Ann-Marie MACDONALD (Canada)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ann-Marie MACDONALD (Canada)

Message  gallo le Lun 9 Fév 2009 - 11:56

De : Frisette (Message d'origine) Envoyé : 2002-10-21 16:32
Ann-Marie MACDONALD - Un parfum de cèdre
4/5

Chacun des membres de la famille Piper du Cap-Breton semble cacher de sombres secrets dans son passé. Dès le début du roman, on s'apperçoit que les parents, James et Matéria, ont élevé leurs enfants dans un climat plutôt malsain. Il n'y a donc rien de surprenant à ce qu'ils soient tous plus ou moins perturbés. Ce roman nous expose donc - sans tabous - la saga d'une famille qui a eu le malheur de s'aimer "mal".

J'avais de très grandes attentes face à ce roman étant donné les nombreuses critiques très positives qu'il a reçues. Je dois dire que je l'ai beaucoup aimé. Dès les premières pages, je me suis attachée aux personnages ainsi qu'à leurs malheurs. Une seule ombre au tableau, la partie ou Frances devient la narratrice. Peut-être était-ce trop noir. Je ne sais pas trop mais j'étais moins prise par l'histoire. Je donne quand même une bonne note car tout le reste était quasi parfait.


De: Lagrande.

Ann-Marie MACDONALD - Une parfum de cèdre
Quel beau livre... j'aimerais que vous puissiez toutes le lire afin qu'on partage nos impressions, les émotions que nous font vivre l'auteur de ce roman merveilleux.
Difficile de résumer l'histoire mais c'est l'histoire d'une famille au début du siècle à l'Ile du Cap Breton en Nouvelle-Écosse. Un anglais tombe amoureux d'une jeune libanaise de 12 ans, ils se marient, il se met à mépriser celle qu'il a épousé (c'est une enfant!!) mais ils ont des filles, dont plusieurs meurent - on est quand même au début du siècle à la campagne. On nous raconte donc l'histoire de ces filles, Kathleen, Mercedes, Frances, puis Lily et leur père James.
Un livre de presque 600 pages qui se lit comme un charme, plein de personnages attachants, des sous-entendus, des choses qu'on devine sans qu'elles soient dites et à la fin tout tombe en place comme par magie.
Quand je l'ai terminé hier soir...je l'ai fermé et serré fort sur moi pour rester imprégnée de l'ambiance, de la force des personnages, de la sympathie que j'avais pour ces filles devenues femmes qui ont vécu une vie remplie de secret et de non-dit mais pleine d'amour et qui se battent pour rester unies afin de passer à travers les moments difficiles.
Je vous le suggère de tout mon coeur.
Note : 5/5
(Lagrande)


De: Mousseliine
C'est l'histoire d'une famille du Cap-Breton. Une famille où règne l'horreur, l'amour, la folie... des secrets. Des personnages qui nous trottent dans la tête très longtemps.
Un incontournable. Un livre à lire absolument!
Note : 5/5


De: FaMulan
Ann-Marie MACDONALD - Un parfum de cèdre
Voilà un livre à lire et à relire!
Dès les premières pages, je me suis dit: "ça c'est une écriture intelligente... pourvu que ça dure" et vraiment l'auteur ne m'a pas déçue. C'est un livre qui nous amène à découvrir petit à petit chacun des personnages de cette famille et leur entourage dans leur intimité la plus profonde, dans leurs secrets, dans leur douleur, leurs gestes quotidiens, leurs moments les plus heureux. Ce n'est pas juste une histoire bien racontée, mais une mine d'informations pertinentes et précises qui a sûrement exigé de l'auteur de nombreuses recherches. Les mots me manquent pour vous dire comment j'ai aimé ce livre, mais il a su m'habiter et m'habite encore puisque j'ai même rêvé à Materia et Frances la nuit passée! Probablement que ma personnalité s'est reconnue à travers certains traits des personnages? Smile)
C'est un livre qui se lit comme la caresse du velours sous les doigts.
Note : 5/5
(FaMulan)


De: Dytal
Un parfum de cèdre
C'est une saga familiale où nous rencontrons, James et Matéria qui se sont mariés et se sont enfuis parce que leurs parents ne voulaient pas de ce mariage. Ils ont ensemble 4 enfants. Matéria toutefois meurt très jeune et James se retrouve avec ses enfants sur les bras... et quels enfants... Il y a Mercedes qui est plutôt sainte nitouche et qui prend en charge la famille, Frances qui est une fille perdue... le mal s'est incrusté en elle une bonne partie de sa vie et il y a Lily, la petite infirme qui est en fait la fille de l'aînée de James, Katleen, décédée en couche quelques jours avant la mort de Matéria.
Dit comme cela, il me semble que c'est mélangeant, mais on s'y retrouve très bien dans tous ces personnages. L'auteure a vraiment un don pour rendre l'intensité dans un roman. Je me serais cru à l'opéra, où tout commence en douceur et à un moment tout déboule pour redevenir tout en douceur à la toute fin...
C'est vraiment un roman remarquable, un incontournable selon moi.
Note : 4.5/5
(Dytal)


De: la-grande Envoyé: 5-1-2004 18:36
The Way the Crow Flies

L'action se passe au début des années 60. Madeleine McCarthy est une petite fille de 8 ans - fille d'un ancien pilote de l'aviation canadienne et d'une acadienne. Après plusieurs années passées en Allemagne, la famille se retrouve dans une base de l'aviation en Ontario. Là-bas, Madeleine, son frère et leurs parents se feront de nouveaux amis et la vie semblera reprendre son cours normal.

Mais à travers la normalité, Madeleine et son père, Jack, vivront, chacun de leur côté avec un secret... Madeleine subira des attouchements de la part de son enseignant de 4ième année.. un homme lugubre. Quant à Jack, il sera pris au milieu d'une affaire de déportation d'un scientifique russe en fuite du régime communiste. Cette affaire, à première vue pas trop compliquée deviendra un cauchemar et aura des conséquences graves sur la vie des voisins des McCarthy.

Le meurtre d'une camarade de classe de Madeleine fera tout basculer...

Le dernier tiers du livre nous transporte plus de 20 ans plus tard... Madeleine est adulte, sa carrière de comique se porte bien - mais le secret qu'elle tranporte avec elle devient trop lourd à porter pour elle seule.

C'est un livre hyper intéressant! J'ai préféré la partie où Madeleine est une petite fille - c'est l'époque de la guerre froide où le Canada se sentait pris au piège entre le régime communiste de l'URSS et les USA... Mais c'est aussi moins de 20 ans après la 2ième guerre mondiale et les blessures des nazis et de leurs alliés sont encore fraîches pour leurs victimes. Je pense que c'est ce que j'ai vraiment aimé de ce livre... contrairement à Un parfum de cèdre où l'action se déroule sur plusieurs années, l'auteur choisit plutôt de nous ramener en arrière pour nous rappeler les années 60 d'avant la révolution sexuelle et du Peace and Love.

La femme de maison parfaite qu'est la mère de Madeleine représente une génération qui s'est vu imposer une tonne de changements et qui ont parfois eu de la difficulté à les accepter.

C'est un roman dense et bien ficelé.

J'ai quand même un peu moins aimé que son premier roman qui est un des meilleurs livres que j'ai lu - quoique j'en garde peut-être une idée romantique - mais c'est tout de même un excellent bon roman qui vaut le détour.

Note: 4.25/5


De: Boogok Envoyé: 25-6-2004 3:58
Un parfum de cèdre. 5/5

Je vous épargne le résumé: d'autres l'ont fait mieux que je ne saurais le faire.

Je suis sans mots. Ce livre comptera parmi les Lectures de ma vie. Ça ne m'était jamais arrivé encore: quand je l'ai eu fini, j'ai recommencé à le lire immédiatement. Je l'ai lu deux fois pour le seul plaisir de laisser couler les mots de l'auteur.

J'ai rien de mieux à en dire.


De: ºAka§haº Envoyé: 21-4-2005 15:54
Le vol du Corbeau

Je ne fais pas de résumé puisque cela a déjà été fait par la-grande. Voici donc ma critique:

C'est un très bon roman. Tout comme la-grande, j'ai préféré la partie ou Madeleine est toute petite. Ce que j'ai aimé, c'est que l'auteure nous amène à penser comme une petite fille de neuf ans. Nous y retrouvons vraiment la famille moyenne typique des années 60 avec la femme qui reste à la maison pour s'occuper de sa famille. J'ai trouvé ça charmant.
J'ai beaucoup aimé les notions d'histoire que nous retrouvons dans le livre. Je crois que l'auteure était très bien documentée et qu'elle a fait de nombreuses recherches sur la 2e guerre mondiale et la guerre froide.

Bon le seul "bémol" que j'ai a dire, c'est la longeur du roman. Il contient 840 pages, à mon avis il aurait pu en contenir 200 de moins et le livre aurait été aussi bon. Parfois, j'avais l'impression de me noyer dans les détails.

Si vous commencer à lire ce livre et qu'il ne vous plaît pas, continuez quand même! Je crois que l'intrigue finale vaut vraiment que vous vous rendiez jusqu'à la dernière page!

Ma note: 4,5/5


De: odilette84 Envoyé: 12-3-2006 12:11
LE VOL DU CORBEAU
Anne Marie MacDonald


Je ne referai pas le résumé.
J’ai beaucoup aimé ce livre, qui m’a un peu replongée dans l’univers canadien et acadien.
J’ai préféré la première partie.
La suite (qui se passe dans le présent) était pour moi un peu longue parfois.
Je pense aussi ne pas très bien comprendre l’humour américain parfois.
Malgré tout un très bon moment :
Ma note : 4/5
je vais me metter en quête de "un parfum de cèdre


De: Foret_ Envoyé: 29-5-2007 19:53
Un parfum de cèdre

J'ai beaucoup aimé même s'il y a certain passages qui m'ont moins plut, j'ai adoré la fin, elle efface les petits passages moins intéressants. Je me suis attaché aux quatre filles, Mercedes, Frances, Lily, Kathleen, même leurs défauts je les aient aimés, ils m'ont touchés. Ces quatre filles m'ont fait vibrer avec elles ! Très belle lecture !

4/5


De: odilette84 Envoyé: 9-6-2007 15:39
un parfum de cèdre
que dire qui n'a pas déjà été dit !!
pas grand chose, bonne lecture, structure très intéressante, personnages attachants.
Un bon moment. j'ai toutefois trouvé que l'ensemble était un peu rocambolesque avec des rebondissements permanents...
ma note 4/5


De: Mousseliiine Envoyé: 20-4-2008 19:34
Le vol du corbeau
(Flammarion, 2005, 833 pages)

Une famille, les McCarthy : le père, Jake, officier dans l'aviation canadienne, Mimi l'épouse parfaite qui rend le foyer familial agréable, Mike 11 ans et Madeleine 8 ans. On fait leur connaissance alors qu'ils sont sur la route pour gagner leur nouvelle maison à la base militaire canadienne Centralia près de London, en Ontario.
Dès le tout début Ann-Marie MacDonald réussit à rendre parfaitement les émotions et réflexions d'un enfant, soit Madeleine. L'ennui, les rêves, l'inquiétude... tout est très très bien rendu. Alors que chez tant d'auteurs, les personnages enfants sonnent souvent faux.
Étant donné que j'avais lu plusieurs critiques de ce livre, je m'attendais à un premier 200 pages long et fastidieux. Oui, les descriptions font trop dans le détail, comme si l'auteur veut trop bien faire, et ça enlève un pouvoir d'évocation à l'écriture. Les McCarthy est une famille trop parfaite. Mais j'ai beaucoup aimé découvrir la vie dans une base de l'armée canadienne, la fraternité entre les familles, les invitations qui pleuvent de partout pour les barbecue, les jeux des enfants...
Et effectivement après les deux cents premières pages, on entre dans le vif du sujet. Tout n'est pas si idyllique. Pendant que les menaces d'une guerre nucléaire inquiètent tout le monde à la base militaire, Madeleine vit un véritable cauchemar, et Jake est responsable du bien-être d'un savant allemand qui a déserté l'Est, et ce dans le plus grand secret.... Et on se réjouit énormément, du moins pour nous les Canadiens, du côté historique.
Et puis... Une petite fille disparaît. Je ne dévoile rien ici car dès le premier chapitre on savait que ça allait arriver. Mais ça fait mal, très très mal. Et Ann-Marie MacDonald décrit les choses avec un réalisme poignant : l'inquiétude des parents, les recherches. Je lisais deux ou trois pages, et j'avais besoin d'une pause.
Dans les deux dernières parties on fait un bond dans l'avenir. Madeleine est une jeune femme qui travaille dans le show-bizz mais malgré le succès le passé la hante sans qu'elle le sache. On la suit à travers des séances chez un psy, et c'est intéressant de voir comment peu à peu elle déterre ses bébittes. Les cent dernières pages sont époustouflantes. En fait sur plus de 800 pages, je me suis quelque peu - très peu - ennuyée sur environ une centaine.
L'écriture de Ann-Marie MacDonald me semblait banale au tout début mais à un moment donné tout a changé dans le ton, le style, c'est devenu plus poétique, évanescent...
Ann-Marie MacDonald s'est inspirée de l'histoire de Steven Truscott. Au début des années 60, Lynn Harper, une adolescente de 12 ans, fille d'un militaire de l'aviation canadienne, a été retrouvée tuée et violée. Steven Truscott, un voisin et adolescent, a été accusé du meurtre et emprisonné, il avait même été condamné à une peine de mort, mais cette décision a été renversée. Dix ans plus tard, il a été libéré. Et au début des années 2000 il est revenu en cour pour prouver son innocence, et si je ne me trompe pas il a été déclaré innocent. Mais Ann-Marie MacDonald s'inspire aussi de sa vie puisqu'elle est née en Allemagne à Baden-Baden, son père étant dans l'aviation canadienne.
Un roman très riche, Ann-Marie MacDonald touche plusieurs sujets : la culture, la politique, les relations étrangères, les relations familiales, la psychologie, l'amitié, l'homosexualité, l'holocauste, la vie militaire...
Un très très bon roman!
Note : 4,5/5
(Mousseline)

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ann-Marie MACDONALD (Canada)

Message  Ladybug le Mar 29 Déc 2009 - 13:51



Une parfum de cèdre
Editions Flammarion (598 pages)


Dans cette famille troublée, la vie s'écoule dans le silence d'évènements passés. Il y a le père, James Piper, détesté de tout le village, La mère Matéria et son air absent, Kathleen la fille adorée et talentueuse, Mercedes qui s'occupe de tout le monde, qui va perdre beaucoup, mais dont personne ne se soucie car elle est un roc, elle semble à part dans cette famille Mercedes, elle est exclue de la relation très proche de Frances et Lily mais elle sait beaucoup de choses et va agir ("Ne te plains pas. Agis") Et puis il y a Frances, insaisissable, provocante, désinvolte et enfin Lily l'innocente.

C'est un roman superbe avec des personnages mystérieux et attachants. On sent la menace pesée sur cette famille. Il y quelques scènes fantasmées ou rêvées qui semblent un peu obscures, beaucoup de choses sont sous-entendues mais quelque fois une révélation tombe abruptement. Le lieu, Cap Breton, l'entourage de la famille, il émane de l'ensemble une ambiance qui ajoute au mystère.

Ma note : 4.5/5

_________________
Je lis

avatar
Ladybug

Nombre de messages : 1970
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ann-Marie MACDONALD (Canada)

Message  Suzanne-écrivain le Mer 30 Déc 2009 - 0:18

J'avais beaucoup aimé ce roman... Tu aimerais aussi sûrement Le vol de corbeau !

_________________
Lecture du moment :
 
Violence à l'origine de Martin Michaud
avatar
Suzanne-écrivain

Nombre de messages : 847
Age : 45
Location : Saint-Hubert, Québec
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ann-Marie MACDONALD (Canada)

Message  Ladybug le Mer 30 Déc 2009 - 10:51

Je pense effectivement qu'il est vraiment susceptible de me plaire, je l'ajoute à ma LAL !

_________________
Je lis

avatar
Ladybug

Nombre de messages : 1970
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un parfum de cèdre - J'ai lu - 4/5

Message  zeta le Mer 15 Déc 2010 - 10:26

Quand le héros de ce roman James Piper, après une adolescence qui se finit dramatiquement, arrive à Sydney (Canada) et rencontre Materia, une jeune-fille libanaise, le lecteur se dit qu'il va lire une saga familiale contenant du bonheur, de l'amour, des naissances, ainsi que le lot habituel et normal de petites tragédies contenues dans une vie. Mais Anne-Marie MacDonald, complique son intrigue et l'ancre dans la névrose, composant une histoire dont certains éléments, ne nous seront révélés qu'après beaucoup de péripéties.
James Piper n'est pas un être limpide, sa personnalité est trouble, son enfance l'a marqué d'une violence à peine contenue et de rêves d'élévation exacerbés. Le malaise s'installe déjà, quand on découvre très vite que la jeune fille dont il s'éprend, Matéria, issue d'une famille de riches libanais, n'est en fait encore qu'une enfant de 12 ans. Les parents de Matéria s'opposant à l'union des amoureux, ils s'enfuient pour se marier. Ces époux si disparates ne vivront leur passion que l'espace d'une brève période, gâchée irrémédiablement par l'opposition des caractères. Mais de leurs enfants, trop et mal aimés, James va vouloir faire son apothéose, sa revanche. Surtout Kattleen l'aînée, si belle et si talentueuse. Toutes les ambitions parternelles, tous les désirs inavoués seront focalisés sur elle.

La passion, la violence, les perturbations psychiques qui peuvent s'accumuler sur les générations successives au sein d'une famille sont ici racontées. C'est très dense, pas toujours agréable à lire du fait des dérives des personnages. Mais c'est efficace et très prenant. Il y a certaines incohérences de comportement au regard de l'époque où cette histoire se déroule, à mon sens. Mais l'écriture et l'envie de connaître destin des filles de la famille m'ont cependant tenue jusqu'aux dernières pages.
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un parfum de cèdre, Ann-Marie MacDonald

Message  anna44 le Mer 30 Nov 2011 - 13:29

Un parfum de cèdre, Ann-Marie MacDonald

Mon résumé : Le Cap Breton, une île au large du Canada dans les années 1900. C'est l'histoire d'une famille que l'on suit sur plusieurs générations avec leurs chagrins, leurs joies, leurs choix et ceux qu'ils ont à subir, leurs doutes et surtout le regard des autres.
En effet, ce regard extérieur, ce jugement d'autrui est partie prenante de ce roman puisqu'il va déterminer certains choix de nos personnages.
James, jeune accordeur de piano, fait la rencontre d'une jeune fille Libanaise, Materia. Ils vont tous deux s'enfuir au nom de leur amour, un amour interdit. Ils auront ensemble des enfants : Kathleen, l'artiste, adorée, adulée par son père, qui voudra devenir chanteuse mais... ; Mercedes, la "sainte" de la famille ; Frances, la "rebelle" et enfin Lily, l'infirme... Quelle va être leur histoire ? Leur destin va-t-il les mener où ils le souhaiteraient ?

Mon avis : Nous sommes au début des années 1900, dans une petite ville quelque peu reculée du monde. Autant dire que les moeurs de l'époque sont encore très contrôlées : Kathleen en fera d'ailleurs l'amère constatation en découvrant New-York. On est à l'époque de la première guerre mondiale, lointaine et en même temps si présente, de la prohibition, puis de la seconde guerre mondiale.
C'est dans ce contexte que la famille Piper va devoir cohabiter. Ce mariage mixte va lui-même à l'encontre des moeurs d'autrefois.
Ce roman évoque de nombreux problèmes de société : cette mixité désavouée, la prostitution, l'homosexualité, l'alcool et la contrebande... Tous ces thèmes sont traité de manière résolument moderne sans pour autant dénoter avec le style du livre.
Il y a énormément d'amour dans ce livre mais jamais de pathos. C'est d'ailleurs cet amour si intense qui poussera chacun des personnages à faire des choix, parfois de mauvais choix...
La mort est également très présente, mais ne provoque jamais vraiment de malaise, parfois de la tristesse, de celle que l'on ressent quand on regrette de ne pas avoir connu une personne.
Ce livre m'a en quelque sorte rappelé "Les quatre filles du Dr March" que j'avais lu enfant. Mais attention : on est bien ici dans un livre pour adultes. Le texte est totalement abouti. Malgré la quantité de personnages dans l'histoire, l'auteur a su mener et garder le fil conducteur jusqu'au bout de son raisonnement.
Le style est très sobre. Au vu des sujets sensibles, on ne tombe jamais dans la vulgarité gratuite. Tout est dit avec beaucoup de sensibilité et de subtilité. Les émotions passent sans que l'on s'en aperçoive, cela ayant pour effet de ne rendre aucun personnage détestable.
Une très belle lecture.

Ma note : 4.5/5

_________________
Mes lectures en cours : Quitter le monde, Douglas Kennedy
avatar
anna44

Nombre de messages : 1601
Age : 35
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ann-Marie MACDONALD (Canada)

Message  Lyreek le Dim 2 Aoû 2015 - 16:19



Le vol du corbeau - Ann-Marie MacDonald

Flammarion - 792 pages

Résumé


Nous sommes en 1962. Après plusieurs années en Allemagne, la famille McCarthy est de retour au pays et se prépare à s’installer à Centralia, station militaire de l’armée de l’air canadienne et nouvelle affectation de Jack, le père de famille.

A ses côtés, sa femme Mimi, acadienne, est ravie de retrouver son pays. Ils ont deux enfants, Mike 12 ans et Madeleine 8 ans. Tout va pour le mieux dans cette famille très unie mais la vie à Centralia va perturber leur bel équilibre.

Mon avis

Qu’il est difficile de donner un avis sur un tel livre !
J’ai adoré, ça faisait bien longtemps que je n’avais lu un livre si abouti, tant au point de vue de la psychologie des personnages que du contexte historique.
C’est prenant, extrêmement bien raconté et totalement fascinant.

Attention, le début peut paraitre un peu lent et fastidieux mais croyez-moi, ça vaut vraiment le coup de s’accrocher car une fois le décor bien planté, l’histoire est tout simplement captivante.

Ce qui m’a particulièrement plu, c’est la description qu’Ann-Marie McDonald fait de l’époque, de cette période bien particulière de la guerre froide où on craignait à tout moment une attaque nucléaire qui aurait pu tout anéantir. Qu’il devait être étrange de vivre à une telle époque, de continuer son train-train quotidien avec une telle épée de Damoclés au dessus de la tête.

C’est aussi l’époque où le rôle des femmes se limite à s’occuper de leur foyer et de leurs enfants, à tenir la maison impeccable et à remettre jolie robe et escarpins avant le retour du mari. Nous sommes avant le féminisme, les rôles de l’homme et de la femme sont clairement définis et acceptés par la grande majorité. Mais la petite Madeleine, elle, du haut de ses huit ans, a bien du mal à comprendre pourquoi elle ne peut pas faire comme son frère et pourquoi elle doit aider sa mère dans les tâches ménagères alors que lui peut rester devant la télé.

Je ne suis pas fan des romans qui donnent une trop grande place à la politique, pourtant, ici, même ça c’est passionnant. Il faut dire que c’est bien intégré à la vie quotidienne des Mc Carthy et des autres habitants de Centralia. A travers leurs yeux, on découvre le Canada pendant les années de guerre froide, comment il a pris part (plus ou moins) au conflit, et notamment comment il a aidé les États-Unis à faire venir des scientifiques dont certains criminels de guerre nazis. Tout ça pour gagner la course à la Lune.

Ça, c’est pour la grande histoire. La petite, c’est celle de la famille Mc Carthy et surtout celle de Madeleine, qui va être victime d’un instituteur pédophile. Honteuse, elle ne trouvera pas le courage d’en parler à ses parents. L’un des nombreux non-dits de ce roman remplis de secrets et de mensonges qui vont peu à peu dénouer les liens de la famille.

Toute la partie concernant l’enquête autour de la petite fille retrouvée morte et le procès qui s’en est suivi m’a littéralement scotchée au livre. A tel point que j’ai été frustrée lorsqu’elle s’est achevée brutalement et que l’on retrouve les personnages une vingtaine d’années plus tard. Frustration heureusement de courte durée car cette dernière partie, bien que parfois un peu longue, conclut bien l’histoire de Madeleine.

Bref, le vol du corbeau est un roman magnifique avec des personnages que je n’oublierai pas de si tôt : Jack, le militaire au grand sens du devoir confronté à un cas de conscience délicat, Mimi la femme au foyer parfaite prête à encaisser les mensonges, et Madeleine, la petite fille innocente plongée tout à coup dans un monde sombre et violent.

Un coup de cœur!

5/5 coeur

_________________
Lecture en cours : L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pélérinage de Haruki Murakami

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2285
Age : 35
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ann-Marie MACDONALD (Canada)

Message  anna44 le Lun 3 Aoû 2015 - 2:00

Très belle critique Lyreek. Je garde un excellenent souvenir de Un parfum de cèdre, donc je note celui-ci avec enthousiasme !

_________________
Mes lectures en cours : Quitter le monde, Douglas Kennedy
avatar
anna44

Nombre de messages : 1601
Age : 35
Location : Québec (Qc)
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ann-Marie MACDONALD (Canada)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum