Christian MISTRAL (Canada/Québec)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Christian MISTRAL (Canada/Québec)

Message  gallo le Lun 22 Déc 2008 - 13:14

De : Le-réaliste-romantique (Message d'origine) Envoyé : 13/04/2005 02:10

Christian Mistral, auteur québécois 1964-

Biblio-biographie extraite du site de l'île :

Propulsé à l'avant-scène littéraire en 1988 avec la parution d'un gros roman montréalais, Vamp, Christian Mistral a donné trois autres romans d'un cycle intitulé Vortex Violet: Vautour, paru en 1991, Valium, lancé en 2000, et Vacuum, publié en 2003. Il est également parolier, notamment pour le chanteur Dan Bigras. Il a fait paraître un scénario, Julien Vago, et un long poème, Fatalis.

J'ajouterais qu'il a souvent défrayé les manchettes, mais dans la section faits divers plutôt que la section littéraire.


De : Le-réaliste-romantique Envoyé : 13/04/2005 02:28

Vautour - Christian Mistral
XYZ , 1990, 154 pages

Vautour est une histoire qui tourne autour d'un écrivain qui tire le diable par la queue. Le narrateur (l'écrivain) est jeté à la rue par sa compagne en plein mois de janvier. Suite à une réponse à une annonce, il partagera l'appartement de Vautour. Le narrateur apprend à connaître ce personnage mystérieux qu'est Vautour, un musicien méconnu qui rêve de gloire. L'écrivain commence à être reconnu en même temps que l'amitié se développe, mais un drame s'interposera entre les deux nouveaux amis.

Ce roman urbain égocentrique se situe parmi les autres semblables écrits par les jeunes auteurs au Québec à cette époque : les aventures du poète maudit nouveau genre. Christian Mistral se démarque toutefois, car il manie bien la langue. Mais ceci est à double tranchant, car certains passages m'ont semblé un peu ampoulés. Néanmoins, l'histoire et le rythme m'ont accroché et ont soutenue mon intérêt jusqu'à la fin.

3,5/5

Le réaliste-romantique


De : MarieProze Envoyé : 13/04/2005 09:26
Tiens, Mistral fait tout juste son entrée dans la liste !

Voilà un auteur qui me laisse un souvenir marqué au fer. Sa plume... Le souffle... Même si les thèmes ont parfois de la difficulté à me toucher (on se dit: Oh la la ! Que ça fait jeunes voyous tout ça ! Puis, on se met à chanter God Save the Queen des Sex Pistols), je reste baba devant son style très rocambolesque qui m'amuse à prononcer à voix haute.
Pour ce qui est des passages "ampoulés" comme le souligne le Le réaliste-romantique, je crois que c'est sa façon de tomber dans la parodie tout simplement.


De : Le-réaliste-romantique Envoyé : 13/04/2005 14:29
Moi aussi je suis étonné de voir que Christian Mistral n'était pas encore dans le forum.

Je lisais le commentaire de MarieProze et je suis encore plus perplexe par rapport à mon opinion sur ce livre. Je l'ai bien aimé, mais il y a comme un "mais" dans mon for intérieur que je ne peux expliquer. Seul la relecture dans un avenir pas trop rapproché devrait me permettre de mettre le doigt sur ce qui m'a "chicoté" : est-ce la surprise face à la virtuosité de la plume ou ne serait-ce pas plutôt un agacement face au sujet et au traitement? À suivre l'année prochaine...

J'aimerais bien entendre les commentaires d'autres rats sur ce livre ou les autres de cet auteur.


De : la-grande Envoyé : 13/04/2005 20:10
J'ai lu Vautour à sa sortie il y a longtemps et j'avais beaucoup aimé. J'ai toujours voule le relire - avec un peu plus de maturité - afin de voir si j'aimerais autant. Ta critique me donne envie de le faire.

Je ne peux malheureusement faire un commentaire plus "réfléchi" pour l'instant... peut-être prochainement!


De : melodie74 Envoyé : 14/04/2005 22:13
Je me rappelle avoir lu Vautour aussi à sa sortie, mais malheureusement, les démélés de Mistral à cette époque ont assombri cette sortie je crois et j'ai peut-être été biaisée...Cependant, c'est certain que l'oeuvre entière de cet auteur est dans ma LAL. Il est très talentueux et reconnu dans plein de milieux différents (comme paroliers par exemple).

Il a aussi son propre blogue si vous voulez en savoir plus sur lui...
http://www.vacuum2scrapbook.blogspot.com/


De : Mousseliine Envoyé : 22/04/2006 16:22

Christian MISTRAL - Vautour
(Boréal, 2004)

Vautour c'est l'ex-colocataire du narrateur et le narrateur se nomme Christian Mistral. Est-ce un roman autobiograpique? ça je n'en sais rien et peu importe en fait. Vautour est décédé et Mistral file un bien mauvais coton depuis ce temps. Il raconte leur vie de paumé à tous les deux partageant un appartement d'où ils sortent rarement. Pour l'un c'est la bière, pour l'autre c'est le hasch. L'un écrit, l'autre joue de la guitare. Ils sont plus souvent qu'autrement sans le sou. Vautour c'est un rêveur, il rêve de gloire et de succès, et y croit dur comme fer. Mistral est pessimiste et apathique, même son succès littéraire, son premier livre publié, ne lui dit pas grand chose. On le suit dans ses délires après la mort de Vautour et dans ses retours au passé.

C'est indéniable qu'il y a du talent dans ce roman. D'abord l'auteur a du style, pour ça oh oui! Et son histoire c'est vraiment très bien, même si le thème a souvent été traité ailleurs. L'auteur narrateur, les débuts de l'écriture avec ses misères et ses douleurs, ici on ajoute la mort d'un ami et voilà un sujet ma foi passionnant. Là où le bat blesse, c'est l'écriture trèèès métaphorique. C'est métaphore par-dessus métaphore, en veux-tu en voilà, et c'est lourd, lourd, lourd, on s'enlise dans les mots. Christian Mistral aurait supprimé la moitié de ces métaphores, les auraient remplacées par de jolies phrases toutes simples et on frôlerait le chef-d'oeuvre (mais si c'était le cas j'imagine alors que ce ne serait plus Christian Mistral). Parce que les bouts où y'en a moins (de métaphores), je me laissais tout à fait porter par le courant. J'ai retenu un tas d'extraits, et quand c'est le cas je me dis que c'est parce que l'auteur dit des choses vraiment intéressantes, ou c'est la façon de le lire qui est géniale.

"Je sentais le chien, j'avais la tête flochée comme une toilette de taverne, avec des grumeaux et des cochonneries louches qui restent collées sur les bords. Je me sentais une grande tendresse malade pour le monde entier, la lâche et visqueuse et si émouvante tendresses des pétés qui ont peur qu'on les batte. Ma mère est venue à mon secours."

Très contente d'avoir enfin lu cet auteur qui semble bien apprécié, en tout cas qui ne laisse pas indifférent, dans le milieu littéraire québécois, je vais renouveler l'expérience afin de voir si les métaphores sont partout ailleurs.

Note : 3.5/5

Ne manquez pas de lire cet article, vraiment tordant : http://martinwinckler.com/article.php3?id_article=485
avatar
gallo

Nombre de messages : 2598
Location : Pays-Bas
Date d'inscription : 29/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum