, le moyen de réduire les humains à cet esclavage est un drogue : le soma ! ils en consomment tous, du matin au soir, et sont même rémunérés avec. Cela leur fait oublier leur vie. Cela leur donne une illusion de bonheur, de plaisir. Effarant.

Mais le livre ne se réduit pas à une unique description d'un monde sois-disant meilleur, il montre l'évolution de quelques hommes dans ce dernier. Les doutes de Bernard, et surtout, la vie de John, un sauvage qui va découvrir la vérité sur de monde dont il ne pensait que du bien !

J'ai trouvé ce livre difficile, peut-être parce qu'il montre ce que nous pourrions devenir ? mais après quelques jours de réflexion, je dirai que c'est un livre magnifique.

Le style

"Tout l'ordre social serait bouleversé si les hommes se mettaient à faire les choses de leur propre initiative. Dés que l'individu ressent, la communauté est sur un sol glissant. L'indépendance n'a pas été faite pour l'homme, elle est un état antinaturel, elle ne mène pas en sécurité jusqu'au bout."
Aldous Huxley.

Le livre n'est pas dénué d'une certaine pointe d'humour, qui permet d'aborder des thèmes très virulents et inquiétants en les masquant sous une belle parodie, et des allégories follement sympathique. C'est brillant de la par de l'auteur.

Les personnages sont assez bien décrits, complets, on peut donc aisément les visualiser et presque
s'identifier. chacun amenant une version précise des castes et montrant bien le pouvoir de l'endoctrinement.

Bref, c'est bien écrit, même si je n'ai pas trop apprécié l'ensemble au cours de la lecture, je
dois reconnaitre que l'auteur est bourré de talent.

Au final

Un œuvre à découvrir, pour la vision effrayante d'un avenir probable !

Notation : 3/5
avatar
nanet

Nombre de messages : 178
Location : Pézenas, sud de France
Date d'inscription : 21/03/2010

http://lesmotsdenanet.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Cachou le Dim 19 Sep 2010 - 10:25

Le génie et la déesse

Au cours d'une conversation, Rivers est amené à parler de sa jeunesse. Après avoir été couvé par une mère trop présente, il va découvrir l'amour lors de son emménagement chez un physicien (le génie) avec lequel il va travailler. Il raconte comment il est tombé amoureux de la femme de celui-ci (la déesse) tandis qu'elle ne lui prête de prime abord aucune attention et que c'est leur fille qui s'amourache de Rivers.

J'ai trouvé qu'il était difficile d'entrer dans ce livre qui peut parfois entrer dans des considérations métaphysiques. Le récit de Rivers est entrecoupé par quelques divagations qui à mon sens n'apportent pas grand chose à l'histoire, ce qui est dommage parce que sans celles-ci le livre pourrait être beaucoup plus intéressant.
Autrement dit, rien à voir avec le célèbre roman "Le meilleur des mondes" que j'avais beaucoup aimé.

Notation: 2/5
avatar
Cachou

Nombre de messages : 22
Age : 33
Date d'inscription : 05/09/2010

http://cachouchiwi.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Calepin le Lun 20 Déc 2010 - 22:00

Le meilleur des monde, de Aldous Huxley
Éditions Plon, collection Pocket
2004, 284 pages

4e de couverture : Défi, réquisitoire, utopie, ce livre mondialement célèbre, chef-d'œuvre de la littérature d'anticipation, a fait d'Aldous Huxley l'un des témoins les plus lucides de notre temps. Aujourd'hui, devait écrire l'auteur près de vingt ans après la parution de son livre, il semble pratiquement possible que cette horreur s'abatte sur nous dans le délai d'un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d'ici là de nous faire sauter en miettes... Nous n'avons le choix qu'entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique.

Mon avis :Après avoir lu Fahrenheit 451 et 1984, Le meilleur des mondes était la suite logique de ces excellentes dystopies. Quoi en dire sinon que c'est absolument terrorisant d'imaginer la manipulation génétique à un tel niveau ? Le contrôle des masses est si total par le biais du conditionnement passant du foetus à la période de l'enfance qu'on en perd toute notion d'humanité, du moins, celle que nous connaissons actuellement. Comment voir dans l'acuité insensée de Huxley, quant à l'avenir qu'il voyait en 1931, autre chose que de l'ébahissement et de l'inquiétude ? Cet homme semblait être brillant, visionnaire et c'est un peu de cette vision qu'il nous partage dans ce classique de la science-fiction. J'ai aussi bien aimé sa critique contre les paradis médicamenteux encouragés par la société du meilleur des mondes.

Sur le plan de l'écriture, j'ai trouvé à la fois qu'elle n'avait pas très bien vieilli et qu'elle collait toutefois à la réalité aseptisée, dépourvue de tout ce qui crée un élan passionnel, à moins que celui-ci soit accepté dans le cadre social. Il arrive à l'occasion qu'on ne sache pas trop qui parle ou fait quoi, surtout au début où de courts paragraphes s'enchaînent, mais dont il n'est pas question des mêmes personnes, et ce sans les nommer. Dans l'ensemble, ce n'est pas là ma principale irritation à l'égard de ce livre. Elle vient plutôt du Sauvage dont il est parfois difficile de suivre le raisonnement étrange. La piété quasi fanatique du personnage, cette considération absolue pour Dieu serait-elle à l'image d'Huxley ? Théorie intéressante, bien qu'elle m'ait tout de même profondément agacée. Dommage.

Note : 3,5/5

_________________
Lecture en cours



Les lettres ; de l'oxygène au coeur et des jumelles pour voir plus loin.
avatar
Calepin

Nombre de messages : 1527
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Mandarine le Lun 3 Jan 2011 - 4:04

Je projette de lire ce livre très bientôt. Mais ce que tu dis sur la langue me fait un peu peur car j'ai le livre en VO... J'espère que je vais tout de même comprendre quelque chose Very Happy
Merci pour ta critique!
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2129
Age : 32
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Mandarine le Dim 30 Jan 2011 - 6:02

Le meilleur des mondes (Brave New World)


Après des années d’attente, j’ai enfin lu ce classique du XXè siècle… et je n’ai pas été déçue!
Le monde décrit dans cette dystopie est tout à fait effrayant, et crée en nous un sentiment de connu, d’un débouché possible de notre monde actuel. Ce monde semble parfait à ceux qui le peuplent. Ils sont conditionnés à penser et agir d’une manière ‘orthodoxe’, et sont bercés par une drogue qui détruit tout sentiment fort. Ces gens ne connaissent donc pas la peur, la solitude, la frustration, la peine, la haine… ni l’amour, la compassion, l’enchantement, la magie de l’art ou de la beauté. Ils avancent aveuglément dans leur vie insignifiante, accomplissant la tâche qui leur a été assignée, et sont heureux car incapables de penser de manière indépendante.
Ce roman m’a beaucoup plu et me parle vraiment. Ces personnages ‘pions’ me font, à bien des égards, penser à certaines personnes qui se complaisent dans leur petit bonheur matériel, "avalant" toutes les nouveautés qu’on leur vend, sans essayer de voir ce qui se cache derrière, ne voyant jamais que le vernis recouvrant la crasse, les belles promesses masquant la manipulation.

Une idée présente dans le roman, et qui fait écho à une tendance contemporaine, est le rejet de la vieillesse. Dans ce monde, cette "horreur" a disparu, et est un sujet tabou, une idée répugnante. Cela me fait penser aux recherches pour allonger l'espérance de vie, ou autres chirurgies esthétiques. Je trouve qu'il y a de la beauté dans la vieillesse, et pour rien au monde je ne désirerais vivre 250 ans, et, par dessus le marché, avec la même tête qu'à 17 ans... Dans le monde d'Huxley, la nature n'a plus sa place... Pourvu que sa vision ne soit pas prophétique!

Un point négatif, cependant. Je ne me suis pas sentie proche des personnages. Ils n’étaient pour moi que des moyens d’exprimer une idée, trop artificiels, creux. En fait, ceci est à l’image de leur rôle dans le monde fictif, où ils ne sont que des cellules dans le corps politique, dépourvus de toute individualité, mais j’aurais sans doute été plus touchée si les personnages avaient été plus réels.

4.25/5
avatar
Mandarine

Nombre de messages : 2129
Age : 32
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  dodie le Ven 16 Sep 2011 - 10:35

Le meilleur des mondes

J'ai été déçue par ce grand classique de la science-fiction: je trouve que le style a vieilli. Je ne me suis absolument pas attachée aux personnages et me suis littéralement ennuyée.
Par contre je reconnais l'imagination extraordinaire de l'auteur car ce roman a été écrit en 1932...........
Ma note 2,5/5
avatar
dodie

Nombre de messages : 4539
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Nathalire le Dim 18 Sep 2011 - 11:24

Tiens tiens... ta critique me fais penser que je l'ai lu il y a trèèèèèès longtemps, peut-être qu'il me ferait la même impression... je l'avais adoré à l'époque...
avatar
Nathalire

Nombre de messages : 1058
Age : 37
Location : Pully (Suisse)
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Philcabzi le Dim 23 Oct 2011 - 23:00

Le meilleur des mondes
Ed. Plon, 1933, c1932, ISBN 2-266-02310-1
Titre original: Brave new world (traduit de l'anglais par Jules Castier)

Ma note: 3.5/5

Mon avis:
Il m'aurait fallu vous faire un graphique avec ma note qui monte et descend au fil des pages! Au début de l'histoire, j'ai été scotché au récit, intriguée par les idées somme toute révolutionnaires pour l'époque, mais l'intérêt c'est essoufflé. Par la suite ça allait par haut et bas, plus intéressée par la vie dans le "monde moderne" que par la vie dans la réserve ou l'histoire de John/Lenina. Cette dernière en particulier m'a ennuyé même si ma raison me disait de lire le récit avec des "yeux de 1932" ce qui est bien différent que de lire selon mon propre bagage. Au final, je suis bien contente d'avoir lu ce classique qui a été une source d'inspiration pour bien des auteurs de science-fiction.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Mousseline le Lun 24 Oct 2011 - 4:17

Tiens je l'ai ce livre.... je pourrais bien en profiter mais j'ai un gros problème : je n'ai envie que de lire des polars ou de la Nature Writing et comme je ne veux pas retomber en panne de lecture je suis bien mieux de suivre mes inspirations....

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  cookie610 le Mer 16 Nov 2011 - 19:33

Le meilleur des mondes

Note : 3/5


Pour le résumé, voir ci- dessus.

Critique : un peu déçu par ce qui est LE classique de la littérature SF-distopie. J'avais bien aimé 1984 qui apparemment, est beaucoup basé sur le roman d'Huxley et donc je pensais être emportée dans Le meilleur des mondes mais finalement, le voyage a vite tourné court. Le début commence pourtant très bien, j'ai beaucoup aimé l'idée des bébés élevés en batterie et complètement conditionné dès la naissance. Et les réserves de sauvages. C'est incroyable de se dire que le livre a été écrit en 1932. L'auteur avait une avance et une vision de la société par rapport à son époque assez incroyable. C'est vrai que ça fait peur de se dire que ça peut arriver. Mais la suite n'est pas passionnante, je n'ai pas aimé à partir du moment où John revient. J'ai eu du mal a terminé le livre tellement je trouvais la dernière partie ennuyeuse. Concernant le style, je trouve qu'il a mal vieilli. Je suis tout de même contente d'avoir lu ce classique dans le cadre du thème même si je m'attendais à mieux.

avatar
cookie610

Nombre de messages : 4720
Age : 27
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le meilleur des mondes

Message  nauticus45 le Ven 18 Nov 2011 - 16:56





  • Poche: 284 pages
  • Editeur : Pocket (11 octobre 2002)
  • Collection : Science-fiction / fantasy
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266128566
  • ISBN-13: 978-2266128568

Commentaire:

D'habitude je ne suis pas vraiment portée sur la science fiction mais j'ai beaucoup aimé "Le meilleur des mondes". L'écriture est fluide et rythmée, les citations de Shakespeare sont très belles, mais surtout la trame est vraiment bien trouvée. Au début la description de cette société totalitaire m'a vite accrochée car on a envie de comprendre les rouages de son fonctionnement mais au bout d'un moment je me suis demandée ce que l'auteur pourrait inventer comme trame au milieu de cette description, tout étant tellement conditionné dans ce monde qu'on ne voit pas bien par où l'imprévu pourrait surgir! Cependant l'imprévu arrive, la machine où tout est programmé semble s'enrayer, et à partir de ce moment-là je n'ai plus pu décrocher du roman, jusqu'aux derniers mots. Ce "meilleur des mondes" est un très bon moment de lecture, qui fait réfléchir sur notre société basée sur la science et la consommation... à conseiller aux adolescents comme aux adultes.

5/5
avatar
nauticus45

Nombre de messages : 1558
Age : 40
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Mousseline le Mar 22 Nov 2011 - 3:08

Le meilleur des mondes


Classique , Science-fiction / dystopie


La première phrase : "Un bâtiment gris et trapu de trente-quatre étages seulement."

Le meilleur des mondes est un monde où les bébés sont conçus dans des éprouvettes et avant même la conception on décide qui fera quoi et sera qui. Il n'y a pas de parents. Tout le monde est heureux tout le temps. Tout le monde appartient à tout le monde. Pas de couple.

Il y a plein d'idées géniales dans ce roman, à l'époque ce roman était un chef-d'oeuvre sans doute mais là où le bat blesse au goût d'aujourd'hui c'est la forme : une surcharge de mots, de phrases, trop de blabla, c'est lourd, par moments je lisais en pensant à autre chose fallait que je me secoue pour revenir dans l'univers du roman.

J'accrochais puis je décrochais puis j'accrochais puis je décrochais... Mais on finit pas se rendre à la fin.

Aldous Huxley a le grand mérite d'avoir été un précurseur du roman d'anticipation.

Mais je ne suis pas d'accord avec bien des critiques sur le web qui disent que tout le monde devrait lire ce roman. Ça me fait bien rigoler en fait.

Je trouve que c'est tellement plus agréable de lire des romans d'anticipation modernes, par exemple je pense à Le dernier homme de Margaret Atwood, le message est tout aussi fort et la lecture en est autrement plus plaisante.

J'ai beaucoup aimé 1984 de George Orwell de même que Fahrenheit 451 de Ray Bradbury mais Le meilleur des mondes je l'ai apprécié bien moyennement, vous pouvez passer votre chemin sans regret.

Note : 3/5

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aldous HUXLEY (Royaume-Uni)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum