Romain SLOCOMBE (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Romain SLOCOMBE (France)

Message  odilette84 le Ven 26 Déc 2008 - 13:17

LOLITA
COMPLEX



lu dans le cadre du prix des lectrices de ELLE 2009






Présentation de l'éditeur (Amazon)

Fauché, dépressif et divorcé, le
photographe gaffeur Gilbert Woodbrooke végète au bord du suicide lorsqu'un job inespéré lui tombe du ciel : interprète pour Emiko Yûki, une romancière japonaise de dix-neuf ans, en voyage promotionnel à Londres. Tout irait bien si leur route ne croisait celles d'une petite Roumaine prostituée par les gangs albanais et d'un célèbre " Young British Artist " complètement déjanté, obsédé par les momies égyptiennes et le crime élevé au rang des Beaux-Arts...
Hommage au film fantastique britannique, satire des milieux de l'art contemporain et attaque violente contre le néo-libéralisme à la Tony Blair, Lolita
complex met en lumière la fascination érotique actuelle pour la femme-enfant en illustrant notamment une de ses dérives : l'esclavage moderne de jeunes adolescentes importées de l'Est et le traitement infligé à ces enfants devenues prostituées.


mon commentaire :


Je n’irai pas par quatre chemins pour dire que je n’ai pas du tout aimé ce livre, à la fois glauque sordide, bavard, et mal organisé.


Le lecteur se perd dans les méandres du discours de l’auteur.
Quel est exactement son propos ?
Parler de la traite des femmes de l’Est ? Décrire le monde de l’art contemporain ?
Parler du Japon ? De l’obsession ?
Bref, trop de verbiage, douze pages sur une interview d’artiste déjanté, douze pages sur Richard Dadd, pour ne citer que celles-là ! De nombreux passages sont inutiles.
Les sauts d’un personnage à l’autre sont compliqués à suivre, ces derniers sont d’ailleurs pathétiques,
leur sexualité triste et vulgaire, certaines scènes totalement gratuites ne les font pas remonter dans l’estime du lecteur !

Le héros, Gilbert (j’ai cru comprendre qu’il a une certaine ressemblance avec l’auteur…), n’est pas du tout attachant malgré son mal être.
On se demande pendant les deux tiers du livre où l’auteur veut en venir, quand l’intrigue va réellement commencer…
A la disparition de la jeune Japonaise, on respire, enfin il va se passer quelque chose d’intéressant …quoique tardivement…et là, déception !
Dans une scène finale plutôt trash, on arrive à un savant n’importe quoi, où tout se mélange entre la séance photos de Gilbert, les obsessions de Duncan, les malfrats albanais et j’en passe…
Ajoutons à cela en saupoudrage, une vision plutôt négative du monde de l’édition, une critique en règle du système de santé britannique, quelques réflexions bien senties sur la politique de Blair .
Résultat, on perd totalement le fil, on se détache du livre, bref, on s’ennuie !

Seul intérêt de ce roman, la voix de Doïna jeune adolescente roumaine qui décrit son calvaire de prostituée vendue au plus offrant, fragile, émouvante, terrifiée, seule, sans recours…
Mention spéciale aussi pour les haïkus en début de chaque chapitre : seul hommage au Japon que j’ai vraiment apprécié !
ma note : 1/5
avatar
odilette84

Nombre de messages : 2261
Age : 53
Location : Provence
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain SLOCOMBE (France)

Message  Philcabzi le Ven 26 Déc 2008 - 14:59

À défaut de produire un bon roman, l'auteur aura au moins permis l'écriture d'une excellente critique!
avatar
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 41
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain SLOCOMBE (France)

Message  lalyre le Lun 8 Oct 2012 - 16:48

Monsieur le Commandant
Romain Slocombe
Nil Editions août 2011
254 pages

4ème de couverture
C'est le dernier recours des hommes blancs traqués, volés, dépouillés, assassinés par les Sémites, et qui retrouvent aujourd'hui la force de se dégager de l'abominable étreinte. Mort ! Mort au Juif ! Oui. Répétons. Répétons-le. Mort ! M.O.R.T AU JUIF ! Là !»
Et, avec une satisfaction amère, pensant à la Juive que j'aimais d'un amour fou et que je voulais sauver plus que moi-même, je signai - de même que je signerai tout à l'heure cette lettre à vous destinée, Monsieur le Commandant -, je signai, à grands traits rageurs de mon stylo : Paul-Jean Husson.

Mon avis
Mon commandant
Ainsi commence la longue lettre écrite à l’attention du commandant de la Kreiskommandatur par Paul-Jean Husson, écrivain et académicien, héros de la première Guerre Mondiale. Cet homme va parler de sa vie qu’il passe dans un univers paisible, jusqu’au jour ou son fils Olivier lui présente sa jeune épouse Isle, juive allemande dont il tombe rapidement amoureux et ce puissant sentiment va le conduire au mal le plus horrible (mais cela nous l’apprendrons à la fin de sa lettre). Et voila que cet homme vieillissant déploie toute sa haine des juifs en faisant preuve de délation abominable. Il clame son amour de l’Allemagne, du général Pétain et d’Hitler et nous permet d’entrer dans ses réflexions les plus intimes. Dans les écrits et les déclarations de cet homme convaincu du bien-fondé de sa collaboration active avec les nazis, on sent très bien qu’il a une demande à faire ce qui crée un suspense souvent dérangeant. Romain Slocombe s’est mis dans la peau de Husson pour nous citer des extraits de textes d’autres auteurs tout aussi terrifiants (n’oublions pas que nous sommes en 1942) ce qui crée un certain malaise. Cette demande, Husson va-t-il la faire? Ce qui est certain c’est que l’auteur nous emmène doucement vers l’épilogue en nous faisant traverser cette histoire terrible à couper le souffle. Un travail de documentation très recherché, des personnages haut placés, de la trahison, de la haine mais aussi de l’amour, voici encore un gros coup de cœur bien mérité. 5/5

J’ajoute une note de l’éditeur…
.La lettre qui constitue la matière principale du présent ouvrage, a été retrouvée en mai 2006 par le documentaliste allemand Peter Klemm parmi des papiers de famille abandonnés dans une décharge de Leipzig, à proximité d’un groupe d’immeubles en cours de démolition. Pour des raisons aisément compréhensibles, nous avons jugé préférable de modifier les noms du signataire, de certains protagonistes et d’une sous-préfecture de Haute-Normandie, ainsi que celui d’un prix littéraire et les titres de plusieurs ouvrages ;en revanche l’emploi parfois abusif des majuscules ont été respecté.
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4248
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain SLOCOMBE (France)

Message  Shan_Ze le Mar 9 Sep 2014 - 21:11

Monsieur le Commandant de Romain Slocombe

Monsieur le Commandant est une longue lettre que le narrateur, Paul-Jean Husson écrit à celui-ci pour raconter un épisode personnel de sa vie. Son fils, Olivier, vient lui présenter sa jeune épouse, Ilse, une allemande qu’il soupçonne d’avoir quelques parents juifs…
J’ai mis du temps à rentrer dans cette lettre, le style m’a quelque peu rebuté. De plus, le narrateur, Paul-Jean Husson m’a un peu agacée par son comportement et ses réflexions. Mais une fois, rentrée dans ce texte épistolaire, j’ai découvert, non sans un certain écœurement, les dénonciations des juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale. Je suis toujours étonnée jusqu’où peut aller la haine des hommes. 
Ce Paul-Jean Husson n’est pas foncièrement méchant mais pourtant, sa passion lui mène à faire quelques actions douteuses. La fin est étonnante… est-il vraiment aveugle pour penser ça ? ou est-il toujours dans sa « folie » amoureuse ? Bref, le style de Romain Slocombe ne m’a pas totalement convaincue sur ce livre (est-ce la forme épistolaire ?) mais je lirai bien d’autres de ses livres.
Note : 3.5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7461
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain SLOCOMBE (France)

Message  Shan_Ze le Jeu 1 Oct 2015 - 20:49

Un été au Kansai de Romain Slocombe

Un été au Kansai... Ce titre sonne joliment aux oreilles et pourtant, cet été se passe pendant la Seconde Guerre Mondiale. Friedrich Kessler, un jeune diplomate allemand est envoyé au Japon, pays allié de l'Allemagne pendant le conflit. Friedrich a une relation très forte avec sa sœur, Liese et va échanger avec elle pour lui faire part de ses impressions, sentiments sur ce séjour au Japon.
Au début, à part les nouvelles désastreuses qui arrivent du pays natal, l’atmosphère japonaise reste relativement paisible. Dans ses lettres, Friedrich rapporte quand même le regard sévère des Japonais sur ces étrangers ou ses pensées parfois un peu xénophobes sur le peuple japonais. 
Certains points ne sont pas évidents à suivre avec les grades allemands un peu difficiles à retenir, mais plus les lettres s'enchaînent et plus la correspondance devient prenante. J’ai lu beaucoup de romans se passant pendant la Seconde Guerre Mondiale et celui-ci permet de découvrir une facette que je ne connaissais pas : les relations entre l’Allemagne et le Japon. J'ai eu du plaisir à découvrir une nouvelle facette du Japon, même si le contexte de la guerre prend peu à peu le pas sûr les passions de Friedrich pour les reproductions de Hiroshige et la littérature. 
C’est un livre très doux avec une écriture poétique qui enchante, petit à petit, je me suis attachée à ce jeune Kessler malgré son patriotisme parfois un peu gênant. J’ai aimé aussi la structure du roman, une relation frère-sœur éloignée mais en même temps étonnement proche, étroitement mêlée à l’exploration d’un Japon pendant la guerre de 39-45. Une histoire qui ne fait pas que dénoncer les pires horreurs de la guerre mais sait aussi montrer aussi les tendres relations humaines. A découvrir.
Note : 5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7461
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Romain SLOCOMBE (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum