Hans Christian ANDERSEN (Danemark)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hans Christian ANDERSEN (Danemark)

Message  Philcabzi le Mar 3 Fév 2009 - 12:15



Hans Christian Andersen (1805-1875) est un écrivain danois, qui, grâce à ses Contes pour enfants, incarne le génie populaire nordique.
Il est né à Odense le 2 avril 1805, au sein d'une famille pauvre. Son père est cordonnier et meurt lorsqu'il a onze ans. Il part seul à quatorze ans chercher fortune à Copenhague. Il est tenté par le chant, le théâtre puis la danse et travaille quelque temps pour le directeur du Théâtre Royal, qui financera plus tard ses études.

Dès 1822, Andersen commence à publier ses premiers textes: un récit fantastique inspiré par E.T.A. Hoffmann, Promenade du canal de Holmen à la pointe orientale d'Amagre (1830). Il obtient son premier succès l'année suivante avec Reflets d'un voyage dans le Harz, récit d'un voyage en Europe. Par la suite, il écrit d'autres romans souvent autobiographiques et d'inspiration romantique comme l'Improvisateur (1835), Rien qu'un violoneux (1837) ou Être ou ne pas être (1857), mais aussi des poèmes, des pièces de théâtre (Amour sur la tour saint-Nicolai) et des récits de voyage tels que Bazar d'un poète (1842) et Visite au Portugal (1866). On lui doit en outre plusieurs autobiographies, une correspondance volumineuse et un imposant Journal.

Entre 1832 et 1842, il publie en brochures ses premiers courts récits merveilleux, Contes pour enfants (1835), qu'il ne destine pas uniquement à un public enfantin. Le succès immédiat l'encourage à poursuivre et à publier chaque année d'autres textes, Nouveaux Contes (1843-1848) et Nouveaux Contes et histoires (1858-1872). Il écrit 164 contes, imprégnés de romantisme et associant le merveilleux et l'ironie. Loin d'imiter ses prédécesseurs dans le genre du conte (Perrault, Galland et Hoffmann, les frères Grimm), Andersen, dont le style est remarquable par l'utilisation habile et équilibrée du langage courant, des idiomes et des expressions populaires, arrive à exprimer admirablement, dans une langue très simple, les émotions les plus subtiles et les idées les plus fines, passant sans difficulté de la poésie à l'ironie, de la farce au tragique. Ses contes mettent en scène des rois, des reines réels ou légendaires; des animaux, des plantes, des créatures magiques (sirènes et fées) et même des objets.

Parmi ses contes, les plus célèbres sont «le Vilain Petit Canard», «la Reine des neiges», «les Habits neufs de l'empereur», «les Cygnes sauvages» et «la Petite Sirène». Il meurt à Copenhague le 4 août 1875. Ses histoires, traduites en plus de quatre-vingt langues, connaissent un succès durable et inspirent des écrivains, des metteurs en scène, des réalisateurs, des chorégraphes, des sculpteurs et des peintres.
Source: http://feeclochette.chez.com/andersen.htm


Dernière édition par Philcabzi le Mar 10 Fév 2009 - 11:55, édité 1 fois

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hans Christian ANDERSEN (Danemark)

Message  Philcabzi le Mer 4 Fév 2009 - 22:16

L'elfe de la rose et autres contes du jardin

Ed. Gallimard, 1992, 110 pages, ISBN 978-2-07-030771-5
Traduit du danois par Régis Boyer

Ma note : 3.5/5

Les fleurs de la petite Ida (1835) : Ida se demande bien pourquoi ses fleurs sont toutes fanées ce matin. Est-ce qu'elles auraient trop dansé? L'étudiant lui explique ce que font ses fleurs la nuit. Un joli conte qui démontre le pouvoir de l'imagination chez un enfant. Les explications de l'étudiant m'ont fait penser aux histoires que je raconte à mes nièce! 3.5/5

La pâquerette (1837) : Une toute petite pâquerette nous raconte son histoire. Un conte fort triste et aussi très beau. 4/5

Le jardin du Paradis (1839) : Le fils du roi fait la rencontre des 4 vents et de leur mère. Le vent d'Est accepte de l'amener voir la reine des fées au jardin du Paradis. J'ai eu l'impression que ce conte a été écrit par écriture automatique ou un peu comme note chaîne littéraire; on ne sait jamais vraiment où tous ça va nous mener. 3/5

L'elfe de la rose (1842) : Un soir que l'elfe arrive trop tard à sa rose et que celle-ci ne la laisse plus entrer, elle rencontre 2 amoureux aux destins tragiques. Ce n'est absolument pas un conte pour enfant! On y parle de meurtre, de vengeance, de colère. "… derrière le moindre pétale habite quelqu'un capable de dire le mal et de le venger." 3/5

La fée du sureau (1850) : "C'est justement dans la réalité que poussent les contes les plus merveilleux." Ce conte ne peut être résumé car il même le réel et l'imaginaire de tel sorte qu'ils se croisent et se recroisent sans cesse. 4/5

La plus belle rose du monde (1852) : La seule chose qui pourra sauver la reine est de lui montrer le plus belle rose du monde. Très jolie conte à saveur biblique. 4/5

L'escargot et le rosier (1862) : L'escargot, un penseur solitaire, côtoie un rosier qui ne peut que faire de jolies roses. Je suis perplexe… ce conte possède un message qui ne fait que m'effleurer l'esprit sans que je le saisisse bien! 3/5

Le perce-neige (1866) : Le destin de cette première fleur du printemps en hommage au poète danois Ambrosius Stub, lui aussi, "dupe en hiver". Superbe hommage! 4.5/5

Ce qui arriva au chardon (1869) : Un buisson de chardon aimerait bien traverser la palissade pur fleurir au jardin du manoir. Un conte plus traditionnel très agréable à lire. 4/5

Le jardinier et ses maîtres (1872) : Un vieux jardinier réalise des exploits botaniques dans le jardin de ses maîtres, mais ceux-ci ne l'apprécient pas vraiment. Un autre conte qui demande réflexion… 3.5/5

Mon avis:

J'avais déjà lu les contes plus connus de H.C. Andersen mais je ne me souvenais pas comment il aimait manier les mots et jouer avec le lecteur. Il est certain que cet auteur était un amoureux de la nature et en particulier du monde des fleurs car il en parle comme d'autres parlent de leur fiancée. Bref, un petit recueil bien agréable à lire en rêvant à ces jours lointain où le jardin embaumait les fleurs!

En tout cas, merci Mariselya pour ce livre que j'ai bien aimé!

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hans Christian ANDERSEN (Danemark)

Message  Aurore le Mar 23 Oct 2012 - 19:04

3 contes d'Andersen - Veronika Kuzmina ; narration Roxane Lebrun
(Éponymes, 2012, 51 minutes)




Voici ici trois contes d'Andersen mis en musique par Veronika Kuzmina et accompagnés du récit par Roxane Lebrun. Le premier, La petite Poucette, est un classique de la littérature enfantine (en tout cas moi je me souviens parfaitement d'un dessin animé que j'affectionnais, où elle vivait de fabuleuses aventures). Cette fillette est née dans une fleur et est ensuite enlevée par une vilaine grenouille. Elle a par la suite affaire à de nombreux prétendants qui s'offrent à elle pour le mariage mais qui sont tous plus inintéressants les uns des autres. Il y a le crapaud qui est ignorant et stupide, puis le hanneton vantard et enfin la taupe qui est cupide.
Mais heureusement une fin pleine d'espoir semble faire jour avec l'arrivée de la sensible et voyageuse hirondelle qui la prendra sous son aile (et c'est le cas de le dire). Grâce à elle, Poucette pourra trouvera la voie du bonheur.

Second conte, Le rossignol et l'Empereur de Chine est plein de belles valeurs lui aussi. L'Empereur vit seul et reclus dans son palais et ne s'est jamais aventuré dehors. Lorsqu'on lui parle du chant du rossignol, il demande à ce qu'on lui amène l'oiseau. Séduit, il se fait fabriquer un faux rossignol qui peut rester avec lui et chanter à sa guise. Mais l'oiseau mécanique un jour se casse...

Et connaissez-vous ce fameux troisième conte qui était l'un de mes préférés, étant jeune. Il s'agit des Cygnes sauvages où comment une fillette, Elisa, se dévoue pour protéger ses onze frères, transformés en cygnes par la nouvelle épouse de son père. La fillette décide de tricoter des manteaux pour chacun de ses frères. C'est un conte assez sublime où les hommes deviennent des animaux, où les apparences sont trompeuses et où le bien triomphe toujours.

Les contes sont racontés avec fluidité grâce à la voix chaleureuse de Roxane Lebrun. J'ai tout de suite été charmée et emportée par sa manière d'incarner les personnages, de situer l'action dans un monde onirique...
Ce fut vraiment un bon choix que celle-ci pour être conteuse !
Concernant la musique, c'était très bien aussi, mariant parfaitement le ton avec l'histoire et ça remplissait les silences avec des harmonies particulièrement bien accordées. Par contre j'ai trouvé que parfois la musique était un peu trop forte par rapport au texte, ce qui m'obligeait à monter le volume puis à le rabaisser. Ça a été le seul couac car pour le reste, ce CD d'une heure est un délice pour les oreilles qui permet de retomber en enfance et de découvrir quelques contes emblématiques. Pour ma part ça m'a donné envie de lire du Andersen et je crois que c'est bien là l'essentiel !



4/5

_________________
Ce n'est pas parce que c'est inventé que ça n'existe pas.





avatar
Aurore

Nombre de messages : 2137
Age : 30
Location : Amiens
Date d'inscription : 27/02/2009

http://shereads.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hans Christian ANDERSEN (Danemark)

Message  Shan_Ze le Mar 14 Mai 2013 - 20:28


La petite sirène de Hans Christian Andersen
(Albums du Père Castor, 26 pages, 22 minutes)



J’avais déjà vu le dessin animé Disney il y a très longtemps et j’ai été très surprise par la version originale. Je ne m’attendais pas à autant de différences avec le Disney. Le conte ne finit pas joyeusement, il est triste et cruel. A travers celui-ci, Andersen n’hésite pas à montrer que ce qui plait aux hommes ce n’est pas l’intellect mais la beauté d’une femme et que celle-ci est prête à tout donner pour celui qu’elle aime. J’ai tout de même apprécié sa plume (lue) et la voix (écoutée), j’ai bien envie de redécouvrir les contes d’Andersen.

Les dessins de Charlotte Gastaut sont magnifiques, j’ai aimé me perdre dans leur contemplation. Ils donnent à l’histoire une douce inéluctabilité qui se marie parfaitement avec la poésie d’Andersen. Comme le fait que la petite sirène ne peut rien faire contre le destin qui l’attend et elle danse avec les marins pour fêter la mariée.

Je ne me lasse pas de réécouter cette histoire et de regarder les dessins même si elle me serre le cœur à chaque fois.

Note : 4.5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7337
Age : 33
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Hans Christian Andersen

Message  romania le Mar 18 Juin 2013 - 14:58

Mais Andersen n'est pas du tout un auteur pour enfant. On lui a donné cette étiquette, mais ses histoires sont cruelles, c'était un homme tourmenté, qui a eu une vie triste, tourmentée et ses personnages sont un reflet de ce qu'il était.

La petite Sirêne qui se fait couper la langue pour devenir une femme et en meurt, la Petite marchande d'allumettes qui meurt de froid, les Sept Cygnes sauvages (lhéroïne doit, pour briser le maléfice qui frappe ses frères, fabriquer des manteaux avec de l'ortie, et qui réussit juste au dernier moment à les sauver et a failli être brûilée vive comme sorcière, Le Vilain petit Canard.... et j'en passe comme la Fée des Neiges.... Trop cruels ces contes pour des enfants. Il faut qu'ils soient plus grands, pour les apprécier et être bouleversés par le charme réel de ces histoires.

D'ailleurs, il n'y a pas qu'eux : dans La Belle au Bois dormant, on coupe toujours la fin du conte, la mère du prince veut se débarasser de la Belle et de ses enfants
car elle les hais : elle profite de l'absence de son fils pour mettre son projet à exécution, mais elle échoue et est punie "là où elle a péché". Lisez le, je vous en laisse la surprise, et vous comprendrez pourquoi cette fin est toujours escamotée. Ce n'est pas Disney qui l'aurait mis dans son films.

Enfin, La Guerre des Clans d'Erin Huniter, ce n'est pas un livre pour enfants. Il faut être ado pour supporter les descriptions parfois très dures de ce livre merveilleux.

romania

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 19/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hans Christian ANDERSEN (Danemark)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum