Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  gallo le Mar 23 Déc 2008 - 10:13

De: polo

Wajdi Mouawad - Visage retrouvé

Wajdi Mouawad est un jeune Libanais qui vit à Montréal, où il est connu pour sa contribution à la vie théâtrale. Visage retrouvé est son premier roman. L'auteur plonge le lecteur dans l'univers fantasmagorique que s'est inventé un enfant pour se sortir des horreurs de la guerre du Liban.

À partir du visage d'une femme apparue dans un autobus incendié avec ses usagers, Wahab, le héros jadis heureux avec sa famille, se construit un monde parallèle, qui connaîtra son paroxisme à l'adolescence pour se terminer à dix-neuf ans alors qu'il attend avec fébrilité l'exposition de ses toiles dans une galerie de Montréal où ses parents sont venus s'établir après qu'une bombe eût explosé dans le jardinet attenant à leur maison.

Freud aurait aimé cette oeuvre qui expose à merveille ses théories sur l'onirisme. On y trouve les mécanismes subtils que l'on déploie pour vaincre ses peurs. Il aurait aussi apprécié de voir que la défense s'organise autour de l'image de la femme, qui est au coeur du jeune mâle en formation. La coupure ombilicale coïncide malheureusement pour Wahab avec les affres de la guerre. Sa révolte naturelle se double ainsi de celle engendrée par un déracinement qui vient priver quelqu'un des joies de son enfance. Dans la partie montréalaise de l'oeuvre, l'auteur l'exprime en employant le vocabulaire québécois spécifique à cette manifestation.

Ce merveilleux roman n'est pas le fruit d'une âme désespérée. Au contraire, il y a une lumière au bout du tunnel. La fugue de Wahab à quatorze ans lui sera salutaire. C'est en partageant son monde imaginaire avec celui d'un vieillard mourant qu'il deviendra «capable de s'arracher à la laideur d'un monde dans lequel on essayait de l'engager». La peinture, comme pour Kokis, sera aussi un exutoire qui lui permettra de fixer sur la toile les visages de ceux qui l'ont étouffé, surtout celui de la femme de l'autobus qu'il confond avec celui de sa mère. Wahab aura passé son adolescence à chercher le vrai visage de cette femme dont il massait les pieds la nuit quand son cancer rendait ses souffrances intolérables. Pour vivre, il s'est appliqué à le retrouver malgré le fatras social qui brouillait les pistes.

C'est un narrateur discret qui raconte avec simplicité cette histoire d'exil psychologique et physique. Il passe le relais au héros quand gronde trop sa colère. Ce roman très intéressant plaira à ceux qui aiment les oeuvres qui donnent accès à l'imaginaire d'autrui. Ceux qui ont lu La Vie est ailleurs de Milan Kundera feront sûrement un lien avec cet ouvrage dans lequel le héros est sous l'emprise de la férule maternelle et idéologique.

Note : 5/5
(Polo)

Ajouter votre critique
Pour avoir plus d'infos ou vous procurer ce livre:

Europe: Amazon.fr
Québec/Canada/USA : Amazon.ca


De: Bernie

Wajdi MOUAWAD - Incendies

Je viens de finir de lire Incendies. Je n'ai pas vu jouer la pièce mais je serais assez curieuse de voir comment la mise en scène pourrait "rendre" la complexité du texte tout en permettant une compréhension assez aisée. Donc je ne peux pour l'instant que vous parler du livre.

Le titre fait référence non pas vraiment à des incendies réels mais plutôt à des "incendies" psychologiques: l'Incendie de Narwal (l'héroïne principale), l'Incendie de l'Enfance (le passage à l'âge adulte), l'Incendie de Jannaane (la fille de Narwal, appelée aussi "Jeanne"), l'Incendie de Sarwane (le fils de Narwal, appelé aussi Simon). Il y a "incendie" dans le sens où ces personnes ont l'impression d'âtre en enfer à cause des malheurs qui leur arrivent. Elles "brûlent" littéralement. Elles auraient besoin d'eau pour arrêter le feu qu'elles ont en elles. D'ailleurs, l'une des dernières volontés de Narwal morte est qu'on jette sur sa dépouille nue et retournée face contre terre trois seaux d'eau. L'"incendie", c'est aussi la guerre civile au Liban dans lequel se passe une partie de la pièce.

J'ai parlé de complexité de compréhension pour cette pièce. En effet; le personnage de Narwal est présent sur scène à différents moments de sa vie (y compris à l'état de cadavre). Il y a Narwal à 14 ans, à 15 ans, à 19 ans, à 40 ans, à 45 ans, à 60 ans, à 65 ans puis morte. L'êge est indiqué au niveau des didascalies mais je ne sais comment sur scène le spectateur comprendrait que c'est ce même personnage s'il fallait avoir recours à plusieurs comédiens d'autant que le texte comprend des "retours en arrière".

Autre difficulté de compréhension: le texte ne "raconte" pas une histoire, il la suggère et le lecteur doit la "structurer" pour comprendre. Il faut faire un gros effort "pour suivre". Pourtant, au départ, tout semble simple: Narwal vient de mourir, elle a noté ses dernières volontés, le notaire Hermile Lebel les lit à ses jumeaux Jeanne et Simon âgés de 22 ans. Ces jeunes doivent se lancer dans une quête qu'ils n'auraient jamais imaginée: chercher leur père (qu'ils croyaient mort!), chercher leur frère (mais ils ne savaient pas qu'ils en avaient un!). A partir de là le lecteur voyage dans le temps et dans l'espace avec les jumeaux qui sont à la recherche de leurs origines. Le voyage dans l'espace se fait par la langue parlée: français canadien, arabe (Sawdal, l'amie de Narwal apprend l'alphabet arabe et le nom des personnages évoque clairement les origines libanaises de l'auteur) et l'anglais.

La découverte des origines provoquera l'incendie final, la "vérité sera horrible" car Wajdi Mouawad "réinvente" Oedipe et fait de Narwal une nouvelle Jocaste. Une pluie torrentielle termine la pièce. Elle "lave", efface les plaies causées par les "incendies" antérieurs.

Sa complexité empêche sa compréhension immédiate et risque de rebuter d'éventuels lecteurs. Cependant l'intêret est justement de réfléchir, d'essayer de comprendre. Il faut savoir aller au-delà des sentiers battus.

Note : 4.5/5
(Bernie)


De: Doune

Wajdi MOUAWAD - Incendies

Hé bien je dois dire que je l'ai particulièrement adoré. J'ai aussi lu que la pièce a déjà été mise en scène. Ce doit être assez impressionnant. J'ai adoré le thème, très prenant, triste mais juste et clair. Au départ, j'avais un peu de problème avec les noms que je trouve en tant que québécoise, semblables. Aussi, je me perdais quand il y avait Nawal qui revenait... Mais finalement, j'ai compris l'astuce!

Je donne 4.5/5, parce qu'on peut avoir des problèmes à se retrouver. Il aurait pu faire un excellent roman avec cette idée de départ.

Note : 4.5/5
(Doune)
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  rose le Dim 30 Mai 2010 - 20:53

Visage Retrouvé
Bable,2010

Quatrième de couverture

Pour son quatorzième anniversaire Wahab reçoit en cadeau la clef de l'appartement de sa famille. Le soir, au retour de l'école, sa suprise est grande quand il entre et ne reconnaît plus le visage de sa mère. Le jour où il devient un homme et aussi celui où le réel se disloque sous ses yeux. Alors que commence pour Wahab une terrible initiation aux mensonges du monde, il s'enfuit de la maison et fait une fugue qui le transporte au-delà de lui-même, là où l'onirisme est roi. En quelques jours, il aura fait l'expérience de la peur et de la beauté, sur un fond de colère irrepressible, seul sur les chemain de l'aube, au bord de la folie.

Ce roman est fort en émotions et en souffrances. Wahab va devoir faire face à de nombreuses ruptures dans sa jeune vie. Le fuite du Liban et de cette guerre horrible, dont il assiste très jeune - une bombe explosant sous ses yeux. Cette arrivée dans un pays qui n'est pas le sien et dont il faut tout apprendre, la rupture de sa vie d'enfant et de celle d'adolescent. Un jour, celui de son quatorzième anniversaire, heureux au sein de sa famille, il reçoit la clef qui pourrait lui octroyer un peu de liberté, mais c'est dans une cellule inconnue qu'il rentrera le soir: son monde a changé...ses repères ne sont plus là...il pars alors à la recherche de son identité, de ces visages perdus, d'une quelconque raison de vivre. La mort n'est jamais loin et le poursuivra dans ses songes tant qu'il n'aura pas trouvé le moyen de l'affronter:

"Elle peuplait mes angoisses, et mes nuits, me terrassait chaque fois qu'il faisait noir, faisait hurler mon âme, tourmentait mes solitudes, et je ne l'ai jamais reconnue! A elle seule, elle était l'éclatement de toutes mes douleurs" Cette femme aux membres de bois, aperçue lors de l'attentat d'un bus, en train d'étrangler les corps déjà morts, cette femme blottie des années auprès de lui sous les traits changés de sa mère...Et qui lui apparaît dans la chambre d'hôpital où sa mère vient de mourir. "Avoir su! Avoir su! Avoir mieux regardé, meiux écouté, j'aurais su résister, su me battre et éviter le sacrifice de ma mère."

Ce roman est sublime, il m'est difficile d'en faire une critique..de peur d'âbimer le sentiment qui m'habite depuis sa lecture. Oui, comme le dit Gallo, il y a un peu de Kundera dans cette quête. Cet univers onirique qui se mêle si bien au réel que la folie de Wahab n'est pas très loin de nous habiter au fil des ses lignes d'une écriture simple et sobre mais qui souligne parfaitement les tourments et les absences de Wahab.

Merci à Houppellande de m'avoir fait découvrir ce livre et à Gallo pour son éclairage plus "onirique" et "freudien"

5/5

_________________
lecture en cours:

Kafka sur le rivage,Haruki Murakami
avatar
rose

Nombre de messages : 639
Age : 43
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  Houppelande le Lun 31 Mai 2010 - 21:32

Ah Rose, je suis tellement contente que tu aies aimé!
C'est toujours agréable de partager un coup de coeur!
avatar
Houppelande

Nombre de messages : 403
Age : 34
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  rose le Mer 2 Juin 2010 - 6:45

Merci à toi pour cette belle découverte

_________________
lecture en cours:

Kafka sur le rivage,Haruki Murakami
avatar
rose

Nombre de messages : 639
Age : 43
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  lalyre le Dim 9 Sep 2012 - 8:17

Anima
Wajdi Mouawad
Leméac/Actes Sud 22 août
389 pages

Quatrième de couverture
Lorsqu’il découvre le meurtre de sa femme, Wahhch Debch est tétanisé : il doit à tout prix savoir qui a fait ça, et qui donc si ce n’est pas lui ? Éperonné par sa douleur, il se lance dans une irrémissible chasse à l’homme en suivant l’odeur sacrée, millénaire et animale du sang versé. Seul et abandonné par l’espérance, il s’embarque dans une furieuse odyssée à travers l’Amérique, territoire de toutes les violences et de toutes les beautés. Les mémoires infernales qui sommeillent en lui, ensevelies dans les replis de son enfance, se réveillent du nord au sud, au contact de l’humanité des uns et de la bestialité des autres. Pour lever le voile sur le mensonge de ses origines, Wahhch devra-t-il lâcher le chien de sa colère et faire le sacrifice de son âme ?
Par son projet, par sa tenue, par son accomplissement, ce roman-Minotaure repousse les bornes de la littérature. Anima est une bête, à la fois réelle et fabuleuse, qui veut dévorer l’Inoubliable.

Mon avis
Mais pour savoir qui a commis cet horrible meurtre, le lecteur va accompagner Wahhch dans son périple, allant de la guerre de sécession, au massacre de Sabra et Chatila, deux camps de réfugiés palestiniens de Beyrouth, qui a été perpétré en 1982 par 150 phalangistes chrétiens menés par Elie Hobeika, le chef de leurs services secrets, il faudra passer des réserves indiennes à la Palestine, ensuite au Liban, traverser les Etats-Unis avec lui pour savoir ce qui le hante. Les grands témoins de ce roman qu’il m’est difficile de résumer sont des animaux, chien, chat, corneille, papillon et bien d’autres qui prêtent leur voix et se relaient pour prendre en charge le parcours de Wahhch, la tête encombrée de fantômes du passé Un roman étonnant, avec le voyage initiatique de cet homme ou s’entrecroisent les lieux, la violence, les questions et les rencontres d’êtres immondes, d’autres qui l’aideront à avancer, des villes traversées comme Jérusalem, Oran et Thèbes. Le début du roman est déconcertant, mais au fil des pages, le lecteur découvre des pages insoutenables, cependant tout se déroule d’une façon subtile et attrayante car les voix animales allègent et décompressent la lecture. Que dire de plus sans trop dévoiler, sinon que ce n’est pas un roman policier, quelques passages historiques dont j’ignorais tout, un livre fascinant et bouleversant, truffé de richesse de phrases et de mots que je recommande vivement. 5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4241
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  Shan_Ze le Mer 8 Juil 2015 - 22:42

Anima de Wajdi Mouawad 



J’ai lu Forêts de cet auteur, une pièce de théâtre insolite. Quand j’ai vu que l’auteur, Wajdi Mouawad avait écrit un roman, j’ai tout de suite eu envie de le lire. Mais je ne m’attendais pas à une telle claque. Je n’avais aucune idée du sujet du livre en le commençant mais j’ai rapidement été prise par la particularité de la narration. Chaque chapitre est racontée par un animal qui raconte le désespoir de Wahhch et sa quête de vérité. 
Un roman à tiroirs, des thèmes qui en appellent d’autres et une forme qui surprend. Plus on avance dans l’histoire, plus on prend conscience de la cruauté du meurtrier. Cependant, le mystère persiste… les pages se tournent toutes seules pour comprendre Wahhch, pour savoir qui il est. J’ai été très touchée par l’écriture de Wajdi Mouawad, la première partie m’a bercée par son rythme avec les différentes attitudes du protagoniste, la seconde m’a ensorcelée et la troisième m’a carrément écœurée, bouleversée, comment de telles horreurs peuvent-elles exister ?
J’ai entendu parler de la Guerre au Liban, mais je n’avais jamais vraiment pensé que des hommes pouvaient être terrifiants à ce point. L’auteur est libanais et raconte l’histoire de son pays en se servant de divers éléments : la culture des Indiens Mohawks, les animaux, la nature… Wahhch se rapproche de l’animal, l’animal se rapproche de lui, Mouaawad confronte le monde des hommes et celui des animaux, qui est finalement le plus « animal » ? le plus « humain » ?
Un roman qui ne s’oublie pas. 
Note : 5/5
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7453
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  Réaliste-romantique le Mer 8 Juil 2015 - 22:59

Moi j'ai vu des pièces de Mouawad, mais je ne savais pas non plus qu'il avait écrit un roman. Hop, dans ma LAL.

Merci Shan_Ze de me faire découvrir un livre…québécois. Very Happy

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message) 
En attente : 
Commentaire en attente : Désorientale (Négar Djavadi)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1974
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  Cyrielle le Jeu 9 Juil 2015 - 7:58

Un roman très intriguant. 
avatar
Cyrielle

Nombre de messages : 7368
Age : 30
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  Shan_Ze le Sam 11 Juil 2015 - 11:09

Mais de rien, RR. Very Happy Un auteur que je relirai.


Cyrielle, je te le déconseille... en ce moment. C'est un roman très violent. 

Oui, âmes sensibles s'abstenir...
avatar
Shan_Ze
Admin

Nombre de messages : 7453
Age : 34
Location : Lyon/France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  Réaliste-romantique le Dim 27 Sep 2015 - 15:45

Anima
2012

En rentrant un soir, Wahhch Debch trouve sa femme, enceinte, morte. Elle a été horriblement massacrée à coups de couteau. Ce crime ne réveille pas un sentiment de vengeance chez Wahhch, il entre-ouvre plutôt une porte sur des souvenirs enfouis, car Wahhch Debch a survécu au massacre des camps palestiniens de Sabra et Chatila au Liban en 1982. Wahhch entreprend donc une quête errante qui le mène sur la trace d’autres massacres commis en Amérique (les Amérindiens, la Guerre de Sécession…). Malgré que Wahhch ne sache pas ce qu’il cherche, il découvre des vérités insupportables.
 
C’est un livre dur et horrible, âme sensible s’abstenir! Le meurtre est commis dans les premières pages et il va hanter le lecteur comme Wahhch pendant plus que le livre. Au début, je ne comprenais pas pourquoi Mouawad, dont j’ai vu plusieurs pièces et que je respecte beaucoup, se vautrait dans une description aussi sanglante d’un crime. Jusqu’à la centième page, je ne comprenais pas l’objectif du l’auteur, pourquoi tant de sang et de morts. Ça me faisait penser à Quentin Tarantino qui dit critiquer la violence par ses films, mais qui semble seulement s’y vautrer. À un moment, j’ai toutefois eu une illumination, j’ai compris la construction  de ce récit et je ai trouvé ça génia. Le crime du début est un miroir d’autres crimes commis plus tôt, mais dont on discute vers la fin du livre. Alors que la scène d’horreur du début est de la pure fiction, celles décrite plus tard dans le livre sont de vraies scènes historiques de guerres. Il ne s’agit pas d’un auteur qui veut simplement nous horrifier, mais d’un auteur qui veut guérir l’amnésie moderne et nous rappeler l’horreur de l’histoire.
 
C’est donc un livre très puissant, mais pas pour tous les lecteurs. Mouawad peut être très intense, comme dans ses pièces Incendie et Forêt.
 

4,5/5

Rélasite-romantique

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message) 
En attente : 
Commentaire en attente : Désorientale (Négar Djavadi)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1974
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  Réaliste-romantique le Ven 16 Oct 2015 - 0:51

Visage retrouvée
2002
Lors de son anniversaire de quatorze ans, Wahad, Libanais émigré en Europe, ne reconnaît plus les femmes de sa vie, se mère et sa sœur. L’appartement est aussi un peu différent, mais personne ne semble réagir. Ne sachant s’il est fou ou si c’est le passage initiatique, il fuguera hors de la ville.
 
Ce livre est probablement fortement autobiographique : Wajdi Mouawad, né au Liban, a vécu en France et ensuite au Québec. Il a aussi été témoin de l’autobus qui brûle (que l’on retrouve aussi dans Incendies). Le changement de ton et de langage entre les parties, entre le parlé français et québécois, entre l’adolescence et l’âge adulte, entre la surprise et la colère, est intéressant. J’ai toutefois un peu moins apprécié la dernière partie, la colère du personnage était tellement forte que le récit me semblait faire du sur-place. Dans l’ensemble, j’ai toutefois beaucoup aimé ce livre.
 

4,5/5

Réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : The Rook (Daniel O'Malley), Défaite des maîtres et possesseurs (Vincent Message) 
En attente : 
Commentaire en attente : Désorientale (Négar Djavadi)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1974
Age : 42
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wajdi MOUAWAD (Liban/Canada/Québec)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum