Jay MCINERNEY (Etats-Unis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jay MCINERNEY (Etats-Unis)

Message  Chantal le Mer 28 Jan 2009 - 20:43


JAY MC INERNEY



De son nom complet John Barrett McInerney, Jr. Son véritable prénom est John qui est aussi le prénom de son père. Dans le style américain son vrai nom est donc John Barrett McInerney Jr. ou John Barrett McInerney II.


Jay McInerney a étudié l’art d’écrire avec Raymond Carver et a travaillé comme vérificateur au magazine The New Yorker, tout comme le protagoniste principal de son premier roman, Journal d'un oiseau de nuit
(Bright Lights, Big City, 1984). D’emblée, Jay McInerney impose sa
marque de fabrique, un ton grinçant et désabusé. Dans ce récit culte,
symptomatique des années 1980 aux États-Unis, il offre une vision
désenchantée de la jeunesse dorée new-yorkaise dans laquelle les états
d'âme caustiques et les lignes de coke se croisent dans la pénombre des
night-clubs de Manhattan.



Le succès du roman incite d’autres éditeurs à publier des œuvres similaires (Moins que zéro de Bret Easton Ellis, par exemple). Ellis et McInerney deviennent alors les fers de lance d’un nouveau groupe littéraire, le Brat Pack. Durant de nombreuses années, McInerney éprouve les plus grandes difficultés à se dépouiller de l’image véhiculée par le Journal d'un oiseau de nuit, la plupart des médias l’ayant assimilé à une autobiographie déguisée.


Malgré tout, l’écrivain poursuit son œuvre mordante et satirique
(proche d’Ellis pour sa description de la vacuité urbaine, mais privée
de violence). Ainsi, dans Trente ans et des poussières,
si les questions existentielles passent au second plan, il brosse un
portrait vitriolé du monde actuel, artificiel et sans âme, un constat
qu’il dresse également dans ses romans suivants, Le dernier des Savage et Glamour attitude.



Dans La Belle vie (2007), McInerney retrouve ses personnages de Trente ans et des poussières, la veille du 11 septembre 2001. Avec en toile de fond les attentats, il décrit ce qui se passe lorsque l'onde de choc vient percuter des millions de destins.


En 2005, McInerney est retourné à Greenwich Village, New York City après avoir vécu plusieurs années près de Nashville avec sa troisième épouse. L’écrivain a deux enfants, deux faux jumeaux, Maisie McInerney et John Barrett McInerney, III.


Source : wikipedia

avatar
Chantal

Nombre de messages : 2166
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jay MCINERNEY (Etats-Unis)

Message  Chantal le Mer 28 Jan 2009 - 21:07

LA BELLE VIE :
Points - 467 pages.


C'est le soir du 10 septembre 2001. Corrine et Russel Calloway prépare un petit dîner mondain avec amis et personnalités, dans leur loft de TriBeCa, quartier branché de Manhattan, avec vue sur les Twin Towers. Pendant ce temps, Luke et sa femme Sasha assistent à un gala de bienfaisance dans un zoo, avec leur fille Ashley. Sasha, très jolie femme, n'hésite pas à s'y afficher avec son amant du moment. Passe le 11 septembre et le cataclysme que l'on sait, et le lecteur se retrouve le 12 septembre dans une rue de Manhattan, où Luke déambule, rescapé miraculeux (car en retard à un rendez-vous). Après avoir aidé aux premiers secours, abruti de fatigue, choqué et couvert de cendres, il veut rentrer chez lui, et il tombe sur Corrine qui lui fait l'effet d'une apparition et qui va le réconforter. Et leur histoire d'amour va commencer...

Je suis loin d'être une "fan" ou une observatrice habituelle de ces riches quadragénaires vivant dans le luxe et le "paraître", donc la première partie (très courte) qui présente les personnages au cours de la soirée du 10 septembre m'a laissée plutôt "de marbre". Mais ensuite, je suis complètement entrée dans le récit et l'ai suivie avec énormément d'intérêt (et de plaisir) jusqu'à la fin. Il faut dire que l'auteur a un réel talent d'écriture et qu'il explore avec beaucoup de brio la psychologie humaine. Il y a eu quelquefois des moments faisant un peu "clichés" mais le récit se déroulait sans temps mort et j'ai beaucoup aimé aussi la partie relatant la vie passée et actuelle de la mère de Luke. En tout cas, l'auteur porte un regard très vrai sur la société américaine autant "campagnarde" que citadine, et il nous fait surtout une peinture très ironique d'un certain milieu new-yorkais à la vie facile et superficielle qui, choqué, tourneboulé par la catastrophe, va pendant quelques mois, se remettre en question et se poser quelques questions existentielles, avant, finalement, de reprendre une vie quasiment à l'identique. La fin m'a laissée interrogative...Peut-être une suite? puisque les personnages de Corrine et Russel étaient déjà ceux de "Trente ans et des poussières", autre livre de l'auteur?

En tout cas, une lecture très plaisante. 4,25/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2166
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jay MCINERNEY (Etats-Unis)

Message  zeta le Ven 30 Jan 2009 - 14:48

J'ai eu la même impression que toi par moment Chantal, l'impression que cet auteur flirtait de très près avec le pur mélo, que cela allait basculer dans la romance à deux sous, mais généralement il s'en sortait bien. Ayant appris un peu sur la personnalité de Jay Mac Inerney, dont Bret Easton Ellis parle beaucoup dans Lunar Park, personnalité probablement aussi sulfureuse que ce dernier, je me dis qu'il a dû tempérer beaucoup son côté déjanté (au risque de basculer de l'autre côté) par souci commercial ou par réelle maturité/sagesse ?
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jay MCINERNEY (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Dim 1 Fév 2009 - 13:35

Belle critique Chantal, merci pour avoir amené cet auteur dans le club des rats! Ce livre est déjà dans ma LAL.

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May



"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jay MCINERNEY (Etats-Unis)

Message  Chantal le Dim 1 Fév 2009 - 20:52

Souci commercial ou sagesse? je ne sais vraiment pas. Ce que je sais c'est que je ne pense pas lire ses premiers livres qui ne devraient guère m'intéresser s'ils sont si déjantés Very Happy mais je surveillerai la suite Shocked

Merci Mousseline, j'attends ton avis. Cool
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2166
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jay MCINERNEY (Etats-Unis)

Message  Lyreek le Lun 7 Fév 2011 - 20:03



Trente ans et des poussières - Jay Mc Inerney
Points - 572 pages

Nous sommes à New York en 1987. Russell et Corinne ont la trentaine, ils sont mariés et plutôt heureux. Lui est éditeur, elle est courtière en bourse. Ils reçoivent et sortent beaucoup, bref l'archétype du jeune couple qui veut réussir. Mais il suffit d'un grain de sable pour enrayer la machine...

A vrai dire, j'ai été assez déçue par ce roman dont j'attendais beaucoup. Je m'attendais à un livre sur le couple mais en fait, il traite davantage de l'ambition et de la course à la réussite, à l'argent et à la renommée, avec toutes les dérives que cela entraîne.
Ce n'est pas que ce n'est pas intéressant, au contraire, le portrait de cette génération est très réussi et très instructif mais que de longueurs!
Certains passages m'ont paru interminables, ça tourne beaucoup en rond, ça manque de rythme, bref, je me suis un peu ennuyée et j'étais soulagée d'arriver au bout.
Les personnages ne m'ont pas spécialement emballé, mis à part Corinne, que j'ai trouvé à part, seul personnage vraiment humain et profond au milieu de toute cette superficialité. J'aurai aimé la découvrir davantage.
Je vois qu'il y a une suite, peut-être la lirai-je, mais surement pas tout de suite.

3,5/5

_________________
Lecture en cours : Juste avant le bonheur d'Agnès Ledig

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
avatar
Lyreek

Nombre de messages : 2237
Age : 35
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jay MCINERNEY (Etats-Unis)

Message  Awara le Mer 17 Mai 2017 - 22:29

LA BELLE VIE
Jay McINERNEY
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par agathe Desarthe
Editions points


Ce roman m’a déconcertée au départ. Les trois premiers chapitres chroniquent la vie de deux familles riches et branchées de Manhattan. Russell et Corrine Calloway vivent dans un loft à TriBeCa, un quartier de Manhattan à la mode. Lui est éditeur et Corrine s’est arrêtée de travailler pour élever leurs deux enfants qu’ils ont eu grâce à une procréation médicalement assistée. Leur couple semble au point mort. Luke McGavock  a mis fin à son activité lucrative de financier et vit de l’argent qu’il a gagné tandis que sa femme, Sasha, le dépense pour tromper son ennui, tout en le trompant sous les yeux de tous avec un milliardaire…. L’auteur raconte des réceptions, des galas de bienfaisance et des diners où ils reçoivent des personnalités en vue, pratiquent allègrement l’adultère, tout en s’imbibant d’alcool, consommant de la drogue, une vie tout en paillettes et en faux-semblants… Bien écrit, mais j’ai eu envie d’arrêter ma lecture… Nous sommes le 10 septembre 2001.

L’attentat du 11 septembre 2001 a lieu, mais n’est pas raconté. 

Le livre continue le 12 septembre 2001.
Corrine se rend sur le lieu du drame et elle voit Luke surgir de la fumée. Il a échappé de peu à la mort et semble complètement perdu. Elle lui tend une bouteille d’eau. Elle sera l’épaule sur laquelle il va s’appuyer pour refaire surface. Ensemble ils vont servir à boire et à manger aux sauveteurs et vivre une belle et brève histoire d’amour. 
Les signes lumineux de ce roman viennent de l’amour que ces parents portent à leurs enfants. Luke est une des rares figures sympathiques de ce livre.
Tous ont perdu des amis et leurs vies basculent  avec ce drame. Chacun va s’interroger sur le sens de sa vie, des changements vont être envisagés… du moins le croyons-nous… Car les habitudes reprennent vite leurs places. Ceci a attiré mon attention. Nous venons de vivre des attentats en France et ce livre m’a obligé à réfléchir sur le poids des habitudes.

Le roman devient attachant dans cette seconde partie, la plus importante, sous le regard acéré de Jay McINERNEY. Je n’ai plus eu envie de lâcher ce livre. 




Note 4,5 / 5

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 3828
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jay MCINERNEY (Etats-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Mer 17 Mai 2017 - 23:34

Deux bonnes critiques, je note.

_________________
Lectures en cours : Oscar de Profundis (Catherine Mavrikakis)
De la bibliothèque :  
Commentaire en attente : Première ligne (Jean-Marie Laclavetine)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1828
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jay MCINERNEY (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum