Patrick MODIANO (France)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  gallo le Ven 17 Oct 2014 - 12:58

Patrick Modiano ''Quartier perdu'' (1984, Folio 1990, 180 pages)

Le narrateur, un auteur français de polars anglais, revient à Paris après 20 ans d'absence. Pourquoi est-t-il parti, pourquoi a-t-il changé d'identité? La raison en est tout à la fin: il s'est senti coupable de quelque chose qu'il n'a même pas fait. Le retour à Paris lui va rappeler des souvenirs qui se dévoilent à travers des rencontres accidentelles et des errances dans la ville, qui n'est déjà plus le Paris de sa jeunesse. Jusque-là, c'est le résumé simple. Mais il y a autre chose : l'impression qu'a laissé le livre sur moi.

Ce livre de Modiano est antérieur à la "trilogie New-Yorkaise'' de Paul Auster. Mais, étrangement, ces livres me donnent la même sensation de lire un auteur qui s'analyse pendant l'écriture et intègre cette analyse dans l'écriture. L'écriture a un autre vitesse que la pensée, que le sentiment. L'auteur veut fixer un image en mots sur le papier; mais l'image pendant le temps qu'il faut pour écrire, change déjà, et il essaye de capturer le processus de changement en même temps que l'image initial. Ainsi, tout en écrivant, les images peuvent se distordre, s'allonger, changer d'aspect ou de signification; une personne peut changer d'identité ou de mort à vivant. Il y a pourtant une différence essentielle entre Modiano et Auster: là où chez Auster l'ecrit disparaît par la suite; chez Modiano l'écrit s'éternise.
Exemple: La Lancia du mort qui peut-être vit: l'auteur pense un itinéraire, mais pour l'écrire, il se représente plusieurs fois cet itinéraire dans sa tête: et la voiture dans le livre repète l'itinéraire comme fait l'auteur en se représentant l'itinéraire. Autre exemple: "beaucoup de bagage à transporter" se transforme à devenir une quantité énorme, un vrai déménagement, et l'auteur fait le narrateur résoudre ce problème en 16 pages de texte ahurrissant de pseudo-réalisme. ''Madame dort'': cela s'étire tellement longtemps, qu'elle semble ne plus finir de dormir - j'avais envie de fermer le livre et aller dormir aussi wink  - mais le jeune homme  (le narrateur vingt ans avant) était suffisamment sympa pour continuer la lecture.

Ma note: 3/5

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  gallo le Dim 19 Oct 2014 - 12:50

Patrick Modiano: ''Villa triste'' (Gallimard 1975, Folio 1979, 212 p.)

J'avais acheté ce livre  pendant un séjour à Annecy, puisque le lieu du roman était Annecy. C'était vers 1986: le livre était mon premier ''Modiano''. À la relecture: je ne me souvenais plus rien de l'histoire, mais oui, le livre parle pas mal d'Annecy.

Le narrateur revient après 12 ans à Annecy, où il a passé quelques mois pendant son adolescence.
L'adolescent a cherché à Annecy un isolement contre une peur irraisonnée d'une guerre (guerre froide, Algérie?). Vivant dans un hôtel de luxe, il prend la fausse identité de comte. Il va vivre un amour avec Yvonne, une jeune fille native d'Annecy, future star débutante, guidée dans le monde du cinema par Meinthe, un homosexuel habitant la VILLA TRISTE. Il trouve un certain apaisement dans l'amour qu'Yvonne lui porte et il s'imagine des avenirs à succes pour eux deux: elle actrice, lui écrivain. La vie de jetset des cinéastes donne à l'adolescent l'envie d'une vie tranquille dans une ville de province, à l'exemple de l'oncle d'Yvonne. 
L'adulte, revenu à Annecy, revoit Meinthe; peu après il lit l'annonce de la mort de Meinthe. Cela le plonge dans encore des souvenirs de la période vecu avec Ivonne et de ses rêves de départ - rêves, qu'Yvonne fait semblant de partager.

C'est le portrait sympa d'un adolescent qui vit sa part de naïveté et d'exaltation - revu par l'adulte 12 ans après. Consultant la wikipédia biographie de Modiano, on peut reconnaitre pas mal d'élements autobiographiques. 

Ma note 3,5/5.

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  gallo le Sam 25 Oct 2014 - 14:07

Patrick Modiano: Vestiaire de l'enfance. Gallimard 1989, Club France loisirs 1989, 145 pg.


Ce n'est pas tellement un résumé que je donne: j'ai fait de cette lecture un petit jeu: "L'auteur s'observe écrire": c'est à dire l'auteur est écrivain, observateur et observé.  Dans ce livre, l'auteur se met dans ces trois "peaux" à tour de rôle et dans des temps divers. Le jeu était de m'imaginer "dans quelle peau est l'auteur". Donc: le narrateur est un écrivain de feuilleton d'à peu près quarante ans qui a changé d'identité pour se distinguer de l'écrivain de romans qu'il est. Ce narrateur observe un écrivain octogonaire (image de l'auteur dans l'avenir!)  mais il s'irrite à la vue de cet octogonaire. Il s'irrite aussi du journaliste interviewant l'octogonaire. D'ailleurs, cet journaliste observe le narrateur et croit reconnaître en lui l'auteur de romans.
Le sujet principal du livre est pourtant une jeune fille, que le narrateur va observer et suivre, tout en se demandant si cette jeune fille n'est pas l'enfant qu'il a chaperonné des années plus tôt: cela lui évoque des souvenirs qui l'occupent autant que les rencontres furtives avec la jeune fille. Par-delà le narrateur se sent observé par une sorte de personnage fantomatique, qui prend lentement une réalité. Cet observateur, un conducteur, sait tout du narrateur et enfin se mèle à la vie du narrateur, du moins, intervient et le guide quand le narrateur se sent perdu dans une nuit noire. 


J'avais déjà évoqué pour "Quartier perdu" les ressemblances avec Paul Auster, et "Vestiaire de l'enfance" me donnait même un sentiment plus fort de ressemblances. je ne savais pas si bien dire: je ne suis pas le premier à faire ce rapprochement : en cherchant sur internet "Modiano + Auster" voici ce que l'on trouve:  "L’univers trouble de Patrick Modiano et de Paul Auster : une étude de Vestiaire de l’enfance et de La musique du hasard", par Jurate D. Kaminskas (revue Tangence, 1992) (étude en ligne).
Une autre étude comparative Modiano + Auster a pour sujet son [url=http://books.google.nl/books?id=1ANh88F3jjAC&pg=PA137&lpg=PA137&dq=Modiano+et+Auster&source=bl&ots=imF1hJPwOb&sig=m-GAN92na5bdNt9HkOyhkrflHIk&hl=nl&sa=X&ei=3rJLVJbWNdTzapKDgugJ&ved=0CD4Q6AEwBA#v=onepage&q=Modiano et]Livret de famille[/url]

Il faut dire que Modiano a bien prévu qu'il serait interviewé à haute âge, cela s'est réalisé ce mois-ci à cause du prix Nobel. Seulement, il a de l'avance sur cet octogonaire imaginé: Modiano n'a encore que 69 ans wink .

Ma note 4/5

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  géromino le Lun 27 Oct 2014 - 13:28

"Livret de famille" folio 1983 215 pages


4 eme de couverture:     Quatorze récits où l'autobiographie se mêle aux souvenirs imaginaires. L'auteur peint aussi bien une soirée de l'ex-roi Farouk que sont père traqué par la Gestapo, les débuts de sa mère dans un music-hall d'Anvers, les personnages équivoques dont le couple est entouré, son adolescence, et enfin quelques tableaux de son propre foyer. Tout cela crée peu à peu un livret de famille.

Pour l'ensemble ce sont des récits tirés de ses souvenirs d'enfant et d'adolescent. Il évoque l'existence de ses parents, d'amis, de personnages réels ou supposés, connus ou inconnus, dans une quête identitaire mettant en relief sa famille. On est promené entre réalité et fiction sans qu'on puisse toujours bien discerner le vrai du faux. 
L'écriture est simple, fluide, et parsemée ici et là de traits d'humour; c'est plaisant à lire. C'est mon premier livre de Modiano; à mon avis, sans doute pas le meilleur, mais il m'incite à en lire d'autres. A suivre, donc...
Note: 3/5

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  17/50
avatar
géromino

Nombre de messages : 2836
Age : 53
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  La petite Bijou le Jeu 30 Oct 2014 - 0:10

Dora Bruder, Patrick Modiano
 
Ce récit singulier est en fait une longue enquête débutant à la fin des années quatre-vingt et qui se terminera avec l’écriture du roman en 1996. En feuilletant un vieux journal Paris-Soir, le narrateur, qui est en fait Modiano lui-même, est tombé sur cette annonce tirée de la rubrique d’hier à aujourd’hui datant du 31 décembre 1941 :
 
« Paris
On recherche une jeune fille, Dora Bruder, 15 ans, I m 55, visage ovale, yeux gris-marron, manteau sport gris, pull-over bordeaux, jupe et chapeau bleu marine, chaussure sport marron. Adressez toutes indications à M. et Mme Bruder, 41, boulevard Ornano, Paris. »
 
C’est ainsi que tout a commencé. Qui était cette jeune fille, dont les pas et ceux de Modiano ont empruntés les mêmes trottoirs du boulevard Ornano? Qui était cette jeune fille de 15 ans apparemment rebelle et qui s’est échappé par un soir de décembre et dont le nom à consonance étrangère nous fait présager un destin funeste en cette terrible époque de l’Occupation. Dans sa jeunesse, Modiano a longtemps erré par les quartiers nord-est de Paris, aux abords des Puces de Saint-Ouen, sur le boulevard Barbès, à la porte de Clignancourt. C’est donc pénétré de tout son passé, de sa connaissance des lieux, hanté par un sentiment de vide et par une sorte de « devoir de mémoire » qu’il tente de faire la lumière sur le destin tragique de Dora Bruder.
 
Au fil du récit se dévoile peu à peu le résultat des recherches de l’auteur. Il en mettra du temps pour découvrir le peu qu’il nous dévoile, des années mêmes... Mais il est patient, il « peut attendre des heures sous la pluie »… Nous apprenons au fil des pages les détails biographique de la jeune fille, date et lieu de naissance, celles de ses parents et leurs pays d’origine, l’Autriche et la Hongrie, et les différents lieux où ils ont habité à Paris : « Les traces de Dora Bruder et de ses parents, ce perdent dans la banlieue nord-est du canal de l’Ourcq. ». Mais ils ont échoué, dans les années trente, comme nombre de Juifs de cette époque, dans un hôtel des quartiers autour du boulevard Ornano. Quelle vie eurent-ils? « Ce sont des personnes qui laissent peu de traces derrière elles ». Et le peu qu’elles laissent, est difficile à débusquer. L’auteur écumera des archives de multiples institutions, école, état civil, archives, écrira à droite et à gauche, lancera des bouteilles à la mer et glanera ainsi assez pour nous faire un portrait flou de leur vie, un portrait « en creux » où il manquera l’essentiel, c’est-à-dire la lumière vibrante du jour.
 
Il faut lire ce récit comme une enquête. À mesure que nous tournons les pages nous sommes plus informés sur la situation et nous éprouvons le malaise de voir, à nouveau, s’écrire la terrible Histoire au cœur de l’histoire de ces personnes. Qui est juif, apatride, seul et sans moyen ni appui, ni ressources a peu de chances d’échapper à son destin à Paris en 1941… Mais les fugues de Dora et ce qu’elle faisait durant les semaines et les mois où elle s’est cachée est son secret, un « pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d’occupation, le Dépôt, les casernes, l’Histoire, le temps – tout ce qui vous souille et vous détruit – n’auront pas pu lui voler. »
 
Dora Bruder est pour moi le plus grand « roman » de Patrick Modiano. À lui seul, il contient toute son œuvre, tous ses thèmes chéris et sa « petite musique » est plus vibrante que jamais. Le passé et ses brumes nous envoûtent avant de nous jeter dans un désespoir lorsque l’on songe à « toutes cette masse de souffrance ».  Ce récit doit être lu avec tout le respect que nous devons à ceux qui ont disparu « dans la nuit froide de l’oubli ».
 
   
5/5
avatar
La petite Bijou

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 01/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  dodie le Jeu 30 Oct 2014 - 5:53

Merci pour cette critique Petitebijou : je note ce titre !
avatar
dodie

Nombre de messages : 4539
Age : 54
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  gallo le Dim 2 Nov 2014 - 13:33

Patrick Modiano : "Rue des boutiques obscures" (Prix Goncourt 1978)
Gallimard 1978, Club France Loisirs 1979, 189 pg.

Le narrateur, qui travaille depuis 8 ans pour une agence de détective, a perdu la mémoire (jusqu'à ne même pas savoir son nom) de tout ce qui s'est passé avant il y 15 ans. Au moment que l'agence de détective ferme, le narrateur se met à chercher ses origines, son passé, son identité et l'identité de personnes qui l'ont peut-être connu, pourront peut-être le reconnaître. Par Petits bouts d'info, il arrive à se former des passés possibles, puis à trouver des bribes de souvenirs à Mégève, où il s'est refugié pendant la guerre 39-45 et où un passeur qui devrait le mener en Suisse, l'a abandonné dans la neige. (La perte de mémoire pourrait être la suite de l'hypothermie subi alors). Les temoins étant décédées, il ne reste au narrateur qu'un dernier fil à suivre: son ancienne adresse à la Rue des boutiques obscures (Via delle Botteghe Oscure , dans le ghetto juif de Rome). 


Le livre se lit presque comme un roman detective. Un bon entendeur n'a besoin qu'un demi-mot, mais malheureusement, il y a trop de sous-entendus et de non-dits dans ce livre et je sens que la plupart des clés historiques m'échappent.

Ma note 3/5

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Sam 25 Avr 2015 - 20:15

Des inconnues

Trois récits de femmes qui se cherchent…et qui cherchent ce qu’elles cherchent. La première quitte Lyon et monte à Paris sur un coup de tête. Elle y trouve des relations, mais ça ne se déroule pas comme elle le voudrait, un événement louche se produit dans l’hôtel où réside l’homme qu’elle apprécie le plus, elle doit fuir. Dans le deuxième cas, la jeune femme est orpheline de père et abandonnée par sa mère. Après avoir rencontrée quelques personnes de son âge, elle se place dans une situation critique. La troisième occupe un appartement pendant l’absence de son propriétaire, mais elle devient vite inquiète et angoissée. Elle n’ose plus prendre le métro, mais surtout elle ne supporte plus l’idée de l’abattage de cheveux qui a lieu dans son quartier. Tôt le matin, elle est réveillée par le bruit des sabots des chevaux que l’on mène à l’abattoir. Elle ne peut plus supporter non plus la vue des hommes qui travaillent dans ce métier. Elle se lie, par désespoir, à un groupe nouvel-âge sectaire.
 
C’est un livre pour amateur du style de Modiano. Il ne se passe presque rien dans ce livre. Il y a une ambiance inquiétante de solitude et d’abandon, mais elle est en partie créée grâce à ce qui n’est pas dit autant que par ce qu’il est écrit. Je ne pouvais lire sans me demander qu’est-ce qui avait pu se produire dans la vie de ces jeunes femmes pour qu’elles en arrivent où elles sont. Un peu comme un personnage de Modiano moi-même, j’utilisais les petits indices donnés par l’auteur pour tenter de retrouver leurs vies. J’ai bien aimé ma lecture, mais j’aime Modiano. Ne commencez pas par ce livre pour découvrir cet auteur.
 
4/5

RR

_________________
Lectures en cours : De profundis, Good Morning, Midnight
En attente : 
Commentaire en attente : The Traveller's Guide to Outer Space (Neil Comins) Vaterland (Anne Weber),
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1957
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  lalyre le Sam 30 Mai 2015 - 16:30

Un pédigrée     
Patrick Modiano      
Folio octobre 2014        
      126 pages

Quatrième de couverture
J'écris ces pages comme on rédige un constat ou un curriculum vitae, à titre documentaire et sans doute pour en finir avec une vie qui n'était pas la mienne. Les événements que j'évoquerai jusqu'à ma vingt et unième année, je les ai vécus en transparence - ce procédé qui consiste à faire défiler en arrière-plan des paysages, alors que les acteurs restent immobiles sur un plateau de studio. Je voudrais traduire cette impression que beaucoup d'autres ont ressentie avant moi : tout défilait en transparence et je ne pouvais pas encore vivre ma vie

Mon avis
Ce petit livre ne saurait être une autobiographie détaillée de la l’enfance et de l’adolescence de Patrick Modiano. Mais tout de même on peut se faire une idée de ce que fut cette jeune vie avec des parents qui ne se sont jamais occupé de lui, le plaçant en internat, Sa mère actrice, femme légère, son père a exercé divers métiers, souvent magouilleur, toujours sans argent. Des parents qui ont cependant côtoyé des personnages illustres, sa mère eut Arletty comme amie mais presque ignoré leurs enfants puisque l’auteur a un frère. Ce petit livre qu’il faut absolument lire nous fait très bien ressentir le désarroi des enfants livrés à leur sort sans aucune tendresse. Je ne puis m’empêcher de transcrire ce petit passage parlant de sa mère, qui m’a beaucoup émue. 4,5/5

Je m’efforcerai de lui trouver par mes propres moyens ces malheureux billets de cinquante francs à l’effigie de Jean Racine, mais sans réussir à désarmer l’agressivité et le manque de bienveillance qu’elle m’aura toujours témoigné. Jamais je n’ai pu me confier à elle, ni lui demander une aide quelconque. Parfois, comme un chien sans pédigrée et qui a été un peu trop livré à lui-même, j’éprouve la tentation puérile d’écrire noir sur blanc et en détail ce qu’elle m’a fait subir, à cause de sa dureté et de son inconséquence. Je me tais. Et je lui pardonne..
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4234
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Mer 8 Juil 2015 - 1:46

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier
2014

Jean Daragane est un auteur qui vit isolé. Il n’a pas discuté avec personne depuis quelques mois lorsqu’on homme étrange, presque menaçant, veut le rencontrer pour lui rendre un carnet d’adresse que Jean a perdu. Il le rejoint à un café, où il rencontre aussi une femme étrange, distante. En échange du carnet, le couple désire obtenir des informations. De fil en aiguille, Jean remonte son passé, de personnage en personnage. Sa quête mémorielle se concentre surtout autour d’Annie Astrand, une femme louche qui se serait chargé de lui pendant un an.
 
Un Modiano pour les amateurs de ce style, je ne le recommande pas pour découvrir l’auteur. Moi j’ai beaucoup aimé l’ambiance de mystère, la presque phobie de Jean pour les contacts humains et la recherche de souvenirs oubliés. J'ai aussi trouvé le petit garçon très attachant. Toutefois, je pourrais aussi résumer ce livre en disant qu’il contient quelques personnages auxquels ils n’arrivent rien. À la fin, on ne sait pas ce qui a pu amener Annie Astrand brièvement en prison, on ne peut que spéculer à partir de poussières d’indices semées par l’auteur. Pour amateurs.
 

4,5/5

_________________
Lectures en cours : De profundis, Good Morning, Midnight
En attente : 
Commentaire en attente : The Traveller's Guide to Outer Space (Neil Comins) Vaterland (Anne Weber),
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1957
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Ven 19 Fév 2016 - 21:48

Chien de printemps
120 pages
 
Le narrateur rencontre un photographe mystérieux. Il se charge de répertorier les photos empilées dans deux valises, le photographe le laisse faire. Dans les soixante premières pages, le narrateur se tient avec Nicole. Cette dernière tente de contacter le photographe, mais celui-ci l’évite. Dans les quarante pages suivantes, le narrateur fréquente plutôt les de Meyendorff, aussi évités par le photographe. Et dans les vingt dernières pages, on évoque rapidement Drancy et l’occupation.
 
Un Modiano pour les amateurs : peu de personnages auxquels ils n’arrivent rien ou presque. Des personnages à la limite de la marginalité, inquiets, des ambiances étouffantes (et un mime qui cogne sa femme en silence). Ah oui, et un personnage disparaît soudainement sans laisser de trace (sinon ce ne serait pas un Modiano…). J’ai un peu aimé, mais j’aime me laisser porter par ce type d’ambiance. Il ne faut pas lire ce livre pour son intrigue.


3,5/5

Réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : De profundis, Good Morning, Midnight
En attente : 
Commentaire en attente : The Traveller's Guide to Outer Space (Neil Comins) Vaterland (Anne Weber),
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1957
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Dim 26 Juin 2016 - 23:54

Villa triste

Pendant la guerre d’Algérie, Victor Chmara (si c’est son vrai nom) se pose à Annecey, car ce n’est pas loin de la frontière suisse (on n’est jamais trop prudent). Il y rencontre Yvonne, de laquelle il tombe amoureux, et le jeune docteur Meinthe, homosexuel notoire. Il participera à des soirées en leur compagnie et ira même plus tard occuper une villa au Cap d’Antibes, grâce à une relation de Meinthe. Le passé de Chmara est louche, tout comme celui d’Yvonne est mystérieux. Victor cherche à en savoir plus sur elle, mais ne découvre que des miettes. Un jour, il organise leur émigration en Amérique où elle pourra pousser sa carrière d’actrice. Yvonne ne se présentera toutefois jamais au rendez-vous…
 
Un des premiers Modiano de ce style « personnages louches, vieux bottins et semelles crêpes ». J’aime bien ceci, mais il faut être amateur, car, en bout de ligne, on ne connaît presque rien du passé de Chmara, de celui d’Yvonne, ni de ce qu’est devenu Yvonne (et même Chmara, sauf qu’il est encore vivant vingt ans plus tard pour raconter ses souvenirs).
    
4/5

Réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : De profundis, Good Morning, Midnight
En attente : 
Commentaire en attente : The Traveller's Guide to Outer Space (Neil Comins) Vaterland (Anne Weber),
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1957
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum