Patrick MODIANO (France)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Patrick MODIANO (France)

Message  gallo le Lun 22 Déc 2008 - 17:04

De : Laetitia (Message d'origine) Envoyé : 2002-11-05 07:22

Patrick MODIANO - Voyage de noces

A la brèche de la quarantaine, un homme se retrouve par hasard et par une chaude journée d’Août dans un hôtel de Milan où, trois jours auparavant, une femme, française s’est donné la mort. Emu par le sort de sa compatriote, il recherche plus de renseignements sur la malheureuse et la lecture de son nom dans un entrefilet du journal le plonge brusquement dans son passé. Il organise alors sa propre disparition, quitte sa femme, ses amis, et part sur les traces d’Ingrid, de sa fuite de Paris et de la France occupée, de sa vie dans les grands hôtels désertés de la Côte d’Azur, en attendant la fin de la guerre et de la persécution, sa vie de couple chaotique, sa solitude inaltérable.

Patrick Modiano n’est pas un auteur à lire en cas de déprime passagère. Ses romans sont simples, beaux, désespérants. Le poids de la vie se ressent de façon intolérable, mais, toujours, une légèreté de poème permet d’échapper à la lourdeur du destin. 4/5


De : Calou Envoyé : 2002-11-05 08:47

J'ai eu ma période Modiano , il y a quelques années de cela. Du coup je suis allée fouiller dans ma bibliothèque pour voir si j'en avais acheté; j'en ai trouvé 7 ! mais pas de voyage de noce !
Il est très juste Laetitia de prévenir tout le monde sur le côté morose et triste de Modiano, c'est un style très particulier qu'on apprécie ou pas ( dans ces cas-là on a tendance même à s'endormir! ). Moi, je vous suggère de l'essayer et, si vous aimez, d'alterner avec d'autres genres puis d'y revenir, vous l'apprécierez d'autant plus.


De : nimbus Envoyé : 15/05/2004 21:42

Patrick Modiano "Des inconnues"
Gallimard; 156 pages 15 euros.

Résumé: Le livre comporte trois parties, l'auteur nous présente trois jeunes femmes.

A la fin de chaque histoire on n'a pas appris grand chose, pas même le prénom de chacune!

Le premier récit, juste pour donner une idée:

Une jeune femme dont on ne sait rien rencontre un homme dont on ne saura pas grand chose! Entre eux on ignore les véritables relations. L'homme craint que sa compagne ne s'ennuie, et il lui donne des liasses de billets de banque pour qu'elle fasse les magasins

Elle s'achète un imperméable et des chaussures!

Les deux autres récits sont à peine plus haletants!

Mon avis: Le roman est bien écrit, et l'on arrive à le lire...mais il ne se passe rien!
Beaucoup d'errance dans Paris, des soirées au cinéma ou au restaurant.

Note: 2/ 5 car ça se lit quand même !!


De: Akibar
Votre critique générale est injuste. Même si les "histoires" sont non narratives, ce livre parle au coeur de l'insignifiance de la vie.
Note : 5/5


De : Claarabel Envoyé : 10/06/2004 10:50
Dora Bruder - Patrick Modiano

D'une infinie tristesse (4 / 5 )

Parce qu'il a lu dans un Paris-Soir de décembre 1941 l'annonce "On recherche une jeune fille, Dora Bruder, 15 ans (...)", Modiano part sur les traces de cette jeune fille juive disparue. S'adresser boulevard Ornano, Paris réveille chez cet amoureux des rues parisiennes et des longues promenades dans ces dédales une profonde nostalgie. Aussitôt, le narrateur improvisé enquêteur part sur les traces de la jeune Dora Bruder. Minutieusement il va retracer le curriculum vitae des parents de Dora, il va tenter de se mettre dans la peau de la jeune fille, de suivre son parcours dans Paris, prendre les mêmes chemins, parcourir les mêmes rues. Tenter de percer ce mystère et revivre les tragiques événements du Paris occupé, des rafles dans les quartiers juifs et l'arrestation de son propre père. Bref "Dora Bruder" n'est en rien une intrigue policière car on pressent que Modiano ne découvrira rien de plus que les maigres annotations rédigées par les administrations de l'époque, qu'il amassera péniblement, ici et là. Bien entendu, il arpentera des chemins difficiles depuis Paris, les Tourelles, Drancy et fatalement Auschwitz. Car finalement son travail d'écrivain dans "Dora Bruder" aura été de rendre une stèle funéraire à cette jeune disparue, à sa famille et à toutes les autres victimes de cette guerre. En citant leur état civil, au moins, il rend honneur à leur mort précipitée et odieuse.
"Dora Bruder", c'est cette infinie tristesse caractéristique à l'écriture Modiano. C'est l'infinie nostalgie, la lancinante mélancolie d'un temps qui n'est plus, et aussi de lieux à jamais perdus. C'est beau, épuré de fards esthétiques pompeux, et poignant.

Folio, 145 pages, 4.60 euro.

Extrait

" Depuis, le Paris où j'ai tenté de retrouver sa trace est demeuré aussi désert et silencieux que ce jour-là. Je marche à travers les rues vides. Pour moi elles le restent, même le soir, à l'heure des embouteillages, quanf les gens se pressent vers les bouches de métro. Je ne peux pas m'empêcher de penser à elle et de sentir un éch de sa présence dans certains quartiers. L'autre soir, c'était près de la gare du Nord.
J'ignorerai toujours à quoi elle passait ses journées, où elle se cachait, en compagnie de qui elle se trouvait pendant les mois d'hiver de sa première fugue et au cours des quelques semaines de printemps où elle s'est échappée à nouveau. C'est là son secret. Un pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d'occupation, le Dépôt, les casernes, les camps, l'Histoire, le temps - tout ce qui vous souille et vous détruit - n'auront pas pu lui voler. "

Clarabelle,


De: Shamy

Le roman Dora Bruder de Patrick Modiano reflète la qualité de vie des Juifs de l'époque de l'Occupation (période de la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle la France a été occupée par les troupes allemandes de 1940 à 1944). Les arrestations, les rafles, le couvre-feu, tout y est. Le principal message, selon moi, serait que les Juifs et les Juives de l'époque ont été malmenés par les troupes allemandes.

Note : 5/5
(Shamy4u, 15 ans, L'Épiphanie/Canada)


De : Flo7717 Envoyé : 06/01/2005 18:24

Patrick MODIANO - Rue des Boutiques Obscures
Folio / 250 pages, Prix Goncourt 1978

Guy Roland, employé d’une agence de détective, se lance sur les traces de son passé afin de retrouver la mémoire et son identité.

J’ai bien aimé cette histoire de quête d’identité, qui m’a vaguement rappelé Tous les noms de José Saramago (pour le procédé, pas du tout pour le style). L’intrigue est intéressante, bien que l’auteur abuse des raccourcis qui laissent le lecteur perplexe. De même, la multiplication de personnages et leurs liens rendent la lecture un peu pénible. Hormis ces quelques détails, c’est un livre très prenant, comme une enquête policière, que l’on a du mal à abandonner. Le style n’a rien de transcendant mais reste agréable et facile d’accès. On s’identifie aisément au héros. La conclusion est un peu " bateau ". Globalement, une ambiance charmante et une histoire qui vaut le détour. Je relirai Modiano.

3.5/5


De : Yotlande Envoyé : 11/01/2005 22:48

Bon choix, j'ai adoré Todos os nomes (5/5), mais je trouve qu'il rappelle seulement vaguement Modiano. Il faut absolument lire et relire Modiano (ce que je fais souvent). Je conseille Une jeunesse (5/5) et De si braves garçons (4/5). Je regrette qu'il soit si peu traduit à l'étranger. Chez nous (en Italie) on a traduit seulement Dimanches d'Aout (4/5) et Dora Bruder (4/5, vraiment d'une infinie tristesse). Tant mieux, il faut toujours lire en V.O. Une jeunesse a été traduit en allemand par Peter Handke!


De : Yotlande Envoyé : 20/01/2005 22:34
Patrick MODIANO - Une jeunesse

Chez Modiano, c'est toujours la quete de l'identité: dans Une jeunesse Louis et Odile , les deux personnages, nous apparaissent comme s'ils sortaient du rien, Louis fils d'un coureur de vélo disparu, sans famille qui ne soit pas l'armée, sans un métier et sans perspectives, Odile, fille seule et perdue dans une gare parisienne, chanteuse vivant d'expédients. Et pourtant, ils rencontrent des personnages qui les aident à sortir de cette condition sans espoirs: Bellune, Brossier, Bejardy, chacun a eu son passé trouble, se livre à des commerces douteux, se réfuge dans la mémoire du passé où dans le mirage de la jeunesse éternelle. Vraiment, sans avoir l'infinie tristesse de Dora Bruder, le monde de ces personnages n'est pas gai du tout. Meme si Louis et Odette finiront par vivre une vie tranquille avec leurs enfants dans un bled des Alpes (on apprend ça au début du roman, l'histoire est racontée comme un flash-back), une petite mélancolie s'empare inévitablement du lecteur. Une bonne mélancolie, qui donne envie de relire.

5/5

Une jeunesse est disponible aussi en collection folio plus, avec explication et commentaire (très utile chez Modiano, où certains personnages renvoient à d'autres romans et reapparaissent à plusieurs reprises dans son oeuvre).


De : Yotlande Envoyé : 22/01/2005 23:27
On peut commencer par Dimanches d'aout, sans reculer devant l'apparente banalité de l'histoire (dans une Nice hivernale le héros dispute à un certain Villecourt les faveurs d'une jolie femme nommée Sylvia et cherche de placer un diamant qui s'appelle - devinez! - la Croix du Sud). L'action se déplace ensuite aux bords de la Marne, où le héros, qui est aussi le narrateur et peut-etre l'auteur meme, travaille comme photographe pour un album qui s'appellera "Plages fluviales". Peu importe la vraisemblance de l'histoire, mais il faut gouter l'atmosphère e ces personnages modianesques, eternellement suspendus entre une jeunesse qui s'enfuit vite et un avenir d'épaves.


De : PapillonY1 Envoyé : 23/01/2005 17:09

Pedigree de Patrick Modiano
Gallimard - 122 pages

Résumé :

Autobiographie. Patrick Modiano raconte les vingt-et-une premières années de sa vie (jusqu'à sa majorité). Il est né en 1945, tout près de Paris, d'un père juif et d'une mère flamande qui s'étaient connus pendant l'Occupation. Tous deux fréquentaient un milieu interlope louche, à mi-chemin entre banditisme et collaboration. Son père, notamment, vivait du marché noir. Après le guerre, ses parents ne tardent pas à vivre leur vie chacun de leur côté, la mère comme comédienne de second ordre, le père faisant des « affaires », dont on ne saura jamais très bien en quoi elles consistent. Leur deux fils sont quasiment laissés à l'abandon, tantôt ici et tantôt là, comme deux paquets encombrants…

Mon avis :

Ce livre est tout simplement bouleversant. Il n'a pas de réelle structure narrative, mais des listes de noms et de lieux, des moments, des anecdotes. On dirait que l'enfance de l'auteur de réduit à une boite à chaussures contenant de vieux papiers : photos jaunies, coupures de journaux, lettres froissées, tickets de métro ou billets de train. A partir de ces éléments, il tente de reconstituer le puzzle et les années se succèdent, de pension en internat, dans une solitude poignante, accentuée par la mort de son frère, quand il a onze ans. De cette mort, pourtant brutale, le lecteur ne saura rien : accident, maladie ? L'auteur exprime très peu de sentiments dans cet ouvrage, seulement des faits. En grandissant, il entretient des rapports de plus en plus difficiles avec ses parents. Son père, remarié, décide de sa vie pour lui et cherche par tous les moyens à l'expédier le plus loin possible. Quant à sa mère, une femme très dure, toujours à cours d'argent, elle compte sur lui pour en trouver. Pourtant, de ses parents, il dit qu'il ne leur en veut pas. Quand le livre s'achève, il a enfin vingt et un an et apprend que son premier roman va être publié.

Ce livre, très court, se lit en deux heures, mais on en sort avec une énorme boule dans la gorge. Il explique, en tout cas, une bonne partie de l'œuvre de Patrick Modiano et des thèmes qui l'obsèdent. On y retrouve la même atmosphère mélancolique que dans ses romans et les mêmes personnages, sans passé et sans avenir. Ce livre m'a donné envie de relire l'intégralité de son œuvre.

Extrait :

« Mais la vie continuait sans que l'on sût très bien pourquoi l'on se trouvait à tel moment avec certaines personnes plutôt qu'avec d'autres, à tel endroit plutôt qu'ailleurs, et si le film était une version originale ou une version doublée. Il ne m'en reste aujourd'hui à la mémoire que de brèves séquences. »

Ma note : 4,5 / 5


Dernière édition par gallo le Dim 2 Nov 2014 - 13:36, édité 2 fois
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  gallo le Lun 22 Déc 2008 - 17:11

De : Yotlande Envoyé : 04/02/2005 22:47

Patrick Modiano - Quartier perdu

Pour une topographie modianesque:

Les modianistes parisien(ne)s connaissent-ils l'adresse de cette pagode? Existe-t-elle vraiment?

L'oeuvre de notre auteur - et particulièrement ce roman paru en 1984 - est bourrée de repères topographiques, pas seulement parisiens, qui renvoient souvent à d'autres romans. Deux exemples parmi les autres:

Pag. 26. Hayward, Sté Locations automobiles de luxe. 2, avenue Rodin (XVIe) TRO. 46-26. Dans Une jeunesse Louis travaille dans un garage où l'on loue des voitures américaines, géré par Bejardy.

Pag. 55. Hotel-restaurant Le Petit Ritz, 68 avenue du 11 novembre à La Varenne-Saint Hilaire (Seine-et-Marne) . Dans Dimanches d'Aout le héros travaille à un livre photographique sur les plages fluviales du Seine-et-Marne. Au Beach de La Varenne il fait la connaissance de Sylvia.


De : Claarabel Envoyé : 10/02/2005 13:11

Un pedigree - Modiano 3.5 / 5

J'avais le pressentiment de connaître davantage d'oeuvres écrites par Modiano avant d'attaquer ses fameuses mémoires, publiées sous le nom d' "Un pedigree". J'aurais dû ! Je regrette un peu car certaines subtilités auraient glissé sur moi comme l'eau claire !.. Hélas, j'y reviendrai lorsque je serai plus calée en la matière ! A part "Dora Bruder", je n'ai pas encore lu d'autres Modiano ! La honte...

Donc, "Un pedigree" au démarrage déconcerte car l'auteur se contente franchement de rédiger un long listing de noms, autant de fleurons superbement inconnus désormais, mais faisant partie de ce microcosme de célébrités de l'époque des années 40 ! Les jeunes années des parents Modiano, un père magouilleur et une mère actrice égoïste. Un mauvais départ pour l'enfant Patrick, vite confié dans des pensionnats, ou à des relations à droite, à gauche. Des rendez-vous éclairs avec un père dans des cafés, des allusions à des trafics louches, des devoirs dans les bureaux des directeurs de théâtre, des rues de Paris qui se gagnent et se perdent...
Franchement l'enfance de Modiano n'a rien, strictement rien, de reluisante. Sans doute l'homme a su tirer une matière pour écrire ses romans, on devine rien qu'aux titres : La ronde de nuit, De si braves garçons, Quartier perdu, Dimanches d'Août, Un cirque passe, etc...

Mais ce qu'il y a de très complexe dans ce livre, c'est l'effet mitraillette : une succession de noms, d'événements, de lieux, de rencontres, mise à la chaîne, sans transition, sans logique. Juste une volonté de l'auteur de se débarrasser de tout ça, au lieu de fournir un travail d'intropection - chose qu'il abhorre. Certaines scènes, marquantes, sont jetées en pâture au lecteur avide de détails, mais il n'en sera rien ! On ne s'attarde jamais avec Modiano : la mort du frère, la police qui l'embarque dans un panier à salade, les fâcheries, les bouderies, les quémandes muettes pour un peu d'estime vers sa mère, rien !.. L'auteur tait ses regrets, à peine les esquive-t-il, il met en parenthèse ses rancoeurs et jamais n'en vient à rendre des comptes !

C'est un livre pudique, une décharge de trop-plein, des sentiments confus, une volonté de ne plus se sentir sur le qui-vive, d'être léger. Un livre pour les inconditionnels de l'auteur !


De : Claarabel Envoyé : 19/05/2005 22:34

Patrick MODIANO - Accident nocturne
Folio poche, 177 pages

Une nuit, un accident : une fracture dans la vie du narrateur, il y a désormais un avant et un après. Et puis la rencontre avec la conductrice de la voiture couleur vert d'eau, Jacqueline Beausergent, et un brun massif, inconnu... Hôpital, errance, souvenirs d'adolescence, du père, etc...
"Accident nocturne" trace à nouveau la quête d'une harmonie perdue. Le narrateur va courir les rues de Paris pour retrouver cette Jacqueline Beausergent. Et au cours de cette investigation, il part aussi sur les traces d'une Hélène Navachine, d'une Geneviève Dalame, d'un docteur Bouvière.

C'est confus, c'est un puzzle morcelé qui s'embrique progressivement. Le résultat est vague et alambiqué. Les mots de Modiano sont autant de résonnances répétitives, ici s'ajoutent la perte de mémoire, la confusion des souvenirs et des sentiments. Ce n'est pas le meilleur de l'auteur, qui parfois semble s'emmêler les pinceaux, mais cela reste une lecture classique, digne de nous pondre des perles comme "un fond solide sous les sables mouvants".

4/5


De : ThomThom12932 Envoyé : 16/04/2006 21:21

Patrick MODIANO - "Un Pedigree" (Gallimard, 2005)

"Je suis un chien qui fait semblant d'avoir un pedigree."

Lancée à la page 13, cette phrase résume à elle seule le dernier Modiano...et peut-être même son oeuvre toute entière.

Je ne sais pas comment critiquer ce livre. En fait, je l'ai lu presque d'une traite - nul exploit là, les livres de Modiano ne sont jamais très longs mais celui-ci ne fait que 122 pages. Et comme Clara, j'ai été pour le moins intepellé par le côté "mitraillette de noms, d'évènements, de lieux...".
Cela m'a rebuté en un sens. Modiano prétend nous raconter ses origines...certes, pourquoi pas après tout ? Seulement ses origines se résument donc à 122 pages ????

Je me suis posé la question ainsi : si un inconnu complet envoyait ce texte à un éditeur, serait-il publié ? Assurément non, parce que trop court et pas assez étoffé. L'existence même de ce livre provient du fait qu'il est signé Modiano, l'existence même de ce livre est justifiée par une oeuvre colossale et terriblement complexe antérieure à sa publication. Sans doute, ce livre, Modiano aurait-il pu l'écrire en tout premier lieu. Il veut nous faire croire qu'il empile les informations, mais c'est un effet de style. Simplement si "Un Pedigree" avait été le premier livre de Modiano il n'aurait eu aucun sens.
En l'occurrence il paraît en 2005 et jette un éclairage différent, nouveau sur une des oeuvres majeures de la littérature de ces trente dernières années. Modiano, comme s'il assemblait les pièces d'un puzzle, livre ici des clés permettant d'éclaircir certains de ses romans précédents, notamment "Rue des boutiques obscures" et "Livret de famille". Etant un inconditionnel de l'auteur, je ne puis que m'en réjouir. Mais je doute qu'un lecteur dont ce serait "le premier Modiano" puisse réellement apprécier ce livre - pire encore : le comprendre.

Bref je tourne en rond pour finir comme Claarabel avant moi : "Un Pedigree" est réservé aux gens qui connaissent déjà l'oeuvre de Modiano - ce n'est pas un roman mais un écho à ses textes précédents. C'est à la fois fascinant (parce que c'est Modiano, le Mystère Modiano) et déplorable (parce qu'un vrai grand livre doit pouvoir s'apprécier en lui-même, y compris si on ne connaît pas l'auteur).

3/5


De : Sahkti1 Envoyé : 17/04/2006 17:49

Patrick MODIANO, Un pédigree

Lorsque je lis ci et là que Modiano écrit sans cesse le même livre, je me dis toujours qu'il y a un petit côté moqueur derrière tout cela et que cet homme a bien le droit de se chercher comme il le fait. Mais il faut bien reconnaître que c'est la stricte vérité. D'un titre à l'autre, Modiano se cherche sans vraiment se trouver et c'est la même histoire qu'il raconte, celle d'un homme parti à la conqûete de ses racines et de son passé. Des éléments qu'il semble ne jamais retrouver, alors le livre se referme sans qu'il y ait de fin, l'histoire demeure inachevée, porte ouverte vers un futur récit probable qui nous racontera encore et encore la même chose: l'errance d'un écrivain en mal d'identité.

J'ai davantage ressenti dans ce texte que dans les autres récits de Patrick Modiano la présence d'un type paumé qui se cherche sans arrêt. Un homme vraiment perdu qui semble en souffrir de plus en plus. Dans cette écriture en apparence ordonnée, il règne un désordre intérieur impressionnant, la détresse paraît immense.
Est-ce qu'à force de creuser, Modiano ne creuse pas la propre tombe de sa quête? N'entretient-il pas aveuglément une souffrance de plus en plus grande? Je l'ai senti si seul et si perdu dans ces lignes!
Modiano aligne ici des dates, des noms, des événements petits et grands, la solitude d'un enfant mal-aimé, les coulisses obscures des relations parentales, la misère, les voyages, le désamour d'un père et l'indifférence d'une mère. Ses parents sont présentés comme des êtres abjects mais l'auteur n'arrive pas à les détester. On sent que ça lui ferait pourtant du bien, les évacuer une bonne fois pour toutes, leur dire m... pour de bon et faire le deuil de cet amour impossible qu'il n'a pas reçu, qu'il recherche encore toujours et qu'il ne pourra cependant plus jamais recevoir. Il y a des scènes très dures dans ce récit, une succession de mésaventures et de malheurs qui finissent par créer une sensation d'étouffement.

Par moments, lassée ou agacée par ce processus d'écriture, j'avais envie de lui dire "arrête de te regarder le nombril et tourne la page!". Facile à dire évidemment, mais j'ai vraiment le sentiment qu'ici l'auteur atteint un point de non-retour. La pression qu'il se met sur les épaules est perceptible, il s'enfonce, il serait temps qu'il sorte la tête hors de l'eau et respire un bon coup.
Ma note: 2,5/5


De : Sahkti1 Envoyé : 17/04/2006 17:50

Patrick MODIANO, Accident nocturne

Ce qui m'a frappée dans ce récit, c'est le calme relatif avec lequel Modiano évoque cet accident qui blesse le narrateur à la jambe, le conduit à l'hôpital en compagnie de la conductrice blessée au visage, qui a disparu à son réveil, lui laissant quelques billets en guise de souvenir et de pardon. Pas de colère ou de rancune, loin de là, cet accident sonne comme une révélation, un bouleversement bénéfique dans une vie désoeuvrée, le choc qui lui permet de prendre un nouveau départ dans la vie. Belle façon de positiver ce qui, chez d'autres, aurait fait les choux gras sur des pages de faits divers.

Modiano part à la recherche de Jacqueline de Beausergent, pas uniquement pour la remercier, mais aussi pour évoluer davantage dans son chemin de vie qui se dessine aujourd'hui à travers ses errances.
Encore une histoire de recherche et d'errance pourrait-on dire. Oui, c'est vrai, mais c'est ainsi que l'auteur se trouve, qu'il se construit, qu'il se découvre et ça se fait par étapes, lentement, ce qui nous permet d'avancer en même temps que lui et d'apprendre à le connaître davantage à chaque bouquin. La fin est belle, ce sont des retrouvailles, mais elle ouvre la voie à une continuation. Jacqueline de Beausergent est là, mais cela règle-t-il vraiment tous les problèmes, toutes les questions ont-elles trouvé leurs réponses? Non. Ce qui signifie qu'une autre errance prendra bientôt place. A l'image de celle du "spectateur nocturne", par lequel Modiano a expliqué à la presse qu'il évoque Restif de la Bretonne et ses promenades de quartier en quartier racontées dans "Les Nuits de Paris".

On sent que Modiano a encore des noeuds à défaire, en particulier avec son père, qui l'a fait embarquer par la police.
"Vous jugez-vous comme un bon fils ?
- Je n'ai jamais été un fils" (page 117).

A une question de Jérôme Garcin pour le Nouvel Obs' (02-10-2003) lui demandant pourquoi il éparpillait les souvenirs sur son père et ne regroupait pas le tout sous la forme d'un livre, Patrick Modiano a répondu : "La scène du panier à salade passerait pour banale dans un livre de souvenirs, c'est la fiction qui lui donne son sens. Et puis si mon père est présent ici et là, c'est que je ne cesse de recoller des morceaux à la réalité et que sans doute, je n'arrive toujours pas à l'aborder de face, frontalement. Je tourne autour de lui, j'écris en rond."
Ma note: 3/5
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  gallo le Lun 22 Déc 2008 - 17:11

De : Sahkti1 Envoyé : 17/04/2006 17:51

Patrick MODIANO, Des inconnues

Trois nouvelles, trois portraits, trois femmes à découvrir et explorer. Pourquoi pas... Vu et déjà vu mais en même temps, tellement plein de promesses. Sauf qu'ici, Modiano n'arrive pas à se dépêtrer des clichés. L'impression plus d'une fois de lire un Harlequin un peu plus intello et mieux écrit, sans plus.

Premier récit, le cliché de la jeune fille désabusée qui monte à Paris et y rencontre l'amour, le temps d'une liaison d'un mois. Que c'est banal, que c'est mauvais comme scénario. Rien d'imprévisible ne se passe, le temps s'écoule et puis voilà, l'homme disparaît et la pauvrette se retrouve bien malheureuse. Sans compter que comme dans les mauvais films, tout s'arrange pour elle, elle a des amis sur place, Paris n'est pas un enfer, loin de là, c'est si facile.

La seconde nouvelle avait une allure intéressante, une jeune pensionnaire dans un endroit sévère qui rêve d'une autre vie, s'amuse à Annecy et finit par s'en sortir. Autre scénario bien téléphoné mais Modiano va cependant un peu plus loin que dans le premier texte, il détaille les efforts et la soufffance. Enfin son héroïne semble réelle ! La fin gâche tout. Facile, simpliste même, une pirouette de fainéant qui n'a pas envie d'aller au fond des choses.

Le dernier récit ne va nulle part ! Pas terriblement bien écrit, il raconte l'approche, par un groupe de joyeux illuminés mi-sectaires mi-mystiques, d'une jeune fille débarquée de Londres à Paris pour surveiller le studio d'un ami. Naïve et esseulée, la jeune fille se laisse avoir par ces gens. Point barre. Sont-ils pervers, peu scrupuleux, gentils, naïfs eux-aussi, dominés ou dominants... Le lecteur n'en saura rien et Modiano ne lui laisse même pas quelques pistes utiles pour imaginer soi-même la suite. Cela s'achève à nouveau avec une fin facile. Voilà qui ne me réconcilie guère avec cet auteur auquel j'ai plus d'une fois reproché d'écrire le même livre. Un ami m'a dit un jour "Peut-être ne peut-il pas faire autrement, il ne sait pas écrire autre chose". Doute de ma part... Vérification faite ! Dès qu'il parle de quelqu'un d'autre que lui et ses petits soucis habituels, on tombe dans le plat du plat. Pas pour moi !

Ma note: 0,5/5


De : Le-réaliste-romantique Envoyé : 12/12/2008 16:42

La place de l’étoile - Patrick Modiano
1968

" Au mois de juin 1942, un officier allemand s'avance vers un jeune homme et lui dit : "Pardon, monsieur, où se trouve la place de l'Étoile ?" Le jeune homme désigne le côté gauche de sa poitrine. "
Réflexion sur le judaïsme : le personnage, né dans les années soixante, revit plusieurs existences liés au mythe du Juift : parfois martyr, parfois satyre. Il chausse les souliers, réels ou imaginaires, de juif collaborateur nazi, d’intermédiaire de la traite des blanches, de juif persécuté en Israël… Les aventures du protagoniste se vivent dans un monde où les rôles sont parfois inversés.

Le livre est souvent difficile à suivre, car on saute d’un personnage à l’autre, le réalisme n’est pas souvent au rendez-vous. Une fois habitué à ce monde parallèle, le lecteur que je suis a été confronté à une difficulté supplémentaire : l’incompréhension de nombreuses références à des personnages juifs historiques ou contemporains. Malgré tout, j’ai quand même apprécié cette lecture.

3/5

le réaliste-romantique


De : Terra-Antiterra Envoyé : 15/12/2008 21:56
de terra-antiterra


Oui bien sûr, la petite musique de Modiano est toujours un peu la même d’un livre à l’autre. C’est une musique au ton nostalgique, suspendu, comme une mélodie en sourdine provenant d’un appartement désert au cœur d’une ville endormie par l’été. Il y a des oreilles qui ne peuvent entendre cette musique, qui ont besoin de phrasés ronflants, des cuivres et des cymbales de l’action, et des cordes déchirantes pour ressentir les passions romanesques. Modiano n’est pas fait pour divertir ces oreilles-là. Dommage pour elles. Car à prêter l’oreille à la petite musique de Modiano, on s’ouvre sur un monde et sur des expériences que chacun a pu entrevoir, sur un “entre-vivre” pourrait-on dire, mais que bien souvent on préfère ignorer. C’est le talent de Modiano de nous rendre ces entre-deux, ces moments d’incertitude, d’attente, et d’ambivalence. Comme beaucoup de lecteurs, j’ai mis un certain temps à me faire à ce suspendu, ce léger tremblement qui brouille les événements et les personnages des romans de Modiano et à percevoir le charme nostalgique qui en émane. Car Modiano est indéniablement un grand nostalgique, comme Gérard de Nerval ou comme W.G. Sebald. Et comme Hardellet, Modiano vous laisse « au seuil du jardin », au bord de la vie et du rêve.

Dans « Pedigree », cette autobiographie très modianesque, on retrouve la même ligne mélodique que dans les romans. Et là encore ce n’est pas l’histoire, les événements, les personnages (les faits !) qui comptent, mais le ton. D’ailleurs Modiano dit très bien comment tout cela est ressenti : « J’écris ces pages comme on rédige un constat ou un curriculum vitae, à titre documentaire et sans doute pour en finir avec une vie qui n’était pas la mienne. Les événements que j’évoquerai jusqu’à ma vingt et unième année, je les ai vécus en transparence - ce procédé qui consiste à faire défiler en arrière plan des paysages, alors que les acteurs restent immobiles sur un plateau de studio. [...] tout défilait en transparence et je ne pouvais pas encore vivre ma vie. »
Prêtez bien attention à ce que dit Modiano, “mine de rien” il vous dit tout d’emblée (page 11) : « Ma mère était une jolie fille au coeur sec. Son fiancé lui avait offert un chow-chow, mais elle ne s’occupait pas de lui et le confiait à différentes personnes, comme elle le fera plus tard avec moi. Le chow-chow s’est suicidé en se jetant par la fenêtre. Ce chien figure sur deux ou trois photos et je dois avouer qu’il me touche infiniment et que je me sens très proche de lui. »
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  zeta le Lun 23 Mar 2009 - 13:46

Tu as aimé "un peu" donc ! Wink
avatar
zeta
Admin

Nombre de messages : 4028
Location : lot et garonne - France
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Ysla le Lun 23 Mar 2009 - 13:49

En 1992, on m'a offert Un cirque passe, et par la suite, j'ai eu une période Modiano, j'empruntais ses livres à la bibliothèque, j'en ai lu plusieurs, mais aujourd'hui, même en voyant les titres dans sa bibliographie, impossible de me souvenir lesquels, ni de quoi ils parlaient ! Je me rappelle juste que l'un d'eux se passait pendant l'Occupation et une écriture empreinte de tristesse, de mélancolie. C'est tout ! Il faudrait que je relise un livre ou deux de Modiano, notamment Un cirque passe (ce sera comme une première lecture, je pense).
Et vous ? Est-ce que comme moi, vous oubliez les histoires de Modiano ou suis-je la seule ?
avatar
Ysla

Nombre de messages : 1800
Location : Grenoble / France
Date d'inscription : 23/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Modiano

Message  Garanemsa le Lun 8 Juin 2009 - 18:19

LA RONDE DE NUIT

Modiano





Le narrateur travaille pour la résistance en même temps que pour la Gestapo.

C’est un livre qui semble-t-il se réfère à des personnages et événements réels.



C’est la question d’être un traître ou pas.

Angoissé en permanence, mais qui se traduit par un véritable martyr.

C’est un livre assez dure car il retrace aussi des moments terribles

J’ai moyennement aimé.

Mais les livres qui traitent de la guerre de 40, trop proche des souvenirs, me touchent différemment que d’autres peut-être.

Alors je mets un 3/5
avatar
Garanemsa

Nombre de messages : 445
Age : 71
Location : Belgique/Liège
Date d'inscription : 28/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Jeu 15 Oct 2009 - 0:38

Dans le café de la jeunesse perdue, de Patrick Modiano

Plusieurs personnages racontent leur expérience autour d’une année dans un même café. Il y a l’étudiant qui veut abandonner, la jeune femme en fuite, l’enquêteur, et l’amoureux.

Chacun des personnages raconte ce qu’il a vu ou vécu, et les pièces du puzzle s’assemblent lentement. Belle écriture et belles promenades dans Paris.

4,5/5

le réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : Allah n'est pas obligé (Ahmadou Kourouma)  Les vagues (Virginia Woolf), Le rêve des forêts (Gérard Klein)
De la bibliothèque : Désir   Hitonari Tsuji
Commentaire en attente : Falling angels (Tracy Chevalier)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Sam 31 Oct 2009 - 19:39

Dora Bruder, de Patrick Modiano
1997

L’auteur découvre, trente ans plus tard, un avis de recherche d’une jeune femme, Dora Bruder, dans un journal de 1941. Fasciné, il se lance à ses trousses et retrouve sa trace dans des documents civils et militaires de l’occupation. Il enquête sur ses parents, contacte de ses proches toujours vivants… L’auteur marche aussi littéralement sur ses pas, car, adepte de promenades, il suit les parcours qu’elle a vraisemblablement empruntés. Mais comme les traces sont rares, il doit imaginer de grands pans de son histoire, la raison de cette fugue.

On retrouve les thèmes récurrents de Modiano : l’enquête réelle et imaginaire sur un individu quelconque, le souvenir des lieux physiques, les promenades parisiennes, le lien avec son propre passé. Très bon livre qui amène à rêver et imaginer, même s’il se déroule dans un Paris gris, froid et inquiet. J’ai toutefois un bémol pour la retranscription de beaucoup d’information factuelle, par exemple les fiches de police de tous les gens arrêtés en même temps que Dora Bruder. Ça ne me semble pas apporter au récit, presque du remplissage à sauter.

4/5

le réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : Allah n'est pas obligé (Ahmadou Kourouma)  Les vagues (Virginia Woolf), Le rêve des forêts (Gérard Klein)
De la bibliothèque : Désir   Hitonari Tsuji
Commentaire en attente : Falling angels (Tracy Chevalier)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Sam 31 Oct 2009 - 19:49

Fleurs de ruine, de Patrick Modiano
1991


En 1933, un couple apparemment sans histoire se suicide après une soirée passée dans des boîtes avec des inconnues. Ce fait divers intrigue l’auteur, il remonte la trace du couple, se rend sur les lieux des événements, établit des liens avec une de ses connaissances ainsi qu’avec le passé de son père, emprisonné puis mystérieusement relâché pendant l’occupation.

Se croise ici aussi les thèmes de Modiano : l’enquête sur des inconnus, les lieux physiques, le lien avec son propre passé. De plus, il reprend des éléments qui apparaissent au moins dans Une jeunesse et Dora Bruder : son amie Jacqueline, la période à la Citée Universitaire où il rencontre un individu qui se fait passer pour un étudiant, la rencontre avec un brocanteur pour vendre une boîte à musique et des livres. J’ai eu l’impression d’avoir déjà lu ce livre, mais surtout il est très confus. L’auteur suit des pistes qui mènent à d’autres, mais sans qu’aucune n’aboutit ni même qu’on ne voit bien le lien entre elles. J’aurais pu relire pour mieux comprendre, mais je n’y avais pas assez d’intérêt pour me le « retaper » à nouveau.

2,5/5

le réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : Allah n'est pas obligé (Ahmadou Kourouma)  Les vagues (Virginia Woolf), Le rêve des forêts (Gérard Klein)
De la bibliothèque : Désir   Hitonari Tsuji
Commentaire en attente : Falling angels (Tracy Chevalier)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Sam 5 Déc 2009 - 15:32

Dimanches d’août, de Patrick Modiano
1986

Le narrateur croise par hasard un témoin de son passé. Il y a eu une femme entre eux, et une histoire pas très nette. Retour en arrière de plusieurs années. Le narrateur s’enfuit à Nice avec une jeune femme. Ils vivent dans une certaine clandestinité et cherchent à vendre un gros diamant, possession suspecte par le fort contraste avec leur situation misérable. Le jeune couple en rencontre un autre : amateurs de restaurants et de boîtes de nuit, ils ont fait fortune dans de vagues projets commerciaux. Ils discutent de la possibilité d’acheter le bijou aux jeunes amoureux, mais une histoire aussi trouble ne peut se terminer aussi simplement. Le narrateur remonte le cours de cette période et de celle qui l’a précédée, sur les bords de la Marne, avant la fuite.

Presqu’un roman policier, le mystère plane tout au long du livre. On retrouve néanmoins certains thèmes ou objets chers à l’auteur : personnages au passé caché, personnages qui ressurgissent des années plus tard, une île dans la Marne (Fleurs de ruine), un couple mystérieux dont on ne retrouve plus trace (Fleurs de ruine). Une très bonne lecture.

4/5

le réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : Allah n'est pas obligé (Ahmadou Kourouma)  Les vagues (Virginia Woolf), Le rêve des forêts (Gérard Klein)
De la bibliothèque : Désir   Hitonari Tsuji
Commentaire en attente : Falling angels (Tracy Chevalier)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Lun 21 Déc 2009 - 1:08

Un pedigree, de Patrick Modiano

Récit autobiographique de la jeunesse de l’auteur. Son enfance est difficile, entre sa mère actrice et son père qui « fait des affaires » louches, séparés mais habitant le même immeuble, aucun n’ayant le désir de s’occuper de lui. Il se retrouve dans des pensionnats misérables, loin de ses parents, pratiquement abandonné sauf pour des reproches.

On retrouve bon nombre des thèmes et éléments de ses œuvres : la relation difficile avec le père, la recherche des fréquentations passées, les fiches d’information recopiées, le bac échoué à cause d’une grasse matinée, la boîte à musique ancienne revendue, le jeune qui fuit son pensionnat mal par ses parents… On voit que ses œuvres se nourrissent de son vécu. Il y a certains éléments intéressants, entre autre les parents irresponsables, mais au final je n’ai pas tellement aimé cette lecture.

2,5/5

le réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : Allah n'est pas obligé (Ahmadou Kourouma)  Les vagues (Virginia Woolf), Le rêve des forêts (Gérard Klein)
De la bibliothèque : Désir   Hitonari Tsuji
Commentaire en attente : Falling angels (Tracy Chevalier)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Mer 14 Juil 2010 - 15:05

Rue des Boutiques Obscures, de Patrick Modiano
1978, Prix Goncourt

Un homme amnésique part à la recherche de son passé. À partir d’une photo et de rencontres, il remonte une piste qu’il espère déclenchera une étincelle dans sa mémoire. Il rencontre des personnages louches, suit plusieurs fausse piste, mais parvient quand même à mettre la main sur un peu d’information.

Du pur Modiano! La recherche du passé, de personnes perdues. L’utilisation de photos, rapports de police et autres documents pour dessiner la vie de disparus. Des personnages mystérieux qui disparaissent soudainement. De la petite racaille, des intrigues lors de l’occupation.

J’ai bien aimé l’ambiance, le mystère et la remontée vers le passé, mais je ne suis pas un fan fini de Modiano, j’ai l’impression de presque relire le même livre.

3,5/5

le réaliste-romantique

_________________
Lectures en cours : Allah n'est pas obligé (Ahmadou Kourouma)  Les vagues (Virginia Woolf), Le rêve des forêts (Gérard Klein)
De la bibliothèque : Désir   Hitonari Tsuji
Commentaire en attente : Falling angels (Tracy Chevalier)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Chantal le Mer 5 Jan 2011 - 13:24

DANS LE CAFE DE LA JEUNESSE PERDUE : Patrick Modiano
Folio - 160 pages.


Aux débuts des années soixante, la bohême étudiante a l'habitude de se retrouver au café "Condé" dans le quartier de l'Odéon à Paris. Le roman est construit en quatre parties = quatre récits par quatre personnages qui fréquentent ce café. Et ces quatre récits sont là pour faire le portrait de Jacqueline Delanque, dite Louki, une jeune femme bohême, un peu paumée, qui vit au jour le jour en déambulant dans les quartiers de Paris ou en rencontrant les habitués du café. Le premier qui parle est un étudiant des Mines qui a suivi chaque visite de Louki, le deuxième est une espèce d'enquêteur qui suit également sa trace à la demande d'un mari quitté, le troisième est Louki elle-même qui nous raconte une enfance de solitude, et le quatrième est Roland,un de ses amours, qui se remémore cette jeune femme insaisissable...

C'est un roman qui m'a plongé dans un monde très mélancolique, qui prend à la gorge et au coeur. On suit le cheminement de cette jeune femme qui essaie à la fois de sortir de sa solitude en essayant de se construire des amitiés, des amours, des repères dans la vie, qui essaie de trouver un peu de sens à sa vie... jusqu'à l'abandon. Le thème de la solitude de chaque être humain est très fort. Et puis, le lecteur est emmené continuellement à travers la ville de Paris, au fil des rues, des quartiers.

Un roman très fort qui m'a profondément touchée, un auteur que je relirai, mais pas tout de suite....

4,25/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2210
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  s-lewerentz le Jeu 6 Jan 2011 - 8:00

Ce roman semble assez tristounet mais ta critique me donne quand même envie de lire cet auteur. Mais pas tout de suite, au printemps, lorsque la météo me plombera moins le moral.
avatar
s-lewerentz

Nombre de messages : 865
Location : La Chaux-de-Fonds, Suisse
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Chantal le Mer 19 Jan 2011 - 20:13

VOYAGE DE NOCES - Patrick Modiano
Folio - 158 pages.


Eh bien, j'ai été plutôt rapide pour en lire un nouveau.... Very Happy

Jean, 40 ans, fait une fugue : au lieu de prendre son vol pour Rio pour son travail, il se "fait porter disparu auprès de sa femme et de ses amis, s'exile en banlieue parisienne, pour faire des recherches sur une femme, Ingrid, qu'il a connue dans sa jeunesse. Au cours d'un bref séjour à Milan qu'il vient de faire, en effet, une femme française s'est suicidée dans l'hôtel où il a séjourné. Et cette femme n'était autre que cette Ingrid qu'il a connue dans sa jeunesse....

Tous les thèmes chers à Modiano, se retrouvent une nouvelle fois dans ce roman : la solitude, les réminiscences du passé, la nostalgie, le mal-être et les difficultés de communication des gens entre eux,.... Toujours très mélancolique et toujours Paris.
Il faut aimer, et j'aime pas mal. Mais je l'ai lu trop près du précédent, et quelque part, j'ai l'impression d'avoir un petit peu lu deux fois le même livre. J'en ai encore deux dans ma Pal, et là, je vais attendre un peu.... Smile

4,25/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2210
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  dodie le Jeu 20 Jan 2011 - 5:47

Merci Chantal: tu me donnes envie de relire cet auteur!
avatar
dodie

Nombre de messages : 4476
Age : 53
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Chantal le Dim 27 Mar 2011 - 12:02

DU PLUS LOIN DE L'OUBLI : Patrick Modiano
Folio - 181 pages.


Pas envie de raconter l'histoire.... Mais comme dans tous ses livres, les thèmes du souvenir, de la recherche d'identité, de la vie parmi et à travers les autres, de l'errance dans les rues ou les bistrots de Paris et aussi cette fois de Londres....

Au début, j'avais une nouvelle fois l'impression de lire le même livre, mais peu à peu, je suis à nouveau entrée dans la "bulle Modiano" et je n'arrivais plus à la quitter. Tellement que j'ai voulu terminer le livre avant d'aller au travail et que je suis arrivée en retard... Very Happy La fin m'a beaucoup plu.

Une petite musique qui se retrouve de livre en livre et qui fait de cet auteur au style d'écriture si reconnaissable et si limpide, un écrivain tellement attachant !

4,5/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2210
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Dim 11 Mar 2012 - 14:55

Voyage de Noces
1990

Le narrateur, un cinéaste explorateur, fait une fugue pour fuir femme, amis et travail. Au lieu de se rendre à Rio, il prend un train pour Milan. Il apprend qu’une Française s’est suicidée dans un hôtel la veille et il découvre qu’il la connaissait. Il évoque son souvenir et tente de retrouver la trace d’elle et de son conjoint. Il avait connu les Rigau par hasard, dans le Sud de la France. Ces derniers s’étaient rencontrés pendant l’occupation, alors qu’Irène était menacée d’arrestation et de déportation.

C’est le meilleur Modiano que j’ai lu jusqu’à maintenant. On y retrouve la petite musique mélancolique habituelle, mais pas de compilation de fiches de renseignements, plutôt une vraie histoire. Le livre offre aussi deux niveaux d’histoire de personnages en rupture avec leur société : le narrateur et le couple pendant la guerre. Les thèmes chers aux amateurs de Modiano sont présents : personnages louches, occupation, parents indignes, quartiers périphériques, rues désertes, petits hôtels… Ce serait une excellente introduction à cet auteur.

5/5

le réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Mer 2 Mai 2012 - 11:25

La Petite Bijou
2001


Une jeune femme croise sa mère dans le métro parisien, alors qu’elle la croyait morte depuis dix ans. Elle l’a suit jusqu’à son immeuble en banlieue et répète ce manège pour en apprendre sur sa vie. Elle rencontre aussi d’autres personnages mystérieux.

C’est du crû pur Modiano. On y retrouve toutes les saveurs habituelles : des petites rues périphériques avec un garage, les rencontres par hasard, des vieilles photos, des appartements presque vides sans rideaux, un couple louche, des parents qui délaissent leurs enfants, des personnages qui vivent d’expédient, des ballades qui donnent le goût de marcher dans Paris… Toutefois, je n’ai pas trouvé que ce livre se démarquait des autres. L’intrigue ne se dénoue pas vraiment, on lit le livre pour la petite musique plutôt que pour l’histoire.

(Il me semble que toutes mes critiques de Modiano se ressemblent. Peut-être à cause des livres qui ont beaucoup de parallèles?)

3,5/5

le réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Sam 14 Juil 2012 - 17:25

Les boulevards de ceinture
1972

Un jeune homme retrouve, par son imagination, son père, pendant l’occupation, dans une auberge presque abandonnée de Seine-et-Marne. Son père se fait passer pour un baron et est entouré de personnages louches : revendeurs de biens saisis ou volés et journalistes maitre-chanteurs. Le père ne le reconnaît, et le narrateur n’ose se dévoiler; il est vrai que le père a (peut-être) tenté de la pousser devant une rame de métro.

Troisième roman de Modiano, Grand Prix du roman de l'Académie française, il marque une charnière dans son œuvre. Après deux premiers livres à l’intrigue presque surréaliste, Modiano s’engage sur la voie qui demeurera la sienne : un récit d’errance autour de personnages louches, avec des relents d’occupation et de trafics. C’est le premier chapitre du livre qu’il complète à chaque nouvelle publication. Il y a bien sûr l’immanquable revente d’une boîte à musique!

4/5

le réaliste-romantique
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  lalyre le Dim 24 Fév 2013 - 13:20

Remise de peine
Patrick Modiano
Points 17 janvier 2013
118 pages

Quatrième de couverture
« C’était une période de ma vie dont je ne pouvais parler à personne, et dont je me demandais quelquefois si je l’avais vraiment vécue. » Patrick et son frère sont hébergés par des amies de leurs parents. De ces femmes, ils savent peu : des bribes de conversations, des portes entrebâillées, de fugitifs visiteurs, des visages baignés de larmes, des sourires de façade, et ces mots, de nombreuses fois égrenés, « la bande de la rue Lauriston ». Dans ce monde intangible, les deux frères se tiennent par la main promenant leur enfance au gré d’escapades nocturnes au château voisin et d’excursions à Paris, en attendant qu’un jour prochain enfin quelqu’un vienne les chercher.

Mon avis
Ce livre est autobiographique, Patrick Modiano nous conte une partie de son enfance avec son frère Rudy, parlant de la mort de celui-ci, il reste assez évasif et dit ; En février 1957, j’ai perdu mon frère….A part la mort de mon frère, je crois que rien de tout ce que je rapporterai ici, ne me concerne pas en profondeur…. Je n’ai pas grand-chose à dire de ce récit, sinon que j’ai eu l’impression en le lisant qu’il y avait des parties vides dans les propos de Patrick Modiano, car rien ne s’emboite tout à fait. Je n’ai guère aimé ce livre à cause de cela, non vraiment c’est un auteur dont je ne lirai pas aucun autre de ses écrits. 3,5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4152
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

La place de l'étoile

Message  gallo le Sam 11 Oct 2014 - 22:27

Patrick Modiano - La place de l'étoile
Gallimard, 1968; Folio 1978, 219 pg.   
Le livre de début de ce lauréat Prix Nobel 2014. Modiano l'a écrit avant 23 ans, et publié à 23 ans. 

Le narrateur Raphaël Schlemilovitch est un juif vivant dans les années '60, qui mélange tout de sa vie dans son écriture: la littérature surtout,  l'histoire, la culture et la géographie de la France et d'autres pays: dans son récit, le jeune Modiano fait le tour de ses lectures, son savoir scolaire, et son expérience de jeune juif cosmopolite d'après-guerre. Et le tout dans un style rapide, captivant.

On pourrait dire un  juif errant... errant dans la littérature française, errant dans la societé juive et anti-sémite, errant dans la France de la collaboration, de la Gestapo et du fascisme et, finalement errant dans sa tête jusqu'à se trouver dans un hôpital psychiatrique.

Le narrateur s'y connait bien en anti-sémitisme français : avec wikipédia, je pouvais distiller tout une liste d'antisémites qui m'étaient inconnus jusque-là: Pierre-Marius Zadioc, Alain Laubreaux, Paul Chack, Darnand, Darlan, Doriot, Déat, Bichelonne etc. En fait, le narrateur  pastiche cet anti-semitisme: juif, il veut être parmi les plus anti-sémites, il se lie à la Gestapo, à l' S.S.; il change plusieurs fois d'identité pour y arriver - ou pour survivre - ou les deux.  Et s'il n'y avait pas google et wikipédia (Arno Breker, Baldur von Schirach, Pierre Bonny etc.) je m'y serais perdu... 

Le narrateur, écrivain, veut être un grand écrivain. Ainsi, il pastiche le style de Céline, de Proust, de Green; en passant, il mélange les titres des livres et auteurs, les regions et les écrivains; même dans ses phrases il cache des titres. Par exemple, dans la même alinea on découvre "je me poste devant l'institution Notre-Dame-des-Fleurs'' (livre de Jean Genet) et "Les jeunes filles de Giraudoux aiment les voyages". (Les jeunes filles, cycle romanesque de Henry de Montherlant, mais qui me fait penser aussi à Marcel Proust ''à l'ombre des jeunes filles en fleurs'').... 

Modiano écrit ainsi un recit à mille clés, tirées de la littérature et de l'histoire d'avant 1968. Si je n'avais pas une certaine connaissance de la littérature française j'aurais été vite perdu. Céline, Proust, Sartre, Camus: connu; Henry Bordeaux, Henri Béraud, Drieu la Rochelle ("Gilles Drieu", Gilles: encore un titre) :  ça va; même Estaunié, Boylesve, Hermant ne me sont pas inconnus;  mais Édouard Rod, mais Seingalt (qui a pour pseudo: Casanova), mais Bronstein (qui a pour pseudo: Trotsky)... Et sûr que je suis loin d'avoir reconnu toutes les clés. 


Un plaisir de lecture. Ma note : 4/5.


Dernière édition par gallo le Ven 17 Oct 2014 - 11:28, édité 1 fois

_________________
Gallo
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  La petite Bijou le Dim 12 Oct 2014 - 0:02

Bonsoir,

Quelle bonne analyse! Je ne l'avais pas bien compris lorsque j'ai lu ce roman pour la première fois… Et à cause du déplaisir que j'ai eu à la lire, j'aurais pu en rester là avec Modiano. Quelle erreur! Vous me donnez envie de revisiter cette oeuvre puissante et incroyablement écrite par le tout jeune Modiano de 23 ans. Connaissez l'essai du journaliste Denis Cosnard : Dans la peau de Patric Modiano? Il s'y adonne à une fine analyse de l'oeuvre modianesque dans tous les codes et ses seconds et triples degrés… Une grande recherche… Merci pour votre analyse, je vois cette oeuvre tout autrement maintenant!
avatar
La petite Bijou

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 01/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Réaliste-romantique le Lun 13 Oct 2014 - 22:57

Très intéressant Gallo. Mon premier Modiano était La place de l'étoile et j'étais passé à côté de beaucoup de ces références. Je n'avais pas du tout apprécié et si ce n'avait pas été de La petite bijou (la membre du forum, pas le roman Smile), je n'aurais plus essayé cet auteur. Mais elle m'a convaincu d'essayer à nouveau et comme vous pouvez le voir par les messages de cette discussion, j'y suis revenu encore et encore.

_________________
Lectures en cours : Allah n'est pas obligé (Ahmadou Kourouma)  Les vagues (Virginia Woolf), Le rêve des forêts (Gérard Klein)
De la bibliothèque : Désir   Hitonari Tsuji
Commentaire en attente : Falling angels (Tracy Chevalier)
avatar
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 1903
Age : 41
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Chantal le Mar 14 Oct 2014 - 17:04

LA PETITE BIJOU :
Gallimard - 154 pages.


    La petite Bijou, c'est Thérèse, une jeune fille de 19 ans qui vit, seule, à Paris. Un jour, à la station de métro Châtelet, elle voit une femme portant un manteau jaune qui ressemble énormément à sa mère. Elle la suit jusque chez elle….Mais cette mère l'a abandonnée quand Thérèse avait huit ans, et depuis serait décédée au Maroc…


    Comme dans tous les livres de Modiano : solitude, errance dans les rues ou le métro parisien, recherche de ses origines, de son identité, recherche de la vérité qui se dérobe toujours, tristesse, mélancolie et angoisse aussi. Mais toujours cette écriture : simple mais concise, sans fioritures mais tellement riche de sensations, d'émotion, de non dits, écriture dont on n'arrive pas à se détacher. J'ai lu le livre d'une traite. 


   Un seul bémol : pour moi une mauvaise période pour le lire et il m'a pas mal plombé le moral. Et puis la fin m'a surprise par sa rapidité. Une histoire, une écriture qui coule, coule, coule et puis une fin qui m'a paru bien brutale.


J'en ai un autre dans ma Pal, mais je vais attendre d'être mieux pour le lire.


4,5/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2210
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patrick MODIANO (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum