Jean-Paul MARI (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean-Paul MARI (France)

Message  odilette84 le Lun 2 Mar 2009 - 16:54

SANS BLESSURES APPARENTES

lu dans le cadre du prix des lectrices de ELLE 2009


Jean-Paul Mari est journaliste.
Il écrit ici un documentaire étayé par de nombreuses recherches et de nombreux entretiens.
cet ouvrage traite de la douleur du "survivant".
A la suite des guerres, que deviennent les soldats, journalistes qui en réchappent. Quel est leur état psychologique ? Comment peut-on les aider à redevenir "humains", à de nouveau vivre normalement ?

J’ai eu bien du mal à entrer dans ce document…
Non pas que le sujet ne m’intéresse pas ou me rebute.
La manière de le traiter m’a semblée trop fouillis : La multiplication des lieux, les sauts dans le temps, les divers témoignages, soldats, psys ou journalistes, les références à
Ulysse les nombreuses descriptions sordides de scènes de guerre…
Je suis restée en retrait et j’ai eu du mal à comprendre le fond du propos de l’auteur, certainement en raison de mon point de vue personnel.

Il est vrai que la guerre est un traumatisme aussi bien pour ceux qui la subissent que pour ceux qui la font, mais il ne faut pas perdre de vue que depuis bon nombre d’années maintenant, on s ’engage dans l’armée par choix et que l’on est soldat pour intervenir en
cas de guerre… et non en cas de paix !
Je reconnais que certains engagés ne savent pas à quoi s’attendre et que l’horreur de la guerre est toujours au delà de l’imagination. Je reconnais aussi que l’on ne peut infliger ou côtoyer la mort sans être traumatisé. Je sais qu’il est nécessaire que de tels témoignages existent pour que ces hommes ne tombent pas dans l’oubli une fois leur temps accompli. Je suis sûre qu’il faut les aider à surmonter l’horreur qui est en eux, pour qu’ils puissent recommencer à vivre normalement.
Je pense aussi que les soldats sont d’une certaine manière « manipulés » par les pouvoirs, la guerre en Irak en est un bon exemple.
Je sais l’important des témoignages des journalistes de guerre , et je me doute qu’ils vivent au plus près des violences dans le but d’informer et qu‘eux aussi sont atteints par,le traumatisme.
Toutefois, mes pensées et ma compassion vont et iront toujours en priorité aux populations qui, boucliers humains la plupart du temps, subissent, souffrent et meurent sous les obus , les mines ou les balles des snipers.


P116 Se taire , voilà l’issue pour un Survivant. La rencontre avec la mort ne se raconte pas : elles est indicible. Tout simplement parce qu’il n’existe pas de mot humain pour
l’exprimer

p 128 Que fait-on de la douleur de la guerre quand on revient ?
je crois avoir un début de réponse : si on la laisse faire, elle vous tue.

ma note
2,5/5
avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum