Jeanne BENAMEUR (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeanne BENAMEUR (France)

Message  Mousseline le Mar 28 Oct 2008 - 9:19

De : Claarabel (Message d'origine) Envoyé : 2004-08-27 09:54

Les mains libres 2.5 / 5

Circonspecte
Cette lecture me laisse un goût de manque et de déception. Infime, mais persistant. Pourtant le roman se dote de très jolis passages, d'une écriture souvent lumineuse et transperçante. Toutefois mon attente ne fut pas à la hauteur du résultat. D'abord, l'histoire de cette vieille dame qui vit seule depuis la mort de son époux : Yvonne Lure est quasi transparente, elle pose toujours des regards baissés. Gênée, timide ou secrète ? On ne sait pas percer le mystère de Madame Lure. D'ailleurs, elle-même semble également se poser des questions. Il y a tous ces livres que son mari se plaisait à lire des heures durant. Il s'enfermait dans son bureau, sa bibliothèque et en ressortait le visage souvent épanoui et contenté. Elle, Yvonne, ne s'approchait des étagères que pour en défaire la poussière. Jamais elle n'a ouvert un livre, n'a voulu entrer dans une histoire, suivre des mots, des phrases et les prendre à son compte. Jusqu'à sa rencontre avec Vargas, un homme aussi mystérieux, un jeune homme qui vit dans une roulotte et qui ne sait pas lire. Les livres vont donc lier ces deux êtres finalement si semblables l'un et l'autre. Commence entre eux une étrange histoire. Timide. Un lien subtil qui se tisse. Une confiance.

Parallèlement, l'auteur a tenu à souligner l'importance des mains : celles de Vargas, aux doigts longs et fins, qui volent du chocolat au supermarché, celles d'Yvonne, petites et rondes, posées à plat sur ses genoux, qui lissent sans fin des cartes géographiques. Car Yvonne rêve de voyages, de lointaines contrées et de rencontres avec des créatures inabordables.
Assez énigmatique, "Les mains libres" est un roman qui laisse une impression étrange d'ensorcellement vicieux et dérangeant. Certains passages s'apprécient : les souvenirs des deux personnages, de leur enfance pour l'un ou de la vie maritale pour l'autre. D'une manière très intimiste et subtile, l'auteur tente de capter les destins obscurs de deux solitaires et de souligner toute la délicatesse de cette solitude.

Clarabel





De : lalyre7032 Envoyé : 2008-07-13 10:07

Laver les ombres Jeanne Benameur Actes/Sud 2008
159 P.

Léa a trente-huit ans,elle est danseuse,elle veut arriver à la perfection,elle danse en pensant à Bruno,son ami peintre auquel elle est incapable de s'abandonner ,elle ne veut pas poser nue pour lui,elle pense à sa mère qui a des choses à lui révéler,lui a demandé de la rejoindre.Hier,à la radio,elle a entendu un avis de tempête,alerte rouge dans la petite ville ou sa mère habite.Une angoisse la saisit,elle sait que sa mère se protègera,qu'elle a des voisins,qu'elle est solide malgré son grand âge.Mais elle doit préparer son spectacle,on ne quitte pas son travail parce qu'une vieille dame est seule dans sa maison,alors elle lui téléphone pour se rassurer,mais elle a du mal à reconnaître sa voix,la voix peinait.Une peur que Léa a reconnue,la peur de son enfance qu'elle n'a jamais pu nommer.
Elle va rejoindre sa mère qui se souvient,elle a seize ans,elle n'a plus d'âge,son vrai nom est Romilda mais ce sera Suzanne ,elle se souvient d'un lit très large,si on pouvait l'oublier mais des pas dans l'escalier lui broient le coeur ,qu'on la laisse tranquille....Elle se souvient d'une chanson....Il me file des coups,il me prend mes sous,c'est mon homme....elle parle,elle parle avec de pauvres mots et la tête toujours baissée,elle pleure.Léa sent la rage immense.....Salaud son père,elle la embrassé et aimé,c'est inconcevable pour elle.Elle n'imagine pas avoir été conçue par ces deux-là.......

Un très beau livre écrit avec des mots vibrant de tendresse ,d'amour et de tristesse,deux époques qui alternent,Léa aime sa mère et avant de la quitter,la serre très fort dans ses bras car maintenant elle sait....Une fin émouvante pour moi,un petit livre qui mérite bien cette note ....5/5

Lalyre
avatar
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne BENAMEUR (France)

Message  aBeiLLe le Jeu 18 Juin 2009 - 3:41

Le silence entre elles deux tisse et détruit le monde.

4e couverture:

La mère, La Varienne, c'est l'idiote du village. La petite, c'est Luce. Quelque chose en elle s'est arrêté. Pourtant, à deux, elles forment un bloc d'amour. Invincible. L'école menace cette fusion. L'institutrice, Mademoiselle Solange, veut arracher l'enfant à l'ignorance, car le savoir est obligatoire. Mais peut-on franchir indemne le seuil de ce monde?

L'art de l'épure, quintessence d'émotion, tel est le secret des Demeurées. Jeanne Benameur, en dentellière, pose les mots avec une infinie pudeur et ceux-ci viennent se nouer dans la gorge.

Jeanne Benameur est une véritable virtuose des mots. L'écriture de ce roman est toute en délicatesse et poésie. Les mots utilisés sont sensibles, magnifiques, poétiques, délicats. Une histoire d'une infinie tendresse sur la relation fusionnelle entre une mère simple d'esprit et sa fille bien aimée qui voit avec frayeur le monde extérieur entrer dans leur vie par le biais de l'école et de sa maîtresse Mademoiselle Solange qui, elle, se sent interpellée par cette petite fille "sauvage". Une lecture qui m'a profondément émue.

4.5/5


Les Demeurées, Jeanne Benameur, Denoël, Folio, 2000, 80p.


avatar
aBeiLLe

Nombre de messages : 200
Age : 36
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne BENAMEUR (France)

Message  lalyre le Mar 15 Jan 2013 - 17:53

Jeanne Benameur
Profanes
Actes Sud 9 janvier 2013
274 pages

Quatrième de couverture
Ancien chirurgien du coeur, il y a longtemps qu’Octave Lassalle ne sauve plus de vies. À quatre-vingt-dix ans, bien qu’il n’ait encore besoin de personne, Octave anticipe : il se compose une “équipe”. Comme autour d’une table d’opération – mais cette fois-ci, c’est sa propre peau qu’il sauve. Il organise le découpage de ses jours et de ses nuits en quatre temps, confiés à quatre “accompagnateurs” choisis avec soin. Chacun est porteur d’un élan de vie aussi fort que le sien, aussi fort retenu par des ombres et des blessures anciennes. Et chaque blessure est un écho.
Dans le geste ambitieux d’ouvrir le temps, cette improbable communauté tissée d’invisibles liens autour d’indicibles pertes acquiert, dans l’être ensemble, l’élan qu’il faut pour continuer. Et dans le frottement de sa vie à d’autres vies, l’ex-docteur Lassalle va trouver un chemin.
Jeanne Benameur bâtit un édifice à la vie à la mort, un roman qui affirme un engagement farouche. Dans un monde où la complexité perd du terrain au bénéfice du manichéisme, elle investit l’inépuisable et passionnant territoire du doute. Contre une galopante toute-puissance du dogme, Profanes fait le choix déterminé de la seule foi qui vaille : celle de l’homme en l’homme.

Petite chronique et avis
Octave nonante ans se retourne sur son passé, il a perdu sa fille Claire et sa femme l’a abandonné, il pense à son avenir, aux années qui lui restent à vivre. Il ne veut pas mourir seul, pour cela il engage quatre personnes pour l’accompagner jusqu’au bout et pour veiller sur lui.
Il y a Marc Mazetti qui viendra le matin, cet homme a vécu un drame en Afrique ou il a côtoyé la mort toujours présente dans ses cauchemars.
Hélène Avèle est peintre, Octave lui demande de peindre le portrait de sa fille d’après une vieille photo tout en ombre.
Yolande Grange héberge une pauvre fille enceinte mais elle craint de se retrouver seul après la naissance de du bébé.
La jeune Béatrice Benoît a perdu son frère bien avant sa naissance, ses parents n’en parlent pas , elle a l’impression qu’elle est née pour le remplacer.
J’ai éprouvé de la sympathie pour ces cinq personnes qui finiront par former une communauté ou chacun se délivrera de ses blessures secrètes. Octave qui a découvert une partie de la vie de sa fille, se demande s’il l’a vraiment connue…J’ai aimé ce roman plein d’émotions, écrit d’une façon délicate, nous faisant découvrir notre vulnérabilité, que l’amour ne protège pas de tout, qu’il faut avoir la foi dans la vie et ne pas s’enfermer en soi, tout simplement un hymne à la vie. Gros coup de cœur. 5/5
avatar
lalyre

Nombre de messages : 4234
Age : 85
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne BENAMEUR (France)

Message  Chantal le Jeu 1 Aoû 2013 - 16:53

LES INSURRECTIONS SINGULIERES :
Editions Babel - 228 pages.


     Antoine vient de vivre une rupture très douloureuse. Il retourne vivre chez ses parents mais ne s'y trouve plus bien. Il travaille à l'usine après des études abandonnées, et s'est lancé dans le militantisme syndical un peu pour se trouver une raison de vivre. Mais prônant des actions violentes, il se heurte à Lucas, le délégué et ami de son père. Mal dans sa peau, se cherchant, s'interrogeant sur son avenir, et grâce à la rencontre avec un vieil homme bouquiniste, qui lui fait découvrir une biographie de Jean de Monlevade, (celui qui, au 18è siècle, a créé au Brésil la ville de Monlevade, où son usine est délocalisée), il décide de partir et traverser l'océan comme lui. Alors, avec Marcel le bouquiniste, veuf et qui veut lui aussi "bouger", il part pour le Brésil, grâce à sa prime de départ volontaire, à Monlevade, pour connaître ces ouvriers qui "prennent le travail des français"....Là, il va rencontrer  Thaïs...


    Un joli petit livre, dont j'ai beaucoup aimé le style, l'écriture et la réflexion sur l'humain : chacun doit faire tout au long de sa vie ses propres insurrections, qui restent toujours singulières, c'est à dire, personnelles. Prendre sa vie en mains, ne pas la laisser filer en subissant, et vivre sa vie en fraternité avec les autres. Mais il me reste tout de même la dernière page tournée, un sentiment de non fini, je me suis sentie un peu frustrée et j'aurai bien aimé que le roman dure encore un peu. 


4/5
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2249
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne BENAMEUR (France)

Message  Elfe le Ven 6 Mai 2016 - 20:09

Otages intimes
Actes Sud

Un roman d'une intensité remarquable. Quelle écriture! D'une beauté! Chaque mot, chaque phrase résonne en nous. Je ne peux que conseiller ce roman si bouleversant.

 Etienne, photographe de guerre, est tout juste libéré d'une prise d'otage. Il est libre. Il revient. Mais est-on vraiment libre après avoir été en otage pendant si longtemps? Comment se reconstruit-on? Cela demande du temps, beaucoup de temps et de patience. Pour lui mais également pour son entourage. Sa mère qui a eu si peur de perdre son fils et qui l'accueille tel qu'il est, avec ses failles attendant patiemment son vrai retour. C'est un retour au pays natal, un retour à la nature, un retour à soi. C'est également une réflexion sur les sens du mot otage: n'est-on pas soi même otage du temps et de l'amour quand nous attendons un être cher parti en reportage au milieu des combats. Un roman bouleversant, et dont chaque mot nous touche au plus profond de notre être.



Ma note: 5/5 coeur
avatar
Elfe

Nombre de messages : 1778
Age : 37
Date d'inscription : 07/01/2009

http://elfique2.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne BENAMEUR (France)

Message  Chantal le Sam 25 Juin 2016 - 13:37

OTAGES INTIMES :
Editions Actes Sud - 192 pages.


4è couv : Photographe de guerre, Etienne a toujours su aller au plus près du danger pour porter témoignage. En reportage dans une ville à feu et à sang, il est pris en otage. Quand, enfin, il est libéré, l'ampleur de ce qui lui reste à réapprivoiser, le jette dans un nouveau vertige, une autre forme de péril. 
De retour au village de l'enfance, auprès de sa mère, il tente de reconstituer le cocon originel, un centre depuis lequel il pourrait reprendre langue avec le monde.
Au contact d'une nature sauvage, familière mais sans complaisance, il peut enfin se laisser retraverser par les images du chaos. Dans ce progressif apaisement se reforme le trio de toujours. Il y a Enzo, le fils de l'Italien, l'ami taiseux qui travaille le bois et joue du violoncelle. Et Jofranka, "la petite qui vient de loin", devenue avocate à La Haye, qui aide les femmes victimes de guerres à trouver le courage de mettre en mots ce qu'elles ont vécu.
Ces trois-là se retrouvent autour des gestes suspendus du passé, dans l'urgence de la question cruciale : quelle est la part d'otage en chacun de nous?
De la fureur au silence, Jeanne Bénameur habite la solitude de l'otage après la libération. Otages intimes trace les chemins de la liberté vraie, celle qu'on ne trouve qu'en atteignant l'intime de soi.


Si j'ai pris la peine de recopier tout le quatrième de couverture, c'est que (pour une fois) il est parfait. Parfait pour présenter le roman, parfait pour résumer son contenu. Je n'aurais pu faire mieux. 
Juste dire comme Elfe, que ce roman est profondément bouleversant, que l'écriture est superbe et que les deux m'ont profondément touchée.
Comment se reconstruire, comme arriver à continuer à vivre quand on a vu et vécu de terribles moments. On n'oubliera jamais, on est quelque part un autre,  et on vit au jour le jour, en se retrouvant peu à peu, mais la vie ne sera jamais plus la même, elle sera différente.
Pour celui qui a été otage, et pour ses proches, mère, amis, qui ont souffert aussi.
Chaque personnage est traité avec beaucoup de psychologie : Etienne, sa mère, Enzo, Jofranka. La nature, omniprésente, prend une part importante, comme un lieu et un moyen pour se ressourcer.
Et puis ce livre m'a un peu réconcilié avec les photographes de guerre, dont j'ai souvent bien du mal à comprendre leur forme de travail. 


5/5 coeur  
avatar
Chantal

Nombre de messages : 2249
Location : France
Date d'inscription : 22/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne BENAMEUR (France)

Message  kattylou le Mar 28 Juin 2016 - 11:33

Je l'avais noté mais vos deux derniers avais donnent vraiment envie de le lire
avatar
kattylou

Nombre de messages : 3396
Age : 52
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne BENAMEUR (France)

Message  noemiejardine le Mar 14 Fév 2017 - 10:03

Orages intimes

Comme pour Elfe et Chantal, c'est pour moi aussi un vrai coup de coeur

quel livre bouleversant!
une écriture superbe, comme un chant profond qui teinte la nuit.
on aimerait se rappeler chaque phrase, les garder toutes comme des talismans et pouvoir se les répéter les soirs d'insomnies.

Je me suis souvent demandé comment les photographes de guerre géraient les images qu'ils capturent avec leurs appareils....
l'horreur, la violence aveugle, la méchanceté du monde, cela vous change à coup sûr.
Y penser est déjà douloureux et vous tord les tripes,
les voir, sûr que cela laisse des traces indélébiles.

cette description si vivante de l'enfermement qui perdure chez un ex-otage....comment sait-elle que c'est ainsi, Madame Benameur?

5/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne BENAMEUR (France)

Message  Awara le Mar 14 Fév 2017 - 12:13

Je le note aussi!

_________________
avatar
Awara

Nombre de messages : 4005
Age : 72
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne BENAMEUR (France)

Message  noemiejardine le Sam 25 Fév 2017 - 15:45

pas assez pour faire une femme


  • Broché: 96 pages
  • Editeur : Babel (19 août 2015)
  • Collection : Babel
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330053142
  • ISBN-13: 978-2330053147


La rencontre amoureuse avec un étudiant politiquement engagé bouleverse la vie d'une jeune fille de 17 ans qui peu à peu prend conscience de ce qui jusqu'à présent l'empêchait d'être une femme.

encore cette écriture si limpide pour tracer l'intensité.
C'est court, mais le récit reste gravé profond.

4.5/5
avatar
noemiejardine

Nombre de messages : 597
Date d'inscription : 05/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne BENAMEUR (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum